Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2023 3 11 /01 /janvier /2023 06:42
CLIQUER CI-DESSUS

Ceci "POURSUIT" un cycle de 6 recueils des 3 années passées :

1.« Le désir c’est l’appétit de l’esprit, critères économiques, énergie, Europe, autogestion, APST »,

2.« L’humanité entre dans son adolescence, économie et ergologie »,

3.« An 2034 »,

4.« Mode de production et mode de pensée et 20 thèses »,

5.« L’alternative vitale, critique de la critique critique, condensification »,

6.« Retour à la théorie »,

Auquel s’ajoute celui-ci, sorte de « conclusion » provisoire :

7.« In-quiétude, démarxisation… »

Le tout constituant environ 2,5 millions de caractères, ne garantissant pas une qualité, mais une … quantité.

 

IN-QUIETUDE 

ou Demarxisation et

REMARXISATION 

DIALECTIQUE DE LA CROISSANCE ET CROISSANCE DE LA DIALECTIQUE 

OU RESUME DU RESUME

SOMMAIRE EN PAGE 2

POUR LIRE CLIQUER SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/RECUEIL_NOUVEAU_a_partir_de_DEMARXISATION.pdf

 

Partager cet article
10 janvier 2023 2 10 /01 /janvier /2023 05:14

 

l’autogestion

et

la fusion nucléaire.

 

150.000 salariés des GAFAM sur le carreau : la crise de la « libre concurrence » dans le high-tech est un indice de plus de la crise générale du système capitaliste, de son incapacité à poursuivre un développement suffisamment lié au développement de la société, au développement social.

Le besoin de contrôle des GAFAM est au cœur du besoin de développement de rapports sociaux dans une mondialisation démocratique, communiste.

 

Le processus d’une démocratie avancée, rompant qualitativement générationnellement et progressivement avec le libéralisme et le capitalisme qui le porte,  vers le communisme, la mise en effort commun de toute l’humanité sur la base du développement de tous (à la fois dépendance et autonomie et diversité ; conscience de la nature sur elle-même) c’est aujourd’hui pour copier, parodier une autre formule du début du XXème siècle (1), siècle des expérience nouvelles, dramatiques et inachevées, formule caricaturale, mais juste : l’autogestion « ergologique » et la fusion nucléaire.

 

Ni Powell, ni Lagarde etc. ne pourront inventer de remèdes financiers miracles du XXIème siècle pas plus que Necker au XVIIIème.

 

L’imagination, l’invention sociale partant du développement du travail (SEF) et d’une qualité nouvelle de production qu’elle permettrait, comme l’invention technique et l’invention tout court (Le lit de Platon transposé à la construction sociale généralisée) et le communisme, c’est encore pour « résumer métaphoriquement » : l’autogestion « ergologique » et la fusion nucléaire.

 

Le retard pris à Cadarache (ITER, coopération internationale de recherche énergétique) peut être dramatiquement, tragiquement, le reflet du retard et de l’inégalité de développement commun conscience-technologie au détriment de la première.

 

La capacité de résorber ce retard est la condition du développement d’un processus humain en santé suffisante pour procéder.

 

Pierrot Assante. 10/01/2023 04:58:01.

 

(1) Lénine : « le gouvernement des Soviets plus l'électrification de tout le pays ».

 

L’illustration, photo ITER : réparation de composants, Le clair se dessine. Sous une vaste tente en plastique installée dans l'Atelier du Cryostat, des ouvriers en tenue de protection s'affairent à nettoyer la surface d'un panneau de protection thermique débarrassé de ses tuyaux de refroidissement, les dernières traces de soudure étant enlevées. A quelques encablures, dans la salle de réunion, d'autres ouvriers s'assemblent [...]

 

 

 

Voir aussi le dernier RECUEIL de 2022 du blogueur "IN-QUIETUDE ou DEMARXISATION et REMARXISATION. DIALECTIQUE DE LA CROISSANCE ET CROISSANCE DE LA DIALECTIQUE OU RESUME DU RESUME" :

 

 

Une information concernant ITER :

Partager cet article
10 janvier 2023 2 10 /01 /janvier /2023 00:31

 

En mémoire : ANDREI SERAFIMOVICH KUKUSHKIN (1946-2022)

Richard Pitts, chef de la section Expériences et opération plasma L'organisation ITER se souvient d'Andrei Serafimovich Kukushkin.

 

Au milieu de la saison des fêtes, l'organisation ITER a appris avec une profonde tristesse le décès du Dr Andrei Serafimovich Kukushkin, ancien membre du personnel de la division scientifique d'ITER et contributeur majeur à la conception physique de l'un des composants les plus importants du tokamak ITER. , le divertor . En fait, il ne serait pas exagéré de désigner notre cher collègue comme le père de la base de physique du divertor d'ITER telle que nous la connaissons aujourd'hui.

 

Après un combat courageux contre le cancer du pancréas tout au long de la dernière partie de 2022, un combat qui a caractérisé son attitude dans la vie, Andrei est décédé le 24 décembre à Moscou, la ville où il est né le 11 décembre 1946 et dans laquelle il est retourné après sa retraite. de l'organisation ITER. Sa famille a déménagé peu après sa naissance dans la ville d'Ivanovo, à environ 300 km au nord-est de Moscou, où il a fréquenté l'école avant de retourner à Moscou pour terminer ses études au prestigieux Kolmogorov Internat, un lycée spécialisé pour les enfants surdoués en mathématiques de toute la Russie. Il a ensuite été admis à la non moins illustre Université d'État Lomonossov de Moscou pour des études supérieures. De là a suivi un emploi à l'Institut Kurchatov où, dans les années 1980, il a commencé sa première incursion dans le domaine de la physique des limites de plasma tokamak,

 

Impliqué dans la contribution de l'Union soviétique à l'International Tokamak Reactor (INTOR), Andrei fait partie de la toute première coopération internationale sur la fusion nucléaire qui débute en 1978, alors constituée de seulement quatre partenaires (la Communauté européenne de l'énergie atomique, le Japon, l'URSS et les États-Unis). ). Il est ensuite devenu membre de l'équipe de physique de l'URSS qui a poursuivi les travaux sur la conception d'une expérience internationale de fusion, baptisée ITER en 1987, et a effectué des visites périodiques à Garching, en Allemagne, où les activités de conception étaient en cours. Après l'achèvement de ces études d'ingénierie conceptuelle, Andrei a déménagé de façon permanente à Garching au début de 1993 pour rejoindre l'une des trois équipes centrales conjointes responsables de l'activité de conception technique d'ITER, menée sous les auspices de l'AIEA. Une fois l'accord formel pour la construction d'ITER signé en novembre 2006, .......

 

........ SUITE SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/EN_MEMOIRE_ANDREI_SERAFIMOVICH_KUKUSHKIN_1946-2022.pdf

 

Sur le site d’ITER en anglais :

https://www.iter.org/newsline/-/3829?utm_campaign=whatsnew_weekly&utm_medium=email&utm_source=09%20Jan%202023&utm_content=featured

 

 

 

 

Voir aussi le dernier RECUEIL de 2022 du blogueur "IN-QUIETUDE ou DEMARXISATION et REMARXISATION. DIALECTIQUE DE LA CROISSANCE ET CROISSANCE DE LA DIALECTIQUE OU RESUME DU RESUME" :

Partager cet article
9 janvier 2023 1 09 /01 /janvier /2023 19:19

 

RÉPONSE à I. ,

 

Je ne voterai pas le texte alternatif, à mon sens désolant de moralisme et d’absence d’analyse de la crise systémique, et plus, tout en respectant tout humain et toute conviction non partagée.

Je voterai celui du CN, et qui sera voté, je l'espère, et ne sera pas sauf grave accident de parcours, toujours possible mais à éviter, un compromis à la Gotha.

 

Certes tes justes questions tiennent peu ou insuffisamment de place, malgré les efforts de synthèse dialectique de rédacteurs de qualité, dans le projet de base de congrès, et ce peu de place est dispersé, pas de visibilité globale, synthétique, suffisante.

Il conserve cependant les orientations essentielles du dernier congrès pour les faire avancer.

 

Il est important de poser tes questions.

 

Mais la réponse tiendra dans l'évènement qu'est la crise et son développement.

L'invention s'y fabrique et un Parti aussi, faits d'humains en apprentissage.

 

"L'humanité entre dans son adolescence", voir mon recueil (2019) de ce nom dans ce blog cité par Yves Schwartz dans « Ergologie, Travail et Politique » (2021).

 

La conscience nécessaire à la révolution n'est cependant une fatalité positive....

Je veux dire que ça ne vient ni tout seul ni automatiquement.

Je pose ces questions, concrètement, militant de base et un peu plus, dans des réunions de base aussi, de camarades hommes et femmes ; Mais surtout femmes, et quelques jeunes, qui sont d'autre part actives, actifs, au quotidien des luttes.

 

Des lueurs se manifestent et les miennes aussi. EFFORT COLLECTIF ! Mais on est encore loin du compte.

 

Comme dans l’ancien régime finissant, les pouvoirs politiques, économiques, militaires et institutionnels, nationaux et mondiaux, mondiaux et nationaux, c’est-à-dire leurs hommes et leur pyramide dominante et au-delà des pouvoirs, la société en rapports  dialectiques, réciproques dans le niveau ici et maintenant des développements objectifs et subjectifs des forces productives, ne réussissent pas à voir, comprendre, saisir le mouvement de complexification social et « sociétal », économique, anthroponomique et ergologique, dans leur unité féconde de contradiction et d’identité : retard "naturel" sur la réalité : mais trop d'écart historique ?

 

  • Et qu’il n’est plus question de remèdes sociaux ponctuels, circonscrits à une question isolée du processus général de la société, mais de remèdes synthétiques qualitativement transformateurs, générationnels et radicaux, à la crise systémique.

 

  • Passer à côté de l’analyse de l’école économique néo-marxiste de régulation systémique et ses propositions de solution globale intriquant toutes les solutions particulières, c’est agir contre le développement d’une conscience révolutionnaire indispensable, incontournable pour la poursuite du processus social en santé suffisante.

 

Pierrot  Assante. 09/01/2023 19:03:57.

 

 

 

 

Voir aussi le dernier RECUEIL de 2022 du blogueur "IN-QUIETUDE ou DEMARXISATION et REMARXISATION. DIALECTIQUE DE LA CROISSANCE ET CROISSANCE DE LA DIALECTIQUE OU RESUME DU RESUME" :

Partager cet article
9 janvier 2023 1 09 /01 /janvier /2023 16:40
Paul BOCCARA

 

 

 

Économie & Politique

 

 

 

Économie & Politique est la revue marxiste d’économie du Parti communiste français depuis 1954.

 

Depuis sa création, elle a joué un rôle très important dans l’élaboration par le PCF d’analyses et de propositions révolutionnaires, avec la nécessaire autonomie que doit comporter le travail d’élaboration. Elle a été un creuset où se sont développées, dans le débat, des analyses de la réalité du capitalisme auquel nous sommes confrontés, la théorie du CME, celle de sa crise, l’intervention dans la gestion des entreprises avec de nouveaux critères, jusqu’à s’appuyer sur la théorie néomarxiste de l’école de la régulation systémique fondée par Paul Boccara. Son originalité, aujourd’hui comme hier, est de lier en permanence recherches théoriques et plein engagement dans les luttes politiques et sociales.

 

À ce titre, Économie&Politique bénéficie des contributions de plus de 400 chercheuses et chercheurs, syndicalistes, responsables politiques, beaucoup étant tout cela à la fois.

 

LE SITE D'ECONOMIE ET POLITIQUE : 

https://www.economie-et-politique.org/

 

 

 

Voir aussi le dernier RECUEIL de 2022 du blogueur "IN-QUIETUDE ou DEMARXISATION et REMARXISATION. DIALECTIQUE DE LA CROISSANCE ET CROISSANCE DE LA DIALECTIQUE OU RESUME DU RESUME" :

 

Partager cet article
9 janvier 2023 1 09 /01 /janvier /2023 06:32

 

Ce texte de juin 2006 a été publié alors sur le site d’ "Espaces Marx", à l’initiative de Karine Gantin qui y travaillait en responsabilité, à laquelle j’adresse mes amitiés.

Je ne retrouve plus aujourd’hui, apparemment, la trace de ce texte dans ce site.

07/01/2023 05:22:22.

 

Travailler à s’opposer

 aux effets du libéralisme mondialisé

est une tâche relativement claire.

Construire une alternative l’est moins.

 

Hominisation et

Humanisation

 

Matriarcat et Patriarcat

 

 

Travailler à s’opposer aux effets du libéralisme mondialisé est une tâche relativement claire. Construire une alternative l’est moins. Les militants de la transformation sociale sont sommés de hâter le pas sur un chemin, des chemins dont on ne sait trop où ils mènent. Et ils en sont sommés par des groupes, des réseaux constitués sur la base d’une sorte de communautarisme, et non d’une, de communautés. Ils sont en quelque sorte, auto-sommés…Et ceux qui tentent -dans un esprit d’échapper à ce communautarisme, explorer les terrains, comprendre, déplacer ou développer les interfaces aux frontières établies- de rechercher des sentiers moins fréquentés, se dispersent.

 

Il y a peut-être quelques préliminaires à explorer en marchant.

 

1 On peut considérer l’hominisation comme un processus achevé par l’établissement des caractéristiques générales de l’espèce. Ou au contraire considérer ce processus comme ininterrompu, contredisant ainsi la vision dichotomique qui affirme qu’une fois le processus biologique accompli, la transformation se déplace au niveau de l’organisation sociale. Ces vérités dogmatisées évitent de se poser d’autres questions. Par exemple celle-ci : comment peut se traduire le processus de coopération entre individus de l’espèce en passant d’une communauté restreinte à une communauté mondiale. Quelles sont les caractéristiques biologiques de l’espèce et en quoi ces caractéristiques mouvantes mais pas sans bases nous posent la résolution de la coopération dans le cadre d’une communauté nation puis d’une communauté mondialisée. Le danger du racisme nous a fait fuir ces questions, et ces questions sont effectivement un terrain glissant où le racisme peut s’infiltrer et se développer rapidement. Mais corps et cerveau font un tout. Les révélations de l’ordre de la science peuvent nous faire représenter plus grands que nous ne sommes, et que le découvreur, l’inventeur n’est. Ainsi se fabriquent les dieux. Ainsi combattre les dieux sombre dans les prés carrés. Pourquoi les avatars de l’ethnie, de la nation, considérées comme un progrès de l’organisation humaine, mais avec les conséquences que l’on sait ne nous interrogent-ils pas plus sur cette question des conditions de la coopération pour l’espèce ? La constitution du patriarcat, par exemple nous pose la même question. Hormis de donner une réponse mécaniste et déterministe, il y a à la fois à comprendre les effets d’une voie empruntée dont les traces ne peuvent être effacées, et en quoi cette voie peut être dépassée. Le bon vouloir, la bonne volonté, la bonne conscience étant un élément nécessaire mais non suffisant.

 

2 Le processus. Il est courant de constater l’étonnement des humains devant la complexité d’un objet, particulièrement d’un objet humain. Certainement cet étonnement est légitime. Cependant il est pondéré si l’on considère chaque geste humain, « physique et pensée », comme la suite d’un processus commencé il y a bien longtemps après d’innombrable générations animales et humaines. Ce n’est pas que chaque fois que nous commettons un geste nous ressortons des ventres de nos mères, croissons et mûrissons. Mais il y a cette naissance, cette croissance et ce mûrissement inscrits dans notre geste nouveau. Mais ce geste nouveau n’est pas pré-déterminé, il est aléatoire et pour cette raison EST un choix, un choix étant lui-même un geste aléatoire et une bifurcation où intervient une volonté collective et individuelle liées. C’est bien là à la fois l’illustration des concepts de processus et de déterminisme. Depuis des millénaire l’humain se heurte à cette idée de déterminisme, l’accepte et le refuse en même temps en s’apercevant qu’il ne peut échapper à l’anankè et pourtant que ce qu’il décide peut influencer le cours des choses. Voir Prigogine, l’espace temps, sa flèche, et ses bifurcations aléatoires et Arnaud Spire par la même occasion (Que je ne peux pourtant pas suivre dans sa critique-refus telle quelle de la « Dialectique de la nature » de Engels).

 

3 Le « processus du père ». L’accumulation primitive du village agricole en première instance puis de la cité-état donne la possibilité de concentrer et de spécialiser le travail artisanal au service de l’accumulation et de la propriété privées. A travers cette spécialisation qui demande ces moyens, la femme perd l’usage des « techniques de pointes » dans leur quotidienneté, techniques dont sont issues les « concepts de pointe » qui nourrissent en retour les techniques et la production symbolique (double anticipation). Elle les perd au profit des techniques acquises quotidiennes. On peut penser que les femmes, moins mobiles de par leurs fonctions maternelles dans la communauté primitive, maîtrisent plus que les hommes et la conceptualisation des techniques de fabrication des objets et la conceptualisation abstraite qui en découle, et la création et l’usage des techniques. Dans la mesure où les techniques réclament plus de moyens, la concentration de ces moyens par l’accumulation primitive privée va donner un essor à leur complexification et le pouvoir à ceux qui vont la « financer ». La propriété privée va trouver à la fois sa justification, son efficacité et sa domination,  et l’aliénation qui en découle. Particulièrement en ce qui concerne la femme. L’artisanat « de pointe » va se masculiniser. Les œuvres qui en découlent aussi. Ainsi la production symbolique va devenir un interdit masculin, que la femme brisera quelquefois (on ne peut interdire la conceptualisation à l’humain, le travail des opératrices -et opérateurs- des chaînes taylorisées le prouve), contournera toujours. Elle subira et subit encore cet interdit, malgré sa récente, réelle mais relative indépendance économique difficilement acquise et pas partout dans le monde et dans tous les milieux. Ainsi se construit et se perpétue « le processus du père » qui va se combiner et fusionner avec le pouvoir central qui devient abstrait parce qu’éloigné et intouchable. A tel point que dans la vision féminine elle-même, le modèle de producteur de symbolique reste majoritairement le père. S’ajoute ou s’imbrique à cela le rôle du complexe d’Œdipe. La domination paternelle sociale (et de violence organisée) y trouve un allié psychologique (qui se retourne ensuite aussi contre l’homme mâle), et vient percuter violemment la fusion originale maternelle (et de douceur) et le rôle séparateur global de la société La division des domaines d’activité atteste la prégnance de cette division en matière de conceptualisation. Il est très intéressant d’observer à quel point l’art culinaire a développé ses propres symbolisations et concepts, les gestes et les résultantes qui y sont attachés, à la fois positivement et négativement.

 

4 Ainsi, comprendre l’activité humaine devient le centre du processus. La vision de l’humain sur son activité est centrale. Elle est un retour aux sources de l’activité humaine. De la vision micro à la vision macro de cette activité, il y a toute la construction, le processus historique de l’activité que nous voulons poursuivre. Il ne s’agit pas de l’histoire limitée de l’antiquité à nos jours, mais de toute l’histoire humaine, depuis le début du processus d’humanisation et même des conditions qui l’ont précédé. L’activité comme moyen de subvenir à ses besoins, comme organisation de l’activité permettant de subvenir à ses besoins, comme orientation de l’activité en fonction du développement et de la transformation des besoins. Et là lorsqu’on parle d’orientation, on touche le fond de nos motivations militantes, et des choix autoritaires découlant du capitalisme, du stalinisme ou du nazisme. Ou au contraire de la volonté montante d’un développement de la communauté humaine par le développement de l’individu. Mais se pose et se posera toujours la question de la santé de l’espèce donc de la santé de l’activité, donc de la santé du projet, donc de la santé du concept, avec les dérives autoritaires de la conceptualisation (voir aussi Yves Schwartz et le travail de L’APST). C’est un danger qui est inhérent à l’espèce humaine et donc qui demande une attention infinie.

 

5 L’inégalité devant la conceptualisation. C’est ce que développe clairement Karine Gantin (site Espaces Marx) partant du nécessaire dépassement du patriarcat. Et c’est le fond du processus permanent d’humanisation. Cela ne se pose pas en matière d’uniformité mais de diversité de groupes humains et d’individu humain, donc aucune égalité d’ordre mathématique encore communautairement utilisée. Le droit à la conceptualisation passe en premier lieu par le droit au travail : ne pas imposer à l’humain ce que doit être son activité centrale, ce qu’il doit produire pour subvenir à ses besoins, comment il doit le produire, considérant la production non seulement comme celles des objets tangibles produits pour et par la vie humaine, mais toute l’activité qui entre dans la production. Activité contrainte et temps dit libre étant une seule et même activité humaine diversifiée où les activités s’entrecroisent, se complètent et s’opposent. Travailler c’est penser disent les ergologues. C’est dans l’objet produit et la conscience de l’objet comme relation entre humains, comme dit le matérialisme dialectique,  que le communisme prend forme, et transforme la solidarité objective en solidarité totale, subjective ; en se méfiant de ce mot, subjectif, qui peut faire penser qu’il n’y a pas d’objectif dans le subjectif et le contraire, comme dit un spiritualisme non dichotomique. Nous sommes passés d’une vision économiste du travail, conséquence des conditions de lutte face au patronat, à une dispersion incohérente de notre vision de l’activité humaine. La question de LA CITÉ, de la multiplicité, diversité, organisation et imbrication de ses activités est un lieu réel et un lieu conceptuel de cette réflexion. Elle s’oppose pour la dépasser à la vision patriarcale de l’agriculteur-accumulateur privé. Mais LA CITÉ elle-même est dépassable. A conditions de considérer l’humain dans son tout « biologico-culturel ». L’égalité de droit devant le concept, c'est la société qui donne les moyens de compenser les contraintes naturelles et sociales par l’organisation de la solidarité collective, c’est le droit pour tous d’aspirer à choisir et à pouvoir pratiquer les activités de son choix. L’égalité devant la conceptualisation, pour la femme, ce que l’on peut nommer aussi devant la production symbolique, c’est ce pouvoir de choix. Pouvoir en tant que rapport social non dominant, c'est-à-dire en tant que faire ensemble, en commun. L’anthropologie, c’est sans doute le ressort premier du marxisme. Travailler à s’opposer aux effets du libéralisme mondialisé est une tâche relativement claire. Construire une alternative l’est moins. La boucle est bouclée.

 

6 Le processus est lien.  Seule la bourgeoisie a voulu le rompre, dans son illusion et certitude de créer de rien et de par soi. Le pharaon en aucun cas ne prétendait à la rupture, mais au contraire à l’incarnation de ce lien, de l’origine humaine et à travers les générations passées et à venir. L’imitation de la bourgeoisie par la petite bourgeoisie et sa contamination à la communauté entière est une question fondamentale pour le devenir de l’humain. Les Bagaudes de nos jours, de notre temps-ci en sont elles-mêmes imprégnées. Les voitures qui brûlent sont les nouvelles Bagaudes. « Nous en sommes les responsables » disait Salvien de Marseille. Là où elles brûlent moins c’est qu’il y a auto-contrôle communautaire. Et ne cherchons pas à étiqueter les communautés. Le cas de Marseille est relativement particulier, mais jusqu’à quand ? Marseille est violente, pourtant, à peu près au moment où ailleurs les banlieues flambaient, c’est le mouvement social des marins et des traminots et d’autres, qui exprimait la révolte phocéenne. Il y a déjà dans le passé récent de la ville des illustrations intéressantes. Le, les noyaux millénaires de maintenances des rapports sociaux, de la « loi », au sens biblique comme au sens de la Cité, ont traversé les millénaires d’immigration qui ont sans cesse agi autour, à la périphérie de ce noyau pour le dénormaliser, le renormaliser, sans jamais le détruire. C’est cela le lien. La création d’entreprises autogérées à la Libération, les Mutuelles, les Centres de Médecine de Groupe anticipateurs et tant d’autres exemples en contradiction avec les pouvoirs centraux, qu’ils soient d’État, de Parti, de Syndicat ou Associatif en général, montrent ce rôle de lien-maintenance-création. Loi et « foi », règles de vie, contestation de la règle, dépassement de la règle, contrainte et conviction,  fonctionnent de pair. Le lien du père au strict sens individuel de même. Il domine symboliquement et concrètement de lien de la mère, qui s’il ne peut être effacé, est nié, mutilé. C’est toute la conséquence du rapport social dominant. Cette mutilation du lien induit un équilibre forcé, une maladie du mouvement dans sa totalité, et non une maladie périphérique, ordinaire de tout organisme et de toute société. C’est pourquoi le juste concept de « dépassement du patriarcat » de Karine Gantin répond bien au besoin du lien, du processus. Il suppose non la destruction du lien mais son maintien débarrassé de la domination. Le lien humain de société, c’est le principe de « résurrection ». C’est aussi l’idéalisme dépassé. Les seules vraies ruptures sont les ruptures négatives. Elles sont l’effet des catastrophes naturelles et sociales. Les inquisiteurs sont partout et les saints partout. Ne donnons pas l’exclusivité du lien ou de sa destruction à un groupe ou à une pensée. Nous possédons bien un cerveau et un corps qui ne se passent pas l’un de l’autre, c’est le même corps dans son unité, comme c’est la même société. Nos envies, nos passions, nos déceptions et nos exaltations en font partie, et personne n’y renoncera sauf à renoncer à la vie. La mesure et l’expérience sont aussi de ce lien. L’amour d’abord, crée le lien et le perpétue. Evidente, démocratique et merveilleuse banalité.

 

7 Institution, idéal, domination. Dans le même temps où l’inquisition sévissait, Francesco pratiquait la douceur. Comment imaginer, dans une société de domination instituée et de violence au service de cette domination, un idéal qui ne soit pas corrompu par cette violence et cette domination ? Il faut que notre envie de vivre soit démesurée, mais il faut aussi une grande modestie dans nos choix. Cette modestie ne peut que servir notre conviction, notre sens critique vis-à-vis d’elle. Jaurès écrivait en 1898 : « Pour qu’un grand système religieux surgisse, il faut la rencontre et comme la fusion d’un grand mouvement de pensée et d’un grand mouvement social. Le christianisme avait été préparé, en son fond métaphysique et moral, par tout le développement de la pensée antique ; mais il a fallu la grande crise de l’Empire Romain, la souffrance du monde vaincu, la révolte intérieure des humbles écrasés par toutes les forces extérieures, pour que la pensée des mystiques et des philosophes s’incorporât à l’humanité. La révolution de 1789 a suscité des velléités religieuses, mais puériles et vaines. Car quoiqu’elle fût, elle aussi, à la rencontre d’un grand mouvement de pensée, la pensée du XVIII° siècle, et d’un grand mouvement social, l’avènement de la bourgeoisie, elle était trop discordante, trop chaotique et trop troublée pour donner à l’humanité un sens nouveau de l’unité du monde. Tout était incomplet en elle et incertain, le mouvement social comme le mouvement de pensée. La classe révolutionnaire qui arrivait au pouvoir portait en elle contradiction et discorde : car elle proclamait le droit humain, et confisquait au profit d’une oligarchie la révolution resserrée. Et elle voyait remuer au-dessus d’elle un prolétariat dont la voix confuse bégayait déjà un mot d’ordre nouveau. Comment cette révolution incomplète et agitée, qui dès la première heure sentait tressaillir en elle la menace d’une révolution nouvelle, aurait-elle pu interroger, au nom de l’humanité, le mystère du monde ? La science même, malgré d’admirables découvertes et de prodigieuses inventions, n’avait pas dégagé encore cette loi supérieure d’évolution qui rattache le mouvement humain au mouvement universel et qui sollicite la pensée à de magnifiques espérances. Demain, au contraire, l’humanité affranchie par le socialisme et réconciliée avec elle-même prendra conscience en sa vivante unité de l’unité du monde, et interprétant à la lumière de sa victoire l’obscure évolution des forces, des formes, des êtres, elle pourra entrevoir, comme en un grand rêve commun de toutes ses énergies pensantes, l’organisation progressive de l’univers, l’élargissement indéfini de la conscience et le triomphe de l’esprit….. ». Cette vision de la rencontre d’un grand mouvement de pensée et d’un grand mouvement social ne peut-elle pas inspirer notre action d’aujourd’hui, à une petite distance d’un peu plus d’un siècle de la réflexion de Jaurès ? Son « grand système religieux », il ne le conçoit pas, la suite du texte l’indique, au sens étroit du terme, celui que l’on donne aux chapelles et aux superstitions. Il s’agit pour lui d’un mouvement qui fixe à l’humain un but, un idéal lui-même en mouvement, mais à mettre en œuvre dans la vie, un devenir déjà présent dans l’action quotidienne. « Le courage c’est d’être tout ensemble et quel que soit le métier, un praticien et un philosophe » (encore Jaurès).

 

8 Petites conclusions. Notre conscience a repéré des points de repère-bifurcations propres au développement de l’espèce humaine, de l’individu dans l’espèce ; de l’espèce en mouvement, et de l’individu dans le mouvement et qui de par ce mouvement ne sont donc jamais les mêmes ; de l’espèce,  de l’individu dans leurs continuitéS aussi, relative et générationnelle. Ces repères, nous en avons besoin. Il y a le repère du galet aménagé, le « premier » outil vraiment humain. Le deuxième repère du néolithique, de l’agriculture est fondamental dans la bifurcation accumulation privée, domination, patriarcat. Nous avons la preuve que les premières communautés agricoles constituant villages et embryons de villes ne pratiquaient ni la hiérarchie sociale ni la hiérarchie sexiste. N’introduisons pas de conceptions déterministes en fonction de ces voies, de ces bifurcations, mais usons de la connaissance de ces repères pour influer sur notre devenir. La troisième grande bifurcation-repère est très récente, c’est celle de la manufacture et de la fabrique. La production-accumulation privée s’affranchit a) de la force motrice biologique, b) de l’adresse individuelle, particulière du producteur, c) de l’intelligence participative du producteur. Elles sont « remplacées », ou du moins dominées par la machine motrice, l’automatisation de la machine, la division entre exécutants et concepteurs (ingénieurs de production, secteur « intellectuel » de la fabrique). Toute la société est imprégnée de ce modèle dont la poussée révolutionnaire sur les forces productives est en déclin, extinction, et dont les contradictions demandent dépassement. Ce sont les conditions dites matérielles de vie qui déterminent la conscience. Mais, répétons-le, il y a autonomie  (à la fois infinie et relative !), des idées et des sentiments par rapports aux conditions qui les ont créés et sur lesquelles elles agissent (choix humains). La société d’un moment ne peut donc se résumer à ce moment. Nous l’avons déjà dit elle contient les traces, les résidus et les permanences. On a reproché à Marx l’usage du terme « essence », terme jugé « religieux ». Par exemple, « l’essence humaine c’est l’ensemble des rapports sociaux ». Marx n’accorde pas une valeur mythique ni aux mots ni à ses propos, mais une valeur d’usage. L’essence des choses, c’est l’effort de représentation qui contredit l’apparence trompeuse des choses et les mensonges idéologiques appliqués aux choses. On peut dire qu’il y a un quatrième repère-représentation : les manuscrits de Marx de 1844. C’est le témoin d’une conscience de l’humain sur lui-même, débarrassée de la dichotomie corps-pensée en vigueur et codifiée depuis l’antiquité, particulièrement depuis la cité-état. A partir de cette nouvelle vision peut se développer une autre vision sur l’ensemble de l’activité humaine et son devenir ; et un cinquième point, l’étude micro et macro de l’activité humaine. C’est ce que fait Marx dans « le Capital ». Ce qu’il nous faut faire avec la mondialisation informationnelle, quatrième bifurcation « technique » accompagnée des prémisses de la nano-manipulation physique et biologique. De ce fruit, que naîtra-t-il ?

Pierre Assante, Marseille, juin 2006.

 

 

Bibliographie sommaire mais essentielle de ces repères.

« Au néolithique, les premiers paysans du monde » Catherine Louboutin.

« Le Capital, Livre premier, tome II, chapitres XIV et XV » Karl Marx. « Manuscrits de 1844 » Karl Marx.

« Travail et Ergologie, entretiens sur l’activité humaine » ouvrage pluridisciplinaire sous la direction de Yves Schwartz et Louis Durrive.

 

 

 

 

Voir aussi le dernier RECUEIL de 2022 du blogueur "IN-QUIETUDE ou DEMARXISATION et REMARXISATION. DIALECTIQUE DE LA CROISSANCE ET CROISSANCE DE LA DIALECTIQUE OU RESUME DU RESUME" :

Partager cet article
7 janvier 2023 6 07 /01 /janvier /2023 09:43

 

 

« RELIGION DE LA MATÉRIALITÉ»

 

La logique

[ En référence à cette autre logique,

la dialectique,

qui inclut la logique et y adjoint en unité la contradiction]

est l’argent de l’esprit. Marx.

 

La « religion de la matérialité » ne procède pas de l’athéisme et encore moins du matérialisme dialectique qui, lui, n’est qu’une « simple » observation la plus globale possible -sans ignorer l’énigmatique-, liée à la pluridisciplinarité scientifique, synthétique, esthétique, éthique.

 

La « religion de la matérialité », réelle, concrète,  objective et subjective dans notre société, ici et maintenant -et destructrice des avancées humaines-, procède d’un matérialisme mécaniste lié à la religion de l’argent et in fine, du capital et de son système, de l’accumulation financière qui exclut toute autre priorité que la sienne, et s’exprime ici et maintenant dans le critère-dogme d’entreprise, d’Etat et mondial P/C (Profit/Capital).

 

Je lis d’un cher ami poète cette formule dans une préface : « religion de la matérialité » ; ne précisant pas son point de vue plus personnel et plus global, au-delà d’une référence à une situation particulière. Je l’ai fait donc pour ma part ci-dessus, car peut-être mieux vaut dire que non-dire.

 

En précisant ce que « religion de la matérialité » est objectivement et subjectivement et en quoi elle procède pour moi dont le matérialisme n'est ni mécaniste, ni déterministe, mais causal et aléatoire, avec son immense part d'énigmatique. Un idéalisme intelligent vaut bien mieux qu'un matérialisme dogmatique et stupide.

 

Pierre Assante. 07/01/2023 09:22:34.

 

 

Voir aussi le dernier RECUEIL de 2022 du blogueur "IN-QUIETUDE ou DEMARXISATION et REMARXISATION. DIALECTIQUE DE LA CROISSANCE ET CROISSANCE DE LA DIALECTIQUE OU RESUME DU RESUME" :

Partager cet article
5 janvier 2023 4 05 /01 /janvier /2023 08:02

 

 

NATURE DE LA VALEUR D’USAGE ET LUTTES OUVRIERES.

Contradictions antagoniques de l’homme producteur dans le capitalisme.

Tâche du moment et tâche du siècle.

 

Dans la croissance du surproduit se produit une transformation quantitative puis qualitative (plus et moins) de la nature de la Valeur d’Usage.

 

La qualité et la nature de la valeur d’usage est liée à la qualité et la nature du mode de production et d’échange.

 

La croissance du surproduit que permet la possibilité exponentielle en productivité entre (entrer) en contradiction avec l’inégalité de croissance qualitative’-plus.

Il s’agit de possibilité et non de mise en œuvre systémique liée à la transformation des moyens de production, automatisation et numérisation en unité et de la contradiction entre cette transformation et la stagnation et recul civilisationnels que contient la contradiction antagonique du cycle A-M-A’.

 

La crise du travail, de l’achat de la force de travail, matérielle et morale, en sont, en unité.

 

L’accumulation-suraccumulation quantitative dans le cycle A-M-A’ (Argent capital- Marchandise Capital-Argent’ plus Capital) tend, dans la croissance du capital financier, mais pas seulement, non pas à supprimer, mais à « effacer » l’élément M alors que l’élément M est en surcroissance : contradiction dans la contradiction.

La qualité + (plus) de l’élément M tient à la transformation de la nature de M. Les inégalités et les incohérences croissantes de croissance de M -et de sa qualité. Elles sont propres à un système dont le développement est basé sur la croissance de A et non sur la qualité de M.

 

Il en est de même du capital mort. Qualité de CC (Capital Constant), de CV (Capital Variable), dans la contradiction antagonique Produit/Plus Value, Produit/Profit.

« L’écart » entre la loi du TTMSN (Temps de travail social moyen nécessaire dans la production d’une marchandise) et Valeur et Prix souligné par des économiste chinois grandit alors que le « principe » se rigidifie, en contradiction systémique, propre au système, propre de la contradiction du système.

 

C’est en cela que réside la crise de qualité de la valeur d’usage liée à la valeur d’échange marchand, la Valeur en système capitaliste en rapport avec la valeur sans dimension qui réside dans l’usage. L’analyse du fétichisme de la marchandise décrite par Marx n’a plus été développée : c’est un signe d’économicisme que développe le système et qui imbibe inconsciemment l’homme, sa production, ses échanges matériels et moraux ; et de temps en temps, quelquefois consciemment, partiellement et partialement.

 

En ce sens, l’unité civilisation-mode de production est en perte de cohérence. Perte de cohérence production-échange-consommation-production et l’ensemble des activités intriquées dans ce cycle, particulièrement de recherche fondamentale et appliquée et leur déficit de synthèse.

 

Et l’étude civilisation-économie, dissociées, est de même en perte de cohérence, ce qui ne peut que se répercuter sur la cohérence des luttes ouvrières susceptibles de remettre en cause et de transformer le mode de production et d’échange.

 

La baisse tendancielle du taux de profit du capital ne concerne pas que le capital, elle procède en unité sur le plan civilisationnel, c’est à dire sur la cohérence aussi du mode de pensée comme de la qualité de cette unité.

 

Il est extrêmement difficile de résister à l’économicisme. Et moins l’analyse marxiste de l’économie et de la théorie de la régulation systémique est pratiquée, plus l’économicisme se développe et relègue au placard de fait la cohérence de la pensée et l’action économique, jusqu’à l’ignorer, ce que font, entre autres, et à mon sens, les "128". Ignorer l’économie (et la production et les rapports de forces nationaux et mondiaux économiques et productifs/producteurs) est le comble de l’économicisme qui s'ignore lui-même.

 

Si le parti (PCF et influence ouvrière dans les classes sociales) peut trouver une cohérence, il doit la chercher dans la remise en question et la remise en place évidente de la production dans son action-réflexion, particulièrement au cœur du congrès, et partant de là du lien entre analyse d'économie marxiste de régulation systémique ( voir Revue "Economie et Politique") et anthroponomie et pas seulement anthroponomie, mais aussi ergologie et contact pluridisciplinaire général et analyse globale synthétique.

 

Tâche du moment et tâche du siècle.

 

Pierre Assante. 05/01/2023 07:23:40.

 

P.S. Qui a envie de discuter de ça parmi nous ? Dixi et salvavi animam meam.

 

 

Voir aussi le dernier RECUEIL de 2022 du blogueur "IN-QUIETUDE ou DEMARXISATION et REMARXISATION. DIALECTIQUE DE LA CROISSANCE ET CROISSANCE DE LA DIALECTIQUE OU RESUME DU RESUME" :

Partager cet article
5 janvier 2023 4 05 /01 /janvier /2023 06:39

 

SCHEMA DE RECHERCHE CONCEPTUELLE

Re-édition du 25 septembre 2017.

 

AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT QUE NOUS APPELONS JUSTEMENT MATERIEL ET QUI EST LE DEVELOPPEMENT TOUT COURT  DANS  SES MOUVEMENTS PHYSIQUES ET PSYCHIQUES.


Je crois qu’aucun schéma ne peut représenter l’unité d’un système, encore moins un « système de systèmes » que nous imaginons à partir de nos observations partielles, ses différentes « structures » et les mouvements qui constituent le système.

 

Pourtant les schémas sont nécessaires. Il n’est dans les capacités humaines que d’observer des « fragments » du mouvement.

Un organe d’un système, d’un corps animal ou social ou chimique et les trois à la fois dans la constitution globale de l’infinité universelle, n’est qu’une apparence de fragment, un point choisi du mouvement  qui n’est pas fragmentable.

 

Le fait même de séparer théoriquement un fragment de mouvement du mouvement global est une vision erronée de l’unité de la matière et de son mouvement.

L’unité des contraires hégélienne est un concept juste et opérationnel reflétant le réel mais reste, dans le développement théorique concret, une vision encore assez éloignée  de l’unité systémique réelle. Contradictoirement, c’est ça l’important encore aujourd’hui pour notre compréhension pratique. Il en sera peut-être différemment demain, ce qui serait un progrès qualitatif de l’humanité. Nous verrons, et les générations futures verront bien. L’espoir existentiel c’est cela aussi.

 

Le communisme est un communisme esthétisant et non éthique et esthétique,  s’il n’est pas le reflet du rassemblement à venir de l’unité du système global. La dichotomie philosophique et la dichotomie politique vont de pair dans le trivial de la politique qui en fait une politique politicienne. Une politique de programme transformateur et de rassemblement sur un programme transformateur est tributaire d’une philosophie unificatrice ou pas.

 

Le reflet de la matière qui nous  parvient, nous ne pourrions pas l’utiliser  opérationnellement pour la transformation de cette matière à notre usage, dans son unité, pour sa vie et son développement, non en mouvement particulier, mais constitutif de l’ensemble que nous co-constituons, et sans cette dichotomie que nous effectuons, à notre niveau de développement.

 

L’usage de soi par soi et l’usage de soi par les autres n’est que le reflet, dans le domaine du travail, de la dichotomie opérationnelle que nous faisons dans le cadre d’une société de classe. La contradiction fructueuse entre l’individu et son espèce, la personne et sa société,  n’est fructueuse que parce qu’elle tend à dépasser la société de classe -comme autrefois la société tribale- qui contient à la fois ses limites et le dépassement possible de ses limites. Un état présent n’est pas un état futur possible mais le contient, en ce sens il n’est pas de transformation en santé sans lutte, sans actions contraires.

 

Nous n’avons même pas le vocabulaire pour exprimer la matière, son mouvement, son unité, pas plus que le grecs antiques n’avaient un mot abstrait équivalent à « travail » pour exprimer les éléments constitutifs du travail concret, et si nous avons mieux aujourd’hui, nous n’avons guère mieux.

 

Lorsque Marx qualifie l’homme, l’humanité, de conscience de la nature sur elle-même, il ne fait que donner une formule éloquente, nécessaire et vraie à cette unité.

 

Pierrot, lundi 25 septembre 2017.

 

Ce schéma se voudrait une synthèse inspirée de l'économie, de l'ergologie et d'une pluridisciplinarité scientifique synthétique et non structuraliste.

Et ce n'est qu'un schéma, forme mentale restreinte, limitée de l'observation partielle et partiale d'un réel du temps-espace proche; donc réduit alors qu'irréductible, et déformé : bien qu'un cerveau, un corps-soi social contienne un univers.

Partager cet article
4 janvier 2023 3 04 /01 /janvier /2023 07:43

 

rETRAITES :

Une réorientation des investissements en faveur de l’emploi et des salaires permettrait de financer l’avancement de l’âge de départ.

 

 

DENIS DURAND

Économiste et membre du PCF

 

Deux tiers de nos concitoyens sont opposés à la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron. Cependant, ils sont au moins aussi nombreux à penser qu’il est impossible de faire autrement. De fait, il est peu réaliste de croire que notre système de retraite pourrait se maintenir en l’état dans une société rongée par le chômage et les mauvais emplois, appauvrie par l’inflation et par l’obsession patronale de la « baisse du coût du travail », disloquée par la casse des services publics, ballottée par la crise de la mondialisation capitaliste. Être réaliste, c’est agir pour être en état de mettre fin à l’enchaînement infernal des réformes successives qui, depuis trente ans, viennent chaque fois dégrader davantage les droits des assurés sociaux et, désormais, le niveau de vie des retraités.

 

FAIRE PRÉVALOIR DE NOUVEAUX CRITÈRES DE GESTION DANS LES ENTREPRISES, CONTRE L’OBSESSION DE LA RENTABILITÉ.

 

Pour rendre durablement viable un système de retraite fidèle à ses principes fondateurs, autorisant le départ à 60 ans avec 75 % du dernier salaire, etc., il faut des moyens financiers : au moins 100 milliards d’euros par an en plus, 4 % du PIB. Où les trouver ? Tout de suite, un prélèvement sur les revenus financiers des entreprises rapporterait 40 milliards ; ce ne serait qu’une mesure de court terme, puisque les entreprises seraient ainsi incitées à diminuer leurs placements financiers pour réduire le rendement de ce prélèvement. Mais cela donnerait le temps d’amorcer des changements plus fondamentaux dans la gestion des entreprises pour placer le financement de la Sécurité sociale sur des bases saines : la création d’emplois, un accès démultiplié de toutes et tous à la formation pour une nouvelle efficacité économique, sociale et écologique. Y concourrait l’exercice, par les salariés, de nouveaux pouvoirs pour faire prévaloir de nouveaux critères de gestion dans les entreprises, contre l’obsession de la rentabilité capitaliste. Y concourraient également des leviers agissant sur le comportement des entreprises. En particulier dans le cadre d’un relèvement des cotisations sociales patronales, celles-ci seraient modulées à la hausse pour les entreprises dont la masse salariale croîtrait moins vite que la moyenne de leur branche. Une modulation de l’impôt sur les sociétés, la création d’un pôle financier public agissant pour changer les critères des crédits bancaires agiraient dans le même sens.

 

Au bout de cinq ans, cette nouvelle logique pourrait engendrer 5 millions d’emplois nouveaux, plus de 300 milliards de salaires en plus, et 260 milliards de cotisations sociales supplémentaires : assez pour procurer à toutes et à tous une bonne retraite, tout en réparant le système de santé.

 

On comprend bien que cela ne peut réussir qu’à l’issue d’un affrontement avec le capital, jusque sur le lieu même de son pouvoir : l’entreprise. L’illusion serait de croire qu’on puisse s’en passer. Le bras de fer commence maintenant, avec le développement d’une puissante mobilisation pour mettre en avant, contre la réforme Macron, l’alternative d’une bonne retraite, possible, efficace.

 

Denis Durand. L'humanité, 4 janvier 2023.

 

 

Voir aussi le dernier RECUEIL de 2022 du blogueur "IN-QUIETUDE ou DEMARXISATION et REMARXISATION. DIALECTIQUE DE LA CROISSANCE ET CROISSANCE DE LA DIALECTIQUE OU RESUME DU RESUME" :

Partager cet article
3 janvier 2023 2 03 /01 /janvier /2023 14:29
CLIQUER CI-DESSUS

Une brochure de formation de 2011

que les années passées depuis confirment !

Et que les récents articles d'Economie et Politique poursuivent.

https://www.economie-et-politique.org/wp-content/uploads/2020/05/cours_yd_capitalisme_2_0.pdf

 

 

 Voir aussi le dernier RECUEIL de 2022 du blogueur "IN-QUIETUDE ou DEMARXISATION et REMARXISATION. DIALECTIQUE DE LA CROISSANCE ET CROISSANCE DE LA DIALECTIQUE OU RESUME DU RESUME" :

Partager cet article
2 janvier 2023 1 02 /01 /janvier /2023 07:15
Photo prise lors de la rencontre internationale d'ECO&PO et du PCF.

 

LA CRISE DU COVID19 A-T-ELLE CALME OU AGGRAVE LA CRISE DE SURACCUMULATION-DEVALORISATION DES CAPITAUX ? ET AUJOURD'HUI LA CRISE GUERRIERE ?

 

 

 

Cet article du février 2020 concernait "la crise sanitaire du COVID".

Il concerne ajourd'hui aussi, 2 janvier 2023, de la même façon en ce qui concerne la suraccumulation-dévalorsation du capital et sa concentration mondiale, "la guerre d'Ukraine" et "les mesures et contre mesures"  économiques et politiques et guerrières, prises dans ce cadre, celui du Capitalisme Monopoliste Mondialisé numériquement Informationnalisé globalement Financiarisé -CMMnIgF.

La destruction de Capital Constant relance le taux de profit qui relance la course au profit qui relance la baisse tendancelle du taux de profit, la suraccumulation-dévaloraisation, le drainage conjoint de capital vers le taux de profit et la baisse de réponse aux besoins sociaux que les destructions induisent.

LA CRISE SYSTEMIQUE S'AGGRAVE en spirale.

 

L'article de février 2020 :

La crise du COVID19 va-t-elle calmer ou aggraver la crise de suraccumulation-dévalorisation des capitaux ?

Nous avons déjà vu précédemment que l'évolution de la crise de suraccumulation-dévalorisation des capitaux pousse vers  une crise financière majeure et une crise de production elle-même.

On pourrait penser que le ralentissement des échanges et de la production induite par le covid19 calme cette crise de suraccumulation-dévalorisation des capitaux. Certains, en particulier chez les libéraux, pourraient le penser et en avoir l’espoir. La politique de l’autruche accompagne toujours la politique de l’argent, de la domination et des dominants.

C’est oublier que le mode de production et d’échange garde les mêmes critères de produire et d’échanger, basés sur le rapport Profit/Capital.

En l’absence de décisions politiques et de mouvement ouvrier et populaire poussant suffisamment dans le sens d’une modification radicale et progressive des critères d’échange et de production, la crise conjointe de suraccumulation-dévalorisation des capitaux et du covid19  pousse  au contraire, conjointement, à la concentration capitaliste et y compris dans l’immédiat. Cette concentration capitaliste, monopolistes, mondialisée, numérisée, s’oppose à une diversification dans la mondialisation qui correspondrait à une réponse aux besoins sociaux, y compris aux besoins nouveaux engendrés par la crise du covid19. Seuls les profits des firmes multinationales trouveront profit à la crise de covid19, ce qui implique une aggravation des conditions de vie, de survie humaine, et de développement en santé physique et morale, et de son environnement vital.

La crise hospitalière et celle du financement des retraites dans le cadre de l’austérité imposée par le système et ses tenants, comme la crise de l’ensemble des activités locales, nationales, européennes et mondiales, ouvrent la possibilité d’orienter les luttes vers d’autres choix de critères économiques et d’organisation du travail, de cohérence de l’homme producteur dans l’entité productrice. Il faut se saisir de cette opportunité de transformation sociale en santé que la crise, contradictoirement, offre.   

Pierre Assante. 28 février 2020.

 

LIEN SUR LE RECUEIL « 20 THÈSES »

Et l’alliance économie-ergologie

lien : http://pierre.assante.over-blog.com/2020/02/lien-sur-le-recueil-20-theses.html

 

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 10........

Les débuts du blog :

http://pierre.assante.over-blog.com/page/119

Partager cet article
1 janvier 2023 7 01 /01 /janvier /2023 00:01

 

 

AN 2023

 

BONNE ANNEE.

BUON ANNO.

FELIZ AÑO

BÒNA ANNADA,...

....BEN GRANADA.

 

DERNIER RECUEIL 2022 :

IN-QUIETUDE ou DE-MARXISATION et

RE-MARXISATION 

DIALECTIQUE DE LA CROISSANCE ET CROISSANCE DE LA DIALECTIQUE 

OU RESUME DU RESUME

SOMMAIRE EN PAGE 2

 

POUR LIRE CLIQUER SUR CE LIEN :

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/09/demarxisation.recueil-progressif.html

 

Partager cet article
31 décembre 2022 6 31 /12 /décembre /2022 07:24
CLIQUER CI-DESSUS

 

AN 2034

 

CLIQUER SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/AN_2034_COMPLET.pdf

 

 et Tous les articles du blog (3989 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

 

Partager cet article
29 décembre 2022 4 29 /12 /décembre /2022 12:27

 

 

60. PRÉCARTITÉ D’ÊTRE, DE DIRE.

 

« …Rien n’est précaire

comme vivre… »

Louis Aragon

 

« …Ce qui est dit n’est jamais entendu

tel que c’est dit :

une fois que l’on s’est persuadé de cela,

on peut aller en paix dans le monde… »

Christian Bobin

 

 

 

 

 

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/09/demarxisation.recueil-progressif.html

Partager cet article
29 décembre 2022 4 29 /12 /décembre /2022 11:03
DE DAUMIER

 

VIVE LA CHINE !

 

Au départ, il ne s’agit pas d’un communiste, mais de moi, d’un grand-père communiste.

Avec tout ce que cela implique de triste, mélancolique, pas sans regret, renoncement à la force d’intervenir dans la vie ; mais pas aux forces qui restent siennes et autres.

 

La musique, la littérature, le film... et pas seulement… elles, il, peuvent transmettre des sensations, des sentiments, autonomes et dépendants, mouvants et progressifs, des impressions de même, comme si on les vivait dans la réalité ou revivait dans la réalité.

La curiosité, les savoirs partiels, les efforts de comprendre, l’apport social à double sens, leurs synthèses relatives, mentales, opérationnelles, relient les besoins de survie, de production, d’échange et de consommation de subsistances « matérielles et morales unies », à l’apprentissage-travail individuel-social qui le permet.

 

Et il y a la lente fusion sociale dans la disparition progressive et-ou brutale de soi-même.

 

Savoirs, musique etc. ne "fonctionnent" pas seuls et constituent un développement-évolution-complexification-condensification de la personne dans celle de la société, ses progrès, ses régressions dans les progrès et la crainte de retours régressifs sans issue.

 

J’ai mis un extrait précédemment du « GUEPARD » vieux.

 

Aristocrate rural sicilien de 1860 (pendant les luttes bourgeoises et populaires antagoniques de révolution politique issue de 1848, et des transformations des moyens de production de pair), à la fois traditionnel, critique, savant et cependant conservateur, sa classe en déclin et disparition transmet pourtant.

 

L’homme producteur entre dans une révolution scientifique, technique, culturelle, civilisationnelle de l’humain qui peut le libérer des aliénations sociales passées de ses activités et leur devenir.

 

La Chine : Je sais bien qu’elle n’est pas un modèle et que son processus n’est pas plus garanti qu’aucun autre processus et qu’il dépend et s’intègre dans celui du monde humain global.

 

L’effort dit « occidental », le capital dominant, de déstabiliser la Chine se retourne contre elle certes, mais encore plus sur ceux qui le déploient en "jouissant" de ses difficultés.

 

Par exemple « du jour », l'exploitation médiatique des révoltes contre le confinement et la réponse du parti-Etat, ou du moins de la part de celui en capacité d'hégémonie dans le pouvoir, avec ceux qui tendent à mettre en œuvre une régulation systémique progressive, générationnelle et révolutionnaire du pays, du et pour le monde humain, cette exploitation médiatique transfère « l’isolement » de la Chine au monde capitaliste entier, qui bâtit ses propres murs et les renforce sans cesse au détriment de son propre développement sans régler mais en aggravant exponentiellement la crise de baisse tendancielle du taux de profit et de suraccumulation-dévalorisation du capital, insoluble sans processus radical et générationnel de transformation qualitative systémique et organique.

 

Il ne s'agit pas là particulièrement des mesures de protection sanitaires prises à juste titre par tel ou tel pays, mais des mesures et contre-mesures dans lesquelles s'exercent de la part du capital dominant et ses alliés la volonté contradictoire, antagonique, de faire des affaires tout en réduisant les coopérations mondiales, c'est à dire en pratiquant un impérialisme économique et idéologique.

 

Le "sens-unique" est le contraire du besoin de coopération, de solidarité et de cohérence, besoin vital - de survie et de développement de l'humanité au stade actuel de la mondialisation et des forces productives.

 

D'autre part nous en savons assez aujourd'hui du processus d'installation de la répression et des purges staliniennes pour ne pas être attentif maintenant et toujours à toute dérive de ce type.

 

Par tête d’habitant, l’état des forces productives de la Chine, des peuples de la Chine, est à la fois insuffisant pour un type de mode de production communiste ET tend à répondre à un chemin, une voie le permettant, tout autant qu’une voie n’est pas une chose abstraite mais une réalité de mouvement qui dépend de l’immensité et la multitude des rapports sociaux et des qualités propres des personnes qui entrent dans ses rapports sociaux, la classe ouvrière au sens large, le salariat de production des biens matériels « usuels » et agricoles dépendant de lui en dernière instance, comme le cuisinier dépend du contenu et de ceux qui remplissent « son frigo ».

 

Sans blanc seing sur ce qu’elle est et pourrait devenir et ses immenses difficultés, aujourd’hui, VIVE LA CHINE !

 

29/12/2022 10:33:27.

 

 

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/09/demarxisation.recueil-progressif.html

 

Partager cet article
28 décembre 2022 3 28 /12 /décembre /2022 07:07

 

CATASTROPHE HUMANITAIRE

 

Le processus-développement objectif humain et le processus-développement subjectif humain constituent une unité de Processus-Développement Social.

 

Cette unité est contradictoire : processus-développement objectif et processus-développement subjectif connaissent des développements inégaux, des écarts et des « rattrapages ».

 

Des rattrapages lorsque l’écart devient tel que seule une transformation rapide et violente résolve cette contradiction.

 

Sauf si « l’écart » se creuse de façon inviable, létale et achevée, avant que le rattrapage possible n’ait lieu, c’est-à-dire si l’effondrement de l’unité de développement-processus empêche ce « rattrapage ».

 

Le phénomène existe en physique, en biologie, en social. Le social est une unité matérielle d’un mouvement corpusculaire, biologique et psychique issu d’un processus de tranformation-developpement-évolution-complexification-condensification d’une forme particulière l’organisation de la matière que nous constituons et qui peut soit se poursuivre soit se dissoudre comme se dissout l’unité de mouvement -meurt- un corps vivant.

 

Dans une humanité mondialisée au point où en est la notre le phénomène d’écart entre processus-développement objectif et processus-développement subjectif peut devenir une catastrophe humanitaire généralisée du corps global humain.

 

Ce corps global humain constitue une forme avancée de la conscience de la nature sur elle-même, c’est-à-dire un progrès fondamental de la nature issu de l’humanisation, de l’homo habilis à la société humaine industrieuse de numérisation et d’automatisation, passée par le néolithique, la cité, la société d’accumulation marchande puis de capital, et les prémices d’une généralisation de la numérisation-automatisation limitée par les contradictions d’un système économique et social devenu obsolète qui l’a produite et qui la détruit.

 

Automatisation et numérisation développées ne veulent pas dire uniformisation ni élimination de l’invention et la réalisation particulière des « lits de Platon » et de la société-lit de Platon globale, mais production artisanale et industrielle réconciliées, libérées de l’achat de la force de travail, de l’aliénation du produit et des gestes « physiques et moraux unis » du produit.

Identité et unité des contraires dans le processus, dans les mouvements particuliers du mouvement global et dans les mouvements particuliers du mouvement objectif et dans les mouvements particuliers du mouvement subjectif et leur unité globale.

 

Parler de catastrophe humanitaire globale possible ce n’est pas céder dans l’effort de poursuite de la lutte des classes, au contraire, c’est alerter de l’insuffisance d’effort dans le domaine du processus-développement subjectif envahi par une paresse intellectuelle faisant partie de « l’écart ».

 

Le processus des forces productrices (de Valeur d’usage aliénée), productive de capital dans le système A-M-A’ ( valeur marchande, d’échange marchand à son extrémité possible de développement) contient cette unité de l’objectif (machines etc.) et du subjectif (techniques etc.), et cet écart en développement létal possible.

 

Une catastrophe possible particulière dans le processus global universel cyclique et en spirale.

 

Que ceci ne nous empêche pas nos rapports avec nos semblables immédiats, ici et maintenant, rapports dans lesquels se loge, peut se loger la recherche de dépassement vital de cet écart.

 

Pierrot. 28/12/2022 06:13:08.

 

VOIR :

IN-QUIETUDE ou DEMARXISATION et REMARXISATION. Recueil progressif complété

Partager cet article
27 décembre 2022 2 27 /12 /décembre /2022 08:23

 

Pour répartir et consommer,

il faut produire !

COMMENT PRODUIRE ?

 

Pour consommer il faut produire.

 

Pour répartir la production dans une population il faut produire cette production !

 

Certes, la qualité de la production et qualité de la répartition vont ensemble

 

Cet article est une contribution publiée par le PCF en 2008 dans le cadre de la préparation du congrès d'alors (Voir lien en bas de page).

 

Il y a une sorte d'entêtement psychique de la société et de nous-même à ignorer le lien entre consommation, répartition ET PRODUCTION. C’est-à-dire à ignorer les conditions de vie, de survie et de développement des humains en tant que personne et de la société en tant que rassemblement vital des personnes humaines. Paradoxalement, les choses les plus simples sont les moins apparentes à la conscience.

 

Le mode de vie organisée par le système économique et social actuel, le notre non choisi, sa course au critère PROFIT/CAPITAL a gagné les esprits et c'est bien dans la mise en relation de la défense et développement des conditions de production et de pair de la conscience des mentalités qui en découlent que peut se produire la prise de conscience de la nécessite d’une transformation révolutionnaire de progrès, progressive et radicale.

 

La réponse aux multiples crises et effondrements des productions, d’énergie en tête qui permet en première instance la production, tient en dernière instance à l’organisation de l’économie. En cela je renvoie avec détermination et entêtement, aux propositions des économistes communistes, dont le PCF a besoin de faire un des centres pour être l’élément social de prise de conscience des conditions de survie et de développement mondial de l’humanité ; de la dépendance et de l’autonomie à la fois, et de la diversité des hommes entre eux, et de ses entités dont la France constitue une part organique (1), liée solidairement, matériellement, mais non suffisamment subjectivement : non suffisamment subjectivement veut dire que la conscience de cette solidarité objective (concrète) ne fait pas l’objet d’une prise de conscience des nécessités de développement de coopération et de cohérence organisée.

 

La préparation du 39ème congres, de son projet de base commune a ce besoin : rendre visible, évidentes, les propositions économiques pour répondre à l’ensemble des revendications listées et des principes de civilisation affirmés. (SEF, DTS, VA/CMF etc.)

 

Cet article-contribution de 2008 répondait aussi à un débat avec un journaliste ami de « La Marseillaise » sur la question de la répartition. Ce débat demeure essentiel et sa tenue incontournable pour une bonne tenue, efficace et opérationnelle du 39ème congres dans le mouvement de transformation impétueuse de la société et ses drames croissants, les luttes qui l’accompagnent et le contenu à leur transmettre.

 

Débat dans les cellules, les sections (Pour nous ici, PCF13008, le 5.1.23 prochaine « séance »), jusqu’au national et l’international en relations réciproques, organiques (1). Le PCF est une part organisée du peuple du monde recherchant comme d’autres et avec d’autres, et autonomement en fonction de ses qualités propres, les voies de développement.

 

Pierrot. 27/12/2022 08:38:06.

 

(1) « Organique » veut dire, dans un corps, en tant que métaphore relative, qu’un organe ne peut y vivre sans les autres.

 

L'article de 2008 en question :

http://pierre-assante.over-blog.com/article-crise-de-la-production-et-rien-d-autre-70602308.html

Partager cet article
26 décembre 2022 1 26 /12 /décembre /2022 09:48

 

LE GUEPARD

 

Châpitre septième

 

 Extrait.

 

« …Cette sensation, Don Fabrice l’avait toujours connue. Depuis des dizaines d’années, il sentait s’écouler hors de lui-même, lentement, continuellement, le fluide vital, la faculté d’exister, la vie en somme, peut-être aussi la volonté de vivre. On eut dit les grains de sable serrés qui glissent, un à un, sans hâte et sans relâche, par l’étroit orifice d’un sablier.  Dans certains moments d’activité intense, de grande attention, ce sentiment de continuel abandon disparaissait, pour se représenter, impassible, à la moindre occasion, au moindre silence, à la moindre tentative d’introspection. C’était comme un bourdonnement d’oreille perpétuel, comme le battement d’une pendule qui s’imposent lorsque tout se tait -et l’on sait qu’ils ont toujours été là, vigilants, même quand on ne les entendait pas.

Le reste du temps, il lui suffisait d'un peu d'attention pour entendre le froissement des grains de sable qui s'écoulaient, légers ; pour sentir les instants s’échapper de son esprit et le quitter à jamais. Au commencement, la sensation ne lui avait causé aucun malaise. Au contraire, cette imperceptible perte de vitalité était la preuve de sa vie, la condition pour ainsi dire du sentiment d'exister. Habitué à scruter des espaces extérieurs sans limites, comme à explorer de vastes abîmés intérieurs, il ne trouvait rien là de désagréable : il percevait un effritement menu, ininterrompu, de sa personnalité ; en même temps ,un vague présage lui semblait annoncer que cette personnalité se recréait ailleurs, moins consciente mais plus large, grâce à Dieu. Les grains de sable ne se perdaient pas ; ils ne disparaissaient que pour aller s'accumuler en quelque endroit mystérieux

pour y cimenter une architecture plus durable. « Architecture », à vrai dire, n'était pas le mot exact : il évoquait quelque chose de lourd. D'ailleurs, « grains de sable » ne convenait pas davantage. Il s'agissait plutôt de particules de vapeur s’exhalant d'un étang étroit pour monter vers le ciel et il former de grands nuages, légers et libres… »

 

« Le guépard », Giuseppe Tomasi di Lampedusa.

Ed. Du Seuil, Points, Traduction Fanette Pézard.

 

Images du film de Luchino Visconti

 

Recueil septembre-décembre 2022 : 

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/09/demarxisation.recueil-progressif.html

Partager cet article
24 décembre 2022 6 24 /12 /décembre /2022 08:08

 

 

TROBADORS ET BEAUTÉ et LIBERTÉ

 

 

Les trobadors, cette révolution poétique dans une pré-renaissance, essai anticipé non viable de révolution totale, non encore massivement aliénée par l’accumulation de l’argent, loin des pouvoirs papaux religieux aliénants, des états centraux nationaux en constitution et en antagonisme mondial, et avant que la bourgeoisie en formation des villes ait fait de l’accumulation financière A-M-A’ un « idéal achevé » dans "notre" capitalisme du XXIème siècle, mondialisé, financiarisé, numérisé.

 

Ce qui fait la beauté de la femme et l’intérêt au sens humaniste et non en possession-aliénation en croissance de quelque sorte que ce soit, et en dernière instance, « monétaire », c’est sa ressemblance à moi, homme générique sexué mâle, et sa différence.

 

Et au-delà, ce qui fait la beauté et l’intérêt de la personne humaine, c’est la semblance et la différence des êtres entre eux :

Le semblable et le diffèrent, l’unité de la personne et de la société humaine.

La sublimation civilisationnelle de l’autonomie-dépendante-différence-semblance, physique, mentale, psychique, en contradiction et en identité et en unité.

 

Dépendance et autonomie, contradictoires, identiques et fécondes dans l’appropriation commune et réciproque de la nature dont nous sommes Partie Organique de conscience en progression universelle.

 

Dans l’évolution, transformation, complexification, croissance-condensification de la personne dans la société, de la société sur la Terre, de la Terre dans l’univers.

 

De cette et ces autonomies relatives par rapport aux conditions de leurs naissances sociales initiales, il en est de même des idées et des sentiments, idées et sentiments non pas réifiées (chosifiés) comme des vertus abstraites, rigidifiées, figées, congelées (liberté, courage, amour, etc. hors sol et hors conditions réelles) mais comme mouvements particuliers et dépendance-autonomie réciproque, de la matière dans notre corps-cerveau-société dans le mouvement général.

 

Unité organique.

 

Pas de liberté dans l'identité momifiée.

 

Pierrot. 24/12/2022 08:08:08.

 

 

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/09/demarxisation.recueil-progressif.html

 

 

Partager cet article
23 décembre 2022 5 23 /12 /décembre /2022 08:37

 

 

 

B

 

O

 

N

 

N

 

E

 

 S 

 

 

 

F

 

Ê

 

T

 

E

 

S

 

 

 

En conscience

http://pierre-assante.over-blog.com/2020/02/lien-sur-le-recueil-20-theses.html

Partager cet article
21 décembre 2022 3 21 /12 /décembre /2022 07:16

 

 

DEBATS DE PREPARATION DU CONGRES et "les 128".

 

Suite aux informations reçues par les camarades de la section à l’occasion de la réunion d’hier à laquelle je n’ai pu assister pour raisons de santé :

Pour ma part, en tant que militant de base, Pierrot Assante, la réponse la plus démocratique qui soit « aux 128 » et à leur droit naturel et statutaire d’opinion, de débat et de décision, à partir de la connaissance et l’expérience passée et présente de leur projet alternatif renouvelé sous cette forme, la réponse c’est l’affirmation et le développement de l’analyse et des solutions de la majorité du dernier congrès, qui nous a porté, entre autre à une candidature communiste aux présidentielles comme à notre présence partout, dans le cadre d’un rassemblement d’action et de luttes sur des objectifs politiques solides et opérationnels clairs ; loin des confusions entretenues par et dans des évènements ponctuels.

Cette réponse tient à mon sens dans les travaux de l’école d’économie marxiste de régulation systémique et son analyse de la crise systémique de suraccumulation-dévalorisation du capital de Paul Boccara et la commission économique liée profondément au Parti, qui poursuit les travaux de Marx et du mouvement de pensée et d’action qu’il incarne, sur le Capital et les actualise dans le capitalisme mondialisé, financiarisé, numérisé. Et c’est une réponse la meilleure, non pour un pouvoir interne sans contenu dans le Parti, mais pour constituer un outil puissant contre et sur le pouvoir de l’argent-capital, nécessaire à une sortie de crise générale qui se déchaine dans tous les domaines de la société et menace « tout simplement » notre vie quotidienne et notre survie future.

Une occasion exceptionnelle, est donnée, dans ce XXXIXème congrès, de réaffirmer ces solutions et ces analyses que je résume en quelques exemples et citations insuffisantes :

Juste un petit rappel de processus possible, en antichambre d’une transformation sociale mettant en relation saine, en santé mouvement des forces productives et mouvement de l’organisation systémique de la société : Critère de gestion et de transition VA/CMF, SEF, Crédits, Fonds, DST, Droits du travail …..(voir Revue « Economie & Politique), de l’homme producteur-citoyen en unité com-répondant au processus de dépassement de l’achat de la force de travail, l’activité libre, le dépassement de l’aliénation du travail productif et producteur, de la contradiction valeur d’usage/Valeur marchande.

Les mettre au centre des développements et d’une logique globale du texte de projet de base commune, afin de dépasser une dilution sans liens entre eux qui les rendraient peu visibles et peu accessible à la compréhension globale, est sans doute un travail d’amélioration indispensable, travail qui dépasse de simples amendements ajoutés.

Travail difficile, à long terme et au-delà du congrès, qui demandera à tout le parti et aux rédacteurs « finaux » beaucoup d’effort, ce qu’ils font déjà et qui se voit dans les premiers résultats de rédaction.

Le congrès prépare l'action et est aussi un moment incontournable de formation commune politique et économique et militante et en connaissances générales

Pierrot Assante. ‎Mercredi ‎21 ‎décembre ‎2022, ‏‎11:50:48

P.S. Johnnie chantait « Allumer le feu » ; je me contente d’ « Enfoncer le clou », obstinément. Bises à tous et bonnes fêtes.

 

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/09/demarxisation.recueil-progressif.html

 

Partager cet article
19 décembre 2022 1 19 /12 /décembre /2022 13:55

 

L’ARGENT, le SPORT et le SPECTACLE (Titre du blogueur)

Oui, la métaphore est excessive de ma-sa part : Sans doute, mais……

 

Les habitant de Trêves (Aux limites de l’Empire), après le sac par les Goth, au lieu de demander l’argent à l’Empereur pour reconstruire les remparts, lui en demandaient pour faire des spectacles de gladiateurs.

 

Et texte de SALVIEN :

« Des cirques, habitants de Trèves, voilà donc ce que vous demandez, et cela quand vous avez passé par les dévastations et les saccagements, et cela, après les désastres, après le sang, après les supplices, après la captivité, après tous les a malheurs d'une ville tant de fois renversée ! quoi de plus déplorable qu'une telle folie ! quoi de plus douloureux qu'une telle démence! Je l'avoue, je vous ai regardé comme bien dignes de pitié, lorsque vous avez eu votre ville détruite; mais je vous trouve bien plus à plaindre, lorsque vous demandez des spectacles. Car, je pensais que dans ces désastres vous n'aviez perdu que vos biens et vos fortunes, j'ignorais que vous y aviez perdu aussi le sens et l'intelligence. Vous voulez donc des théâtres, vous demandez donc un cirque à vos princes? Pour quelle situation, je vous prie, pour quel peuple , pour quelle ville? pour une ville en cendre et anéantie, pour un peuple captif et massacré qui n'est plus ou qui pleure; dont les débris, s'il en est toutefois, ne sont qu'un spectacle d'infortune; pour un peuple abîmé dans la tristesse, épuisé par les larmes, abattu par des pertes douloureuses, devant lequel vous ne savez dire de qui le sort est le plus déplorable, des morts ou des vivants; car l'infortune de ceux qui restent est si grande, qu'elle surpasse le malheur de ceux qui ne sont plus.

 

« Tu demandes donc des jeux publics, habitant de Trêves? Où les célébrer de grâce? sur les bûchers et les cendres, sur les ossements et le sang des citoyens égorgés? quelle partie de la ville ne présente encore l'aspect de ces maux? où ne trouve-t-on point de sang répandu? où ne trouve-t-on point des cadavres gisants? où ne trouve-t-on point des membres déchirés et en lambeaux? Partout le spectacle d'une ville prise, partout l'horreur de la captivité, partout l'image de la mort. Ils sont étendus, les restes infortunés du peuple sur les tombeaux de leurs morts, et toi, tu demandes des jeux! La ville est noire d'incendie, et toi, tu te fais un visage de fête! tout pleure, et toi, tu es joyeux ! Ce n'est pas tout, tu provoques Dieu par des plaisirs infâmes, et tu irrites la colère divine par de criminelles superstitions. Je ne m'étonne plus, certes, non, je ne m'étonne plus qu'il te soit arrivé tant de malheurs consécutifs ; car, puisque trois renversements n'avaient pu te corriger, tu as mérite de périr au quatrième. »

 

Extrait de « De gubernatione dei », « Les exilés de l’impôt », Livre V., an 455, Salvien de Marseille, originaire de Trêves, immigré en Provincia Romana, qui a prévenu de l’effondrement de l’Empire romain d’Occident, effectif en l’an 476 (et soulignant le phénomène des Bagaudes, révoltes locales armées, et des migrations des citoyens romains petits paysans libre -face aux « latifundia » des grands propriétaires d’Empire et provinciaux-, chez « les barbares » pour fuir l’esclavage pour dettes) , si les prélèvements en impôts de production sur le travail agricole dépassaient une quantité trop importante pour ne plus permettre  -empêcher- le cycle de renouvellement « Travail – Production – Echange – Consommation -Travail ».

Il s’agit là du cycle marchand M-A-M’ simple  et non du cycle du capital, actuel A-M-A’, et l’achat de la force de travail qui le permet, cycle dont les causes et effets systémiques sont différents et aggravent le cycle organiquement uni « reproduction du capital-reproduction sociale », reproduction de la société et de la personne-homme producteur dans la société, jusqu’aux limites finales du développement de l’échange marchand. Il n’y a pas de « retour » historique possible sinon par destruction.

Mais il y a les prémices historiques et économiques du cycle M-A-M’ dans l’accomplissement de celui A-M-A’.

La marchandisation et la financiarisation hyperlibérale du sport est aussi, dans notre XXIème siècle une manifestation parmi d’autres du capitalisme monopoliste mondialisé numériquement informationnalisé, globalement financiarisé, mode de production et d’échange gravement malade et obsolète …..

 

DIXI ET SALVAVI ANIMAM MEAM. Pierrot. 19/12/2022 13:55:05.

 

P.S. Je suis triste de voir mes petit-e-s et mes ami-e-s tristes de cette dite « défaite » ! Surtout quand ils sont de bons footballeurs amateurs passionnés que j’aime voir jouer.

 

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/09/demarxisation.recueil-progressif.html

 

 

Partager cet article
17 décembre 2022 6 17 /12 /décembre /2022 08:00

 

ELEMENTS

 

1. Le déplacement en 1917 de l’axe de gravité du mouvement ouvrier des pays industrialisés vers les pays sous-développés et à récent héritage de mode de production asiatique,  a créé une rupture dans le processus de ce mouvement.

Une fois dit cela, il faut chercher, pour poursuivre la lutte, l’apport positif et négatif de courte, moyenne et très longue durée de cette rupture (relative) de processus passé, présent et à venir possible, qui ne peut être une rupture au sens d’effacement même relatif du processus continu et quantique (discret).

Lénine lui-même, dans ses immenses capacités d’observation du processus proche et lointain de lui-même, de son corps-soi-activité propre, socialement autonome et dépendant à la fois, contradiction féconde,  a contribué à commencer à analyser les modifications du processus global dans les processus locaux et mondial et leur rapports réciproques et unis organiquement. Les « moments » singuliers et-ou particuliers ne sont pas scindables. Les étudier comme les patates des mathématiques modernes, utile métaphoriquement, pose problème à la réflexion dialectique.

 

2. L’axe lutte nécessaire, mais insuffisante seule, « salaire/plus-value », dans les analyses et les orientations a caché le processus global systémique du mode de production. La critique du programme de Gotha constitue un moment de réaction positive à la contradiction contenue dans la réduction mécanique, logique au sens de non-contradiction aristotélicienne, à celle Salaire/Profit, critique sans lendemains suffisamment réactifs pour corriger suffisamment le processus et ses bifurcations.

L’analyse de l’école de d’économie marxiste de régulation systémique « corrige » l’analyse réduite à la seule la contradiction Salaire/Plus-value et tente de réduire l’avance objective et subjective prise par le capital sur les mouvements ouvriers et le mouvement ouvrier mondial (mouvement ouvrier au sesn large) dans la mondialisation capitaliste, le processus de ses moyens de production et d’échange, la numérisation et ses possibilités d’automatisation et de productivité détournées des besoins sociaux.

La réduction mécanique, non dialectique à l’antagonisme Salaire/Profit oublie paradoxalement et fondamentalement l’antagonisme que contient cet antagonisme Capital Variable/Plus-value : l’élément achat de la force de travail et la crsie du travail et de l’invention que cet achat contient; elle n’est pas aménageable, elle doit être dépassée générationnellement

Réduire la contradiction S/PV est une vue théorique de l’esprit ne correspondant pas à la réalité systémique globale du capital : il s’agit d’une bifurcation négative dans le processus de pensée révolutionnaire entamée par l’analyse marxienne (et les luttes ouvrières au sens large) non achevée et poursuivie ( achevé ou pas au sens d’un moment historique).

Le critère VA/CMF contient une contradiction processuelle opérationnelle de transformation radicale, progressive et générationnelle de sortie de crise de croissance inouïe de l’humanité qui est celle de son mode de production et d’échange.

 

3. Quelle conséquence et quels remèdes (ce qui demande acte de choix essentiels et vitaux humains et de mise en œuvre en santé ergologique, partant de la personne, son autonomie et sa dépendance contradictoires et fécondes,  d’invention d’orientation économique et politique) à cette rupture relative et de ses échos dans le présent.

Les éléments 1. et 2. Ont créé les conditions d’une social-démocratisation globale de réponse à l’exploitation capitaliste, dans le « camp socialiste », comme dans le « mouvement ouvrier occidental » et les « mouvements de libération nationale », impliquant opportunisme et violence irrégulée en unité antagonique et négative.

La résolution positive, en santé sociale suffisante pour procéder dans la transformation-évolution-complexification-condensification de la société humaine et son rapport avec la nature dont elle est partie organique, tient dans les capacités d’observation et d’invention humaines depuis celle de l’outil, du travail, de la transformation de la nature par l’homme dans la recherche des subsistances.

La Com.Eco. est à la pointe de cette observation. Je dirais aussi que l’APST et les concepts ergologiques en sont un autre outil organique.

Mais dans le mouvement de la société on ne peut réduire les capacités à un seul ou quelques éléments, mais à l’ensemble des éléments de la société dans leur immense diversité, leur évidence comme leur énigmaticité qu’il ne faut passer par pertes et profits, par la seule ignorance et l’indifférence au non connu, au non possible. L’existence du « pas » (du « non »), comme du négatif, existe bel et bien.

 

Pierre Assante.17/12/2022 07:39:28.

 

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/09/demarxisation.recueil-progressif.html

Partager cet article
16 décembre 2022 5 16 /12 /décembre /2022 08:12
Voir dans ce blog "20 Thèses"

 

« reconstruction »,

congrĖs, et crise systémique.

 

La guerre et les destructions continuent en Ukraine (et dans le monde), mais ça ne fait rien, l’important c’est de se partager le marché de la « reconstruction » bien sûr sur la base du marché et rien d’autre, c’est-à-dire du plus fort sur le marché.

 

Qui veut une "concurrence libre non faussée" (Allemagne etc.), c’est-à-dire sauvage sur la base du plus fort et qui veut un marché UE groupé à se partager (Capitaliste "du Sud, moins puissants") : c’est le discours du capital plus faible « contre » le capital plus fort qui se voilent la face sur le capital, c’est-à-dire sur lui-même.

 

Pendant ce temps la destruction revalorise le capital et lui permet de s’investir au taux de profit réévalué. Mais cette réévaluation n’est que relative dans la crise de croissance du capital constant, et son rapport P/C (Profit/Capital)en crise systémique : rapport du Capital Constant (CC) sur le capital total (CC-CV-PV. Capital Constant ; Capital Variable-salaire ; Plus Value-survaleur) et la crise systémique croissante et galopante et incurable de sa reproduction élargie

 

On dépèce « l’Empire de l’Est », on "grignote" puis on "avale" son marché. On fait les accords de Minsk pour attendre (Lire Angela Merkel) que le gouvernement libéral anti-communiste (cela va de pair) et ses supplétifs d’extrême droite fasciste soient en mesure de le refuser.

On fait un accord UE-Ukraine avec lui accaparant les ressources énergétiques et économiques du voisin établies au moment de son union économique historique. On intègre le capital ukrainiens au capital mondial dominant, US et ses accaparements et profits.

On sait que « l’Empire de l’Est » en réponse,  masse des troupes aux frontières, mais ça ne fait , on continue ; UE et OTAN. Et on arme et on surarme comme prévu avec les techniques de guerre les plus sophistiquées, les plus massives et les plus mondialisées.

 

Pour un long temps les conséquences en seront terribles, en particulier dans l’orientation carbonée de la production mondiale, contre les coopérations et les cohérences indispensables à la vie humaine.

 

En même temps, ces conséquences ne sont que des conséquences aggravées de la longue préparation de la crise économique, de société et de civilisation contenues dans le mode de développement capitaliste, son accumulation dans le cycle A-M-A’ (Argent(capital)-Marchandises-Argent plus), l’achat de la force de travail qui la permet, et in fine la baisse tendancielle du taux de profit et la suraccumulation-devalorisation du capital, effondrement lent ou rapide du système, à l’instar du système esclavagiste de l’Empire romain d’occident, sur lequel Salvien avait tiré l’alarme, sans résultat évidemment.

 

SEF (Sécurité d’emploi et de Formation), Fonds et crédits régionaux, nationaux, européens et mondiaux, droits du travail confirmant l’incontournable rôle humain des humains dans la production, DTS (Droits de Tirage Spéciaux de Fond Monétaire International pour contrebalancer le dictature du dollar)… c’est le cris d’alarme des économistes communistes au salariés, pour et dans leurs luttes, et aux peuples  pour donner à ces luttes un pouvoir et afin qu’elles ne soient pas que des jacqueries « modernes » sans effets salvateurs.

 

Le projet du XXIXème congrès du PCF de 2023 contient une riche énumération des questions et problèmes de la société à transformer et guérir. Mais il ne rassemble pas ( en tout cas pas suffisamment de façon évidente à mon sens) ce qu’il contient autour d’une analyse et de son besoin de solutions opérationnelles, scientifiques, face au drame humain, du mondial au local.

 

Procéder à ce rassemblement est de la plus haute urgence, comme aurait dit Marx dans son souci sans lendemain concrétisé de répondre aux « programmes de Gotha » sans cesse reproduits, malgré les avancées-compromis utiles et féconds de l'histoire ouvrière, au sans large.

 

Mais les choses sont possibles ou pas, et tout en hâtant le temps, on ne peut le forcer. La NEP de 1921-22 ne disait rien d’autre.

 

Pierre Assante. 16/12/2022 07:24:28.

 

http://pierre-assante.over-blog.com/2020/02/lien-sur-le-recueil-20-theses.html

Partager cet article

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche