Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 14:52

 Intervention de Denis DURAND

au CONSEIL NATIONAL du PCF du 9 Juillet 2020.

 

Le taux record d’abstention aux élections municipales témoigne de l’approfondissement de la crise politique. La crise n’épargne pas notre parti, avec deux aspects contradictoires : d’une part le lent épuisement d’un modèle périmé de relations entre les élus et le Parti s’accélère. D’autre part, la preuve est administrée qu’un redressement est possible. C’est à la lumière de ce fait politique qu’il faut analyser la situation à Vitry si on veut, comme l’affirme le rapport, rétablir la sérénité dans le département, dans le respect des communistes de Vitry et de leurs décisions. Dans les plus grandes villes, des coalitions de gauche, auxquelles nous contribuons de tout notre apport militant, ont pu l’emporter sur la droite et sur l’extrême-droite. Mais la portée de ces victoires doit être relativisée au regard de l’abstention massive de l’électorat populaire – ce qui devrait être notre électorat. Or, c’est bien d’une mobilisation convergente de ces couches populaires et des couches moyennes que nous aurions besoin pour résister à la crise et pour faire des prochaines échéances électorales un moment de reconquête, pour une alternative aux politiques inspirées par la domination du capital. Le déferlement des plans de suppressions d’emplois dans les grands groupes, avec le soutien actif du gouvernement, ne peut plus être ignoré, ni l’onde de choc qu’il produit sur l’ensemble du tissu économique et social. Face au désespoir que cultive Macron en constituant un gouvernement voué à rendre encore plus violente cette agression contre notre peuple, il dépend de nous d’ouvrir un débat à gauche. Les Françaises et les Français ne jugeront pas crédible une gauche qui prétendrait garantir pour tous un revenu universel en se résignant à ce que 20 % de la population soit privée par le chômage de contribuer à la création de richesses ; une gauche qui espérerait réparer les dégâts sociaux du capitalisme par la fiscalité ; une gauche qui prétendrait combattre le réchauffement climatique en excluant le recours à l’énergie nucléaire ; qui ferait comme si la révolte mondiale de la jeunesse contre le racisme n’avait rien à voir avec des choix économiques qui font exploser les discriminations en rejetant une génération entière dans le chômage et la précarité ; qui ferait croire qu’un repli national protégerait notre peuple contre les méfaits de la mondialisation capitaliste, alors que la pandémie vient de montrer combien chaque être humain, sur la planète, a besoin de tous les autres… Pour gagner, pour permettre le rassemblement, il est vital que nous participions activement au débat à gauche pour dépasser les oppositions métaphysiques entre Etat et marché, entre « fin du mois » et « fin du monde », entre « social » et « sociétal »… il faut une force qui montre où est l’adversaire – le capital – et qui montre la cohérence des luttes et des constructions institutionnelles à lui opposer. Une force qui aide les luttes sociales en affirmant de façon intransigeante que la crise ne justifie aucun chômeur supplémentaire, au contraire, qu’il faut ouvrir bien plus largement l’accès à la formation pour préparer l’avenir de nos filières économiques et pour permettre à chacune et à chacun de créer les richesses nécessaires à la sécurisation des revenus de tous. Une force qui fasse la lumière sur la mauvaise utilisation de l’argent au service de la rentabilité capitaliste, et sur les nouvelles orientations du crédit, de la politique monétaire, de la fiscalité et des dépenses publiques qui permettront d’atteindre les objectifs sociaux et écologiques dont dépend la survie de la civilisation. Une force agissante, dans les luttes, dans les territoires, pour arracher au capital le pouvoir de décider de cette utilisation de l’argent. Il ne suffit pas d’un candidat ou d’une candidate communiste à l’élection présidentielle pour que cette bataille soit menée : nous le savons depuis 2007. Mais nous savons aussi, depuis 2017, que s’il n’y a pas de candidat ou de candidate communiste à l’élection présidentielle, ces idées ne seront pas défendues. Il faut donc les deux, la candidature et les idées. En créer les conditions, comme nous l’avons décidé au congrès, se décide dans la rude bataille contre le capital et contre le déferlement des plans de suppressions d’emplois et de réduction du coût du travail. Malgré notre affaiblissement, nous en avons les moyens, comme nous avons eu les moyens de mener la bataille des élections municipales. La campagne pour l’emploi qui fera l’objet du conseil national de début septembre fait partie de ces moyens. Elle donne dès cet été lieu à des initiatives qui devront converger vers une manifestation nationale à Paris.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

 

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2020 6 11 /07 /juillet /2020 07:29
CLIQUER sur l'image puis descendre après la couverture.

 

ARAGON EPILOGUE. Extrait  de "LES POETES".

Un poème de vieillesse d’Aragon qui apprend la sagesse

mais non le renoncement.

Je me tiens sur le seuil de la vie et de la mort les yeux baissés les mains vides

Et la mer dont j'entends le bruit est une mer qui ne rend jamais ses noyés

Et l'on va disperser mon âme après moi vendre à l'encan mes rêves broyés

Voilà déjà que mes paroles sèchent comme une feuille à ma lèvre humide.......

Cliquer sur ce lien puis descendre après la couverture :

https://pierreassante.fr/dossier/ARAGON_EPILOGUE.pdf

 

 

************

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

"MON CERVEAU

S’ENLISE…"

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2020 5 10 /07 /juillet /2020 08:55

 

In-com-prÉhension = aliÉnation

ALIUS : l'autre, LE DIFFÉRENT, l'iNcompris

 

La dé-appropriation de ses propres produits « matériels et moraux », le produit et les gestes de production, avec tout ce que le produit contient d’histoire de l’humanité, par l’autre, base de l’accumulation capitaliste, c’est la privation de soi par l’autre.

Aliénation et incompréhension sont un même mouvement ou plutôt un vide de mouvement dans le mouvement, vide qui menace sans cesse le mouvement global et les mouvements micros dans le mouvement macro.

Com-préhension c’est soi prendre avec l’autre. La non-préhension n’est pas un phénomène naturel, mais un phénomène social, à la différence de la chaîne alimentaire écologique de la nature non-pensante.

La contradiction entre production et non-appropriation, aliénation en se développent avec l’accumulation marchande puis capitaliste, entre avec la mondialisation financiarisée, numérisée, dans un paroxysme mortel.

L'effet des forces contraires dans le mouvement c’est aussi un possible et mortel « non-mouvement dans le mouvement ».

L’in-compréhension et l’aliénation, la non re-ligio, c’est-à-dire la religio devenue avec la société marchande un non-re-ligio de classe, sont une seule et même chose, un seul et même objet à l’intérieur du mouvement, qui le menace de façon croissante, de façon exponentielle…

La com-préhension c’est la résolution de la contradiction entre conditions objectives et conditions subjectives de la transformation qualitative, donc de la transformation sociale en santé, qui dépasse la contradiction entre propriété et besoins individuels, entre capital et besoins sociaux.

Nous sommes prisonniers de l’homme abstrait que nous avons créé dans notre cerveau, l’homme concret étant l’homme social, et l’homme social libéré est l’homme dépassant la contradiction un temps fertile, puis devenant stérile, entre l’individu et l’espèce, entre la personne et l’organisation sociale privative d’appropriation collective.

Marx résumait abstraitement la chose concrète par « développement de tous dans le développement de la société », société humaine,  chose non réifiée par l’inversion-opposition pensée/réalité.

L’homme ce n’est pas sa conscience. La conscience c’est l’outil de développement des forces productives, issu des forces productives développées depuis l’homo habilis et la horde devenue société. La relation interne-externe de la conscience avec la réalité, dont elle fait partie, est « effacée » dans la dichotomie mentale philosophique et religieuse entre corps et pensée, entre mouvements micros autonomes mais non indépendants et mouvement macro, global.

« L’homme c’est la conscience de la nature sur elle-même » en mouvement, complexification, produit du réel et de la relation entre la nature et lui-même donc aussi, en unité avec lui-même. Ce n’est pas une conscience isolée de son support, de sa fonction propre et de ses fonctions communes avec la nature et la société dont il dépend dans ses relations avec la nature.

Toute maladie sociale va de pair avec une incapacité de dépasser durablement une contradiction entre forces productives, hommes, techniques cultures en unité,  avec elles-mêmes : une contradiction interne des forces productives.

Une menace externe peut être combattue par l’usage de la conscience historique du moment. Evidemment le succès n’est pas garanti. Tout dépend de la menace et des capacités d’y réponde.

Une menace interne pose plus problème puisque l’in-capacité est interne.

L’aliénation qui égale l’in-compréhension, la  non-préhension, l’incapacité de préhension commune pose la question de se dépasser soi-même, en tant que personne et en tant que société, personne dans la relation mutuelle dialectique entre elle et la société, mouvement et fonction unique, dans sa diversité et sa multiplicité infinie.

La maladie de l’humanité du XXIème siècle qui s’étale et s’aggrave en temps long passé et présent, est sans doute une maladie de croissance, d'adolescence, dans laquelle la dé-appropriation, fin d’Empires du passé et du présent dans leurs liens trans-historiques, une maladie d’adolescence, lorsque l’entité s’engage dans l’autonomie sans avoir acquis les défenses suffisantes de la conscience y correspondant.

Le christianisme est un communisme aliéné. Le communisme grossier est un christianisme aliéné. Ni l’un ni l’autre ne possèdent les conditions objectives et subjectives de leur dépassement. Mais ils sont un mouvement de dépassement des contradictions entre développement de la personne et développement de la société, au-delà de la propriété et de l’accumulation devenue capitaliste, à son paroxysme.

La mondialisation de la dé-appropriation est l’antichambre de l’appropriation et de la désaliénation dans un développement des forces productives égalant un processus de libération du travail contraint, et une explosion positives des capacités créatrices libérées.

La diminution du temps de travail capitaliste, du temps de vente-achat de la force de travail, c’est le processus du communisme, au-delà de ses tentatives grossières, y compris chrétiennes, dramatiques, comme tout processus humain inachevé. Non pas fin de l’histoire, mais de la préhistoire, début d’autres contradictions nouvelles de l’appropriation de l’univers par l’humanité.

Pierre Assante. 10/07/2020 07:46:35.

Sur le terme « Aliénation ».

Marx emploie ici le terme  Entfremdung. Mais il utilise aussi, avec un fréquence presque égale, celui de Entäusserung. Etymologiquement le mot Entfremdung insiste plus sur l’idée d’étranger tandis que Entäusserung marque plus l’idée de dépossession. Nous avons pour notre part renoncé à tenir compte d’une nuance que Marx n’a pas faite puisqu’il emploie indifféremment les deux termes. Hegel ne faisait pas non plus la différence et il nous a semblé inutile de recourir au procédé de M. Hippolyte qui a créé, dans sa traduction de la Phénoménologie (De Hegel), le mot extranéation. Là où Marx, pour insister, utilise successivement les deux termes, nous avons traduit l’un des deux par dessaisissement. Quand Marx utilise l’adjectif Entfremdet, nous avons traduit, lorsque c’était possible, par rendu étranger. Mais le terme aliéné n’a pas été réservé uniquement pour rendre entäussert.

Note d’Emile Bottigelli dans sa traduction de 1969 des Manuscrits de 1944 de Karl Marx. Editions Sociales.

 

Voir aussi :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/futurs-extrait-d-un-article-precedent.html

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

 

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2020 4 09 /07 /juillet /2020 15:10

 

REPRISE DE BROCHURE EDUCATIVE N2-2018

Sur les épaules du prolétariat

 

Des brochures ont été faites dans la période de préparation du congrès du PCF de 2018.

Il s’agissait de fournir des éléments de réflexion pour une formation militante de section.

On en pensera ce qu’on voudra. Elles n’ont peut-être aucune valeur ni scientifique ni éducative. En tout cas leur critique peut-être occasion de réflexion.

Depuis 2018, l’accélération de la crise mondiale du capital s’est considérablement aggravée l’été dernier 2019 et le covid19 en a montré les terribles conséquences. Je rappelle les alertes qui ont réuni les gouverneurs de banques centrale en août qui confirmaient les nôtres sur la crise, mais évidemment différaient sur les solutions.

Le système ne peut résoudre l’énorme crise de production et du travail dans laquelle nous sommes entrés. Il faut donc en changer, radicalement et progressivement.

Les propositions immédiates :

  • d’autres critères de gestion pour l’usage de la production monétaire de la Banque centrale européenne.
  • et de sécurité d’emploi ou de formation et de revenu.

 

Une brochure "SCHEMA D’INTERVENTION DE BASE SUR LE CAPITAL DU XIXème AU XXIème SIECLE" a été re-mise en ligne jeudi 2 juillet. En voici une autre.

 

Sur les épaules du prolétariat

RECUEIL N°2-2018

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/RECUEIL_N2-2018.pdf

 

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2020 4 09 /07 /juillet /2020 10:04

 

SI L'ARGENT EST LE LIEN QUI ME LIE À LA VIE HUMAINE.

 

"...Si l'argent est le lien qui me lie à la vie humaine, qui lie à moi la société et qui me lie à la nature et à l'homme, l'argent n'est-il pas le lien de tous les liens ? Ne peut-il pas dénouer et nouer tous les liens ? N'est-il non plus de ce fait le moyen universel de séparation ? Il est la vraie monnaie divisionnaire, comme le vrai moyen d'union, la force chimique de la société.

Shakespeare souligne surtout deux propriétés de l'argent :

1º Il est la divinité visible, la transformation de toutes les qualités humaines et naturelles en leur contraire, la confusion et la perversion universelle des choses ; il fait fraterniser es impossibilités.

2º Il est la courtisane universelle, l'entremetteur universel des hommes et des peuples.

La perversion et la confusion de toutes les qualités humaines et naturelles, la fraternisa­tion des impossibilités - la force divine - de l'argent sont impliquées dans son essence in tant qu'essence générique aliénée, aliénante et s'aliénant, des hommes. Il est la puissance aliénée de l'humanité.

Ce que je ne puis en tant qu'homme, donc ce que ne peuvent toutes mes forces essen­tielles d'individu, je le puis grâce à l'argent. L'argent fait donc de chacune de ces forces es­sen­tielles ce qu'elle n'est pas en soi; c'est-à-dire qu'il en fait son contraire.

Si j'ai envie d'un aliment ou si je veux prendre la chaise de poste, puisque je ne suis pas assez fort pour faire la route à pied, l'argent me procure l'aliment et la chaise de poste, c'est-à-dire qu'il transforme mes vœux d'êtres de la représentation qu'ils étaient, il les transfère de leur existence pensée, figurée, voulue, dans leur existence sensible, réelle; il les fait passer de la représentation à la vie, de l'être figuré à l'être réel. Jouant ce rôle de moyen terme, l'[argent] est la force vraiment créatrice.

La demande existe bien aussi pour celui qui n'a pas d'argent, mais sa demande est un pur être de la représentation qui sur moi, sur un tiers, sur les autres n'a pas d'effet, n'a pas d'existence, donc reste pour moi-même irréel, sans objet. La différence entre la demande effective, basée sur l'argent, et la demande sans effet, basée sur mon besoin, ma passion, mon désir, etc., est la différence entre l’Être et la Pensée, entre la simple représentation existant en moi et la représentation telle qu'elle est pour moi en dehors de moi en tant qu'objet réel .

Si je n'ai pas d'argent pour voyager, je n'ai pas de besoin, c'est-à-dire de besoin réel et se réalisant de voyager. Si j'ai la vocation d'étudier mais que je n'ai pas l'argent pour le faire, je n'ai pas de vocation d'étudier, c'est-à-dire pas de vocation active, véritable. Par contre, si je n'ai réellement pas de vocation d'étudier, mais que j'en ai la volonté et l'argent, j'ai par-dessus le marché une vocation effective. L'argent, - moyen et pouvoir universels, extérieurs, qui ne vien­nent pas de l'homme en tant qu'homme et de la société humaine en tant que société, - moyen et pouvoir de convertir la représentation en réalité et la réalité en simple représen­ta­tion, transforme tout aussi bien les forces essentielles réelles et naturelles de l'homme en représentation purement abstraite et par suite en imperfections, en chimères douloureuses, que d'autre part il transforme les imperfections et chimères réelles, les forces essentielles réellement impuissantes qui n'existent que dans l'imagination de l'individu, en forces essen­tielles réelles et en pouvoir. Déjà d'après cette définition, il est donc la perversion générale des individualités, qui les change en leur contraire et leur donne des qualités qui contredisent leurs qualités propres.

Il apparaît alors aussi comme cette puissance de perversion contre l'individu et contre les liens sociaux, etc., qui prétendent être des essences pour soi. Il transforme la fidélité en infidélité, l'amour en haine, la haine en amour, la vertu en vice, le vice en vertu, le valet en maître, le maître en valet, le crétinisme en intelligence, l'intelligence en crétinisme.

Comme l'argent, qui est le concept existant et se manifestant de la valeur, confond et échan­ge toutes choses, il est la confusion a la permutation universelles de toutes choses, donc le monde à l'envers, la confusion et la permutation de toutes les qualités naturelles et humaines.

Qui peut acheter le courage est courageux, même s'il est lâche. Comme l'argent ne s'é­chan­ge pas contre une qualité déterminée, contre une chose déterminée, contre des forces essentielles de l'homme, mais contre tout le monde objectif de l'homme et de la nature, il échan­ge donc - du point de vue de son possesseur - toute qualité contre toute autre - et aussi sa qualité et son objet contraires; il est la fraternisation des impossibilités. Il oblige à s'embras­ser ce qui se contredit.

Si tu supposes l'homme en tant qu'homme et son rapport au monde comme un rapport humain, tu ne peux échanger que l'amour contre l'amour, la confiance contre la confiance, etc. Si tu veux jouir de l'art, il faut que tu sois un homme ayant une culture artistique; si tu veux exercer de l'influence sur d'autres hommes, il faut que tu sois un homme qui ait une action réellement animatrice et stimulante sur les autres hommes. Chacun de tes rapports à l'homme - et à la nature -doit être une manifestation déterminée, répondant à l'objet de ta volonté, de ta vie individuelle réelle. Si tu aimes sans provoquer d'amour réciproque, c'est-à-dire si ton amour, en tant qu'amour, ne provoque pas l'amour réciproque, si par ta manifestation vitale en tant qu'homme aimant tu ne te transformes pas en homme aimé, ton amour est impuissant et c'est un malheur..."

MARX. 1844. Extrait.

 

Voir aussi :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/futurs-extrait-d-un-article-precedent.html

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

 

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 09:38

UN TEXTE COLLECTIF POURQUOI ?

« Permettre au PCF d’exprimer ses analyses et ses propositions de solution et d'action aux présidentielles »

 

Les décennies passées nous ont montré que sans expression propre, les communistes étaient absents ou très insuffisamment présents des médias pour faire connaitre leurs analyses de la situation et son évolution, et les propositions nécessaires pour résoudre les problèmes économiques et sociaux traversant la société française, l’Europe et le monde, dont nous subissons tous les conséquences au quotidien et pour notre futur.

Les décennies passées nous ont montré aussi que la question économique de progrès est la grande absente du débat démocratique alors qu’elle est la question centrale pour donner les moyens de développement à l’ensemble des activités humaines, lutte contre le réchauffement climatique, réponse à la crise sanitaire et énergétique  en faisant éminemment partie.

Certes, la question des transformations progressives et radicales du système économique et social demande un grand rassemblement populaire de proposition et d’action : pouvoir sur l’argent contre la dictature de la financiarisation, usage de la création monétaire des banques centrales, Fonds démocratiques pour cet usage, critères de développement et d’investissement à partir de la valeur ajoutée, sécurité d’emploi, de formation, de revenu, pour assurer une production et les services en fonction des besoins sociaux dépassant le critère du profit immédiat.

Il ne s'agit pas de défendre seulement l’existence du PCF en soi, mais aussi pour soi, de lui donner les moyens d’agir dans le sens de l’intérêt des salariés, de la population. Mais pour cela il faut dépasser les seules questions sociétales, car elles dépendent  des moyens que créent la société, les hommes producteurs pour cela. Social et sociétal sont réciproquement dépendants, malgré une autonomie relative.

Permettre au PCF d’exprimer ses analyses et ses propositions de solution et d'action est la seule façon, la seule possibilité immédiate de sortir du cercle infernal, du « tout changer pour que rien ne change » et du « dégagisme » remplaçant une incapacité par une autre.

Certes, on peut imaginer que d’autres forces fassent le pas vers ces solutions, et d’ailleurs il est absolument nécessaire, à notre sens, que d’autres forces, et tout le peuple le fassent.

Mais pour l’instant l’expression du Pcf particulièrement sur ces questions reste indispensable et le restera sans doute au fur et à mesure de la construction d’un rassemblement opérationnel, efficace de transformation de progrès.

En ce sens se pose la question de la présence des communistes lors des prochaines élections présidentielles.

D’ici là, la crise va poursuivre sa terrible progression. Crise de l’emploi, des services, de la transmission et de la formation, de la production, dans la famille, les entités locales, et dans la société. De nombreux évènements vont se produire modifiant le « scénario » politique et social. Rien ne prouve que le pouvoir actuel aille jusqu’au bout de son mandat.

Mais en tout état de cause la question du contenu d’une transformation sociale en santé est posée et celui de l’expression du PCF de même.

C’est la raison de la diffusion de ce texte collectif :

https://enavantlemanifeste.fr/2020/07/06/urgent-apres-les-municipales-construire-une-candidature-communiste-pour-lelection-presidentielle/

Pierre Assante. 07/07/2020 09:18:24.

 

Voir aussi :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/futurs-extrait-d-un-article-precedent.html

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2020 6 04 /07 /juillet /2020 09:20

 

FUTURS (Extrait d'un article précédent)

 

Chacun sait -ou pas, réfléchissons à la chose- que le présent contient le futur, des futurs possibles, une infinité de futurs possibles.

Chacun sait aussi que ces futurs possibles, aléatoires, naissent du passé comme le présent est né du passé, présent dont on a conscience à retardement, puisqu’il nous faut observer le mouvement du passé immédiat et ses effets de même que le passé lointain pour savoir « ce qui s’est passé ». En mettant notre quotidien, notre présent en rapport avec ce passé pour le comprendre, les comprendre.

Il y a donc certes de nombreuses hypothèses du devenir de l’humanité et dans ce devenir, l’infinité des mouvements qui la constituent (1).

L’hypothèse d’un processus dépassant l’état actuel, sans catastrophe réduisant l’humanité dans sa masse, mais dans un mouvement « en santé », semble à certains impossible, et cette « semblance «  devient un argument de renoncement. Bien sûr catastrophe réduisant l’humanité dans sa masse fait partie des hypothèses possibles, peut constituer actuellement une pré-réalité en développement dans le présent. Cependant cette hypothèse possible s’appuie non sur une compréhension de l’état global du processus actuel, mais sur des visions parcellaires et dichotomisées les unes des autres. Ecologie d’un côté, libéralisme de l’autre, menaces techniques d’un côté, avancées scientifiques de l’autre, science sans conscience d’un côté, négation de la science de l’autre, le tout enveloppé d’une conscience limitée à son état actuel, considérée comme immobile, et sa morale de même.

Voilà donc qui handicape tout effort pour mettre en œuvre d’autres hypothèses. Une croissance non productiviste au sens capitaliste c’est une croissance d’une autre qualité, condensée dans son processus continu et discret en unité micro et macro (2), et dont une production d’énergie d’une autre qualité est la condition : Tirer l’énergie de la composition corpusculaire « la plus ordinaire », sans passer par le « feu préhistorique », bien qu’il y ait dans le feu - non dans la technique actuelle de la combustion - bien de propriété à découvrir,  le feu expression en tant qu’image du présent, ce qui demande une élévation considérable de la coopération scientifique et technique mondiale et son organisation politique locale, européenne et mondiale. Iter par exemple multiplié par 1000 dans le monde.

Pour ma part je pense que l’hypothèse d’une croissance conjointe, organique des forces productives et de la conscience collective faite de la conscience des individus en rapports sociaux, n’est pas une hypothèse sans fondement. De plus c’est une hypothèse la plus humaniste qui soit, et à mettre en œuvre dans le sens de cet humanisme. L’humanisme n’est pas une valeur chosifiée, à la condition de considérer que l’homme (générique) ce n’est pas sa conscience mais le rapport entre ses besoins de développements en santé, les actes qui le permettent et la conscience qui permet les actes de développement en santé. Voir l'article " de l'homme abstrait à l'homme réel" (3)

Nous voulons être des inventeurs de Nouveau, pas des apprentis sorciers mais de sages mais fertiles expérimentateurs des possibles, en marchant, et rectifiant en reculant si nécessaire, à reprenant le chemin, les chemins en santé qui s’ouvrent à chaque instant au processus humain de survie, de vie, de développement.

Si, par malheur l’hypothèse s’avérait inopérationnelle, il est possible aussi que ce soit par le refus de la mettre en œuvre.

S’il y a bien une réalité qui rend difficile cette mise en œuvre c’est la résistance du capital et son besoin de se réaliser par l’accumulation, accumulation qui suppose profit maximum, négligence des besoins sociaux qui « coûtent », et achat de la force de travail sous toutes ses formes anciennes ou nouvelles (Uber, dépendance du travail libéral des lois du profit financier et groupes multinationaux de pair etc.).

L’hypothèse d’un processus en santé inclut celle d’un processus de la productivité libérant du travail contraint, de la vente achat de la force de travail. L’automatisation et la digitalisation d’une grande partie de la production et des échanges, de la consommation-distribution-productives et en rapports dialectiques, de la production-distribution-consommatrice, en est la condition.

Certes un retour « en arrière », qui serait synonyme du sacrifice d’une bonne partie de l’humanité est possible. Mais comme le précise « l’Idéologie allemande », ce retour nous ramènerait au même point où il s’agit de résoudre la contradiction que nous connaissons actuellement entre le développement de chacun et le développement de tous.

Encore un peu de développement de la conscience des possibles de transformation en santé dans le mouvement conjoint du réel nous mènera sans doute à une sécurité d’emploi ou de formation, à un usage de la production monétaire et du crédit gérés démocratiquement, par les forces politiques et syndicales et associatives de progrès, c’est-à-dire en tant que lien avec la masse de la population et des producteurs, dans leur infinie diversité, qui gérera directement dans le processus de démocratisation, dont une organisation du travail du local au mondial, naîtra de la sortie du taylorisme, de la cohérence de la personne humaine entre ses besoins de développement et le travail producteur, ce à quoi répond l’analyse pluridisciplinaire des situation de travail et sa recherche de santé dans l’activité humaine.

Le poids du religieux pèse encore sur l’organisation rationnelle de transformation de progrès, en santé, puisque jusqu’à présent nous  n’avons pas encore réussi à faire de l’organisation populaire, de notre organisation de rêveurs de progrès, une organisation qui ne prenne pas un tour religieux : une organisation dont la croyance domine sur la pensée rationnelle et les hypothèses des possibles concrets. En sortons-nous de la « croyance » ?

Les capacités d’auto-organisation populaire et du salariat (dans les hôpitaux entre autre), dans la réponse à la crise économique de suraccumulation-dévalorisation du capital, sociale, de civilisation et de transmission, est peut-être en train de répondre à la question.

Pierre Assante. 27/06/2020 16:21:44

(1) Dans les possibles : une société correspondant à l’état des forces productives et dépassant celle qui meurt de son inadaptation à sa propre transformation technique et culturelle -à la transformation des moyens de production et d'échange qu’elle a elle-même créés et à laquelle elle ne peut plus répondre « en santé ».

(2) J’use souvent ici de l’image du développement cérébral, de son organisation, de sa croissance de sa poursuite chez l’adulte et de sa mort et sa transmission.

(3) L'article " de l'homme abstrait à l'homme réel" :

 http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/de-l-homme-abstrait-a-l-homme-reel.html

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 07:15

 

REPRISE DE BROCHURE 1

 

Des brochures ont été faites dans la période de préparation du congrès du PCF de 2018.

Il s’agissait de fournir des éléments de réflexion pour une formation militante de section.

On en pensera ce qu’on voudra. Elles n’ont peut-être aucune valeur ni scientifique ni éducative. En tout cas leur critique peut-être occasion de réflexion.

Depuis 2018, l’accélération de la crise mondiale du capital s’est considérablement aggravée l’été dernier 2019 et le covid19 en a montré les terribles conséquences. Je rappelle les alertes qui ont réuni les gouverneurs de banques centrale en août qui confirmaient les nôtres sur la crise, mais évidemment différaient sur les solutions.

Le système ne peut résoudre l’énorme crise de production et du travail dans laquelle nous sommes entrés. Il faut donc en changer, radicalement et progressivement.

Les propositions immédiates :

  • d’autres critères de gestion pour l’usage de la production monétaire de la Banque centrale européenne.
  • et de sécurité d’emploi ou de formation et de revenu.

D’autres brochures seront mises en ligne dans les jours qui viennent si cela s’avère intéressant. En voici une.

SCHEMA D’INTERVENTION DE BASE SUR LE CAPITAL DU XIXème AU XXIème SIECLE, le nôtre.

 

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/Schema_d_intervention_de_base.pdf

 

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2020 3 01 /07 /juillet /2020 07:55

STATISTIQUES BLOG DU MOIS DE JUIN :

594 Visiteurs uniques

955 Pages vues

Total depuis la création

83 103 Visiteurs uniques

159 146 Pages vues

 

 

Pages les plus visitées le mois de juin :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/rapport-a-la-commission-economique-sur-la-securite-d-emploi-ou-de-formation.27-mai-2020.frederic-boccara.html

http://pierre.assante.over-blog.com/article-besoins-biologiques-de-l-espece-humaine-complexification-et-satisfaction-des-besoins-conscience-125467935.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-jour-des-quarante-trois-couchers-de-soleil.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/la-loi-du-profit-pourrit-le-royaume-de-danemark.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/05/message-d-yves-schwartz-du-president-de-la-societe-internationale-d-ergologie.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/de-l-homme-abstrait-a-l-homme-reel.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/les-verts-est-ce-que-ce-sont-les-communes-qui-decident-des-dividendes.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/iter-une-des-reponses-possibles-mondiale-a-la-crise-energetique-possible-et-qui-s-annonce.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/voici-le-texte-adopte-lors-du-38e-congres-du-pcf-publie-ici-dans-son-integralite.html

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

 

 

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2020 3 01 /07 /juillet /2020 06:25

 

EXTRAIT DE LA LETTRE DE Nathalie Tessier secrétaire de section DU PCF MARSEILLE 8ème 

 

Le parti communiste a joué pleinement son rôle. Tous les secteurs du Printemps Marseillais ont reconnu l'importance du parti communiste. 

Aujourd'hui nous avons 

5 conseiller.e.s municipaux. 

7 conseiller.e.s  à la métropole 

8  conseiller.e.s d'arrondissement. 

Samedi l'élection du maire, de la maire, est la prochaine étape. 

Nous ne nous laisserons pas voler la victoire finale.

 

Nathalie Tessier secrétaire de section 8ème 

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

 

 

Partager cet article

Repost0
30 juin 2020 2 30 /06 /juin /2020 07:21

 

Fessenheim

 

29 juin 2020 : arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim vers son démantèlement, triste nouvelle.

Certes le nucléaire peut provoquer de très graves catastrophes. Le civil comme le militaire.

Certes il faut mettre plus de moyens pour la sécurité du nucléaire civil et supprimer le nucléaire militaire.

Certes le plus grave danger mondial réside dans la production du CO2, le changement climatique et la pénurie menaçante d’énergie, dont l’humanité a besoin pour répondre à sa crise.

Et tout cela sous la menace du mode de production basé sur le rapport Profit/Capital qui limite les moyens de satisfaction des besoins humains.

Certes la recherche internationale pour produire de l’énergie à partir de la matière, dépassant la révolution du feu, est indigente.

Un peu plus de courage, un peu moins d’opportunisme : dire vrai c’est commencer à faire juste.

Notre humanité est une si petite et si faible partie de l'univers : soignons-la.

Pierrot. 30/06/2020 07:22:34.

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

Partager cet article

Repost0
29 juin 2020 1 29 /06 /juin /2020 18:07

 

Les verts ? Est-ce que ce sont les communes qui décident des dividendes… ? 

 

Lundi 29 juin matin, lendemain des élections municipales.

Débat à la Radio BFM business.

Des responsables d’entreprises et de la finance se posent la question des effets qu’auront le succès des « VERTS » et leur poids politique sur les décisions économiques et financières.

Un d’entre eux  conclut (de mémoire, si je ne me trompe, je n’ai pas noté les paroles exactes) : « …Les verts ? Est-ce que ce sont les communes qui décident des dividendes… ? » Ceci dit de façon tout à fait ironique, il me semble.

Pour ma part, je ne me plains jamais d’une avancée dans la mise en cause de l’état présent. Mais « les verts » dans leur état politique, le poids qu’ils trimbalent encore au moins en partie (certes pas tous ! et ça peut changer), avec le « ni droite, ni gauche » ne les empêche-t-il pas d’être vraiment verts, c’est-à-dire de répondre efficacement et concrètement à la question environnementale, à la crise écologique de la terre, c’est-à-dire de l’humanité ?

Les succès électoraux des municipales, le dégagisme cette fois à l'encontre du macronisme dans ces municipales par la gauche et les verts, et surtout par les couches moyennes mécontentes et qui les ont votés, et par les milieux populaires et ouvriers qui n’ont pas voté, dans un contexte différent du dégagisme que le Président et sa REM ont exercé à la présidentielle et aux législatives pour venir au pouvoir, comme fondés de pouvoir du libéralise, posent cette question : quels moyens financiers et quelles mesures économiques pour créer la valeur à mettre au service de l’exploitation de la nature par l’homme, dont il a besoin pour vivre, et quelle protection de la nature par l’homme dont il a besoin pour vivre. Question qui concerne les verts mais aussi la gauche… !

La mienne de question n’est pas innocente, elle renvoie aux propositions des économistes néomarxistes, pas de seule déclaration de foi, mais d’action effective, que je remercie.

La « gauche productiviste » qui n’est pas productiviste mais anticapitaliste et constructrice d’une autre façon de produire a un rendez-vous avec les luttes contre le chômage qui va se déchaîner de plus belle, dans l’aggravation de la crise économique et son accélération par le covid19.

Pierre Assante. 29 juin 2020. Jour de la St Pierre et lendemain des municipales ...

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

Partager cet article

Repost0
29 juin 2020 1 29 /06 /juin /2020 04:10
_____________CLIQUER SUR L'IMAGE

 

Mon cerveau

s’enlise…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

 

« La logique, c’est l’argent de l’esprit » Marx. 1844.

 

Le retard pris dans le processus humain est de l’ordre du risque de tous les retards : perdre le rendez-vous, dans ce cas celui de l’humanité avec le reste de l’univers au moment où il devient plus que jamais possible et nécessaire.

L’idéologie de la numérisation capitaliste mondialisée est du même ordre que la religion dans le haut moyen âge. La contrainte psychique consciente et inconsciente qu’elle exerce, contradictoire avec les progrès possibles qu’ouvre une numérisation mondialisée démocratique, répondant aux besoins sociaux, est du même ordre que l’inquisition en tant que fonction répressive. Qu’on ne puisse comparer les douleurs physiques de l’une et de l’autre ne doit pas cacher la fonction régressive commune.

La crise c’est le retard, et le décalage qui s’en suit, entre les moyens de production et d’échange et le mode de production et d’échange.

Thèmes :

A. BESOIN RELATIF ET BESOIN ABSOLU DE CONSCIENCE.

B. l’Apocalypse de Jean ? Comment peut-on dire …

C. C’est un mouvement d’ensemble. Éclosion.

D. DÉVELOPPEMENT EUROPÉEN !

E. Lev Vygotski. développement de la signification.

F. Italo Calvino. « Leçons américaines, aide-mémoire pour le prochain millénaire ». 1985…

G. Maître Eckhart. BELLES HÉRÉSIES ITINÉRANTES. L’EUROPE EN PARTAGE.

H. Mon cerveau s’enlise.

I.   MÉLANGE d’ÉGOÏSME ET DE GÉNÉROSITÉ.

J. Chômage et non transmission des savoirs et savoir-faire. ET Une répétition indispensable.

K. La fuite de la condition sociale subalterne. ET NE PAS PERDRE LE RENDEZ-VOUS.

L. L’APPROPRIATION DE LA NATURE PAR L’HOMME C’EST L’APPROPRIATION

DE L’HOMME PAR LUI-MÊME.

M. Baisse du taux d’intÉrÊt.

N. LA NORME : LA LOI DU PROFIT POURRIT LE ROYAUME DE DANEMARK.

O. DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL.            

https://pierreassante.fr/dossier/RECUEIL._MON_CERVEAU_S_ENLISE.pdf

Partager cet article

Repost0
28 juin 2020 7 28 /06 /juin /2020 17:20

« … Soledad était un mot clef dans la communauté noire. Ces deux dernières années passées à Los Angeles, le l’avais entendu au moins un million de fois. Il y avait San Quentin, il y avait Folsom, et il y avait Soledad.

En espagnol Soledad signifie solitude. La prison de Solitude. Ce nom semblait être au jour ce que les autorités essayaient de cacher. Quand Josef avait quitté mon appartement, il me racontait qu’ils l’avaient mis en isolement pendant une bonne partie de son emprisonnement. Il portait toujours la marque de Soledad. Il préférait toujours la solitude. Il lui arrivait de rester des heures et même des journées entières sur la véranda qui lui servait de chambre, à lire, à penser, seul. Et quand il parlait, c’était toujours dans un murmure, comme pour ne pas troubler le silence impressionnant qui l’avait toujours entouré… »

Angela Davis. Autobiographie. 1974. Le Livre de poche 1980.

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/de-l-homme-abstrait-a-l-homme-reel.html

Partager cet article

Repost0
27 juin 2020 6 27 /06 /juin /2020 17:30

 

FUTURS. « Dien que siam de pantaïaires ». « Ils disent que nous sommes des rÊveurs »

 

FUTURS. « Dien que siam de pantaïaires » (1)

Chacun sait -ou pas, réfléchissons à la chose- que le présent contient le futur, des futurs possibles, une infinité de futurs possibles.

Chacun sait aussi que ces futurs possibles, aléatoires, naissent du passé comme le présent est né du passé, présent dont on a conscience à retardement, puisqu’il nous faut observer le mouvement du passé immédiat et ses effets de même que le passé lointain pour savoir « ce qui s’est passé ». En mettant notre quotidien, notre présent en rapport avec ce passé pour le comprendre, les comprendre.

Il y a donc certes de nombreuses hypothèses du devenir de l’humanité et dans ce devenir, l’infinité des mouvements qui la constituent.

L’hypothèse d’un processus dépassant l’état actuel, sans catastrophe réduisant l’humanité dans sa masse, mais dans un mouvement « en santé », semble à certains impossible, et cette « semblance «  devient un argument de renoncement. Bien sûr catastrophe réduisant l’humanité dans sa masse fait partie des hypothèses possibles, peut constituer actuellement une pré-réalité en développement dans le présent. Cependant cette hypothèse possible s’appuie non sur une compréhension de l’état global du processus actuel, mais sur des visions parcellaires et dichotomisées les unes des autres. Ecologie d’un côté, libéralisme de l’autre, menaces techniques d’un côté, avancées scientifiques de l’autre, science sans conscience d’un cote, négation de la science de l’autre, le tout enveloppé d’une conscience limitée à son état actuel, considérée comme immobile, et sa morale de même.

Voilà donc qui handicape tout effort pour mettre en œuvre d’autres hypothèses. Une croissance non productiviste au sens capitaliste c’est une croissance d’une autre qualité, condensée dans son processus continu et discret en unité micro et macro (2), et dont une production d’énergie d’une autre qualité est la condition : Tirer l’énergie de la composition corpusculaire « la plus ordinaire », sans passer par le « feu préhistorique », bien qu’il y ait dans le feu - non dans la technique actuelle de la combustion - bien de propriété à découvrir,  le feu expression en tant qu’image du présent, ce qui demande une élévation considérable de la coopération scientifique et technique mondiale et son organisation politique locale, européenne et mondiale. Iter par exemple multiplié par 1000 dans le monde.

Pour ma part je pense que l’hypothèse d’une croissance conjointe, organique des forces productives et de la conscience collective faite de la conscience des individus en rapports sociaux, n’est pas une hypothèse sans fondement. De plus c’est une hypothèse la plus humaniste qui soit, et à mettre en œuvre dans le sens de cet humanisme. L’humanisme n’est pas une valeur chosifiée, à la condition de considérer que l’homme (générique) ce n’est pas sa conscience mais le rapport entre ses besoins de développements en santé, les actes qui le permettent et la conscience qui permet les actes de développement en santé. Voir l'article " de l'homme abstrait à l'homme réel" (3)

Non, nous ne sommes pas des rêveurs, et nous voulons être des inventeurs de Nouveau, pas des apprentis sorciers mais de sages mais fertiles expérimentateurs des possibles, en marchant, et rectifiant en reculant si nécessaire, à reprenant le chemin, les chemins en santé qui s’ouvrent à chaque instant au processus humain de survie, de vie, de développement.

Si, par malheur l’hypothèse s’avérait inopérationnelle, il est possible aussi que ce soit par le refus de la mettre en œuvre.

S’il y a bien une réalité qui rend difficile cette mise en œuvre c’est la résistance du capital et son besoin de se réaliser par l’accumulation, accumulation qui suppose profit maximum, négligence des besoins sociaux qui « coûtent », et achat de la force de travail sous toutes ses formes anciennes ou nouvelles (Uber, dépendance du travail libéral des lois du profit financier et groupes multinationaux de pair etc.).

L’hypothèse d’un processus en santé inclut celle d’un processus de la productivité libérant du travail contraint, de la vente achat de la force de travail. L’automatisation et la digitalisation d’une grande partie de la production et des échanges, de la consommation-distribution-productives et en rapports dialectiques, de la production-distribution-consommatrice, en est la condition.

Certes un retour « en arrière », qui serait synonyme du sacrifice d’une bonne partie de l’humanité est possible. Mais comme le précise « l’Idéologie allemande », ce retour nous ramènerait au même point où il s’agit de résoudre la contradiction que nous connaissons actuellement entre le développement de chacun et le développement de tous.

Ceux qui nous prennent pour des rêveurs, ou plutôt qui nous qualifient de rêveurs sont souvent ceux qui ont intérêt personnel particulier à ce que nous soyons considérés comme tels. Si nous sommes des rêveurs, c’est d’un rêve qui peut devenir réalité.

Leis Amics de Mesclum. La Bouilladisse.

Dans le vieux parler marseillais, nous disions, nous ne sommes pas des « gornaus » (prononcer gournà-ous) c’est-à-dire ces poissons qui se précipitent les premiers sur l’hameçon…

Des expériences et pas de regrets (voir photos) !

Encore un peu de développement de la conscience des possibles de transformation en santé dans le mouvement conjoint du réel nous mènera sans doute à une sécurité d’emploi ou de formation, à un usage de la production monétaire et du crédit gérés démocratiquement, par les forces politiques et syndicales et associatives de progrès, c’est-à-dire en tant que lien avec la masse de la population et des producteurs, dans leur infinie diversité, qui gérera directement dans le processus de démocratisation, dont une organisation du travail du local au mondial, naîtra de la sortie du taylorisme, de la cohérence de la personne humaine entre ses besoins de développement et le travail producteur, ce à quoi répond l’analyse pluridisciplinaire des situation de travail et sa recherche de santé dans l’activité humaine.

Le poids du religieux pèse encore sur l’organisation rationnelle de transformation de progrès, en santé, puisque jusqu’à présent nous  n’avons pas encore réussi à faire de l’organisation populaire, de notre organisation de rêveurs de progrès, une organisation qui ne prenne pas un tour religieux : une organisation dont la croyance domine sur la pensée rationnelle et les hypothèses des possibles concrets. En sortons-nous de la « croyance » ? Les capacités d’auto-organisation populaire et du salariat (dans les hôpitaux entre autre), dans la réponse à la crise économique de suraccumulation-dévalorisation du capital, sociale, de civilisation et de transmission, est peut-être en train de répondre à la question.

Pierre Assante. 27/06/2020 16:21:44

La FSU, Gérard Aschieri, au Grand Cercle, Madrague de Montredon

(1) « Ils disent que nous sommes des rêveurs…ceux sans rien faire ont la poche et le gosier plein ». Ce début de « la sociale », poème-chanson de Clovis Hugues, qui fit à 20 ans 4 ans de prison pour avoir participé à La Commune de Marseille de 1971. Quelle vérité simple et efficace nous délivre  là Clovis Hugues par rapport à la protestation « sophistiquée », « nuancée », esthétisée, transformée dans les mentalités par l’idéologie des forces sociales s’opposant au mouvement de progrès, à la construction d’une société correspondant à l’état des forces productives et dépassant celle qui meurt de son inadaptation à sa propre transformation technique et culturelle -à la transformation des moyens de production et d'échange qu’elle a elle-même créés et à laquelle elle ne peut plus répondre « en santé ».

(2) J’use souvent ici de l’image du développement cérébral, de son organisation, de sa croissance de sa poursuite chez l’adulte et de sa mort et sa transmission.

(3) L'article " de l'homme abstrait à l'homme réel" :

 http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/de-l-homme-abstrait-a-l-homme-reel.html

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
26 juin 2020 5 26 /06 /juin /2020 06:08

 

 

 

VOIR AUSSI

6 RECUEILS RÉCENTS (2019-2020)

+ 1 ancien, DU BLOGUEUR :

 

 

 

 

 

 

1. lE RECUEIL « L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE ». ÉCONOMIE ET ERGOLOGIE. CRISE GÉNÉRALE DU CAPITAL.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

 

et :

2. LE RECUEIL « 20 THÈSES » L’alliance économie-ergologie-écologie et la question vitale de la personne, de l’espèce et de l’humanité. Production et besoins sociaux.

lien : http://pierre.assante.over-blog.com/2020/02/lien-sur-le-recueil-20-theses.html

 

et :

3. LE RECUEIL "LE 5 DÉCEMBRE" sur les grèves en France de 2019-2020.

Le premier article de ce recueil  a été écrit et mis en ligne le jeudi 28 novembre 2019.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

 

et

4. LE RECUEIL « IL N’Y AURA PAS » ..... Economie et philosophie. Leur lien fertile.

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/04/il-n-y-aura-pas.html

 

et

5. LETTRE A TOUS MES AMIS. 19 Mai - 30 Mai 2020.

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/05/lettre-a-tous-mes-amis.html

 

et

6. MOINS MAIS MIEUX. 23 Avril-10 Mai. 

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/04/moins-mais-mieux.l-histoire-ne-repasse-pas-les-plats-23-27-avril-2020.html

 

+1. LA PENSEE MARX. I. II. III. IV.V.VI. ECRITS 2016-2017.

 

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/03/la-pensee-marx-i.ii.iii.iv.v.vi.ecrits-2016-2017.html

 

et

Tous les articles du blog (par séries de 25). Pour la première série, utiliser l'ascenseur. Pour les autres cliquer sur un nombre ci-dessous: 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
26 juin 2020 5 26 /06 /juin /2020 05:35

LA CHRONIQUE ÉCONOMIQUE DE PIERRE IVORRA.

DE L’IMPORTANCE DE LA MONDIALISATION

Pierre IVORRA. Mercredi, 24 Juin, 2020. L’Humanité.

 

On mesure mal bien souvent que si l’on veut changer la société française, s’attaquer au chômage, empêcher l’effondrement d’activités, relancer la croissance tout en luttant contre le réchauffement climatique, transformer les gestions des acteurs de notre économie, il faut aussi agir pour commencer à changer la mondialisation. Une insertion internationale qui n’est pas qu’économique, même si celle-ci pèse très lourd, qui est également financière, monétaire, sociale, diplomatique, militaire, culturelle…

Notre pays est proportionnellement plus dépendant des échanges commerciaux internationaux que ne le sont les États-Unis. C’est ainsi que les importations françaises, d’une valeur de 755,6 milliards d’euros, représentent 32,1 % de notre PIB. Aux États-Unis, c’est moitié moindre : seulement 15,3 % d’un PIB de 20 540 milliards de dollars. Les exportations françaises s’élèvent à 737,4 milliards d’euros, soit 31,3 % du PIB, alors que de l’autre côté de l’Atlantique, leur poids est beaucoup plus faible : 12 % du PIB national. Au total, notre commerce extérieur équivaut à 63,4 % de notre PIB, contre à peine 27,5 % aux États-Unis. Cela confirme notre dépendance à l’égard du commerce international, l’importance de notre insertion dans la mondialisation. L’emploi, les revenus de nombre de salariés et de leur famille, l’activité de nombre de PME sous-traitantes de grands groupes, les ressources des institutions publiques en dépendent fortement. La pandémie du Covid-19 a souligné l’importance de ces liens et révélé la nécessité d’un rééquilibrage de notre commerce extérieur, notamment en relocalisant certaines productions. Globalement, malgré tout, cela ne modifiera pas sensiblement le poids de nos relations internationales dans notre économie. Cette dépendance française vis-à-vis de la mondialisation n’est cependant pas que commerciale, elle est aussi, de fait, financière et monétaire.

Aujourd’hui, près de 90 % des opérations de change et la moitié du commerce mondial s’effectuent en dollars. Les réserves des banques centrales sont libellés à 60 % en billets verts. Et la France n’échappe pas à cette tutelle monétaire. Pour partie, notre commerce international, nos investissements à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières dépendent de la valeur que les autorités américaines et les marchés financiers décident d’attribuer au dollar et à l’euro. Comment dès lors maîtriser notre destin si l’on ne transforme pas ces relations ?

On ne pourra cependant pas le faire seuls. Pour cela, nous ne pouvons rester dans nos frontières, nous devons tisser des liens internationaux.

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 07:26

 

 

LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT (1)

 

Il n’y aurait pas de faim sans le besoin de se nourrir ni de sexualité sans le besoin de se reproduire.

L’humanité est constituée des échanges entre les hommes et entre les entités en mouvement qu’il a constituées. Aujourd’hui les échanges c’est le mouvement mondialisé des marchandises sur la base du taux de profit du capital et l’abandon des activités qui n’en fournissent pas assez, de profit. Ce sont là à la fois les limites du système et de l’humanité si elle ne transforme pas le système.

L’homme générique, dans le développement de ses capacités cérébrales par le travail a développé une transcendance : la gastronomie pour la nourriture par exemple premier, et surtout l’amour fusionnel et séparateur, dont les forces contradictoires participent aux capacités de création intellectuelle dans le travail, l’activité, les activités humaines. Le désir c’est l’appétit de l’esprit (1). Une dictature morale est donc le contraire du développement de la transcendance qui constitue l’humanisation en processus, développement, complexification.

L’analyse pluridisciplinaire des situations de travail nous montre qu’il ne peut y avoir d’autogestion dans le travail, ni de développement des entités de production et d’échange sans autogestion, aussi faible l’espace que le patronat lui laisse, et que l’extension de l’autogestion dépend du dépassement du système économique et social basé sur le rapport P/C, son besoin de dépassement passant par un critère VA/CMF, vers une développement de l’organisation du travail mondialisé, automatisé, cybernétisé, et sa productivité immense possible, abolissant progressivement le crise d’accumulation-suraccumulation-dévalorisation du capital, le cycle A-M-A’ et son origine, l’achat-vente de la force de travail.

Mettre en œuvre un tel programme suppose pour nous, ici et maintenant une construction européenne sur la base de l’économie marxiste, et sa coopération avec les grandes zones de développement, et la Chine en particulier.

La base du développement, c’est une nouveau mode de production et la production de l’énergie nécessaire à ce développement. Il n’y aura ni développement ni écologie sans une production nouvelle et massive d’énergie. Je rappelle l’expérience d’ITER qui va dans le sens de la coopération internationale pour résoudre la question de production massive et non carbonée d’énergie. Cet exemple doit être multiplié et les expériences développées dans divers domaines.

Le chômage et l’effondrement relatif ou absolu de la production que la pandémie accélère dans la crise économique et de production accélérée dans les années 1970, aggravée en 2008 et s’approchant du paroxysme aujourd’hui et demain proche, devraient être dans nos têtes, mais nous faisons des conséquences dans le détail de nos jours, nous faisons des conséquences les causes : nous mettons les choses à l’envers et ainsi nous ne résoudrons rien et ne parviendrons ni à la  guérison de la maladie sociale gravissime que nous traversons, ni de la maladie au sens médical strict.

Les réserves d’alternative : La capacité d’autogestion que les soignants ont montré pour modifier l’organisation locale de l’hôpital face au covid19, une union européenne s’insérant dans la coopération internationale, une nouvelle production d’énergie, une organisation du travail basée sur l’APST pour développer l’autogestion, des nouveaux critères économiques de gestion des entreprises, des régions, du local au mondial, une sécurité d’emploi ou-et de formation répondant aux mouvements-développement technique et culturel de la production.

Pierre Assante. 25/06/2020 06:58:57.

(1) « le désir implique le besoin : c’est l’appétit de l’esprit, lequel lui est aussi naturel que la faim l’est au corps. C’est de là que la plupart des choses tirent leur valeur » Nicolas Barbon.1696. Cette note se située à la première page de « Das Kapital » de Marx.

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
24 juin 2020 3 24 /06 /juin /2020 09:55

 

COUCHES MOYENNES SUPERIEURES d'aujourd'hui ET PETITE ARISTOCRATIE d'hier.

 

Les couches moyennes supérieures ont dans le Capitalisme mondialisé financiarisé numérisé un rôle comparable à celui de la petite aristocratie dans la monarchie absolue dans la révolution bourgeoise du XVIIIème siècle en prépaparation.

Elles contribuent aujourd'hui au maintien du mode de production et d’échange et des pouvoirs en place, qu’elles soutiennent avec le grand capital financier et des firmes multinationales en fonction sociale organique.

Leurs contestations portent sur la part congrue du pouvoir qu’elles espèrent exercer, dans la part géante de ces derniers.

C’est à cette aune qu’il faut analyser les mouvements politiques dans leurs composantes affolées, incohérentes pour elles-mêmes dans la cohérence de classe qui est celle du capital du XXIème siècle de l’an 2020. Il est à noter bien sûr que la part de la population ayant pouvoir sur le capital et son mouvement est très réduite, de plus en plus réduite.

Mais l’action de transformation-construction d’un nouveau mode de production et d’échange en santé ne peut prendre comme support le mouvement des couches moyennes supérieures et son imitation-mimétisme populaire bourgeois-bohêmes sympathiques, mais déconnectée des besoins sociaux généraux, même si la couche-moyenne-inférieure converge vers les milieux sociaux populaires les plus défavorisés. Le rôle idéologique du salariat en a pris un coup dans la mondialisation de l’organisation de la production et du travail, dépassée par le mouvement trop rapide pour qu’elle se réorganise efficacement et de façon synchronique.

Le signe le plus évident de ce mouvement conservateur et de l’hésitation entre allégeance et contestation du grand capital, c’est le « détachement idéologique » de ces milieux  « couches moyennes supérieure et inférieure » du mouvement du travail, concret, abstrait, et de son organisation. En fait détachement idéologique de la production par rapport à la consommation, comme si l’une ne dépendait pas de l’autre en rapport réciproque.

Le signe que les conditions objectives et subjectives de transformation sociale qualitative mûrissent, c’est quand cet éloignement, ce « divorce » se réduit, et ce sont les participations communes aux luttes et dans ces luttes à des objectifs de transformation en santé, en cohérence scientifique et sociale, qui le manifestent.

C’est pourtant dans les couches moyennes supérieure que se trouvent les cadres supérieurs de production et de gestion qui peuvent converger, avec leur capacité de gestion de la production, avec la classe ouvrière, au sens large, dans la diversité du monde du salariat et de ses alliés objectifs.

Mais excuses pour la rapidité sans approfondissement ni travail de forme et de fond de cet article. Ce n’est qu’un point de repère, peut-être utile… ou pas !

Pierre Assante. 24/06/2020 09:40:39.

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
24 juin 2020 3 24 /06 /juin /2020 08:20

 

ITER, coopérations scientifiques et techniques internationales, besoins d’énergie, production massive d’énergie dé-carbonée, une question vitale

 

Dans l'état où « nous » avons mis la terre et notre société, et dans l'état de poursuite du mouvement de la société sur les rails actuels encore un temps, y compris dans une période de changement révolutionnaire de transformation économique et politique possible (on ne prend pas un grand virage social massif à trop grande vitesse sans accident, surtout au niveau d'imbrication et complexité mondiale atteintes), il y a besoin d'une grande production d'énergie non polluante, sans CO2. C'est avec cette énergie qu'on pourra alimenter les moyens de dépollution physiques (et moraux), c'est à dire sortir de la loi du profit. C'est par le développement qu'on crée les conditions du développement. La "décroissance" est une vue de l'esprit nocive, mortelle. Une croissance d'un autre type, moins mais mieux, une révolution de l'usage des ressources ça c'est possible.  En ce sens les expériences de coopération internationales scientifiques et techniques sur la question de l'énergie comme ITER, et sur toutes les questions concernant la vie de l'humanité, doivent se multiplier. C'est la condition d'existence de la société humaine. 

La question de la production d’énergie est une question vitale. Elle concerne la santé et les subsistances nécessaires à la vie humaine. La nature est un réservoir d’énergie, mais il faut être capable de l’extraire. Une nouvelle génération de production d’énergie capable de l’extraire, de dépasser la révolution du feu, du néolithique et de l’industrie mécanique, pour l’industrie numérisé et automatisée à haute productivité libérant l’homme du travail contraint, peut naître. La nature, c’est de l’énergie, la vie c’est de l’énergie, qui a besoin de se renouveler et de se développer, en se complexifiant quantitativement et qualitativement. Tant qu’une entité existe, de sa naissance à sa mort, la question de l’énergie est fondamentale.

Pierre Assante. 24/06/2020 08:21:02.

 

AUTRE ARTICLE DU BLOG SUR ITER :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/iter-une-des-reponses-possibles-mondiale-a-la-crise-energetique-possible-et-qui-s-annonce.html

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
23 juin 2020 2 23 /06 /juin /2020 03:42

 

"L'aliÉnation de la conscience de soi pose la chosÉité".

" …Comme l'homme = la conscience de soi... " : ceci est un concept d'Hegel. Le reste du texte en est la critique par Marx.

 

« …À propos de 2º. L'aliénation de la conscience de soi pose la choséité . Comme l'homme = la conscience de soi (1), son être objectif aliéné ou la choséité - (ce qui est objet pour lui, et n'est véritablement objet pour lui que ce qui est pour lui objet essentiel, ce qui est donc son être objectif. Comme ce n'est pas l'homme réel en tant que tel, que ce n'est donc pas la nature non plus qui devient sujet, - l'homme n'est pas autre chose que la nature humaine,- mais seule­ment l'abstraction de l'homme, la conscience de soi, la choséité ne peut être que la conscience de soi aliénée) égale la conscience de soi aliénée, et la choséité est posée par cette aliénation. Il est tout à fait naturel qu'un être vivant, naturel, doué et pourvu de forces essentielles objectives, c'est-à-dire matérielles, ait des objets réels et naturels de son être, et aussi que son aliénation de soi pose un monde objectif réel, mais se présentant sous la forme de l'extério­rité, n'appartenant donc pas à son essence et le dominant. Il n'y a là rien d'incompréhensible ni d'énigmatique. C'est le contraire qui le serait. Mais il est tout aussi évident qu'une con­science de soi ne peut poser, par son aliénation, que la choséité, c'est-à-dire seulement une chose elle-même abstraite, une chose de l'abstraction, et non pas une chose réelle. Il est en outre évident que la chosé­ité n'est donc absolument rien d'indépendant, d'essentiel par rapport à la conscience de soi, mais n'est qu'une simple création, quelque chose qu'elle a posé, et que le posé, au lieu de s'affirmer lui-même, n'est qu'une affirmation de l'acte de poser qui cristallise pour un instant son énergie sous la forme du produit et qui en apparence - mais pour un instant seulement - lui confère le rôle d'un être indépendant, réel.

Quand l'homme réel, en chair et en os, campé sur la terre solide et bien ronde, l'homme qui aspire et expire toutes les forces de la nature, pose ses forces essentielles objectives réelles par son aliénation comme des objets étrangers, ce n'est pas le fait de poser qui est sujet; c'est la subjectivité de forces essentielles objectives, dont l'action doit donc être égale­ment objective. L’être objectif agit d'une manière objective et il n'agirait pas objectivement si l'objectivité n'était pas incluse dans la détermination de son essence. Il ne crée, il ne pose que des objets, parce qu'il est posé lui-même par des objets, parce qu'à l'origine il est Nature. Donc, dans l'acte de poser, il ne tombe pas de son “ activité pure ” dans une création de l'objet, mais son produit objectif ne fait que confirmer son activité objective, son activité d'être objectif naturel.

Nous voyons ici que le naturalisme conséquent, ou humanisme, se distingue aussi bien de l'idéalisme que du matérialisme et qu'il est en même temps leur vérité qui les unit. Nous voyons en même temps que seul le naturalisme est capable de comprendre l'acte de l'histoire universelle… »

Extrait du 3ème manuscrit. Marx. 1844.

(1) Ceci est un concept d'Hegel. Le reste du texte en est la critique par Marx.

https://www.marxists.org/francais/marx/works/1844/00/km18440000/index.htm

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
22 juin 2020 1 22 /06 /juin /2020 19:35

 

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL.

 

Pour Hegel, nous rappelle Marx, l’homme = la conscience de soi. (1)

C’est là de la part de Hegel, une avancée majeure dans les progrès de la connaissance de l’homme par lui-même. De la construction de la conscience à partir des réalités sensibles. Cette avancée a été suivie d’une régression relative dans le XXème siècle, régression dont nous arrivons sans doute au bout dans ce XXIème. Je ne donne plus ici les noms de ces régressions, de crainte d’apparaître faire une fixation philosophique sur telle ou telle conception, ou telle et telle œuvre.

Car les œuvres de Marx et d’Engels, pointe avancée de cette connaissance sont allé au-delà d’Hegel, en remettant sur pied une conception de l’homme en tant que réalité, partant de l’homme réel et non de l’abstraction de l’homme qu’est la pensée chosifiée, réifiée, qu’il peut avoir de lui-même en tant que personne  et l’étendant à l’homme générique. La pensée ce n’est pas l’homme. L’homme réel c’est LA NATURE-HUMAINE. Cette part de la nature qu’est l’homme corps-soi social (2), avec toutes les propriétés de la nature, naturelles et sociales qu’il contient, en unité organique.

En ce sens, la limitation, et donc la réduction, la mutilation de l’homme à sa pensée, et sa pensée abstraite, détachée de son milieu, des conditions sociales, de l’ici et maintenant qui l’induisent est déjà une privation, une aliénation. On prend à l’homme et il s’ôte à lui-même ce qui lui est nécessaire à son développement humain, social.

À ce « déjà » on peut ajouter tout court que lorsqu’on mutile la réalité, celle "intérieure" et celle "extérieure" qui sont un même mouvement, on ignore l’usage de soi par l’autre, celle du capital sur le travail, celle de la vente de sa force de travail, physique, mentale, psychique, culturelle en unité, qui est l’image, la représentation, et la réalité la plus palpable de la privatisation du soi, de l’aliénation. Le fétiche du besoin et le fétiche de sa satisfaction « remplace » relativement, c’est-à-dire historiquement, le besoin et sa satisfaction.

Et dans le même temps le concept d'aliénation limité à la pensée, et ne recouvrant pas l’acte de production, et du produit de la personne, c’est une façon de s’opposer à l’avancée que constituent les luttes des salariés et les luttes populaires dans leur unité possible, pour dépasser la contradiction entre les nouvelles forces productive et le mode de production obsolète en crise. C’est une aliénation de la pensée en tant que fonction du corps-soi individuel et social et aliénation du corps- soi social en unité.

Le handicap d’un concept de l’homme abstrait d’Hegel est le handicap de la société capitaliste dont la composition économique et sociale, organique, contient ses propres limites.

Une philosophie de l’homme réel, c’est celle de la transformation en santé du système économique et social, son dépassement et la libération de l’aliénation humaine et sociale. C’est un humanisme accompli, en opposition à un humanisme limité, qui finalement se résume à la charité, quelles que soient ses formes, et sa quantité. Il y manque encore la qualité.

Certes la transformation sociale ce n’est pas la perte des caractères animaux de l’homme, c’est leur transcendance au même titre que la transcendance des valeurs morales accumulées mais encore soumises à un mode de production et d’échange qui les contredit (3).

Tout cela est sans doute dit d’une façon maladroite et peu scientifique. Il s’agit ici d’un vocabulaire correspondant à un milieu social empruntant aussi un vocabulaire savant, et ses limites qu’il tente de dépasser.

Pierre Assante. 22/06/2020 18:38:05.

1. Il s’agit de l’homme générique, de l’espèce humaine, le genre humain et non le genre en tant que sexe, Ce dernier usage est d’une incroyable confusion.

2. Corps-soi social, ce qui est une tautologie. Le concept de corps-soi est une création d’Yves Schwartz dans le vocabulaire ergologique.

3. Lors d’un congrès de 2008, j’ai intitulé une contribution : « une crise de production ». Les derniers et prochains évènements le confirme, même certes si la production ne se limite pas à la production au sens économique strict, mais contient la totalité des activités humaines et leurs caractère divers en matière de quantité et de qualité.

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 07:34

 

LA LOI DU PROFIT POURRIT LE ROYAUME DE DANEMARK

 

La loi du profit est la norme dans laquelle vit l’humanité.

Cette norme définit les cadres institutionnels juridiques, moraux.

Seule l’impression qu’elle dépasse la mesure nous fait réagir, alors que la mesure est dépassée en permanence dans et par la loi du profit.

Pardonnez-nous l'expression, mais Nous vivons dans la merde sans Nous en rendre compte vraiment et nous nous plaignons vraiment que de l’Odeur.

C’est comme si nous avions une maladie infectieuse qui nous provoque des boutons, et nous l’avons, et que nous nous préoccupions seulement d’un traitement dermatologique pour guérir les boutons, sans nous soucier de soigner l’infection ; alors que nous pourrions le faire, ou au moins essayer de la faire.

Notre mentalité est celle du mode de production et d’échange, le cycle Argent-Marchandise-Argent plus (A-M-A’) décrit par Marx, parvenu aujourd’hui à la mondialisation monopoliste, la financiarisation globalisée, l’organisation numérisée de la production, des échange, de l’organisation du travail. La base de ce mode d’échange A-M-A’ est l’achat de la force de travail en tant qu’organisation de la production du local au mondial. L’aboutissement du mode d’échange A-M-A’ est l’accumulation du capital, la suraccumulation du capital et sa dévalorisation. Cette suraccumulation entre en contradiction avec la circulation même du capital et des marchandises qui le constituent, force de travail comprise, c’est à dire met en péril croissant les échanges entre les hommes dans leur vie quotidienne et à venir. Les échanges « matériels et moraux ».

Il est très facile pour le capital, ses hommes et ses institutions, ses médias, de nous envoyer sur des Chemins Sans Issue, c’est-à-dire de nous faire protester contre les boutons, au lieu de nous faire protester sur le fond de la maladie pour la soigner. Erreur, mensonge et exploitation. Aussi douloureux les boutons soient-ils, la maladie ne tient pas aux seuls boutons.

Le plus terrible, parce que le plus aliénant, donc le plus paralysant, c’est notre propre refus de parler de la vraie maladie, celle qui engendre tous les symptômes et les douleurs, le mode de production et d’échange A-M-A’ ayant envahi nos mentalités, nos raisonnements, notre bon sens. Attaquer idéologiquement le mode de production est un crime pour nous, cette attaque nous est intolérable, nous a-t-on enseigné.

On peut penser, espérer que les effets de la crise du mode de production et d’échange nous ouvrent les yeux ? Et qu’une fois les yeux ouverts nous reconnaissions les remèdes à mettre en œuvre ?

Il faut rappeler que lorsque les nouveaux moyens de production entrent en contradiction avec le mode de production, ce qui est le cas et cause de la crise, le besoin de transformation du mode de production est une question vitale, ou létale, comme vous voulez...

Mais deux conditions et leur évolution conjointe, malgré les inégalités de développement des mouvements qu’elles puissent connaitre, sont la Condition Objective, matérielle, et la Condition Subjective, les idées, la conscience. C’est à la maturation DES DEUX qu’il faut contribuer !!!!

Le Royaume de Danemark est pourrit dit Shakespeare par la voix d’Hamlet. Quel est donc ce qui a tué son Roi de Père sinon la soif de pouvoir, de considération et de l’argent qui les permettent, comme dit aussi Timon d’Athènes.

Pierre Assante. 21/06/2020 07:16:05.

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 07:55

 

Baisse du taux d’intÉrÊt.

"La logique c'est l'argent de l'esprit"

 

Pour ceux qui sont intéressés et ne l’ont pas remarqué, je reviens sur une considération faite dans l’article « l’appropriation de la nature par l’homme c’est l’appropriation de l’homme par lui-même ».

Et je la développe légèrement :

Le capital recherche le taux d’intérêt le plus bas dans ses emprunts pour investir. En même temps, bien sûr, il utilise ce taux bas d’emprunt pour augmenter son taux de profit.

Mais sur le mouvement général du capital, la baisse des taux conduit à une augmentation de la tendance à la baisse du taux de profit du capital productif, et par conséquent de la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, qu’il soit producteur ou spéculatif.

Ce n’est pas dans le livre 3 du Capital que Marx découvre ce phénomène, mais dès les Manuscrits de 1844 (1). Certes, en 1844, ce n’est qu’une découverte empirique et la démonstration viendra dans « Le capital » livre 3.

Il faut cependant lier la marche de la recherche de Marx et d’Engels en tant que pointe avancée de la conscience de l’état présent du monde de leur temps et encore de notre temps en ce début de XXIème siècle, du capital numérisé (2), mondialisé, financiarisé.

Pour Marx et Engels, la critique de la critique de l’Hégélianisme (3), lui-même pointe avancée de la conscience de la conscience de la personne humaine, dans son analyse pas encore socialisée, est partie fondamentale de la conscience de l’état du monde et de l’humanité dans le capitalisme triomphant du XIXème, et en crise générale mais toujours dominant dans ce début de XXIème.

La conscience de l’état présent est pour la pensée et l’abstraction opérationnelle communiste, la condition de la transformation de cet état présent lorsque les moyens de production et les forces productives (hommes, techniques, machines, culture…) entrent en contradiction létale avec le mode de production et d'échange.

Pour Marx et Engels, la critique de l’Hégélianisme en tant qu’idéologie avancée du capital, et la critique de la critique inachevée de l’hégélianisme est un élément essentiel de la conscience nécessaire à la transformation en santé : de la conscience de classe, à partager par toutes les couches exploitées du capital, à divers de degrés de distance de son emprise, pour être plus précis.

Critique de l’économie politique sans critique idéologique, donc aussi philosophique et ergologique, est bancale, aussi avancée soit-elle (4).

Pierre Assante. 20/06/2020 07:45:19.

(1) « La baisse du taux d’intérêt est, en effet, une conséquence et un résultat nécessaire du mouvement industriel ». Marx, 1844.

(2) Digitalisé, comme préfère dire aujourd’hui le patronat dans ses innovations.

(3) "Nous touchons ici la critique fondamentale de la dialectique idéaliste". Emile Bottigelli. 1969. Présentation des Manuscrits de 1844. Marx. Editions Sociales.

(4) L’humanité toute entière patauge, et nous avec, dans l’hégélianisme comme dans un bain de sang, du sang des crimes du capital, qui sont soit directement soit indirectement les nôtres. La réduction, relative mais réelle de la formation à l’œuvre de Marx et d’Engels, à une explication élémentaire de la plus-value ne pouvait que conduire à la disparition de cette explication elle-même, puis à celle de l’économie marxiste elle-même et sa continuation actuelle. Aucun discours sur le discours sur la formation et les nouvelles découvertes  critiques de l’économie politique et de l’aliénation capitaliste ne pourra remplacer une formation fondamentale à cette conscience avancée dans tous les domaines et dans le domaine philosophique de même.

 

VOIR AUSSI :

LETTRE A TOUS MES AMIS. 19 Mai - 30 Mai 2020.

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/05/lettre-a-tous-mes-amis.html

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

 

Partager cet article

Repost0
19 juin 2020 5 19 /06 /juin /2020 07:52

 

L’APPROPRIATION DE LA NATURE PAR L’HOMME C’EST L’APPROPRIATION DE L’HOMME PAR LUI-MÊME.

 

Phénoménologie, structuralisme et existentialisme sont de la même famille, frères et sœurs ennemis. Ils procèdent de la dichotomie entre le « monde extérieur » et le « monde intérieur » de l’homme. Ils procèdent par progrès des savoirs partiels sans créer les conditions de leur rassemblement vital. Certes aucune forme de pensée n’est totalement totalitaire, sinon elle n’existerait pas. La caractériser peut être la caricaturer, ce qui n’empêche le besoin de caractériser. C’est une tendance régressive dans son interne qu’il s’agit de dépasser. C’est le mouvement ordinaire de la pensée.

Si Marx n’était pas passé par les « manuscrits de 1844 », c’est-à-dire la critique de la critique de l’hégélianisme, et par la « condition de la classe ouvrière en Angleterre » d’Engels, c’est-à-dire de la connaissance par ce dernier de la condition des ouvriers de son père élargie à toute l’Angleterre, il n’aurait pu aller jusqu’au au « Capital ». Bien que les voies pour parvenir à un point puisse être multiples et diverses. Mais celle-là était sans doute privilégiée, ce qui explique l’avance de Marx et d’Engels sur la conscience du moment.

La dichotomie effectuée par la pensée humaine dans le mode production de classe, consiste à séparer le monde extérieur à la personne du monde intérieur à la personne, alors qu’ils constituent la nature humaine (1), au sens de la part humaine que l’homme et la personne humaine occupent dans la nature. L’homme c’est la nature et son processus de savoir sur la nature est un processus de la conscience de la nature sur elle-même.

L’appropriation de la nature par l’homme, condition de sa désaliénation, et de la réalisation accomplie de l’humanisation, de la sortie de sa préhistoire et de  l’entrée consciente de sa conscience dans l’univers, ne peut se réaliser tant que cette conscience ne mûrit pas dans le sens de l’unité de l’homme et de la société, de la société humaine et de l’univers.

La conscience de la dichotomie que la pensée de classe, propre à toutes les classes, celle exploitante et celle exploitée, dans des conditions à la fois les mêmes, identiques, mais de points du temps et de l’espace physiquement et moralement différents, est  le chemin vers cette conscience de l’unité de l’homme et de la société, de la société humaine et de l’univers. Le point extrême avancé du progrès de la conscience d’aujourd’hui est la conscience de l’aliénation.

La conscience de l’aliénation n’est pas la fin de l’aliénation. La fin de l’aliénation, c’est le dépassement de la société de classe, c’est-à-dire la construction d’une société où l’appropriation de la nature par l’homme égale l’appropriation de l’homme par lui-même. Il s’agit bien sûr de l’homme générique, mais pas du « genre » comme on dit aujourd’hui, de l’homme en tant qu’individu de l’espèce humaine. Et l’abolition de la domination masculine et de tous ses vestiges dans le mouvement d’abolition, fait partie de l’appropriation de l’homme par lui-même dans l’appropriation de la nature par l’homme.

Il n’y a pas d’appropriation saine de la nature par l’homme, il y a appropriation ou il n’y a pas appropriation : elle est saine ou n’est pas.

L’exemple le plus simple à fournir de l’aliénation, mais elle ne se limite pas au phénomène « physique », c’est la privation du produit du travail par celui qui le produit. C’est l’usage de soi par l’autre (concept avancé d'Yves SCHWARTZ, LIRE EXPERIENCE ET CONNAISSANCE DU TRAVAIL et ses autres ouvrages, dont de nouveaux en préparation),   et la dichotomie mentale de l’unité de soi et de l’autre qui conduit à l’affrontement physique et idéologique de soi et de l’autre pour survivre. Le développement en souffre et peut s’éteindre. Privation du produit, privation-privatisation de la liberté de produire, aliénation-désappropriation des gestes physiques, mentaux, psychiques de la production de la personne humaine égale privation partielle de la capacité humaine de déadhérence conceptuelle, d’invention vitale.

La baisse tendancielle du taux de profit du capital et la crise de suraccumulation-dévalorisation quelle produit  est la conséquence de la recherche du taux d’intérêt minimum. Besoin contradictoire, recherche et volonté de maladie par le malade, par le capital, c’est une conséquence dialectique, contradictoire et interactive (2). La désappropriation et l’aliénation est générale. La dichotomie extérieur-intérieur à la personne et la société de classe vont de pair, n’existent pas l’une sans l’autre.

Dans la société communiste de clan primitive, certes des dominations existent, mais pas l’aliénation générale du produit de l’activité humaine, pas plus que de l’activité humaine de l’ordre de la horde et de la société animale d’origine et ses besoins.

C’est certes d’une autre qualité d’appropriation qui se pose dans la société mondialisée et numérisée (3): celle de la dé-financiarisation, la sécurité d’emploi ou de formation, l’usage révolutionnaire de la création monétaire,  par la transformation de la financiarisation dont les exemples actuels dans la crise sanitaire et la crise économique dont elle découle, ouvrent les yeux sur la propriété du capital, ses conséquences en matière d’inégalité létales galopantes de revenu et de droit. La contradiction entre la possession du capital, son usage, et la satisfaction des besoins sociaux est élémentaire. L’essence humaine, l’ensemble des rapports sociaux, en est malade au sens propre et concret. Aucune satisfaction partielle séparée des besoins généraux de développement ne peut guérir cette maladie (4).

Pierre Assante. 19/06/2020 07:07:44.

(1) Bien comprendre l’association de ces deux mots, « nature humaine » : il s’agit d’une part particulière de la nature formant une unité. Un mouvement particulier de la nature dans son mouvement général. Lorsqu’un mouvement est en contradiction avec le mouvement général, ou il disparait ou il résout la contradiction dans une contradiction de niveau supérieur en « mouvement de spirale ».

(2) Réciproque.

(3) Un petit retour la formation en  2010, pour voir e chemin accompli ou pas... :  http://www.pierreassante.fr/dossier/Bessac.pdf

(4) Maladie, économique, sociale, et d’ordre aussi de la médecine. Franco Basaglia, dans sa magnifique bataille inachevée pour la psychiatrie, en Italie et en lien avec les autres pays, France, Angleterre etc. faisait souvent référence à Husserl, Guattari,  Deleuze, Foucault… et "leur structuralisme".  Il les avait pourtant dépassés. « ils ont été grands et courageux les psychiatre qui ont  engagé une action  pour la reconquête des droits de l’interné, mais tout cela n’est possible que parce qu’il y a une ouverture, parce qu’il y a une participation des gens,… ce n’est pas le paternalisme du « bon » psychiatre qui fait participer le peuple, c’est le peuple qui revendique ses droits, c’est le peuple qui oblige le médecin à sortir de sa mystification, de son hypocrisie et à mettre en évidence devant tout le monde ce qu’est son savoir et ce qu’est son pouvoir…

… Nous, les psychiatres démocrates, même si nous avons suscité la nouvelle loi, nous sommes une minorité, mais comme dirait Gramsci, une minorité hégémonique… Naturellement nous devons être très vigilants, parce que cette minorité, une fois capturée, peut devenir nouvelle majorité recyclée… »

Mario Colucci et Pierangelo Di Vittorio dans « Franco Basaglia, portrait d’un psychiatre intempestif », 2006, disent : … Une analyse minutieuse des nouvelles modalités de contrôle social dans les pays d’avant-garde  du capitalisme… l’amènera à critiquer même la psychiatrie sociale, et à déployer une vision politique  de la question psychiatrique,  appuyée par une analyse économique de type marxiste portant sur le rapport entre production et normes…

Mais aussi « … En d’autres termes se sentir éternellement militant, cela ne sert-il pas aussi  sa propre fonction technique, qui en vient ainsi à s’imposer subrepticement ? Surtout si une telle fonction, en s’identifiant avec la « vocation politique » des psychiatres alternatifs, tend à résoudre  la question psychiatrique au travers d’une nouvelle forme de rationalité bio-politique …».

Cette brève incursion chez Basaglia demande développement. Il faudrait l’écrire et ne pas seulement le garder en tête, ce qui doit sans doute apparaître dans cet article.

 

VOIR AUSSI :

LETTRE A TOUS MES AMIS. 19 Mai - 30 Mai 2020.

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/05/lettre-a-tous-mes-amis.html

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche