Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2020 2 11 /08 /août /2020 09:01

SANS DOUTE. PEUT-ÊTRE…

De la Grèce aux USA.

Le "sans doute peut-être" est le lot de la réflexion empirique, mais pas seulement d'elle.

L’agriculture est arrivée du Croissant Fertile (1) en Grèce par la vallée du Danube.

Les mycéniens (2) ont formé une base de civilisation par l’élimination de peuples paléolithiques « néolithisés »  antécédents, comme les peuples américains d’USA ont pour base l’élimination des peuples indiens paléolithiques plus le libéralisme sans frontière que leur création a libéré.

Et sur la dissolution de la civilisation mycénienne s’est formé la relation de pré-mondialisation commerciale des îles et la démocratie esclavagiste et machiste.

Les constitutions athéniennes de Solon et Clisthène (3) sont bien autre chose du point de vue de la créativité que la constitution des USA dont la base économique est aujourd’hui l’échange marchand à son extrémité : le CMMnIgF (Capitalisme Monopoliste Mondialisé numériquement Informationnalisé globalement Financiarisé).

 

Y a-t-il dans l'élimination d’un peuple par un autre, dans la barbarie constituant une charnière entre néolithique original et société marchande en formation mondialisée, puis accédant à un niveau supérieur d’organisation marchande, à la fois la tare initiale de l’échange marchand dominant et un progrès dont la réification finale constitue un poison mortel ?

Dans le gardien de l’ordre mondial capitaliste que constitue non Israël mais le sionisme issu de l’horreur de la Shoah, et de l’horreur extrême du capitalisme nazifié, et sa recherche d’alliance à n’importe quel prix pour son existence, n’y a-t-il pas un dernier sursaut contre le retour à un croissant fertile originel et la fin du capital ??

NON un retour à un croissant fertile agricole primitif et une mondialisation décroissante comme sa négation stupide peut le laisser imaginer, mais au contraire un retour à la source de l’inventivité dans les conditions des forces productives actuelles, mondialisées, numérisées, digitalisées, autogestion de la personne et de l’entité de production et d’échange dans une coordination mondialisée de l’autogestion ?

Si les peuples américains d’USA et leur libéralisme fédéral négateur d’une véritable intervention populaire, sur lequel s’appuie une domination mondiale en déclin, ont pour base l’élimination des peuples indiens paléolithiques, le néolibéralisme mondialisé dont ils sont à la tête par l’intermédiaire de leur pouvoir économique et politique, ne contient-ils pas la tare originelle de l’échange marchand de la valeur marchande, sa réification et son blocage. La baisse tendancielle du taux de profit, la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, la crise de l’achat de la force de travail opposé à l’autonomie et à l’autogestion de la personne et des entités humaines et leur qualité, n’expriment-elles pas cette réification et ce blocage, cette tare originelle ?

La colonisation sioniste portée au niveau de l’élimination de l’autre, porte-parole et exécutant d’un intérêt de classe mondial dominant n’est-elle pas une ultime résistance au retour à la création sociale de l’humanité et l’autocréation de l’homme par lui-même dans une appropriation en santé de son univers, c'est-à-dire dans une résolution en complexification continue et en santé de ses besoins de subsistance.

Agression désordonnée de Trump dans l’échange mondial, et du capital dominant qui cherche une « évolution » ordonnée de son agression, rapprochement Trump-Netanyahou, dissolutions des pouvoirs autoritaires, recherche de nouvelle démocratie en harmonie avec le mouvement des forces productives, homme et ses machines et techniques et cultures, inventions et transmissions en évolution-complexification en correspondance : tout cela contient les contradictions, l’expression des forces contradictoires dans leur unité,  du mouvement mondial de la société humaine en cours recherchant un niveau supérieur d’organisation sociale.

Le Liban actuel me fait aussi penser à tout cela, comme les grèves des cheminots et autres salariés pour les retraites, soutenues durablement par les populations, volonté de temps de travail non marchand, en France et dans le monde.

Domination masculine comme exploitation capitaliste sont un anachronisme dans l’état des forces productives et de leurs nouvelles possibilités de productivité en santé affranchissant l’humanité d’une nouvelle part des nécessités naturelles et sociales dépassables constituant un pas nouveau de la conscience de la nature sur elle-même que nous constituons tous ensemble.

Pierre  Assante. 11/08/2020 08:17:12.

(1) L'agriculture est "inventée" au Moyen Orient, dans le "croissant fertile, vers moins 9.000 ans, début du néolithique.

(2) Environ vers 1500 ans A.C. (Avant « l’ère Chrétienne »).

(3) 5éme siècle A.C.

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

 

Partager cet article

Repost0
9 août 2020 7 09 /08 /août /2020 07:23

LE DOUBLE EFFET DE LA CRISE SANITAIRE ET LE PARTI.

La crise du cavid19 a pour effet

- de voiler les causes profondes de la crise systémique et de « relancer » la machine économique sur les rails usés du libéralisme, rails qui portent à une impasse à plus ou moins long terme.

- En même temps elle pose l’insuffisance de réponse aux  besoins du processus humain dans le monde. Cette réponse passe par la recherche et son apport aux problèmes posés à l’humanité dans son processus, jusqu’à la mise en pratique dans la production, l’échange, le cycle élargi de consommation reproductrice. Mais aussi et surtout jusqu’à la conviction de l’humain de la quantité-qualité nécessaire de sa participation à sa propre existence individuelle-sociale.

Dans la « profusion » apparente de distribution monétaire des Banques Centrales et des Etats, vivre à crédit permet de développer le cycle de production. A deux conditions :

- que la production attendue corresponde à l’avance faite, c’est à dire dans d’autres conditions que celle du libéralisme. Dans le mesures gouvernementales prises, Il est d’ailleurs manifeste qu’il existe une contradiction entre distribution telle qu’elle et libéralisme : le besoin d’un autre système s’y exprime, et les critères institutionnels y explosent, mais non les critères capitalistes systémiques. De plus les replis souverainistes tranchent avec les financements européens, non sur le fond mais dans la forme, et contredisent un processus incontournable de coopération des grandes zones mondiales de développement

- et que l’avance, cela va de pair, corresponde aux besoins sociaux, y compris la qualité de la production et le rapport en entre la production et le milieu dans lequel elle se réalise, la société et sa base, notre Terre. Economie, écologie, ergologie, développement généralisé démocratisé des savoirs et savoir-faire et de leur transmission, ont partie liée.

Il ne peut y avoir de révolution systémique sans révolution des mentalités, dans un même mouvement alliant progrès des conditions objectives et progrès des conditions subjectives du processus humain. La participation de la personne au processus global de l’humanité et par conséquent à son propre processus dépend d’une double autonomie de gestion, celle de la personne dans l’entité d’activité-production-échange et  celle de l’entité de production dans le mouvement général du cycle élargi de régénération matérielle et morale de l’humanité.

En ce sens, l’existence d’une organisation humaine pouvant se faire l’interprète conscient du processus inconscient qu’est le mouvement général de l’humanité et les mouvements particuliers dans ce mouvement général, prend, dans la crise inouïe que nous traversons, une dimension exceptionnelle : nous avons besoin comme jamais d’un parti jouant de ce rôle d’interprète conscient du processus inconscient. Oui, cet interprète s’appelle un parti, au sens large et non pas au sens strictement institutionnel que sont devenus les partis y compris ceux se réclamant de la transformation sociale en santé.

Un parti communiste à l’origine, c’est le rassemblement de forces humaines, sous les formes mouvantes correspondant au moment historique, remettant en cause le système basé sur l’accumulation capitaliste, et la vente-achat de la force de travail qui la permet et contredit à double sens, dans l’aller-retour entre accumulation de capital et achat-vente de la force de travail, physiquement et mentalement, le processus humain. Le manifeste de 1848, s’il contient des éléments propres à sa période historique, entre autre sur la forme d’appropriation de l’outil de production, qui ne peuvent être reproduits dans toutes les périodes historiques du capitalisme, reste essentiel sur cette question.

Lorsque je précise « non au sens institutionnel », il ne s’agit pas de rejeter les forme d’action agissant dans et sur les institutions, mais au contraire d’y intervenir comme dans l’ensemble des activités humaines. Il s’agit de ne pas être prisonnier des institutions et de l’institution que le parti constitue lui-même.

Il ne s’agit pas non plus de sauter à pieds joints en criant "non à l’achat de la force de travail", mais il s’agit d’initier un processus, un voie, un chemin à inventer à chaque pas, pour abolir-dépasser l’achat de la force de travail dans des reformes permanentes du système productif local européen et mondial alliant droits du travail et droits de la personne.

Notre période historique est celle de la financiarisation globale de l’outil de production et d’échange et le blocage « progressif » par la financiarisation mondialisée de l’outil de production et d’échange, et de l’activité de l’homme producteur, du salarié et de l’ensemble social qui permet son activité productrice.

- La sécurité d’emploi et-ou de formation alternatifs, et de revenu,

- un autre usage de la production monétaire pour les choix de développement en santé économique, culturelle, "médicale",

- un critère "d’investissement" basé sur un plus grand cycle de la Valeur ajouté vers la production et les services,

sont au cœur d’une possible sortie des rails du libéralisme du XXIème siècle, et de financiarisation aux mains des groupes multinationaux et s pouvoir locaux et mondiaux qu’ils maitrisent.

Une numérisation-digitalisation-automation-mondialisation mise au service des besoins sociaux, des besoins humains ouvre la voie à une productivité libérant l’homme des activités contraintes, de l’achat de la force de travail. Encore fut-il qu’il en soit convaincu, par et dans un marche en avant vers la santé sociale, ce à quoi un parti peut contribuer, matériellement et moralement.

De la contradiction entre capital et travail résumée à la question de la répartition e la plus value, est apparue, dans le développement du processus capitaliste,  celle de la composition du capital, de la croissance exponentielle du capital constant, celui de machines et de la recherche qui les permettent, de la baisse tendancielle du taux de profit qui en découle et de la suraccumulation-dévalorisation du capital qui bloque l’échange et par conséquent la production.

Aucune tentative de répartition de la plus-value ne peut résoudre la crise systémique. C’est dans cette contradiction que se situent d’une part les réformistes de droite et de gauche, ET les révolutionnaires conséquents, créatifs et constructifs, pacifiques mais non soumis, de l’autre.

Pierre Assante. 09/08/2020 06:38:27.

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
8 août 2020 6 08 /08 /août /2020 08:08

 

 

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE

Economie et Ergologie

http://www.pierreassante.fr/dossier/RECUEIL_FEVRIER_2019_L_HUMANITE_ENTRE_DANS_SON_ADOLESCENCE..pdf

SOMMAIRE. PAGES 151-152

 

Partager cet article

Repost0
7 août 2020 5 07 /08 /août /2020 08:46

 

LIBAN

Il ne faut pas s’y tromper, sous le voile humanitaire, notre président est allé déstabiliser un peu plus un pays et une région qui le sont déjà tant !

Certes une aide internationale est indispensable, et pas seulement au Liban, mais aide internationale basée sur la coopération.

Nos interventions, disons "nos" étant que nous dépendons de ce pouvoir et de cet Etat, sont basées sur une économie libérale et une morale libérale, car là est bien le pire : la conviction du Président lui-même que la morale et la philosophie du libéralisme sont les meilleures, alors que le libéralisme  sa morale et sa philosophie plombent le devenir de la planète et de chacun de ses habitants.

Réussira-t-il à renforcer « pacifiquement » l’emprise impérialiste sur le monde, avec son « changement de ton », ce qui a échoué avec les bombardements et menaces de bombardements passés qui ont déjà détruit plusieurs nations certes déjà en crise mais encore plus aujourd’hui. Car régner sur des ruines peut renforcer l’exploitation mais ce n’est pas l’idéal du monde des affaires qui préfère quand même tirer d’une vache à lait le plus grand profit possible. Donner un visage humaniste à une politique internationale libérale ne peut changer les effets antisociaux et mortifères du libéralisme : c’est reculer pour mieux sauter. C’est la question du Liban, mais aussi de l’EUROPE visée par le Président français, et du Monde si bien « représenté » par le président des USA.

C’est d’une autre politique qu’a besoin de monde et pas seulement le Liban.

Pour relancer la machine à produire des richesses pour tous, il faut introduire dans nos protestations, et surtout dans nos constructions, dans vie quotidienne et dans nos projets, l’explication et la pratique d’une réforme radicale et progressive du travail, et d’abord la SEF (1), et d’une réforme radicale et progressive du système bancaire et financier, de la production monétaire des banques centrale et de son usage. Répéter les proposition théoriques et pratiques des économistes communistes de la ComEco et celles des ergologues marxistes, ce que je résume pour ma part par l’autogestion de la personne dans son lieu d’exercice, sans laquelle il ne peut y avoir d’autogestion de l’entité de production et d’échange, pas plus que de coordination ni de cohérence de l’ensemble productif, locale et mondial.

Le Président lui-même pourrait-il s’en convaincre ? Hélas certainement non, c’est toute la question de formation culturelle des hommes en fonction de leur milieu d’exercice et de société, sauf exception portée par des évènements personnels et-ou historiques pour la personne et pour la société...

Pierre Assante. 07/08/2020 08:08:46.

(1) Sécurité d’Emploi ou de Formation, dont le projet de loi a été déposé le 15 janvier 2017 à l’Assemblée et au Sénat par les élus communistes et affiliés. http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion4413.asp

et voir

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

 

Partager cet article

Repost0
6 août 2020 4 06 /08 /août /2020 08:08

APPELER UN CHAT UN CHAT,

NÉCESSITÉ POUR LA CLARTÉ DU DÉBAT ET LA CONFRONTATION DES IDÉES.

À compléter et corriger

 

Dans le mouvement de la société comme dans le mouvement de la nature, il y a des forces contraires agissant en unité contradictoire, qui s’opposent et déterminent le sens du mouvement.

Le Pcf a été fondamentalement, dans son lien avec l’homme, et beaucoup de moments de son existence, c'est-à-dire avec lui-même, dans son action et dans les lieux de production et d’échange, du côté des forces en évolution-complexification  progressiste. Ce qui n’a rien à voir avec la formule de « globalement positif ». Il  s’agit d’une tendance et non une qualité intrinsèque et abstraite correspondant à un mouvement linéaire de l’histoire en général et de son histoire en particulier, mais la résultante aléatoire des tentatives de réponses de l’homme à son développement. Dans une tendance, on tend, soit à se rapprocher soit à s’éloigner d’un fondement naturel ou social, pour l’homme, partie sociale de la nature, les deux à la fois. C’est d’ailleurs la question qu’a posé la relative désindustrialisation des pays développés dont les choix dans la financiarisation ont mis et mettent en péril les forces de transformation en santé et leur organisation sous diverses formes et entités.

Choix fondamentaux,

-à sa création en 1920, en 1936,

-dans la Résistance, dans la Libération et ses orientations économiques antilibérales, et les droits du travail qui ont dépassé provisoirement la crise du capital par de nouveaux progrès sociaux -car il en existait les marges élargies dans et par la production de plus-value, ce qui n'est plus le cas dans la crise systémique de suraccumulation-dévalorisation du capital,

-dans le mouvement de grève de 1968 crise du CME (Capitalisme Monopoliste d’Etat),

-dans la défense de la retraire moment anthroponomique de dépassement du marché du travail, c'est-à-dire de la vente-achat de la force de travail en 1995-2020,  etc.

Mais là n’est pas le sujet et la fin, le but de cet article. Le sujet actuel c’est poursuivre le mouvement d'évolution-complexification progressiste dans la transformation du monde du XXIème siècle, du CMMnIgF (Capitalisme Monopoliste Mondialisé numériquement Informationnalisé globalement Financiarisé, voir articles précédents).

Aller, on se jette à l’eau : qu’un militant et particulièrement un Secrétaire Général soit honnête, ait fait figure de cette honnêteté dans un monde politique d’opportunisme, ne le rend pas intouchable en matière de critique de son action. Appeler un chat un chat, et pour mon expérience qui me semble confirmée par l’histoire dans son déroulement, je l'exprime par cette expression : « la brejnévisation de la période Marchais » (1). Que tant de membres du B.P. (Bureau Politique, organe exécutif tandis que le Comité Central était l’organe délibératif et décisif, en principe, le Secrétaire Général ayant pris un pouvoir prépondérant dans un centralisme démocratique sans démocratie véritable) soient entrés en dissidence ou aient quitté le parti particulièrement dans cette période, c’est une réalité mentalement auto-voilée dans le parti. C’est pourtant un des éléments historiques qui devrait faire question.

L’unification des réponses à la société de classe et l’organisation le permettant n’ayant jamais été atteinte. Pourtant l’épisode de l’opposition publique de Kamenev et de Zinoviev à la prise du Palais d’Hiver lors de la révolution russe d’octobre 1917 et leur maintien dans le parti Bolchévique pouvait augurer historiquement un autre « centralisme démocratique ». Il faut aussi se rappeler la reconnaissance par Lénine lui-même de la russification du mouvement communiste international, de même que le bilan et les critiques qu’il exprime dans ce qu’on appelle son testament, en particulier sur la construction de l’Etat socialiste (la peinture en rouge de l’administration tsariste), l’alliance patiente d’intérêt commun du prolétariat avec les autres couches sociales (la paysannerie pour la Russie), le danger d’un pouvoir personnel et brutal à propos de Staline et Trotski.  J.J. Goblog a fait une analyse des prémisses du stalinisme dans l’expérience léniniste. Mais surtout le rôle de la formation, apprendre, apprendre, apprendre pour être en capacité de comprendre le réel pour créer le  nouveau !

Un petit rappel développé dans de précédents articles :

Pendant les 30 glorieuses le monde change non de bases mais de moyens de production. Le CMMnIgF (Capitalisme Monopoliste Mondialisé numériquement Informationnalisé globalement Financiarisé) commence à se construire. Le mouvement du salariat, particulièrement de la classe ouvrière au sens strict de la production  dite matérielle dans ses grandes concentrations qui ont été la base du Pcf, a poursuivi l’action à partir d’une organisation nationale avancée qui obtint nationalement et internationalement de grandes avancées en matière de temps et revenu du travail, de lutte de décolonisation etc. Certes ces avancées ont ouvert des possibilités de sortie de l’humanité de sa préhistoire dont la société marchande aujourd’hui dans son paroxysme, le CMMnIgF, fait encore partie. Il s’agit d’entrer dans une civilisation de tous, que d’aucun ont appelé communiste.

Le communisme, c’est le mouvement de la société et ce qui dans son mouvement la porte à une appropriation en santé de son milieu dont aussi d’elle-même. Le fruit qui mûrit donne un arbre ou pas. Les conditions énigmatiques pour l’homme de ce mûrissement ne sont pas totalement inconnues. L’inconnu est un horizon en mouvement, et l’horizon donne un sens au mouvement humain : depuis les antiques la question de la part d’action de l’homme sur  lui-même, non en tant qu’élément indépendant de la société mais élément autonome dépendant de la société, est connu et reconnu.

Le choc de la marche forcée du capital à la mondialisation capitaliste, en numérisation.digitalisation.automatisation.robotisation -en santé possible- mais dévoyée de ses possibilités par le critère de gestion du taux de profit et son corollaire mental-moral en unité dans les mentalités et comportements, a pris l’organisation des forces contradictoires agissant dans le mouvement-processus en santé par surprise, ET elle ne s’y est ni préparée, ni même posé fondamentalement la question sinon à la marge de militants eux-mêmes plus ou moins marginaux.

On peut mettre Waldeck Rochet, dernier SG marxiste,  dans cette marge. L’abandon des avancées de 1965’66 de la Conférence Internationale sur l’Economie et le CME et le Comité Central sur la culture et les intellectuels dans la prise de pouvoir à l’intérieur du parti pendant et après 1968 en témoigne. Cf la mise en minorité de Waldeck par Georges, notée par Paul Boccara, concernant la diversité du salariat et l'évolution sociale en découlant. Ces avancées, malgré les efforts poursuivis par quelques-uns, se sont dissoutes dans le praticisme étroit, sans l’objectif de fond qui est le dépassement progressif du marché, le dépassement de la vente achat de la force de travail.

Le dépassement de la vente achat de la force de travail c’est dans des périodes différentes, la toile de fond du Manifeste du parti communiste de 1848, de 1969 du Manifeste de Champigny justement impulsé par Waldeck Rochet avec des limites d’invention en tant que prémisses, et des propositions actuelles des économiste communistes sur la SEF, une révolution de l’usage de la production monétaire etc. qui ont bien de mal à en faire celle du parti non pas en paroles de congrès, ça c’est fait, mais en colonne vertébrale  de toute revendication populaire et action ouvrière.

Quelle bataille a dû se livrer avec lui-même le cerveau de Waldeck devant ses résistances externes et internes ? Sa maladies y est peut être en partie liée. C’est peut-être aussi le cas d’Enrico Berlinguer sur son projet de démocratie du « que, quoi comment produire ». Mais un grand respect et remerciement leur est dû.

Du "Manifeste" de 1848 à "7 leviers pour prendre le pouvoir sur l’argent" issu des travaux de la ComEco (Commission économique nationale du Pcf), c’est de la libération de la force de travail de son achat-vente dans le cycle d’accumulation capitaliste qu’il est question.

Cela n’est pas seulement une réalité historique globale, c’est un vécu militant :

Un responsable fédéral historique venant me régler gentiment mais fermement mon compte de mes responsabilités en 1975 après 10 ans d'activité intense de secrétaire de section, c’est l’image d’un parti qui s’est raidi sur de justes positions mais qu’il faut faire avancer, et dont le "respect de la ligne" devient une obsession. Idem sur le plan syndical quand il s’agit d’unir le but du travail avec les conditions de travail : le contenu  concret de l'activité du salarié pour sa reconnaissance sociale, c'est-à-dire aussi professionnelle, ce qui va avec la lutte contre la plus-value mais aussi ses limites dans la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital. La prise ne compte syndicale de l’ergologie d'Yves Schwartz c’est l’élargissement de la reconnaissance du travail, et de la force du travail, à la réalité du travail concret, la sortie de l’aliénation du travail abstrait liée à la mesure du temps dans une société de pénurie qui reste la nôtre mais dont les forces productives en développement sont la clef : si elles mûrissent. Les valeurs sans dimension contiennent le développement de la conscience de la nature sur elle même arrivée au seuil d'une appropriation en santé de l'univers.

Vers 1985, une camarade à l’origine de la démarche du responsable fédéral vient me dire 10 ans après ou plus dans une fête en s’excusant, ce dont je la remercie : « Pierrot, je t’ai emmerdé, hein ? ». L’origine de la méfiance est partie d’une intervention de 1971 aux congres de ville où je faisais le bilan de l’effondrement électoral – avant une reprise partielle et non durable des municipales d’union de 1977- des bastions du Pcf lié à l’effondrement industriel de la vallée de l’Huveaune entre autre. Le raidissement sur la défense du parti à pris le dessus sur l’analyse et la critique nécessaires.

Les dogmes du centralisme démocratique et de la dictature du prolétariat indépendamment des périodes historiques les ayant engendrés, de même que leur élimination autoritaire des statuts, c'est-à-dire sans débat de compréhension de ces périodes historiques, la révolution française et les jacobins en faisant partie à juste titre dans l’alliance artisans-ouvrier-bourgeoisie dans laquelle la bourgeoise et ses intérêts sont hégémoniques, est une illustration des raidissements de défense partisane, à mon sens. Autre chose est une hégémonie précédant l’installation d’un nouveau mode de production, comme de tout novum et de la mise en pratique utilitaire qui le précède ?

La crise du capital ici et dans le monde, dans son paroxysme ne suffira pas à transformer la société en santé. La poursuite du processus humain global  a besoin dans cette période plus que jamais, d’un interprète conscient du processus inconscient : ça s’appelle un parti révolutionnaire alliant rassemblement large et contenu de rassemblement.

La brejnévisation n’est pas l’effet du hasard, mais de l’éloignement, à travers les péripéties et drames de la société mondiale, des objectifs initiaux des communistes et des dérives sous l’effet de la partiellisation des phénomènes observés et de leur prise en compte émiettée.

Le développement de la Chine, des son salariat et sa classe ouvrière, modifiant le rapport de force mondial, développant une régulation pouvant  déboucher sur une reforme du marché du travail modifiant les conditions de la vente de la force de travail, est le lieu central du développement mondial. Son évolution complexification, son processus ne garantit en rien la suite de ce développement mais indique des possibilité à développer, y compris sur ce que le capital appelle les droits de l’homme, mais qu’il n’a pas inventés mais mis au service d’une minorité de détenteurs de capital , droits qui  grandissent dans ces modifications des rapports de force.

Le stalinisme a été un drame et n’a pas été inévitable, comme certains le disent. Et pourtant dans la modification du rapport de force mondial, l’existence de l’URSS a pesé sur la démocratisation du travail et de la production et les droits de l’homme en « occident ».

Le stalinisme a marqué le monde, y compris en Chine. Mais ce n’est pas de cela qu’il est question. Il est question de mettre le développement de la société au service développement de l’individu, entre autre et surtout ce qui permet, dans la mondialisation numérique, un niveau des force productives libérant la force de travail du travail contraint, du capital.

Isoler le développement de la personne de celui de a société c’est ce que fait sans cesse le capital, son idéologie, et ses médias, à travers l’organisation de la production, et contre lequel nous devons lutter.

Emile Bottigelli explique très clairement la formation des premiers groupes communistes « chrétiens » artisans-ouvriers, clandestins et réprimés, issues des révolution de 1830, 1848… de la formation de l’industrie et de l’expression propre de la classe ouvrière face à la bourgeoise triomphante et répressive, sanglante, et leur transformation en organisation ouvrière échappant aux limites originelles, actée dans le Manifeste.

Pierre Assante. 03/08/2020 08:32:38.

(1) Ce qui n’empêche que les tentatives de débaptisassions de son nom sont un scandale de droite visant les progrès et s’opposant aux progrès.

(2) L’hégémonie dogmatique althussérienne d’une part, opportuniste de Roger Garaudy d’autre part (pour résumer !) et se rejoignant objectivement, sur les intellectuels communistes au dépend des dialecticiens tels qu’Henri Lefebvre n’a  pas peu compté sur la brejnévisation, au corps défendant du dogmatisme inconscient althussérien, ce qui montre le rôle de la philosophie à l’origine de l’analyse de transformation du monde, qui oriente positivement ou négativement cette transformation. Politzer, reviens !

et voir

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
4 août 2020 2 04 /08 /août /2020 17:40

 "Penser et réaliser la transformation du travail, l'apport de la démarche ergologique ET L'OEUVRE D'YVES SCHWARTZ"

en 2017 au Cnam

 https://ergologie.hypotheses.org/

 

Ci-DESSOUS lien sur la contribution du blogueur a ce colloque

Extrait du carnet

 

ANNONCES

SUR LE BLOG DE PIERRE ASSANTE

01/10/2017 EQUIPE DE COORDINATION

Blog à suivre,  si ce n’est déjà le cas.  Pierre Assante nous envoie une « contribution off » et sera présent au colloque.  

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/09/contributioon-off.html

 

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
2 août 2020 7 02 /08 /août /2020 17:08

 

REPRISE : Recueil italien d'Août 2019

 

LE RECUEIL  : ici

http://www.pierreassante.fr/dossier/RECUEIL_ARTICLES_DE_VACANCES_ITALIE_AOUT_2019.pdf

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2020 5 31 /07 /juillet /2020 20:24

 

LE MORT SAISIT LE VIF ET L’ENTRAÎNE

 

Les hommes ne sont pas que des animaux producteurs. Ils ont une conscience et celle-ci est le produit de leur vie en société…

Avec la production se modifie aussi la division du travail. Elle se fait de plus en plus complexe, plus multiforme…

La classe dirigeante peut s’imaginer que ce sont les grandes idées de portée universelle qui dirigent son action et non la poursuite de ses intérêts…

La conscience et l’idéologie jouent aussi un rôle dans l’histoire. Si les hommes veulent transformer leurs conditions de vie, les « circonstances », il faut qu’iIs aient une connaissance scientifique des conditions de cette transformation…

Emile Bottigelli. Introduction au Manifeste du Parti Communiste.

 

Si nous considérons,  à la lumière de ces citations brèves, l’état actuel de la société dans le CMMnIgF (1), le cycle A-M-A’(2) dans la financiarisation, l’évolution interne de la vente-achat de la force de travail, de l’organisation du travail, de la division du travail, il faut bien admettre la pertinence de l'analyse d'E. B., et de l'analyse marxiste, et en même temps constater la pesanteur des idées formées dans le passé, celles du capital, leur « perduration » dans les conditions matérielles à la fois « perdurantes » et révolues de leur naissance. Et le recul de leur négation.

Les moyens de productions se sont transformés, le mode de production a évolué mais conserve ses bases systémiques. Le mort saisit le vif doublement : ce qui perdure ajoute à ce qui demeure.

D’autant que les moyens entre les mains du capital, sont immenses techniquement, idéologiquement, institutionnellement, militairement, politiquement, en unité. La société entière, qu'il domine, y compris sa contestation, sont entre ses mains.

Que les contradictions internes au système arrivent au paroxysme, et leurs effets de même, n’efface en rien cette pesanteur mais l’accroît.

La dissolution avancée de l’idéologie ouvrière, actée dans l’état des forces communistes dans les pays capitalistes développés, du salariat dans sa diversité et sa complexité, est un témoin de cette pesanteur  « matérielle et morale ». La surmonter  passe par les transformations involontaires de la société et de la production ET par la conscience d’une organisation humaine, quelle qu’en soit la forme, qui exprime consciemment le processus inconscient de la société et des hommes qui la composent.

La crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, saturante et bloquante, son exacerbation dans la crise sanitaire et énergétique, ne fournit pas à elle seule les conditions d’une transformation sociale en santé relançant le processus humain et son processus de production.

La phase de transfusion générale de capitaux produits hors production réelle, accélérée depuis 2008 est certes un palliatif à la survie du système. Mais les capacités d’usage de pesanteurs par le capital de même. D’autant que nous fonctionnons tous dans cette pesanteur.

Je ne veux pas poursuivre ici une réflexion sur les conséquences  de cet état de fait. Non que je n’aie de réflexions sur une poursuite pratique sur cet état de fait, mais parce que, si les propositions économiques et politiques existent, la conscience de cette pesanteur dans la  mise en pratique de ces propositions doit aller de pair avec elles. Sinon, aussi poussée soit l’analyse scientifique de la crise, les propositions économiques seront transformées dogmatiquement en recettes, c’est à dire n’auront pas les moyens d’être l’œuvre concrète des populations à l’instar des grands mouvements utopiques restés sans lendemain.

Sauter à pied joint en criant sur la Chine : démocratie, démocratie, démocratie, n’effacera par le fait que le développement et la régulation de forces productives nouvelles qui s’y produisent, donnent à son salariat des possibilités de se hisser idéologiquement au niveau de son développement industriel mécanique, matériel, numérique et virtuel. Les tentatives de déstabilisation par le capital USA et de ses collaborateurs internationaux ont une double signification et action qui fonctionnent en unité : affaiblir un concurrent dans le marché et affaiblir une transformation qui menace le système capitaliste. Ce « jeu » est une guerre qui menace le processus global de l’humanité. Ce qui ne veut pas dire que les droits de la personne n’intéressent pas la construction d’un autre type de société en santé dont les contours sont incertains, tant que la réalisation aléatoire et diverse ne naît pas.

Dixi et salvavi animam meam.

Pierre Assante. 31/07/2020 07:22:39.

 (1) Capitalisme Monopoliste Mondialisé numériquement Informationnalisé globalement Financiarisé.

(2) Argent-Marchandise-Argent plus.

 

et voir

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2020 5 31 /07 /juillet /2020 05:56

 

VIème et XIème thèses de Marx sur Feuerbach

 

Extrait de la VIème thèse de Marx sur Feuerbach

l'essence de l'homme n'est pas une abstraction inhérente à l'individu isolé. Dans sa réalité, elle est l'ensemble des rapports sociaux…

XIème thèse de Marx sur Feuerbach

Les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe c'est de le transformer.

 

et voir

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2020 4 30 /07 /juillet /2020 14:40

 

citation : L'identité entre la consommation et la production apparaît donc sous un triple aspect.

 

1. Identité immédiate. La production est consommation; la consommation est produc­tion. Production consommatrice. Consommation productive. Toutes deux sont appelées consommation productive par les écono­mis­tes. Mais ils font encore une différence. La première prend la forme de reproduction; la seconde, de consommation productive. Toutes les recherches sur la première sont l'étude du travail productif ou improductif; les recherches sur la seconde sont celle de la consommation productive ou improductive.

2. Chacune apparaît comme le moyen de l'autre; elle est médiée par l'autre; ce qui s'expri­me par leur interdépendance, mouvement qui les rapporte l'une à l'autre et les fait apparaître comme indispensables réciproquement, bien qu'elles restent cependant extérieures l'une à l'autre. La production crée la matière de la consommation en tant qu'objet extérieur; la consommation crée pour la production le besoin en tant qu'objet interne, en tant que but. Sans production, pas de consommation; sans consommation, pas de production. Ceci figure dans l'économie politique sous de nombreuses formes.

3. La production n'est pas seulement immédiatement consommation, ni la consommation immédiatement production; la production n'est pas non plus seulement moyen pour la consommation, ni la consommation but pour la production, en ce sens que chacune d'elles fournit à l'autre son objet, la production l'objet extérieur de la consommation, la consom­ma­tion l'objet figuré de la production. En fait, chacune d'elles n'est pas seulement immédiate­ment l'autre, ni seulement médiatrice de l'autre, mais chacune d'elles, en se réalisant, crée l'autre; se crée sous la forme de l'autre. C'est la consommation qui accomplit pleinement l'acte de la production en donnant au produit son caractère achevé de produit, en le dissolvant en consommant la forme objective indépendante qu'il revêt, en élevant à la dextérité, par le besoin de la répétition, l'aptitude développée dans le premier acte de la production; elle n'est donc pas seulement l'acte final par lequel le produit devient véritablement produit, mais celui par lequel le producteur devient également véritablement producteur. D'autre part, la production produit la consommation en créant le mode déterminé de la consommation, et ensuite en faisant naître l'appétit de la consommation, la faculté de consommation, sous forme de besoin. Cette dernière identité, que nous avons précisée au paragraphe 3, est com­men­tée en économie politique sous des formes multiples, à propos des rapports entre l'offre et la demande, les objets et les besoins, les besoins créés par la société et les besoins naturels.

Marx. 1859. Extrait de "Introduction à la critique de l'économie politique".

et

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2020 3 29 /07 /juillet /2020 09:33

 

COURRIER (extrait): 

toutes les CONTRIBUTIONS de "Penser et réaliser la transformation du travail, l'apport de la démarche ergologique et l'oeuvre d'Yves Schwartz"

en 2017 au Cnam

 

Bonjour à toutes et à tous,

....Le carnet de recherche qui a accueilli le colloque "Penser et réaliser la transformation du travail, l'apport de la démarche ergologique et l'oeuvre d'Yves Schwartz" en 2017 au Cnam a été lui-même transformé en "Carnet des Initiatives Ergologiques": https://ergologie.hypotheses.org/

Pour le collectif Anim'Ergologie, .....

Théo Simon

 

et VOIR, du blogueur

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2020 2 28 /07 /juillet /2020 14:46
CLIQUER CI-DESSUS

 

Numéro 790-791 (mai-juin 2020)

Contre le tsunami du chômage, sécuriser l’emploi et la formation.

LE LIEN : https://www.economie-et-politique.org/2020/07/25/1272/

 

et VOIR

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2020 1 27 /07 /juillet /2020 05:37

 

MONDE REEL. MONDE MENTAL. ABSTRACTION DE LA REALITE.

 

« Je vis dans un autre monde,… Tu vis dans un autre monde… ».  Cette expression populaire tend à affirmer à l’autre les différences de conceptions de la réalité et la différence des choix faits et des actes accomplis.

Si le réel existe bien indépendamment de notre conscience, du reflet et de l’interprétation que fait notre cerveau de ce reflet, du mouvement perpétuel de ce reflet, nous appartenons bien à cette réalité, à son mouvement et notre conscience en fait partie jusqu’à la dissolution de notre corps-soi, de notre conscience d’individu et de notre individu tout entier.

Evidemment faire abstraction de notre rapport avec la société en interaction du mouvement particulier et du mouvement général que la société constitue dans le mouvement global de la nature, c’est constituer une interprétation du reflet constituant un handicap de survie et de développement de soi-même et de la société. La répétition du terme « constituer » n’est pas un hasard de ma part.

L’infinité des éléments des rapports sociaux constituant le moment présent issu du mouvement du temps du passé un futur sont la résultante en mouvement, en processus d’évolution- complexification-condensation humain du rapport réel-conscience.

Toute entrave à une perception la plus synthétique possible, en synchronie et en diachronie du réel constitue une menace pour le processus humain. En ce sens, la discrimination de classe, et la domination masculine issue de la division primitive homme-femme du travail « greffée » sur la domination de classe, la domination issue de l’accumulation capitaliste, de la vente-achat de la force de travail, mondialisée, numérisée, financiarisée, constitue ce handicap à son paroxysme.

Jamais la perception et l’interprétation du réel par l’humanité n’a été à la fois quantitativement développée et à la fois autant parcellaire.

La société communiste préhistorique  et sa conquête des savoirs et savoir-faire dans et par le travail pour satisfaire ses besoins et leur développement a certainement appréhendé plus globalement la réalité dans le rapport social avec la nature et avec elle-même. Paradoxalement le capital est un moteur d’appropriation par l’homme de son milieu au sens le plus large, mais cette appropriation privée que constitue l’accumulation capitaliste, tout en étant l’antichambre d’une appropriation générale, est un obstacle létal à cette appropriation. La crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, accélérée dans les années 1970, confirmée vers 2008, au paroxysme actuel n’est pas seulement un phénomène économique. Elle est la condensation négative de l’évolution de la production des richesses nécessaires aux hommes dans l’évolution-complexification-condensation naturelle discernée par l’analyse dialectique du mouvement de la nature et de la société dans la nature.

La cirse du capital qui n’en finit pas, ses palliatifs successifs bloquant le besoin de transformation qualitative, et son enfoncement dans les régressions, constituent la crise générale de croissance de l’humanité et son adolescence, c’est  à dire le moment où son autonomie grandit, mais où l’accumulation des repères sur elle-même n’a pas atteint la quantité et la qualité nécessaire pour constituer un bond vers son âge adulte, c'est-à-dire la sortie de sa préhistoire et son entrée dans l’histoire.

Le monde mental est une abstraction de la réalité et constitue une part de la réalité. Le rapport entre les deux constituant une réalité unique, constitue le mouvement conjoint de la conscience et du réel, du moment historique dans le processus de complexification de l’humanité, moment en santé ou pas, la santé n’étant qu’un état du mouvement où le processus reste possible.

Pierre Assante. 27/07/2020 05:10:34.

 

LIRE aussi : http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/une-dette-mondiale-deferlante-vers-son-paroxysme-sans-les-criteres-pour-la-rendre-feconde.html

 

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2020 7 26 /07 /juillet /2020 07:32

 

Denis DURAND. Suite de « Austérité : la BCE aurait l’antidote, les dirigeants européens préfèrent propager le virus de la finance ». 23 Juillet 2020.

 

Supposons néanmoins que, de compromis en compromis, les gouvernements européens finissent un jour par décider l’émission de titres européens, qu’ils les baptisent coronabonds ou autrement. Faudra-t-il y voir un acte de solidarité européenne, en faveur de l’Italie, de l’Espagne, dont la population est durement touchée par l’épidémie, dont les économies sont à terre, et qu’on dispenserait ainsi des conditions inhumaines imposées, en leur temps, à la Grèce et aux autres pays du Sud de l’Union » ? Non. On aura en réalité deux virus pour le prix d’un : le virus mortel de l’austérité, en plus du coronavirus.

Avec les coronabonds, c’est en effet une vieille idée qui est remise au goût du jour. Déjà, il y a dix ans, Jean-Claude Juncker, qui n’était pas encore président de la Commission européenne mais seulement président de l’Eurogroupe des ministres des Finances, vendait la mèche : « Les euro-obligations visent à créer un grand marché européen des obligations afin d’apporter de la liquidité et de drainer du capital non européen en Europe… Je voudrais qu’en Europe, au sein de la zone euro, nous fassions tout pour éliminer ce désavantage de ne pas disposer d’un gouvernement unique et central qui veille au respect du bon sens… il faut suppléer à cette défaillance par l’émission d’euro-obligations qui au moins, faute d’un gouvernement que nous ne voulons pas avoir, nous donne un instrument pour nous permettre de gouverner avec des mécanismes de marché ».

En faut-il davantage pour se convaincre que la mise en place d’un État européen fédéral, vieux projet d’une partie des classes dirigeantes européennes, et plus spécialement françaises, n’est qu’un autre visage de la dictature des marchés financiers ? Imaginons que de tels titres soient effectivement émis. Une fois les coronabonds dans les mains des marchés, si les détenteurs de ces titres ne sont pas satisfaits des politiques menées dans l’Union européenne, ils les vendront aussitôt, et organiseront la spéculation à la baisse sur leur cours, comme ils l’ont fait pour la Grèce il y a dix ans ! Résultat, les États européens devront accepter de payer des taux bien plus élevés pour se financer. Nous vivons déjà une expérience similaire avec les « obligations pandémies » émises en 2017 par la Banque mondiale, qui n’ont toujours pas servi à secourir les victimes d’Ebola mais qui rapportent déjà des rendements de 6 à 14 % aux financiers qui les ont souscrites.

Voici ce que j'écrivais le 13 avril dernier :

https://www.economie-et-politique.org/2020/04/13/austerite-la-bce-aurait-lantidote-les-dirigeants-europeens-preferent-propager-le-virus-de-la-finance/

Denis DURAND.

 

LIRE aussi : http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/une-dette-mondiale-deferlante-vers-son-paroxysme-sans-les-criteres-pour-la-rendre-feconde.html

 

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2020 5 24 /07 /juillet /2020 08:57

UNE DETTE MONDIALE deferlante vers son paroxysme, SANS LES CRITERES POUR LA RENDRE FECONDE DANS LE CYCLE DE PRODUCTION- ECHANGE ELARGI, CEST UN PALLIATIF DE DUREE DU SYSTEME AGGRAVANT LA MENACE QUI PESE SUR L’HUMANITE, sur l’humain et son developpement.

 

Le capital en crise recherche des palliatifs  pour accroître sa durée, c'est-à-dire le temps historique d’exploitation de la force de travail et du possesseur de la force de travail, l’ouvrier, le salarié et tout acteur des activités qui la permettent.

La crise historique de ce XXIème siècle est celle du paroxysme de la baisse tendancielle du taux de profit et de la suraccumulation-dévalorisation du capital dans son processus de croissance et les contradictions bloquantes qu’elle contient.

La production monétaire des banques centrales, le déferlement monétaire qui se produit en cette période dite de « relance du système productif » atteint par la crise sanitaire est caractéristique de cette crise et des palliatifs qui ne peuvent en aucun cas y remédier. Car ce n’est pas le covid19 qui est au cœur de cette crise, c’est suraccumulation-dévalorisation du capital.

La crise qui est congénitale au capital s’est accélérée dans les années 1970, déchaînée dès  2008, et est entrée à son paroxysme vers 2018. Les grands argentiers des banques centrales s’en sont affolés lors des réunions mondiales de l’été 2019.

La réponse monétaire actuelle créant une dette  mondiale astronomique pourrait être le remède si elle n’était injectée dans un système qui ne restitue pas la valeur ajoutée dans cycle de production et d’échange. La critique du système limitée à la distribution, critique nécessaire certes, est d’un grand « cache ton quoi », car elle ne pose pas la question de comment, que et quoi produire en fonction des besoins sociaux : elle cache les besoins du cycle nécessaire à la production-échange nécessaire au cycle élargi des besoins humains. Elle empêche la promotion des solutions radicales et progressives nécessaires que sont la sécurité d’emploi de formation et de revenu couplée aux reformes révolutionnaires nécessaires du système financier, de la création de Fonds, de leur contrôle politique et populaire, des crédits productifs s ‘y rattachant, d’une souveraineté mondiale des peuples sur la monnaie, les Droits de tirage spéciaux en étant un élément progressif dans le contrôle et l'utilité pratique du FMI.

Pour résumer la question de la production monétaire dans la crise sanitaire dite du covid19, le capital crée une dette planétaire sans créer les conditions d’une production apte à régénérer une consommation productive rendant cette dette fertile et féconde. Ce n’est pas la dette qu’il faut critiquer, c’est son utilisation.  La conjonction d’extrême droite et gauchiste-populiste de cette critique débile, au sens de sans force ni physique ni intellectuelle est un handicap au progrès de la compréhension de la crise et des possibilités d’en sortir par le haut.

Au cœur de l’utilisation possible en santé de la dette, c’est le choix de gestion des entreprises. Il s’agit de progresser du critère du pourcentage, du taux de Profit sur Capital (P/C) à celui de Valeur Ajoutée sur Capital Matériel et Financier (VA/CMF).

PETIT RAPPEL : Depuis que le système capitaliste existe, la base de son existence c’est l’accumulation du capital. Cette accumulation permet de développer  la puissance du capital, la concentration qui permet ce développement, dans la guerre économique des capitalistes entre eux, même si l’individualisation du capitaliste est voilée dans la mondialisation-financiarisation-numérisation, dans le mouvement global du capital virtuel détaché de la valeur marchandise de référence qu’était l’or,  et la distance grandissante avec la valeur déterminée par le temps de travail moyen nécessaire ( TTMN) à la production d’une marchandise, de ce début de XXIème siècle.

Marx a caractérisé le capitalisme par la transformation de l’échange par le cycle élargi Marchandise-Argent-Marchandise plus (M-A-M’) en Argent-Marchandise-Argent plus (A-M-A’).

C’est la naissance du « travailleur libre » auquel le capital achète sa force de travail qui permet l’accumulation. L’accumulation c’est développée par le non paiement d’une part de la valeur des marchandises produites à l’homme producteur, au salarié et à l’ouvrier à l’origine de la production dite matérielle.

Les données recueilles depuis des décennies montrent l’écart grandissant entre la progression des valeurs produites et la part de valeur destinée par le capital à l’homme producteur. De plus le travail « non réglementé » par le code du travail conquis dans les luttes élargit les capacités de préhension de la valeur produite sous toutes les formes d’achat de la force de travail, au delà du salarié reconnu. Cet écart c’est aussi une aliénation croissante de l’homme producteur se répercutant sur l’ensemble de la société et un écart croissant entre le développement et la complexification des besoins humains et leur satisfaction, auquel s’ajoutent les phénomènes parasitaires du marché dans la recherche du profit maximum.

Mais au phénomène de la plus-value s’ajoute, en fonction non complémentaire mais unie, le phénomène de la suraccumulation-dévalorisation du capital et la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, phénomène bloquant du processus capitaliste, donc le la production-échange capitaliste basée sur cette accumulation : c’est un phénomène lié à l’accumulation qui permet la croissance de la composition du capital, celle du capital constant, machines en particulier, qui tend à une baisse du taux de profit qui induit une croissance globale de l’exploitation dans les remèdes à la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital.

Pierre Assante. 24/07/2020 08:48:14.

 

et

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2020 7 19 /07 /juillet /2020 09:10
CLIQUER CI-DESSUS

 

REPRISE DE BROCHURE EDUCATIVE N3-2018

MATERIALISME ET IDEALISME.

REGRESSIONS AU NOM DU PROGRES.

 

Des brochures ont été faites dans la période de préparation du congrès du PCF de 2018.

Il s’agissait de fournir des éléments de réflexion pour une formation militante de section.

On en pensera ce qu’on voudra. Elles n’ont peut-être aucune valeur ni scientifique ni éducative. En tout cas leur critique peut-être occasion de réflexion.

Depuis 2018, l’accélération de la crise mondiale du capital s’est considérablement aggravée l’été dernier 2019 et le covid19 en a montré les terribles conséquences. Je rappelle les alertes qui ont réuni les gouverneurs de banques centrale en août qui confirmaient les nôtres sur la crise, mais évidemment différaient sur les solutions.

Le système ne peut résoudre l’énorme crise de production et du travail dans laquelle nous sommes entrés. Il faut donc en changer, radicalement et progressivement.

Les propositions immédiates :

  • d’autres critères de gestion pour l’usage de la production monétaire de la Banque centrale européenne.
  • et de sécurité d’emploi ou de formation et de revenu.

Deux  brochures "SCHEMA D’INTERVENTION DE BASE SUR LE CAPITAL DU XIXème AU XXIème SIECLE"  et « Sur les épaules du prolétariat »  ont a été re-mises en ligne jeudi 2 juillet et le jeudi 9 juillet 2020. En voici une troisième.

 

MATERIALISME ET IDEALISME.

REGRESSIONS AU NOM DU PROGRES.

Recueil N°3.

2018 mars-avril.

Philosophie réactionnaire,

théories économiques conservatrices

et politiques néo-libérales au paroxysme

sont liées.

Y répondre par des théories philosophiques  et économiques de progrès

est inséparable d’une action  politique de progrès.

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/Recueil_N3_2018.pdf

 

et

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

 

et

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2020 6 18 /07 /juillet /2020 06:41

 

 

Les gens les miroirs

C'est le plus souvent

Sans même s’y voir

Qu’ils passent devant

Ils n’ont pas le sens

De ce qu’est leur vie

C’est une innocence

Que je leur envie

Aragon

 

 

L'insoutenable légèreté de l’être

Kundera

 

Sans folie

Il n’y a pas de créativité

 

« ils ont été grands et courageux les psychiatres qui ont  engagé une action  pour la reconquête des droits de l’interné, mais tout cela n’est possible que parce qu’il y a une ouverture, parce qu’il y a une participation des gens,… ce n’est pas le paternalisme du « bon » psychiatre qui fait participer le peuple, c’est le peuple qui revendique ses droits, c’est le peuple qui oblige le médecin à sortir de sa mystification, de son hypocrisie et à mettre en évidence devant tout le monde ce qu’est son savoir et ce qu’est son pouvoir…

… Nous, les psychiatres démocrates, même si nous avons suscité la nouvelle loi, nous sommes une minorité, mais comme dirait Gramsci, une minorité hégémonique… Naturellement nous devons être très vigilants, parce que cette minorité, une fois capturée, peut devenir nouvelle majorité recyclée… »

Franco Basaglia

 

La Femme n’est pas un homme comme un autre

C’est l’avenir de l’Homme

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2020 6 18 /07 /juillet /2020 05:25

Une intervention de Frédéric BOCCARA au CONSEIL ECONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL sur le rapport annuel sur l'état de la France.

 

Chers collègues, chers Daniel, cher Pierre,

Votre rapport sur l’état de la France est stimulant mais contradictoire : l’analyse des causes de la crise économique est discutable – on ne veut pas voir que la crise a commencé avant la COvid qui est en a été un révélateur et un catalyseur, on ne veut pas voir la montée de suraccumulation financière – l’analyse des enjeux est partielle. Mais le repérage des écueils est à saluer et vous énoncez plusieurs bonnes préconisations.

Ces préconisations :

- Assurance chômage : « Suspendre la réforme entrée en vigueur en novembre 2019 »

- Protection sociale « Les impacts de la crise sur son financement … ne devront pas avoir pour effet de porter atteinte à celle-ci »

- vous mettez en garde contre « une relance économique indifférenciée »

- Vous dénoncez « les dangers d’une austérité récessive » et la « dégradation du « pacte social »

- Vous appelez à une « Europe plus coopérative », à une « coopération industrielle » et à la révision du pacte de stabilité et de croissance… Mais, ceci dit, que faire de l’orientation actuelle de concurrence libre et non faussée, et pro-finance, qui prévaut ?

- Vous dénoncez les « fusions et fermetures d’hôpitaux publics » et la « pénurie de personnel » comme la « démographie médicale déséquilibrée », « des EHPAD sous-médicalisés »

- Vous appelez à « moins d’inégalités pour une société moins vulnérable »

Vous appelez à « la sécurisation de l’emploi » et à « une réflexion de fond sur le contrat de travail et sa protection, plus que jamais nécessaire en lien avec la sécurisation des revenus » et avec la formation.

Je prends.

Vous appelez, enfin, à deux renouveaux : « Renouveau démocratique », « Renouveau des services publics ».

Mais surtout, ce qui donne de la cohérence

Vous ouvrez des pistes de financement audacieuses

- D’une part « Une monétisation de la dette publique par la BCE (…) afin de permettre les investissements indispensables (…) en faveur de la transition écologique [si urgente] et de la sécurisation des emplois »

- D’autre part « mettre la création de monnaie au service de l’économie dite ‘’réelle’’ ». Ce qui est cependant un peu flou…

- Et vous proposez un « soutien aux entreprises » mais, ce qui est bien, sur des critères environnementaux, sociaux et économiques.

- Enfin, vous insistez pour une « fiscalité plus progressive », en interrogeant la TVA, et sur l’évitement fiscal des grandes multinationales.

Ces préconisations ouvrent vers un ensemble de travaux ultérieurs nécessaire de la part du CESE pour, comme votre titre le dit : « se donner un nouveau cap ». Ceci complété par les préconisations et analyses des différentes sections de notre assemblée sur leurs propres domaines de compétence et ceux des CESER donne un avis dont les préconisations peuvent utilement contribuer à pousser la réflexion pour le changement profond dont notre société a besoin. Mais qui ne vient pas… Le vieux monde est là et résiste.. Avec sa logique !

Je voterai pour votre Rapport.

Alors, où est la contradiction annoncée ?

C’est l’absence d’institutions nouvelles.. !

Pas de pouvoirs nouveaux face aux forces qui s’opposent à tout cela : les marchés financiers et leur logique, symbolisée par BlackRock, la rentabilité financière maximale qui saisit l’activité des entreprises et même des hôpitaux. Celle-là même qui a amené François Mitterrand, entre autres, à tourner le dos à son ambition de « changer la vie », celle-là même que dénonçait le premier de Gaulle en se dressant contre « tous les conformismes ». Ces forces contre lesquelles le fameux Conseil national de la Résistance faisait serment de lutter.

C’est pourquoi, il ne faut pas seulement soutenir les entreprises, mais changer leur comportement, la logique qui les domine. De même pour les banques ! La domination du grand capital et de sa logique sur toute notre vie sociale doit être mise en cause.

C’est pourquoi il faut, dépasser le keynésianisme et donner priorité aux capacités humaines et à l’emploi, base d’une nouvelle production écologique, d’une offre réelle, s’appuyer sur le monde du travail et de la création, sur la créativité des travailleurs.

Comme pour toute sortie de crise, il faudra bien que tou.te.s les travailleurs.ses, celles et ceux qui se sont battus pour tous obtiennent des pouvoirs et droits nouveaux, comme les sans-culottes des armées de l’an II ont conquis la pleine citoyenneté, comme les hoplites athéniens défendant leur cité ont obtenu des pouvoirs nouveaux. Des pouvoirs nouveaux démocratiques sur les grandes entreprises et leur gestion, des pouvoirs sur les banques et le crédit bancaire, des droits à l’émancipation et à l’emploi dans la sécurité. Tel est l’enjeu qui nous est posé.

C’est le sens de l’histoire.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

 

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2020 6 18 /07 /juillet /2020 05:25

Une intervention de Frédéric BOCCARA au CONSEIL ECONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL sur le rapport annuel sur l'état de la France.

 

Chers collègues, chers Daniel, cher Pierre,

Votre rapport sur l’état de la France est stimulant mais contradictoire : l’analyse des causes de la crise économique est discutable – on ne veut pas voir que la crise a commencé avant la COvid qui est en a été un révélateur et un catalyseur, on ne veut pas voir la montée de suraccumulation financière – l’analyse des enjeux est partielle. Mais le repérage des écueils est à saluer et vous énoncez plusieurs bonnes préconisations.

Ces préconisations :

- Assurance chômage : « Suspendre la réforme entrée en vigueur en novembre 2019 »

- Protection sociale « Les impacts de la crise sur son financement … ne devront pas avoir pour effet de porter atteinte à celle-ci »

- vous mettez en garde contre « une relance économique indifférenciée »

- Vous dénoncez « les dangers d’une austérité récessive » et la « dégradation du « pacte social »

- Vous appelez à une « Europe plus coopérative », à une « coopération industrielle » et à la révision du pacte de stabilité et de croissance… Mais, ceci dit, que faire de l’orientation actuelle de concurrence libre et non faussée, et pro-finance, qui prévaut ?

- Vous dénoncez les « fusions et fermetures d’hôpitaux publics » et la « pénurie de personnel » comme la « démographie médicale déséquilibrée », « des EHPAD sous-médicalisés »

- Vous appelez à « moins d’inégalités pour une société moins vulnérable »

Vous appelez à « la sécurisation de l’emploi » et à « une réflexion de fond sur le contrat de travail et sa protection, plus que jamais nécessaire en lien avec la sécurisation des revenus » et avec la formation.

Je prends.

Vous appelez, enfin, à deux renouveaux : « Renouveau démocratique », « Renouveau des services publics ».

Mais surtout, ce qui donne de la cohérence

Vous ouvrez des pistes de financement audacieuses

- D’une part « Une monétisation de la dette publique par la BCE (…) afin de permettre les investissements indispensables (…) en faveur de la transition écologique [si urgente] et de la sécurisation des emplois »

- D’autre part « mettre la création de monnaie au service de l’économie dite ‘’réelle’’ ». Ce qui est cependant un peu flou…

- Et vous proposez un « soutien aux entreprises » mais, ce qui est bien, sur des critères environnementaux, sociaux et économiques.

- Enfin, vous insistez pour une « fiscalité plus progressive », en interrogeant la TVA, et sur l’évitement fiscal des grandes multinationales.

Ces préconisations ouvrent vers un ensemble de travaux ultérieurs nécessaire de la part du CESE pour, comme votre titre le dit : « se donner un nouveau cap ». Ceci complété par les préconisations et analyses des différentes sections de notre assemblée sur leurs propres domaines de compétence et ceux des CESER donne un avis dont les préconisations peuvent utilement contribuer à pousser la réflexion pour le changement profond dont notre société a besoin. Mais qui ne vient pas… Le vieux monde est là et résiste.. Avec sa logique !

Je voterai pour votre Rapport.

Alors, où est la contradiction annoncée ?

C’est l’absence d’institutions nouvelles.. !

Pas de pouvoirs nouveaux face aux forces qui s’opposent à tout cela : les marchés financiers et leur logique, symbolisée par BlackRock, la rentabilité financière maximale qui saisit l’activité des entreprises et même des hôpitaux. Celle-là même qui a amené François Mitterrand, entre autres, à tourner le dos à son ambition de « changer la vie », celle-là même que dénonçait le premier de Gaulle en se dressant contre « tous les conformismes ». Ces forces contre lesquelles le fameux Conseil national de la Résistance faisait serment de lutter.

C’est pourquoi, il ne faut pas seulement soutenir les entreprises, mais changer leur comportement, la logique qui les domine. De même pour les banques ! La domination du grand capital et de sa logique sur toute notre vie sociale doit être mise en cause.

C’est pourquoi il faut, dépasser le keynésianisme et donner priorité aux capacités humaines et à l’emploi, base d’une nouvelle production écologique, d’une offre réelle, s’appuyer sur le monde du travail et de la création, sur la créativité des travailleurs.

Comme pour toute sortie de crise, il faudra bien que tou.te.s les travailleurs.ses, celles et ceux qui se sont battus pour tous obtiennent des pouvoirs et droits nouveaux, comme les sans-culottes des armées de l’an II ont conquis la pleine citoyenneté, comme les hoplites athéniens défendant leur cité ont obtenu des pouvoirs nouveaux. Des pouvoirs nouveaux démocratiques sur les grandes entreprises et leur gestion, des pouvoirs sur les banques et le crédit bancaire, des droits à l’émancipation et à l’emploi dans la sécurité. Tel est l’enjeu qui nous est posé.

C’est le sens de l’histoire.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

 

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2020 5 17 /07 /juillet /2020 07:54

 

Printemps Marseillais et transformation sociale en santÉ.

 

Je crois qu’on peut reprocher sans se tromper au Printemps Marseillais d’avoir mené une campagne insuffisamment insistante sur la catastrophe économique que nous traversons, et sur les causes profondes de cette catastrophe : la crise générale du capital dans la crise de croissance de l’humanité. Et en quoi et pourquoi le capitalisme est en  crise.

Ceci dit la bataille du PM a été est reste une belle et grande bataille pour la démocratisation de la politique, et ce n’est pas rien. Le taux d’abstention et le peu de participation des « milieux populaires », de la jeunesse, et de la classe ouvrière nous le rappelle avec insistance.

CAR, NON SEULEMENT il n’y a pas d’opposition entre bataille, non pour la démocratie mais pour la démocratisation permanente, et la bataille pour la transformation sociale en santé, MAIS elles sont totalement complémentaires et indispensable l’une à l’autre.

Il faut cependant tenter aujourd’hui de combler le retard sur les conditions de transformations sociales, sur l’analyse de la crise économique et les solutions avancées par les économistes communistes comme par les chercheurs sur les situations de travail, condition de l’exercice du travail en santé, sur la bataille contre la financiarisation et pour une sécurité d’emploi, de formation et de revenu, conditions d’une sortie de la crise par le haut ET DE REPRISE MONDIALE DE LA PRODUCTION NECESSAIRE A NOTRE VIE.

On ne mesure pas encore suffisamment l’ampleur de la crise et de ce qui nous attend encore. On ne mesure pas assez pour pouvoir réagir au niveau de la réalité telle qu’elle est.

 

Pierre Assante. 17/07/2020 07:47:04.

 

2 articles de réflexions sur les conditions de transformation sociale de progrès, en santé sociale.

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/transformation-sociale-et-developpement-inegal.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/relocalisations.html

 

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2020 4 16 /07 /juillet /2020 23:08

 

TRANSFORMATION SOCIALE ET DEVELOPPEMENT INEGAL

 

Lorsque le développement des forces productives et l’organisation économique et sociale entrent en  contradiction au point de mettre en difficulté l’ensemble du processus d’une entité humaine micro ou macro, des conditions peuvent exister dans l’affrontement des forces contraires, dans leur unité, pour permettre une transformation du mode de production et d’échange résolvant cette contradiction.

Ce n’est pas une formule, c’est un constat dans l’histoire de l’humanité qui a été confirmé par les études économiques, sociales les plus avancées.

Je ne reviens pas sur la description des forces productives ici et maintenant.

Le rôle du psychisme fait partie de l’élément de base des forces productives : les hommes génériques, l’espèce humaine, leur corps et la société en unité dépendante et autonome à la fois. L’outil crée la pensée et la pensée crée l’outil, en spirale de complexification et d’interaction dialectique. La pensée devient l’outil premier. L’inversion n’est pas une inversion abstraire idéaliste affirmant une primauté de la pensée sur la matière. C’est une inversion dans l’ordre des fonctions biologiques et mentales. L’ère possible de « l’intelligence artificielle » -d’ailleurs mal nommée puisque ce n’est pas une intelligence-, c’est à dire du remplacement de fonctions mentales dans la production matérielle comme auparavant celle de la main dans la production matérielle, dira si cette inversion est réelle, vivable, fertile, féconde. C’est d’ailleurs à l’aune de cette possible capacité de fécondité de « l’intelligence artificielle », le numérique et l’automation numérique de production et de gestion, que se mesurera sans doute les capacités de l’humanité de dépasser l’état actuel du mode de production et d’échange.

C’est bien ce que nous devons nous dire dans cette crise qui s’aggrave sans cesse depuis les années 1970, n’en finit pas et ne trouve  pas issue. Le psychisme fait partie de l’unité de l’humain, et donc des forces productives. Psychisme et corps humain et social sont mentalement dichotomisés dans le système marchand, hiérarchique en particulier dans son paroxysme, le capitalisme financiarisé numériquement mondialisé, alors qu’il s’agit d’une unité de « fonction » de l’être humain.

II est certain que sur le plan psychique, les contradictions mettant en difficulté et en danger le processus humain n’ont pas été dépassées dans la conscience des personnes et collective. Ce système est certes contesté, mais les mentalités continuent à fonctionner dans le même moule, sur les mêmes rails. Remettre en question le système pour le transformer est perçu comme une agression psychologique pour les êtres humains  dans leur majorité.

Les transformations qualitatives sociales dans l’histoire ont connu en général à la fois des conditions objectives et aussi des conditions subjectives  -les deux en unité et en inégalité de développement entre elles-, apportées et souvent importées par l’interaction des diverses sociétés entre elles, et ces interactions ont été l’effet en général des développements inégaux de ces diverses sociétés elles-mêmes.

Une transformation qualitative de la société, à l’instar d’une transformation qualitative physique peut connaître des formes brutales et rapides comme des formes "douces" de longue durée, l’eau par exemple pouvant se transformer en vapeur soit en bouillant soit en s’évaporant lentement.

La mondialisation capitaliste et le transfert des valeurs produites vers la financiarisation, ce qui pallie au moins un temps les effets de la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, mais non à la crise elle-même, modifie les conditions d’échange découlant des développements inégaux.

Sous quelles formes peuvent être réunies aujourd’hui les conditions objectives et les conditions subjectives ? Pour y répondre il faudrait au moins commencer à se poser la question, au-delà des protestations et actions nécessaire contre l’exploitation et les douleurs de l’exploitation de l’homme par l’homme.

Des pistes sont pourtant possibles et en voici à débattre pour agir :

  • Un parti, des partis peuvent-ils être l’interprète collectif conscient du processus inconscient ?

Et en découlant :

  • En quoi peut consister ce rôle d’interprète ?
  • Quel lien cet interprète peut faire entre l’action immédiate et la mise en pratique d’un pré-apparaitre en santé sociale ?
  • Quelle unité dans l’action de cet interprète entre le présent et le futur, entre le senti et le pensé ?

Voilà déjà de quoi travailler l’action syndicale, politique, citoyenne.

Il faudrait sans doute ajouter que les limites de la nation sont plus une barrière à ce témoignage et aux relations du travail sur l’inégalité de développement et que les bases que les nations apportent dans leurs héritages démocratiques et social parviennent à obsolescence plus qu’à créativité révolutionnaire. Même s’il faut bien sûr travailler le micro et le macro, du local et mondial, à travers les identités « empilées » et les entités de production et d’échange.

Pierre Assante. 16/07/2020 22:31:21.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2020 3 15 /07 /juillet /2020 22:24

RELOCALISATIONS

 

Relocaliser sans négociations, sans plans de développement et de coopération européenne et internationale équivaut à appauvrir les salariés et les peuples là où les activités ont été délocalisées, et pour l’Europe, voir arriver les appauvris en masse vers les nations plus développées avec un coût du travail affaibli aussi pour tous.

Car une relocalisation capitaliste ne peut en aucun cas obéir à autre chose que le profit maximum et immédiat.

C’est simple à comprendre ou pas ?

Ensuite une campagne de relocalisation sans contenu progressiste de coopération et de développement soutenu par les luttes syndicales, politiques, citoyennes, ne peut que renforcer idéologiquement les souverainismes et les fascismes institutionnels et « populaires », c’est-à-dire chez les gens et les peuples appauvris par le chômage et la baisse du coût du travail, c’est-à-dire, de façon relative par rapport aux situations de départ : tous.

Mener une campagne de relocalisation sans contenu progressiste de coopération, c’est déchaîner la guerre des pauvres, leurs divisions nationales, ethniques et culturelles, au profit de la finance capitaliste mondialisée, numérisée, et des groupes multinationaux plus puissants que les Etats auxquels ils dictent leur loi, indépendamment des lois nationales, européennes, des accords internationaux rendus caducs. Le capital pour s’adapter à la crise et à la baisse tendancielle du taux de profit renforce sans cesse une exploitation de la force de travail et renforce en cercle vicieux sa propre crise et explose toutes règles institutionnelles, de vie et de rapports humains. Les outils de numérisation et d’automatisation de la production et des échanges  deviennent de plus en plus des outils d’appauvrissement de l’humanité au lieu de production de richesses pour sortir de cette préhistoire vers une libération de la vente-achat de la force de travail et du travail contraint.

Bonjour le RN en France et en Europe et dans le monde comme aux USA qui mènent cette politique plus que souverainiste : impérialiste.

Espérons que la Chine résiste à l’opération, car un effondrement de la cohérence et de la richesse nouvelle de cette entité, qui possède la classe ouvrière la plus nombreuse, et les forces productives en développement modifiant le rapport de force avec l’impérialisme, serait non un tsunami, mais un effondrement général mondialisé.

Au tsunami du chômage, particulièrement des jeunes chercheur.e.s d’emploi de la rentrée, et des mesures antisociales et répressives de ce pouvoir, donner une réponse d’un salariat uni dans les luttes. Il est indispensable de s’appuyer sur les luttes des salariés pour l’emploi et la qualification, contre « l’anarchie » du marché organisée par le patronat et le capital dans la course et la guerre du profit.

Relocalisation ne peut en aucun cas rimer avec "démondialisation", sauf effondrer la réponse aux besoins sociaux mondiaux divers mais imbriqués.

Répéter, expliquer que le covid19 a précipité une crise économique et sociale, globale du capitalisme  qui s’annonçait déjà monumentale. Crise à propos de laquelle, les gouverneurs des banques centrales, l’ex président de la BCE, J.C.Trichet en tête, sur le journal « La Repubblica », donnaient un avertissement au mois d’août 2019 lors de la préparation de leur réunion à Jackson Hole aux USA. Certes un avertissement qui n’allait pas dans le sens des solutions à la crise du capital, mais avertissement quand même (1).

Un peu de marxisme éloigne de l’humanité, de l’humanisme, beaucoup de marxisme et de dialectique en rapproche, ouvre les capacités de développement en santé du processus humain.

Pierre Assante. 15/07/2020 21:50:52.

(1) "Reformes ou la crise vous frappera fort". Jean-Claude Trichet, 19 août 2019.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 14:03

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 07:23

REVIVIFIER LA CREATION SIMPLE ET COMPLEXE, LE POIETIQUE DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE.

Un homme produisant les biens nécessaires à sa vie, son développement, sa complexification nécessaire, et les solidarités et coopérations indispensables qui peuvent et doivent en découler.

 

La base du développement de la pensée chez Marx et Engels, c’est le rapport entre l’objet, la représentation mentale et la conscience dans la résolution des besoins individuels-sociaux en unité et en autonomie. Le l’introduction à la critique de l’économie politique aux livres du Capital, c’est ce qui sous-tend leurs analyses, choix, décisions : leur action. Ce qui n’en fait pas un modèle sacré, mais un profond cheminement de l’humanité dont la réaction du capital nous a largement privés.

Henri Lefebvre a qualifié la propriété de l’homme : il est quotidien, mimétique, poïétique. MAIS Le poïétique, sous le règne du profit à son paroxysme, est resté sur les rails de la logique. Les recherches les plus avancées qui permettent d’envoyer des sondes sur mars ou de manipuler la génétique sont sur les rails de la logique, et pour le quotidien, du "bon sens", ce qui est la même chose et ce qui est un immense handicap pour une synthèse générale des capacités de l’humanité dans les progrès d’appropriation nécessaire de l’univers pour y survivre et s’y développer.

Le marxisme dogmatique en sautant par-dessus Hegel et sa critique marxienne a créé les conditions du maintien du système de vente-achat de la force de travail, d’accumulation capitaliste, et de sur-accumulation-dévalorisation conduisant aux restrictions des satisfactions des besoins sociaux, de leur développement-complexification.

L’appel restreint à un retour-développement de la dialectique a été très timide, plus instinctif que conscient. Le praticisme a écrasé la création. La révolution scientifique et technique ne doit pas nous cacher cet état de régression des capacités-possibilités de l’humanité dans son processus de conscience en marche de la nature sur elle-même.

Un être humain ne peut dépasser tout seul les conditions historiques dans lesquelles il vit. C’est bien là son drame. C’est pourtant dans l’effort de l’individu que réside la solution de la société toute entière.

Les « grandes gueules » gagnent en général. Althusser contre Politzer à courte distance de temps et contre Henri Lefebvre contemporainement. Il faut relire les écrits de Lefebvre sur la dialectique et sur le structuralisme qui lui ont valu son éloignement, à double sens. On ne mesure pas ce qu’a représenté la perte de la poursuite et du développement des cours de philo de Politzer pour la suite des évènements. Le capital a fait là avec le nazisme une grande conquête régressive.

De cette perte, pas seulement des personnes qui portaient l’effort de dialectique, mais de l’affaiblissement considérable de ce mouvement auquel bien sûr a participé le stalinisme, l’humanité, malgré ses immenses progrès sectoriels, ne s’est pas encore relevée. Qu’elle soit incapable encore de traiter de la crise systémique pour pallier aux menaces climatiques en est l’illustration la plus flagrante.

Crise de santé et crise d’énergie, comme crise de ressources naturelles nous entourent et nous menacent pendant que le quotidien va bon train sur ses rails.

Un danger ne peut tout seul nous alerter de nos carences. C’est de la critique des normes et des re-normalisations collectives et personnelles, micros et macro, en santé, qui peuvent en naître, et de la mise en pratique conjointe par l'homme lui-même, dans le mouvement des forces productives, mondialisées, numérisées, que réside l’existence d’un homme total, vraiment quotidien, mimétique et POIETIQUE tout ensemble, c’est-à-dire un homme produisant les biens nécessaires à sa vie, son développement, sa complexification nécessaire de ses rapports avec la nature et avec lui-même, et les solidarités et coopérations indispensables qui peuvent et doivent en découler.

Pour les 100 ans du Pcf, on aurait pu s’attendre à une floraison de bilans critiques.

Mais pas du tout, pour le moment il s’agit d’une commémoration interrompue non par la crise économique mondiale, mais par la pandémie. Nous savons faire des additions, mais pas de synthèses. C’est l’état actuel général de l’humanité qui ne nous cache pas le particulier, mais le maintient au sol à l’instar d’une force répressive.

On ne peut être évêque et hérétique il faut choisir. Des hérétiques ont été faits saints, histoire de les neutraliser.

Pierre Assante. 14/07/2020 06:30:35.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

 

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2020 1 13 /07 /juillet /2020 08:40

 

POUR DES RETOURS PRATIQUES ET IDÉOLOGIQUES EN UNITÉ À LA DIALECTIQUE.

 

Il y a des évolutions parallèles de la pensée humaine qui ne se rencontrent qu’en catharsis lorsque la contradiction interne des forces productives appellent à transformation.

C’est le cas des théories de l’évolution, de la critique de l’économie politique au XIXème.

 

La catharsis en cours, malgré ses accidents et reculs, a lieu avec la découverte de la formation de la conscience par la dialectique hégélienne mise « à l’endroit » matérialiste par Marx et Engels

 

Le retour au bon sens, à la logique cartésienne dans les travaux pratiques révolutionnaires est un recul dont les forces réactionnaires ont largement profité à la fin du XXème.

 

Il n’y a pas de progrès de l’humanisation, de saut de qualité sans la rencontre entre le corps social et la conscience collective : cette rencontre seule crée les grands mouvements d’humanisation. Des forces existent dans la mondialisation capitaliste financiarisée, numérisée qui sont à la fois l’antichambre d’une société mondiale diverse et multiple, coopérative et solidaire, d’entités autonomes mais non indépendantes, libérée de la vente-achat de la force de travail et de l’accumulation capitaliste. Mais si les conditions objectives sont quasiment atteintes pour cette transformation, l’immense force du capital, technique, et idéologique qui s’ensuit, et à l’origine, son pouvoir sur le travail et la force de travail, freine les conditions subjectives de la transformation en santé.

 

La lutte entre le  communisme vulgaire et la dialectique nécessaire à la transformation qualitative peut être caricaturée mais non résumée dans l’affrontement idéologique à l’intérieur du marxisme entre Althusser er Lefebvre. Par exemple. Oui caricature, mais caricature certes significative.

 

Les bases de l’idéalisme révolutionnaire et sa stérilité : L’objet posé comme pensée, l’homme  = sa conscience, l’illusion de la révolution par le texte, Henri Lefebvre après Marx les a critiquées sans le succès nécessaire au mouvement du salariat, pointe avancée de la production et de l’échange. Voir ses écrits sur la dialectique et le structuralisme.

 

Il y a dans l’ergologie, l’analyse des situations de travail un retour au dépassement de la logique aristotélicienne et bien sûr du dogmatisme marxiste. Il y a dans la continuation de la critique de l’économie politique et ses avancées-propositions sur la suraccumulation-dévalorisation du capital, la loi Sécurité-Emploi-Formation-Revenu, les Fonds et crédits démocratiques pour un usage en santé de la création monétaire vers les besoins sociaux et vers des forces productives libérant du temps de travail capitaliste contraint, pour une explosion positive de la créativité, de l’invention humaine, de l’appréhension-appropriation élargie en santé de l’univers par l’homme, une autre retour conjoint du dépassement du marxisme dogmatique d’appareil.

 

Le retour à la dialectique c’est le retour aux hypothèses opérationnelles au rêve d’un préexistant supérieur populaire et démocratique dans l’acte au présent de production et d’échange « matériels et moraux ». C’est aussi le dépassement des mythes philosophique et religieux restant historiquement la base du mouvement de la conscience de la nature sur elle-même, de l’homme sur lui-même en tant que part de la nature en relations dialectiques unies.

 

Pierre Assante. 12/07/2020 08:05:23.

 

VOIR AUSSI : http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche