Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 08:57

Voici un extrait très illustratif qui contredit toute la propagande (terme ancien tout à fait valable) sur le soi-disant dogmatisme inhérent au marxisme et à la méthode dialectique :

 

« …A cela se lie également cette idée stupide des idéologues : comme nous refusons aux diverses sphères  idéologiques qui jouent un rôle dans l’histoire, un développement historique indépendant, nous leur refusons toute efficacité historique.

 

C’est partir d’une conception banale, non dialectique de la cause et de l’effet comme de pôles opposés l’un à l’autre de façon rigide, de l’ignorance absolue de l’action réciproque.

 

Le fait qu’un facteur historique, dès qu’il est engendré finalement par d’autres faits économiques, réagit aussi à son tour et peut réagir sur son milieu et même sur ses propres causes, ces messieurs l’oublient souvent tout à fait à dessein… »


Engels, 1894.


Ce qui ne veut pas dire, cet extrait en témoigne, que la méthode dialectique soit infaillible et ni soit le seul outil pratique de résolution des problèmes posés à la vie humaine...

Mais se priver d'un bon outil est dommageable à la vie humaine...

 

Pierre Assante, 16 janvier 2014

 

DURAND CREDIT

L'illustration : un des exemples, pour moi, de travail dialectique sur l'économie, entre autres. La Coméco et d'autres, Paul Boccara en premier lieu, en ont fourni, dans le PCF et d'autres économistes de diverses "sensibilités" ailleurs bien sûr. Cet ouvrage m'a ouvert les yeux sur les possibilités de la rupture-continuité d'une transformation économique pratique dans les conditions historiques du moment. Pour moi qui ne suis pas un économiste"savant".

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 06:54

Article déjà publié le 28/12/2013 

Prolégomènes à l'ontologie de l'être social. _________ GEORG LUKACS

« Experimentum Mundi » d’Ernst Bloch et « Prolégomènes à  l’ontologie de l’être social »de Georges Lukács semblent se répondre, et se différencier l’un de l’autre pour se compléter.

 

Il y a comme un dialogue de sens et de forme dans les œuvres des deux auteurs, qui fait penser en philosophie, au dialogue entre Picasso et Matisse dans l’expression artistique.

 

C’est aussi deux vieux hommes qui font un bilan de leur réflexion sur le mouvement de leur pensée, dans le mouvement de leur engagement, d’une maturité atteinte qui va ouvrir la voie à une nouvelle éthique aujourd’hui en construction dans l’activité humaine générale et l'activité savante en rencontre « à la base », « matérielle et morale ».

 

Cette rencontre a lieu depuis longtemps dans leur vie , maisBloch ici les « années 60-70 » qui marquent l’entrée dans une crise généralisée du capitalisme mondialisé et informationalisé, économique, civilisationnelle, en grande accélération aujourd’hui, devrait nous faire réfléchir à ce qui dans la charnière de ces années nous a échappé, et est loin d’être obsolète malgré tout ce qu’on nous a présenté comme ringard pour mieux nous manipuler….

 

Le philosophe Yves Schwartz* dans son analyse du TRAVAIL, reprend sans doute ce que cette charnière nous a révélé, le développe lumineusement, bien au-delà et à l’encontre des réflexions « à la mode » dont nous sommes abreuvés sur un « être social superficiel, désincarné et décérébré » dont la marchandise serait l’accomplissement final séparé de l’usage et du besoin de développement humain et d'une éthique de ce processus de développement qui nait sans faire de spectacle.

 

Voici ci-dessous quelques pages des « prolégomènes », avec l’aimable autorisation des Editions Delga.

 

Pierre Assante, 28 décembre 2013

 

* Sur lequel on peut trouver de nombreux articles du blog.

 

Sur ce lien, les 8 pages choisies  : ici

http://pierreassante.fr/dossier/LUKACS_PROLEGOMENES.pdf

 

Lien sur l'étideur : http://editionsdelga.fr/429-prolegomenes-a-l-ontologie-de-l-etre-social.html

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 09:14

ENGELS_a_Franz_Mehring_0001.jpgOn a souvent reproché, en particulier à Engels d'avoir cédé à une certaines tendance au déterminisme contre une simple causalité dans un processus humain dans lequel la volonté et la conscience interviennent. Certes si certaines précautions n'ont peut-être pas toujours été prise dans le feu de l'action, l'activité de Marx et d'Engels est certainement parmi les plus grandes entreprises pédagogiques du XIX° siècle, dont l'effort a été poursuivi "à la base", pas toujours d'une façon dogmatique comme certains semblent le penser, c'est à dire dans une diffusion sociale généralisée au même titre que celui des "Lumières". Il faut dire aussi que l’ostracisme d'Etat (avec effet sur l'école entre autre) et des grands médias liés a considérablement fait refluer cet effort pédagogique. L'intention ne suffit pas pour un citoyen, les moyens comptent au même titre que la volonté. Et la volonté s'amenuise faute de moyens....

            L’incapacité de resituer une connaissance dans son contexte historique, et la tendance moralisatrice abstraite coupée de la réalité de l’individu humain dans son espèce en processus, sont une conséquence évidente de cet ostracisme, excepté pour qui ne sombre pas dans le paroxysme idéologique ambiant.

            Voici une page pour remettre en ordre notre sens historique, dans une révision générale du paroxysme idéologique actuel, effort personnel non suffisant, mais nécessaire pour sortir de 40 ans de régression (entrée croissante dans la crise du capital vers 1970 et son explosion actuelle). Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faille pas réviser ce qui a précéder ces 40 ans.

D’autre part il ne faut pas sous-estimer l’effort de renouveau, les prémices de renaissance possible qui se manifestent, dont les limites ne nous sont pas encore connues, et que nous ne connaitrons que « post festum » (après leur déroulement historique), pour ce qui le vivront…

Ne pas les sous-estimer et encore moins les mépriser, est un besoin humain vital qui dépend de notre volonté de compréhension.

 

 Pierre Assante, 15 janvier 2014


Voir ces 2 pages d'Engels

ici

http://pierreassante.fr/dossier/ENGELS_a_Franz_Mehring.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 09:05

UNITE-SYNDICALE-4-AVRIL-2014.jpg

 

 

 

Lire sur ce lien :

  ici

http://pierreassante.fr/dossier/UNITE_SYNDICALE_HUMA_15.01.14.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 16:22

MILLS

« …Autant d’éléments qui renforcent le besoin de comprendre la crise, les crises du capitalisme. C’est pourquoi notre revue "Economie & Politique" poursuit son objectif de formation des militants avec le compte rendu de la première séance du séminaire organisé par la Fondation Gabriel Péri sur les théories sur les crises, à partir notamment de l’ouvrage de Paul Boccara, Théories sur les crises, la suraccumulation et la dévalorisation du capital, Delga, 2013. Nous reproduisons également la communication de Bernard Guerrien sur le prix Nobel d’économie, Fama. Ainsi qu’une fiche de lecture instructive et critique de l’ouvrage de Yves Saint-Jours, professeur de Droit du travail, éloge du droit social, La Dispute, 2013…»

 

Lire

ici

http://www.economie-politique.org/sites/default/files/eco_po_712_713_edito.pdf

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 10:52

Copie-de-2013-11-30-027.jpgE ÒC ! BASTA PAS DE S’INDIGNAR !

 Que siá organizat de Forums pariers d’aquest que se debanèt au Faròt, a Marselha, es tras qu’important. Fau grandmercejar lo monde e leis associacions qu’an complit un gròs trabalh per que capitèsse. Aquò tant per la cultura d’Òc que per l’avançada dei principis democratics de pluralisme culturau, de cotria ambé lei mejans economics  que permeton de satisfaire aquelei  revendicacions  e lei besonhs de desvolopament umans en generau......


....sur MESCLUM, 3 janvier 2014, SUITE, LIRE

ici

http://pierreassante.fr/dossier/MESCLUM_COLLOQUE_OC_PIERROT.pdf

 

Copie-de-2013-11-30-029.jpg

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 08:22
Copie-de-2014-01-12-013.jpgIntervention et présentation par
Jean-Marc Coppola :

 

"Après nos 8 priorités pour répondre aux préoccupations des Marseillaises et des Marseillais, nous voici réunis pour présenter les 8 animatrices et animateurs des listes de Secteur de Marseille.

4 femmes et 4 hommes en tête des listes pour les municipales qui vont se tenir dans 70 jours.

Nous avons choisi cette esplanade publique pour symboliser :

 -Le lien entre la méditerranée et la cultureLe lien entre le Port et la ville.

-Et surtout la nécessité de restituer l’espace public aux Marseillaises et aux Marseillais qui se sont réapproprié ce lieu avec enthousiasme.

Copie-de-2014-01-12-027.jpgAutant de symboles de Marseille, une ville à la croisée des chemins, et dont le devenir et le destin dépendront de l’implication et de l’intervention de son peuple.

C’est l’objectif que nous nous fixons : créer les conditions pour que les Marseillaises et les Marseillais prennent le pouvoir et décident des politiques qui leur sont utiles.

Utiles afin qu’ils vivent en toute quiétude, dans un cadre de vie de qualité, dans une ville où la solidarité, l’égalité, la justice redeviennent des valeurs communes et respectées.

C’est tout le sens de notre engagement.

C’est tout le sens de notre liste, de nos listes de rassemblement.

C’est tout le sens de la pratique politique sur laquelle nous nous engageons pour gérer Marseille dans moins de 3 mois.

En ce début d’année, propice aux vœux que je vous formule les plus…tout ce que vous voudrez, nous choisissons de forcer le destin et de ne pas attendre que certains le décident d’en haut à notre place.

 

Copie-de-2014-01-12-001.jpgEn haut, je parle du Président de la République et du gouvernement, qui en assumant des choix libéraux, tournent le dos aux valeurs et aux idéaux de gauche et accroissent le fatalisme et le renoncement.


-Hausse de la TVA, l’impôt le plus injuste.

-Restriction des dépenses publiques.

 -Cadeaux au Medef qui se dit satisfait par la chasse au coût du travail.A

 -Austérité pour les Français.

 -Loi sur le travail du dimanche (alors qu’à Marseille 95% des commerçants y sont opposés).

 -Libéralisation sur les rails et sur les mers, comme on le voit avec la posture du gouvernement sur la SNCM.


Ces décisions sont-elles de nature à lutter contre les inégalités, contre la pauvreté et la précarité qui minent la vie de nombreuses familles à Marseille ?

Non ! Elles vont même l’aggraver.

Est-ce cela la bienveillance du Premier ministre et du gouvernement à l’égard des Marseillais, comme ils sont si souvent venus le dire en multipliant les effets d’annonce ?

Comment accepter et combien de temps allons-nous accepter de vivre toujours plus mal dans des logements insalubres, dans une insécurité de vie au quotidien, avec une incertitude pour l’avenir et l’avenir de nos enfants ?

Comment accepter et combien de temps allons-nous accepter de vivre dans la violence, dont la première est celle des inégalités ?

 

Comment accepter et combien de temps allons-nous accepter des licenciements, des fermetures d’entreprises et particulièrement la situation faite aux personnels de la SNCM ?

Un véritable scandale, dont la responsabilité revient pleinement au gouvernement, revenu sur ses propres engagements qui prévoyaient un plan industriel de développement de la filière maritime, du SP de continuité territoriale, et des coopérations avec le Maghreb.

Des milliers de familles sont dans l’attente avec une épée de Damoclès au-dessus de leur tête.

Des salariés responsables qui apportent des solutions concrètes et crédibles dont la mise en œuvre ne dépend que du courage politique de ceux à qui le peuple a confié des responsabilités.

Ils sont pourtant volontaires et réactifs quand il s’agit de répondre aux revendications du Medef au détriment des travailleurs, mais au détriment aussi des artisans, des commerçants, des petites et moyennes entreprises.

Ils l’ont le courage de privilégier les plus riches qui débutent cette année avec encore plus de profits que les précédentes.

La confiance dans la politique ne peut que s’effriter devant de telles pratiques. Mais nous ne comptons pas rester les bras croisés ni devant cette politique ni devant ce délitement de la démocratie représentative.

Face à cela, nous voulons redonner du sens au militantisme, à l’engagement. Nous proposons l’offensive pour le changement à Marseille en montrant qu’il est POSSIBLE de choisir une autre voie, en invitant les citoyennes et les citoyens à créer ce changement.

Nous les invitons à construire un ESPOIR en partant de leurs préoccupations, en rassemblant les bonnes volontés dans leurs différences, comme nous retrouvons dans la diversité de nos listes.

Nous les invitons à une insurrection citoyenne pour créer un rapport de forces afin qu’à Marseille des solutions émergent pour l'emploi, les déplacements, la sécurité, l’école, les services publics, la citoyenneté, la démocratie et sortir de tout ce qui gangrène la ville et stigmatise ses habitants.

 

Copie-de-2014-01-12-007.jpgPrésentation des têtes de listes :

1. Christian Pellicani, conseiller municipal communiste, chef de file dans le 1er secteur (1/7) où il est élu, connu comme le loup blanc et reconnu pour son travail de proximité et sa connaissance du terrain. On peut dire que c’est le père des batobus, ces navettes maritimes qui ont connu au énorme succès et que nous pérenniserons et démultiplierons. C’est aussi à son initiative qu’ont été dénoncées des pratiques illégales dans le dossier de l’Hôtel-Dieu, offert à l’hôtellerie de luxe sur le dos des Marseillais !

2. Marie Batoux, dirigeante nationale du Parti de gauche, chef de file dans le 2ème secteur (2/3). Nous faisons le choix de la jeunesse, de l’audace, du renouvellement, dans ce secteur où l’on trouve le Grand port maritime, Euromediterranée mais aussi les quartiers les plus pauvres de France. Avec Marie, nous allons redonner confiance et espoir, sans concession au clientélisme et à la finance.

3. Isabelle Pasquet, sénatrice, est notre chef de file dans le 3ème secteur (4/5), face à Bruno Gilles et disputera à la ministre Carlotti l’alternative de gauche. Sa détermination et sa pugnacité au Sénat sur des dossiers emblématiques comme les retraites, la famille, le handicap ou encore le budget de la Sécurité sociale sont un atout majeur dans ce secteur où vivent de nombreux salariés, notamment des services publics. Cheminote, syndicaliste, offensive et humble, Isabelle est avant tout une militante et illustre notre conception de l’élu d’aujourd’hui.

4. Une femme encore et une femme d’expérience. Marie-Françoise Palloix est notrechef de file dans le 4èmesecteur (6/8), fief de Jean-Claude Gaudin et de son dauphin Yves Moraine, Marie-Françoise est élue à la Communauté urbaine. Rare élue qui a mené la bataille pour l’emploi et l’industrie au côté des Legré-Mante, elle s’investit notamment pour la préservation de notre littoral et de notre patrimoine naturel, en défendant notamment un Parc national des Calanques qui respecte les activités humaines.

5. Jean-Marc Cavagnara, salarié et syndicaliste à Pôle emploi, responsable du Parti de gauche, ancien dirigeant national syndical à l’Unedic, portera nos couleurs dans le 5ème secteur (9/10). Très actif dans la lutte contre le travail dominical à Plan-de-Campagne, Jean-Marc a déjà accepté deux fois d’être candidat du Front de gauche, aux dernières cantonales et dernières législatives.

6. Sandrine Cartier est issue du mouvement social, membre d’aucun parti. Mettant en accord nos paroles et nos actes, nous lui confions la mission de représenter le Front de gauche dans le 6ème secteur (11/12). Son combat victorieux à l’hôpital privé Beauregard est la preuve que l’implication citoyenne, des salariés, peut stopper la fatalité et donner tort à la pédagogie du renoncement. Nous sommes le seul mouvement à ce jour proposer, en première ligne, des hommes et des femmes qui ne viennent pas du sérail politique.

7. Samy Johsua, universitaire, figure du mouvement anticapitaliste, est notre chef de file dans le 7ème secteur (13/14). Un territoire où le Front national a de sinistres prétentions. Samy, qui a une longue expérience sur ce territoire, va mener une campagne dynamique avec une équipe soudée, représentative de la diversité et de la richesse humaine de ces quartiers.

 

8. Enfin, je représenterai le Front de gauche dans le 8ème secteur (15/16), où il faut là aussi redonner confiance aux citoyennes et aux citoyens dans l’intégrité de la politique, dans sa capacité à changer les choses en améliorant les conditions de vie. Ces Quartiers Nord sur lesquels j’ai beaucoup appris ces derniers mois et années et qui méritent d’être perçus comme ce qu’ils sont vraiment : une pépinière de créativité, de courage, de motivation, où l’envie de réussite et d’en découdre avec les violences et la pauvreté est très présente.

 

Voir suite sur le blog de Marie Françoise PALLOIX :

http://corvasce.wordpress.com/2014/01/12/presentation-des-chefs-de-file-des-listes-fdg/

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

  

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 14:32

Copie de MATTINARencontre. Marseille

Cesare mattina « Les classes populaires ne sont pas les bénéficiaires du clientélisme »
 

Clientélisme par-ci. Clientélisme par-là. Derrière le mot brandi à chaque occasion, quelle réalité? Invention marseillaise? Phénomène massif? Façon d’aider les plus démunis? Pour y voir plus clair, entretien avec le sociologue Cesare Mattina, auteur d’une thèse sur la « régulation clientélaire ».

Dans la vie politique marseillaise, le clientélisme apparaît comme un mot-valise que tout le monde se jette à la figure. Pouvez-vous nous proposer une approche éclaircissante?

 

Cesare Mattina. La définition générale du clientélisme est simple: entretenir des clientèles politiques par l’octroi de faveurs et services en échange de votes et de soutiens politiques. Le phénomène est aussi ancien que la ­démocratie et le système du suffrage. Tel qu’il est actuellement entendu, dans le contexte de bataille politique des élections municipales, c’est un mot utilisé par des acteurs pour dénoncer des pratiques d’autres acteurs. On se rend compte que la dénonciation du clientélisme est le fait d’acteurs qui ne disposent pas forcément de ressources de distribution. …..

 ....suite, lire ici

 

 http://pierreassante.fr/dossier/MATTINA_CLIENTELISME_HUMA.pdf

 

…..et sur ce lien :

 http://www.humanite.fr/politique/cesare-mattina-les-classes-populaires-ne-sont-pas-556413

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

 

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 09:16
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 07:35

      VIDEO. Cliquer sur l'image

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=LQPxMvAuXQM

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 00:02

Copie de 2013 12 17 011

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 00:01

 

LUCRECE

 

LIRE

ici

 

http://pierreassante.fr/dossier/ITER.pdf

 

 

 

et

Petit rappel d'économie politique élémentaire

pour évaluer un élément essentiel de notre intervention quotidienne....

http://pierreassante.fr/dossier/

petit_rappel_economie_politique_

elementaire.pdf

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 07:34

VIDEO. Cliquer sur l'image

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=WIwyZAt8hCA

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 14:58

MARINE ROUSSILLONLIRE

ici

 

http://reseau-ecole.pcf.fr/47839

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 06:57

 

BROCHURE ECO ET PO perso

 

Petit rappel d'économie politique élémentaire

pour évaluer un élément essentiel de notre intervention quotidienne....

 

ici

 

http://pierreassante.fr/dossier/petit_rappel_economie_politique_elementaire.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 05:09

 

sur ce lien :

http://pierreassante.fr/dossier/RENZI_HUMA.pdf

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 03:22

      VIDEO. Cliquer sur l'image

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=AllLIUzIjXk

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 14:24

 

CONGRES DU P.G.E. MADRID décembre 2013

 

"....Nous sommes cette Europe là, celle qui recherche par tous les moyens  l'émancipation humaine !

 

Alors comment avancer dans cette voie ?


....Nous pouvons nous appuyer sur ce que nous avons déjà fait.

Le PGE a œuvré à tous les rassemblements nécessaires pour avancer vers la constitution de ce que nous appelons « un Front européen social et politique » de progrès.

Le PGE a intensifié ses échanges avec le mouvement social et syndical, mené une politique volontariste qui a coïncidé avec la recherche nouvelle, pour beaucoup de forces sociales, d’interlocuteurs politiques nouveaux.

Nous avons organisé un sommet alternatif à Bruxelles en mars 2012 auquel plus de 200 organisations sociales, syndicales et politiques ont participé.

Nous avons été un partenaire actif de l’altersummit à Athènes en juin 2013.

Je veux également saluer la très significative présence à notre congrès d’Ignacio Toxo et de Bernadette Ségol, respectivement Président et Secrétaire générale de la CES....

 

....Nous voulons intensifier notre travail de relations avec toute une série de forces politiques nouvelles en Europe qui cherchent la voie dans leur engagement à gauche. Je pense aux Balkans, aux pays nordiques, à la Grande-Bretagne, aux pays de l’Est. Nous proposons de modifier nos statuts pour créer la possibilité de devenir parti « partenaire » du PGE afin d’élargir encore nos coopérations et notre rayonnement.

Nous avons travaillé à des rapprochements efficaces avec le forum de Sao Paulo et les forces de gauche latino-américaines comme avec les forces de gauche de la Méditerranée. Tout cela est essentiel.

Nous voulons que ce travail d’échanges, de dialogue, soit tourné vers l’action pour la transformation concrète de l’Europe, du monde, de la vie des peuples.

 

....Le PGE n’est plus seulement un carrefour d’échanges politiques, il est un parti de coopérations concrètes, un parti d’action, un parti de propositions, un parti de transformation....."

 

Suite, 3 articles :

1)Discours d'ouverture du congrès du PGE, Pierre Laurent, 2)Congrès du PGE : une force et un espoir pour la gauche européenne et pour une Europe solidaire, 3)Le PCF souhaite l’unité du Front de gauche derrière Alexis Tsipras......


 lire : ici

 

http://pierreassante.fr/dossier/congres_du_PGE_dec.2013.pdf

 


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 23:24

2013-12-14-009.jpgRESUMÉ

 

La circulation du capital, l’échange.

Transformation qualitative du mode d’échange par le détournement d’une partie DE LA CIRCULATION du capital du circuit du profit maximum.

Rappel de l’échange par la circulation, marchandise, force de travail, spéculation sur la « survaleur-profit » incluse, en fonction du rapport croissant en accélération du surproduit, du capital, malgré la baisse tendancielle du taux de profit et avec les contre tendances.

Rappel du rapport de la valeur force de travail avec l’histoire de la consommation-reproduction de la force de travail, conditions « matérielle et morales » unies, culture, anachronismes opérationnels et non opérationnels, situations historiques matériellement et moralement « catharsistique » passées et futures.

 

 Pôles de crédits publics, contrôle des banques par le politique, révolution « lente » de la démocratie avancée.

« Masse critique » du détournement d’une partie du capital du circuit du profit maximum pour que cette partie devienne suffisante pour entamer une phase nouvelle vers le socialisme et le communisme, modifier la mesure de l’échange à partir de la masse suffisante de surproduit et de ce « détournement ».

Rappel des phases marchandes, de la « masse critique du surproduit » pour passer à l’échange marchand capitaliste, au producteur libre, techniques de production et organisation du travail, manufacture et industrie vers une nouvelle révolution techno-anthropologique (exemple de l’ordinateur quantique, sa signification technique et civilisationnelle et l’approche d’une autre conscience de la nature sur elle-même qu’est l’humain « nouveau » possible « induit », causalité sans déterminisme.

  

Temps, Travail, mesure de la valeur marchande, dépassement de cette mesure.


Masse critique de la suraccumulation-dévalorisation du capital dans l’explosion des forces productives et l’accélération qu’elle inflige à la croissance de cette « masse critique ».

L’intervention qui limite cette masse critique puis la transforme en masse "réinvestissable" en fonction du processus des besoins « matériels et moraux » dans leur unité et leur transformation qualitative « miniaturisation-concentration-croissance » en expansion sans laquelle l’explosion est mortelle.

 

L’inclusion du passé-présent-futur dans la conceptualisation de la représentation de la réalité et de son mouvement et non-perception du moment présent séparé « immédiat » au profit de la perception immédiate « passé futur » qui est celle d’un « présent immédiat conceptualisé ». Relativité du rapport passé « immédiat », récent et à long terme. Recentrement de cette perception du temps sur temps réel, temps perçu, travail et mesure de la valeur capitaliste d’échange et son rapport avec la valeur d’usage. Propriété-consommation du produit et échange du produit.

 

Déadhérence conceptuelle---fonctionnement des systèmes de concepts d’une façon autonome par rapport au perçu de la réalité---réalité de l’univers et rapport avec cette conceptualisation « autonome-indépendante »---quel rapport entre le point espace temps de ce point de conceptualisation déadhérent avec « un » point d’espace-temps de la réalité matérielle générale ?

 

Limites de l’espèce et de l’individu dans l’espèce dans sa perception du cosmos et de l’univers et rapport avec une vision généralisé relative ou absolue d’une limite, donc de cette, de « la » généralité….

Vision poétique et vision rationnelle sur les bases scientifiques, sur les bases à portée de notre perception.

Rapport entre la vision poétique, le niveau de conscience et de connaissance en rapports, l’intuition induite, son expression métaphorique, l’expression de sa représentation, de son vocabulaire. Plus la masse de surproduit rend obsolète la mesure de la valeur, moins l’expression de cette valeur (marchande) devient visible et lisible alors qu’elle envahit la totalité des rapports sociaux et des mentalités en découlant. Mais la transformation de ces rapports est déjà dans l’exacerbation de ces rapports…

 

Dénormalisation-renormalisation du rapport Savoir/Conscience/Métaphore…

Conscience de la conscience, transformation du mode de choix dans le mouvement de construction de systèmes de concepts. Epistémicités et éthique, du savant vers le quotidien-mimétique-poïétique (création-double anticipation) général du processus humain. Réappropriation du produit, des gestes du produit, de l’usage du temps en tant que contenant de l’usage de l’activité. Point-rencontre du croisement des éléments de cet usage, sorte de « big-bang » anthropologique dans les prémisses que contient l’apparition du travail élémentaire jusqu’à ce point.

 

De la baisse tendancielle du taux de profit et ses contre-tendances et la baisse tendancielle du taux d’intérêts psychologique lié, vers une réappropriation du rapport temps/activité, et ce que ce rapport contient, voilé par les limites de la perception humaine et limites dévoilées par cette réappropriation. Sortie du brouillard des limites, libération du mouvement mutilé.

 

 

Pierre Assante, 15 décembre 2013

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 15:04

 

L'oeuf de la vieL’état du Monde.

L’état du Monde est pitoyable.

L’explosion des capacités humaines fait face à la maladie de l’humanité sans la rattraper à cet instant.

Ce n’est pas une maladie théorique, mais une maladie concrète que l’on peut toucher du doigt en parcourant les entités humaines qui constituent l’humanité et leurs souffrances.

 

Dans le même temps, la transformation qualitative du processus humain c’est dès aujourd’hui, et elle se poursuivra dans la capacité de distinguer ce qu’il faut favoriser dans le processus pour qu’il soit fécond.

 

Distinguer et non apercevoir à la superficie des choses, telle l’apparence motrice trompeuse de la « concurrence libre et non faussée », entre entités humaines comme entre personnes.

Favoriser dans le processus ce qui est fécond, c’est aussi favoriser la mise en commun des ressources et des actes, ce qui  s’appelle communisme, ce qui n’est pas qu’un mot, mais qui est un mot dont le contenu peut rendre féconde la conscience humaine.

 

2 questionCe que les humains ont fait de négatif sous ce nom ne justifie pas son abandon, ni l’indifférence, mais doit inciter à la reconstruction de ce qu’ils n’ont pas été capable, jusqu'à présent, de construire de mouvant, de solide et de continu.

 

Pierrot, 12/12/2013 07:59:11


Voir lien ci-dessous :

http://pierreassante.fr/dossier/VERSION_augmentee_de_2_QUESTIONS_POUR_PROCEDER_A4.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici


Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 14:50

GARO PORTRAITSéminaire « De quoi demain sera-t-il fait ? »

Co-organisé par Espaces Marx et la Fondation Gabriel Péri

L’art, ingrédient du capitalisme ou force d’émancipation ?

Isabelle Garo

Jeudi 19 décembre 2013

De 18h à 20h

Espace Oscar Niemeyer,

Place du Colonel Fabien

PARIS 19ème

(Métro : ligne 2, station : Colonel Fabien)

Mise en bouche :

 

On a longtemps considéré que le marxisme était porteur d’une esthétique voire de deux : une théorie de l’art, dont Marx aurait posé les premières pierres, et des règles de production des oeuvres, dont le réalisme socialiste serait le produit le plus calamiteux, heureusement révolu. Mais à lire Marx, on n’y rencontre aucune esthétique. On y croise en revanche une réflexion jamais systématisée, toujours en chantier, qui confronte l’activité artistique aux autres activités sociales. Selon cet angle original, c’est la capacité de l’artiste à échapper à l’aliénation commune qui intéresse Marx. Mais sa liberté n’est que partielle et locale. Si la figure de l'artiste peut offrir, jusqu’à un certain point, sa préfiguration au communisme et à l’émancipation des individus, elle ne saurait lui fournir les moyens de sa réalisation. 

Aujourd’hui, les activités artistiques semblent plus que jamais intégrées à un capitalisme en crise, qui y cherche des occasions de profit. Mais elles ne sont pas intégralement asservies pour autant. Reprendre et prolonger l’analyse de Marx en son temps permet de souligner les contradictions qui se développent dans ce secteur de la vie sociale, qui recèle aussi des potentialités critiques sans précédent. Mais à certaines conditions. C’est en ce point que la question de l'art retrouve sous nos yeux ses enjeux politiques et renouvelle aussi bien la vieille question de l’engagement que celles des moyens et des fins de l’abolition du capitalisme. 

 

Isabelle Garo est philosophe et enseignante. Elle préside la Grande Édition de Marx et d'Engels en français (GEME). Elle co-anime le séminaire « Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre ». Elle a publié plusieurs ouvrages dont le dernier s’intitule « L'or des images - Art, monnaie, capital » aux Editions La ville brûle.

 

(sur cet ouvrage, voir ici)

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 07:55

FAJON

 

 

"....Il s’agit surtout de rassembler et les groupes multiples qui se forment (sous l’effet AUSSI des egos militants de base et de sommet et de la confusion idéologique dûe au poids du passé dans la transformation rapide du monde), mais rassembler surtout les idées et revendications émiettées et leur donner une cohérence globale. C’est ce que j’essaie moi aussi de faire dans mes divers lieux de militantisme et de réflexion et mes écrits finalement pas mal partagés (modestie oblige !)....."

 

LIRE

ici

http://pierreassante.fr/dossier/Lettres_a_mon_ami_R....pdf

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 23:36

2 question

 

CROISSANCE, ENERGIE, PIB et LANGAGE, FECONDITE.

 

Pour reprendre le dernier article, outre une liste de mots touchant à « abstrait » et « concret », voici une autre liste dont il faudra « trier » le sens en économie d’échange de capital et en économie d’échange à partir des besoins « matériels et moraux » du processus humain ; la transformation qualitative du mot, de la parole, à travers la transformation des conditions matérielles de vie, entre autre de : fécond, fertile, stérile, handicapé, mutilé, croissance,  PIB, masse de la valeur ajoutée, valeur, critères d’échanges, gésine, fœtus, prémisses, prémices, productif, investir, énergie, particules, composants, volume, rapports, production, produit…..

 

Le PIB, en tant que masse de la valeur ajoutée n’est « peut-être pas » un critère pertinent concernant la qualité de la vie humaine. Mais il ne s’agit pas de le remplacer par un critère « psychologisant ».

Tout critère remplaçant une mesure de la valeur marchande par une référence à la décroissance sans préciser en quoi tient cette proposition, est une aide aux politiques d’austérité.

 

Les politiques d’austérité sont incapables de créer autrement que dans le système économique actuel obsolète. Elles sont égoïstes au sens propre et pas seulement au sens moral, mais ce qui va avec, elles sont dépourvues de l’imagination qui permet la création, la poursuite d’un processus humain « majoritairement » sain. Les articles précédents reviennent abondamment sur la question.

 

Pour reprendre l’exemple trivial : construire une « machine » qui dispose dans un volume infiniment plus petit une masse infiniment plus grande de composants électronique, (aujourd’hui jusqu’à quelques molécules de germanium, et demain…) est-ce de la croissance ou de la décroissance? De la croissance ! Bien sûr si l’on se place non pas sur la valeur ajoutée produite comme mesure de la satisfaction des besoins, mais sur les besoins en tant que créateurs de « machines » les satisfaisant. Bien sûr ! Mais pourtant dès à présent une croissance d’une autre qualité. L’usage de la main-d’œuvre bon marché dite « non qualifiée » face à une production de haute technologie, leur organisation mondiale, et les contradictions dans la cohérence du développement mondial en est une preuve, une illustration, s’il en faut une, et de la réalité, et des possibilités et de la limite du système d’échange A-M-A’…

 

MAIS Evidemment, dans le registre du vocabulaire employé concernant la réalité d’aujourd’hui, l’échange A-M-A’, la croissance est bien celle du PIB, de la valeur ajoutée totale d’une aire de production et de vie ; et qui ne peut aujourd’hui que se considérer qu’à un niveau mondial si l’on veut comprendre « l’état actuel des choses » et même si sa mesure dans une aire donnée, la nation ou la région au sens large ou étroit, est un élément d’action sur la réalité locale et globale.

 

De même que les critères de travail productif et travail improductif qui sont les qualificatifs de réalités nécessaires à l’action de production dans cet échange A-M-A’, et sans lesquels, il n’y a AUJOURD’HUI aucune satisfaction des besoins, biens qu’ils soient aliénés, à travers l’aliénation du producteur de son produit et des gestes de son produit…

 

La valeur d’usage perce dans la valeur marchande, mais la valeur d’usage ne peut être créée aujourd’hui et mise en échange-consommation sans sa valeur marchande, si ce n’est pour l’usage personnel du producteur.

 

Ce qui change, se transforme, c’est la masse du PIB en explosion de croissance, dans laquelle peuvent se « glisser », entre autre par la réduction du temps de travail, les services et leur retour sur la travail productif (au sens du capital) de même que les produits « moraux » ( art, esthétique, éthique, )bien que mutilés, aliénés par leur intrication dans le système, et encore plus la spéculation productive tant qu’elle peut tirer la plus value de la production « matérielle ».

 

Masse du PIB en explosion de croissance, puis en ralentissement (crise jusqu’où ?)

 

Mais la crise exacerbée de suraccumulation-dévalorisation du capital, la baisse tendancielle de son taux de profit liées à son succès historique de croissance, et qui se trouve en obsolescence historique, pose une question de fond, celle de l’ENERGIE.

 

Plus une société s’avance dans une impasse, plus la causalité qui en résulte demande croissance de l’énergie pour modifier les directions, la direction de son processus. Mais comme pour les conditions matérielles dont l’énergie fait partie, et les mots-outils de la conscience de l’état des choses et de leurs conditions de transformation, la question de l’énergie dépend de sa transformation quantitative, sa concentration-simplification.

 

Concentration-simplification qui peut (encore) se résoudre par l’entrée en profondeur au sein de la structure fine du mouvement de la matière, les particules-moment en tant que quantum.

 

Le solaire…, et les énergies renouvelables que l’on met en avant aujourd’hui ? Certes, mais à travers de nouvelles avancées, de nouvelles conquêtes de la connaissance dans la « structure fine » de ce mouvement. Connaissance qui ne peut qu’aller de pair avec une vision fine correspondante à celle de la condition humaine, dans leur unité.

 

La transformation qualitative du processus humain c’est dès aujourd’hui, et elle se poursuivra dans la capacité de distinguer ce qu’il faut favoriser dans le processus pour qu’il soit fécond.

  

 

Pierre Assante, 10 décembre 2013

 

http://pierreassante.fr/dossier/VERSION_augmentee_de_2_QUESTIONS_POUR_PROCEDER_A4.pdf

(AVEC L'ARTICLE CI-DESSUS)

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 09:18

14mai10 003

Je suis en train d'écouter Gattaz sur Inter.

C'est incroyable à quel point il reprend formellement nos propositions économiques (1) pour les détourner vers ses objectifs...

Certes, s'en étonner serait naïf, mais quand même, à ce point de calme audace, c’est à noter.

Un contre exemple à réfléchir pour nous, en matière de calme et d’audace ! C'est vrai que le risque n'est pas le même...

C'est un signe de nos avancées idéologiques mais aussi des capacités du capital de se relancer.

Jusqu'à quel point de l'accumulation-dévalorisation du capital et de spéculation financière...???

Le "rassemblement" de Johannesburg est aussi significatif de cette période de crise mondiale, avec les avancées et les pièges, les récupérations et les ouvertures, les désespoirs et les espoirs, espoirs légitimes et fondés...

Pierrot, 10 décembre 2013

 

(1)Coméco-PCF (Sécurité emploi-formation, pôle financier démocratique de réorientation du crédit, de la Région à la Nation, à l'Europe et au monde, etc.), pour orienter progressivement l’usage de « l’échange-capital », sortir de la crise et relancer en France, Europe et Monde la production des biens « matériels et moraux » nécessaires au processus humain. 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 16:40

Lire l'ensemble des articles de" 2 questions pour procéder" mis à jour,

par le lien en bas de page

 

2012 02 25Suite de "2 questions pour procéder"

 

LANGAGE

 

La nécessité de la simplification en tant que concentration et multiplication de la puissance en santé.

La croissance de l’abstraction en tant que moteur de cette puissance, en santé.

Et sans dominations.

La musique et la traduction en tant que « modèles ».

 

Notre langue se heurte, comme le système économique à ses limites. Elle ne peut se libérer que dans la libération des limites du système.

 

La langue a besoin d’un vocabulaire correspondant aux avancées de la conscience humaine, ses avancées scientifiques en corrélation avec les interrogations et les réponses (relatives) qu’elles fournissent au processus d’humanisation.

 

Cette corrélation c’est la philosophie, sa recherche « spécialisée » dans son mouvement général, populaire et savant. La philosophie non seulement spéculative (elle est nécessaire mais partielle, structuraliste, donc limitée et insuffisante, historiquement), mais aussi philosophie pour « comprendre le monde et aussi le changer », selon l’expression de Marx, et selon le qualificatif de « métaphilosophie » de H.Lefebvre.

 

Sachant que toute connaissance de la nature, de la notre comprise, société et corps-soi, et usage « pratique » de la connaissance et des intuitions, de la double anticipation qu’elle induit, et  des seules représentations cérébrales de la réalité qu’elles sont, que peut-on nommer « abstrait » dans le langage ?

 

Tout !

 

Mais quelle est la qualité de cette abstraction ? Pour qu’il y ait perception de la qualité de l’abstraction, il faut :

 *pouvoir l’examiner en la décortiquant, en la disséquant en une multitude d’abstractions correspondant à la multitude de situations d’activité et entre autre de travail marchand qui est la base de la production humaine en système capitaliste « généralisé »,

*c'est-à-dire s’étant emparé de l’activité mondiale :

-y compris dans les « secteurs » non directement capitalistes qui lui sont soumis;

-de l'usage de l'organisation de l'activité dans la révolution scientifique et technique;

-de la "pensée artificielle", informationnalisation généralisée, sa concentration technique et politique qui  illustre la croissance de la puissance dominée par l'échange capitaliste et ses limites.

 

L’autonomie des activités par rapport au système ne peut les en émanciper. La domination est telle, mais il en est toujours ainsi des bases matérielles de la reproduction sociale, avec leurs différences historiques bien sûr, que tout champ en est prisonnier, ce qui ne donne que plus de valeur à la lutte d’émancipation de la mesure de la valeur marchande, de l’usage marchand du temps.

 

Ajoutant que l’usage marchand du temps n’est arrivé à maturité qu’avec la maturité de l’échange de capital, sa domination sur l’échange humain, le plus large qu’il soit, que la domination comme l’autonomie relative de cet échange concerne les « biens matériels », les idées, les sentiments, dans l’unité entre structures sociales et superstructures sociales, et dans l’environnement général qui en est marqué.

 

Dans ces conditions, « le matériel », « l’idéel », « l’abstrait », « le concret », « le subjectif », « l’objectifs », etc. voilà des mots et leurs infinis « agencements » qui demanderaient chacun d’avoir une multitude de nuances, à l’instar du blanc chez les esquimaux….

 

Mais est-ce là la solution, cette multitude de mots-nuances. Mots-nuance sans doute s’il s’agit d’une croissance quantitative de la parole humaine nécessaire. Mais il s’agit aussi alors d’une croissance qualitative de la parole, c'est-à-dire d’une parole qui corresponde à une « révolution » de la conscience, en rapport dialectique, du processus humain et de ses transformations qualitatives générales, dans sa continuité.

 

Les deux croissances vont de pair, même si la croissance qualitative « occupe moins d’espace » (pour employer une métaphore tout à fait précise dans ce cas), c'est-à-dire que ses moyens se concentrent et décuplent leur puissance dans cette « concentration ».

 

Je ne peux, je crois, mieux illustrer cette croissance de l’abstraction liée à celle de la représentation que par cet exemple d’activité : il s’agit de l’exemple de la traduction et de la musique. La musique dans laquelle la traduction atteint son « niveau » le plus élevé, renouvelé à chaque normalisation-dénormalisation qu’est son écriture, son interprétation, comme le mot l’indique si bien, que se soit dans le sens parole-écriture-musique (dans les deux sens et leurs différents rapports), que dans cette extraordinaire abstraction humaine en mouvement qu’est son imagination, sa construction cérébrale dans un échange de sens qui n’a d’autre support que dans l’abstraction la plus « pure », sans « sens rationnel » comme nous dirions à tort...

 

La simplification n’est pas régression de l’abstraction, malgré les efforts de notre période historique pour le faire croire, répondant en cela à la parcellisation-éclatement du savoir « conjointement » à celle de l’activité, parcellisation au service du travail-échange de capital pour sa croissance-profit quantitative sans issue. La simplification implique croissance qualitative, c'est-à-dire transformation au-delà de cette quantité  réelle ET d’apparence, quantité mutilée d’un manque abstraction liée à des besoins humains imaginés mais réels s’ils répondent à la santé du processus, s’ils répondent au besoin de guérison quand la santé est menacée « en bloc » et « en détail », dans chaque personne et son environnement.

 

La simplification c’est cette concentration qui multiplie la puissance. Elle peut tenir au contraire de l’apparence malade, quand l’apparence voile le besoin.

 

Pierre Assante, 9 décembre 2013

 

Voir tous les articles précédents de "2 questions pour procéder"

ici

http://pierreassante.fr/dossier/

VERSION_augmentee_de_2_QUESTIONS_POUR_PROCEDER_A4.pdf

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche