Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 06:57

 

BROCHURE ECO ET PO perso

 

Petit rappel d'économie politique élémentaire

pour évaluer un élément essentiel de notre intervention quotidienne....

 

ici

 

http://pierreassante.fr/dossier/petit_rappel_economie_politique_elementaire.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 05:09

 

sur ce lien :

http://pierreassante.fr/dossier/RENZI_HUMA.pdf

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 03:22

      VIDEO. Cliquer sur l'image

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=AllLIUzIjXk

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 14:24

 

CONGRES DU P.G.E. MADRID décembre 2013

 

"....Nous sommes cette Europe là, celle qui recherche par tous les moyens  l'émancipation humaine !

 

Alors comment avancer dans cette voie ?


....Nous pouvons nous appuyer sur ce que nous avons déjà fait.

Le PGE a œuvré à tous les rassemblements nécessaires pour avancer vers la constitution de ce que nous appelons « un Front européen social et politique » de progrès.

Le PGE a intensifié ses échanges avec le mouvement social et syndical, mené une politique volontariste qui a coïncidé avec la recherche nouvelle, pour beaucoup de forces sociales, d’interlocuteurs politiques nouveaux.

Nous avons organisé un sommet alternatif à Bruxelles en mars 2012 auquel plus de 200 organisations sociales, syndicales et politiques ont participé.

Nous avons été un partenaire actif de l’altersummit à Athènes en juin 2013.

Je veux également saluer la très significative présence à notre congrès d’Ignacio Toxo et de Bernadette Ségol, respectivement Président et Secrétaire générale de la CES....

 

....Nous voulons intensifier notre travail de relations avec toute une série de forces politiques nouvelles en Europe qui cherchent la voie dans leur engagement à gauche. Je pense aux Balkans, aux pays nordiques, à la Grande-Bretagne, aux pays de l’Est. Nous proposons de modifier nos statuts pour créer la possibilité de devenir parti « partenaire » du PGE afin d’élargir encore nos coopérations et notre rayonnement.

Nous avons travaillé à des rapprochements efficaces avec le forum de Sao Paulo et les forces de gauche latino-américaines comme avec les forces de gauche de la Méditerranée. Tout cela est essentiel.

Nous voulons que ce travail d’échanges, de dialogue, soit tourné vers l’action pour la transformation concrète de l’Europe, du monde, de la vie des peuples.

 

....Le PGE n’est plus seulement un carrefour d’échanges politiques, il est un parti de coopérations concrètes, un parti d’action, un parti de propositions, un parti de transformation....."

 

Suite, 3 articles :

1)Discours d'ouverture du congrès du PGE, Pierre Laurent, 2)Congrès du PGE : une force et un espoir pour la gauche européenne et pour une Europe solidaire, 3)Le PCF souhaite l’unité du Front de gauche derrière Alexis Tsipras......


 lire : ici

 

http://pierreassante.fr/dossier/congres_du_PGE_dec.2013.pdf

 


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 23:24

2013-12-14-009.jpgRESUMÉ

 

La circulation du capital, l’échange.

Transformation qualitative du mode d’échange par le détournement d’une partie DE LA CIRCULATION du capital du circuit du profit maximum.

Rappel de l’échange par la circulation, marchandise, force de travail, spéculation sur la « survaleur-profit » incluse, en fonction du rapport croissant en accélération du surproduit, du capital, malgré la baisse tendancielle du taux de profit et avec les contre tendances.

Rappel du rapport de la valeur force de travail avec l’histoire de la consommation-reproduction de la force de travail, conditions « matérielle et morales » unies, culture, anachronismes opérationnels et non opérationnels, situations historiques matériellement et moralement « catharsistique » passées et futures.

 

 Pôles de crédits publics, contrôle des banques par le politique, révolution « lente » de la démocratie avancée.

« Masse critique » du détournement d’une partie du capital du circuit du profit maximum pour que cette partie devienne suffisante pour entamer une phase nouvelle vers le socialisme et le communisme, modifier la mesure de l’échange à partir de la masse suffisante de surproduit et de ce « détournement ».

Rappel des phases marchandes, de la « masse critique du surproduit » pour passer à l’échange marchand capitaliste, au producteur libre, techniques de production et organisation du travail, manufacture et industrie vers une nouvelle révolution techno-anthropologique (exemple de l’ordinateur quantique, sa signification technique et civilisationnelle et l’approche d’une autre conscience de la nature sur elle-même qu’est l’humain « nouveau » possible « induit », causalité sans déterminisme.

  

Temps, Travail, mesure de la valeur marchande, dépassement de cette mesure.


Masse critique de la suraccumulation-dévalorisation du capital dans l’explosion des forces productives et l’accélération qu’elle inflige à la croissance de cette « masse critique ».

L’intervention qui limite cette masse critique puis la transforme en masse "réinvestissable" en fonction du processus des besoins « matériels et moraux » dans leur unité et leur transformation qualitative « miniaturisation-concentration-croissance » en expansion sans laquelle l’explosion est mortelle.

 

L’inclusion du passé-présent-futur dans la conceptualisation de la représentation de la réalité et de son mouvement et non-perception du moment présent séparé « immédiat » au profit de la perception immédiate « passé futur » qui est celle d’un « présent immédiat conceptualisé ». Relativité du rapport passé « immédiat », récent et à long terme. Recentrement de cette perception du temps sur temps réel, temps perçu, travail et mesure de la valeur capitaliste d’échange et son rapport avec la valeur d’usage. Propriété-consommation du produit et échange du produit.

 

Déadhérence conceptuelle---fonctionnement des systèmes de concepts d’une façon autonome par rapport au perçu de la réalité---réalité de l’univers et rapport avec cette conceptualisation « autonome-indépendante »---quel rapport entre le point espace temps de ce point de conceptualisation déadhérent avec « un » point d’espace-temps de la réalité matérielle générale ?

 

Limites de l’espèce et de l’individu dans l’espèce dans sa perception du cosmos et de l’univers et rapport avec une vision généralisé relative ou absolue d’une limite, donc de cette, de « la » généralité….

Vision poétique et vision rationnelle sur les bases scientifiques, sur les bases à portée de notre perception.

Rapport entre la vision poétique, le niveau de conscience et de connaissance en rapports, l’intuition induite, son expression métaphorique, l’expression de sa représentation, de son vocabulaire. Plus la masse de surproduit rend obsolète la mesure de la valeur, moins l’expression de cette valeur (marchande) devient visible et lisible alors qu’elle envahit la totalité des rapports sociaux et des mentalités en découlant. Mais la transformation de ces rapports est déjà dans l’exacerbation de ces rapports…

 

Dénormalisation-renormalisation du rapport Savoir/Conscience/Métaphore…

Conscience de la conscience, transformation du mode de choix dans le mouvement de construction de systèmes de concepts. Epistémicités et éthique, du savant vers le quotidien-mimétique-poïétique (création-double anticipation) général du processus humain. Réappropriation du produit, des gestes du produit, de l’usage du temps en tant que contenant de l’usage de l’activité. Point-rencontre du croisement des éléments de cet usage, sorte de « big-bang » anthropologique dans les prémisses que contient l’apparition du travail élémentaire jusqu’à ce point.

 

De la baisse tendancielle du taux de profit et ses contre-tendances et la baisse tendancielle du taux d’intérêts psychologique lié, vers une réappropriation du rapport temps/activité, et ce que ce rapport contient, voilé par les limites de la perception humaine et limites dévoilées par cette réappropriation. Sortie du brouillard des limites, libération du mouvement mutilé.

 

 

Pierre Assante, 15 décembre 2013

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 15:04

 

L'oeuf de la vieL’état du Monde.

L’état du Monde est pitoyable.

L’explosion des capacités humaines fait face à la maladie de l’humanité sans la rattraper à cet instant.

Ce n’est pas une maladie théorique, mais une maladie concrète que l’on peut toucher du doigt en parcourant les entités humaines qui constituent l’humanité et leurs souffrances.

 

Dans le même temps, la transformation qualitative du processus humain c’est dès aujourd’hui, et elle se poursuivra dans la capacité de distinguer ce qu’il faut favoriser dans le processus pour qu’il soit fécond.

 

Distinguer et non apercevoir à la superficie des choses, telle l’apparence motrice trompeuse de la « concurrence libre et non faussée », entre entités humaines comme entre personnes.

Favoriser dans le processus ce qui est fécond, c’est aussi favoriser la mise en commun des ressources et des actes, ce qui  s’appelle communisme, ce qui n’est pas qu’un mot, mais qui est un mot dont le contenu peut rendre féconde la conscience humaine.

 

2 questionCe que les humains ont fait de négatif sous ce nom ne justifie pas son abandon, ni l’indifférence, mais doit inciter à la reconstruction de ce qu’ils n’ont pas été capable, jusqu'à présent, de construire de mouvant, de solide et de continu.

 

Pierrot, 12/12/2013 07:59:11


Voir lien ci-dessous :

http://pierreassante.fr/dossier/VERSION_augmentee_de_2_QUESTIONS_POUR_PROCEDER_A4.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici


Partager cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 14:50

GARO PORTRAITSéminaire « De quoi demain sera-t-il fait ? »

Co-organisé par Espaces Marx et la Fondation Gabriel Péri

L’art, ingrédient du capitalisme ou force d’émancipation ?

Isabelle Garo

Jeudi 19 décembre 2013

De 18h à 20h

Espace Oscar Niemeyer,

Place du Colonel Fabien

PARIS 19ème

(Métro : ligne 2, station : Colonel Fabien)

Mise en bouche :

 

On a longtemps considéré que le marxisme était porteur d’une esthétique voire de deux : une théorie de l’art, dont Marx aurait posé les premières pierres, et des règles de production des oeuvres, dont le réalisme socialiste serait le produit le plus calamiteux, heureusement révolu. Mais à lire Marx, on n’y rencontre aucune esthétique. On y croise en revanche une réflexion jamais systématisée, toujours en chantier, qui confronte l’activité artistique aux autres activités sociales. Selon cet angle original, c’est la capacité de l’artiste à échapper à l’aliénation commune qui intéresse Marx. Mais sa liberté n’est que partielle et locale. Si la figure de l'artiste peut offrir, jusqu’à un certain point, sa préfiguration au communisme et à l’émancipation des individus, elle ne saurait lui fournir les moyens de sa réalisation. 

Aujourd’hui, les activités artistiques semblent plus que jamais intégrées à un capitalisme en crise, qui y cherche des occasions de profit. Mais elles ne sont pas intégralement asservies pour autant. Reprendre et prolonger l’analyse de Marx en son temps permet de souligner les contradictions qui se développent dans ce secteur de la vie sociale, qui recèle aussi des potentialités critiques sans précédent. Mais à certaines conditions. C’est en ce point que la question de l'art retrouve sous nos yeux ses enjeux politiques et renouvelle aussi bien la vieille question de l’engagement que celles des moyens et des fins de l’abolition du capitalisme. 

 

Isabelle Garo est philosophe et enseignante. Elle préside la Grande Édition de Marx et d'Engels en français (GEME). Elle co-anime le séminaire « Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre ». Elle a publié plusieurs ouvrages dont le dernier s’intitule « L'or des images - Art, monnaie, capital » aux Editions La ville brûle.

 

(sur cet ouvrage, voir ici)

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 07:55

FAJON

 

 

"....Il s’agit surtout de rassembler et les groupes multiples qui se forment (sous l’effet AUSSI des egos militants de base et de sommet et de la confusion idéologique dûe au poids du passé dans la transformation rapide du monde), mais rassembler surtout les idées et revendications émiettées et leur donner une cohérence globale. C’est ce que j’essaie moi aussi de faire dans mes divers lieux de militantisme et de réflexion et mes écrits finalement pas mal partagés (modestie oblige !)....."

 

LIRE

ici

http://pierreassante.fr/dossier/Lettres_a_mon_ami_R....pdf

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 23:36

2 question

 

CROISSANCE, ENERGIE, PIB et LANGAGE, FECONDITE.

 

Pour reprendre le dernier article, outre une liste de mots touchant à « abstrait » et « concret », voici une autre liste dont il faudra « trier » le sens en économie d’échange de capital et en économie d’échange à partir des besoins « matériels et moraux » du processus humain ; la transformation qualitative du mot, de la parole, à travers la transformation des conditions matérielles de vie, entre autre de : fécond, fertile, stérile, handicapé, mutilé, croissance,  PIB, masse de la valeur ajoutée, valeur, critères d’échanges, gésine, fœtus, prémisses, prémices, productif, investir, énergie, particules, composants, volume, rapports, production, produit…..

 

Le PIB, en tant que masse de la valeur ajoutée n’est « peut-être pas » un critère pertinent concernant la qualité de la vie humaine. Mais il ne s’agit pas de le remplacer par un critère « psychologisant ».

Tout critère remplaçant une mesure de la valeur marchande par une référence à la décroissance sans préciser en quoi tient cette proposition, est une aide aux politiques d’austérité.

 

Les politiques d’austérité sont incapables de créer autrement que dans le système économique actuel obsolète. Elles sont égoïstes au sens propre et pas seulement au sens moral, mais ce qui va avec, elles sont dépourvues de l’imagination qui permet la création, la poursuite d’un processus humain « majoritairement » sain. Les articles précédents reviennent abondamment sur la question.

 

Pour reprendre l’exemple trivial : construire une « machine » qui dispose dans un volume infiniment plus petit une masse infiniment plus grande de composants électronique, (aujourd’hui jusqu’à quelques molécules de germanium, et demain…) est-ce de la croissance ou de la décroissance? De la croissance ! Bien sûr si l’on se place non pas sur la valeur ajoutée produite comme mesure de la satisfaction des besoins, mais sur les besoins en tant que créateurs de « machines » les satisfaisant. Bien sûr ! Mais pourtant dès à présent une croissance d’une autre qualité. L’usage de la main-d’œuvre bon marché dite « non qualifiée » face à une production de haute technologie, leur organisation mondiale, et les contradictions dans la cohérence du développement mondial en est une preuve, une illustration, s’il en faut une, et de la réalité, et des possibilités et de la limite du système d’échange A-M-A’…

 

MAIS Evidemment, dans le registre du vocabulaire employé concernant la réalité d’aujourd’hui, l’échange A-M-A’, la croissance est bien celle du PIB, de la valeur ajoutée totale d’une aire de production et de vie ; et qui ne peut aujourd’hui que se considérer qu’à un niveau mondial si l’on veut comprendre « l’état actuel des choses » et même si sa mesure dans une aire donnée, la nation ou la région au sens large ou étroit, est un élément d’action sur la réalité locale et globale.

 

De même que les critères de travail productif et travail improductif qui sont les qualificatifs de réalités nécessaires à l’action de production dans cet échange A-M-A’, et sans lesquels, il n’y a AUJOURD’HUI aucune satisfaction des besoins, biens qu’ils soient aliénés, à travers l’aliénation du producteur de son produit et des gestes de son produit…

 

La valeur d’usage perce dans la valeur marchande, mais la valeur d’usage ne peut être créée aujourd’hui et mise en échange-consommation sans sa valeur marchande, si ce n’est pour l’usage personnel du producteur.

 

Ce qui change, se transforme, c’est la masse du PIB en explosion de croissance, dans laquelle peuvent se « glisser », entre autre par la réduction du temps de travail, les services et leur retour sur la travail productif (au sens du capital) de même que les produits « moraux » ( art, esthétique, éthique, )bien que mutilés, aliénés par leur intrication dans le système, et encore plus la spéculation productive tant qu’elle peut tirer la plus value de la production « matérielle ».

 

Masse du PIB en explosion de croissance, puis en ralentissement (crise jusqu’où ?)

 

Mais la crise exacerbée de suraccumulation-dévalorisation du capital, la baisse tendancielle de son taux de profit liées à son succès historique de croissance, et qui se trouve en obsolescence historique, pose une question de fond, celle de l’ENERGIE.

 

Plus une société s’avance dans une impasse, plus la causalité qui en résulte demande croissance de l’énergie pour modifier les directions, la direction de son processus. Mais comme pour les conditions matérielles dont l’énergie fait partie, et les mots-outils de la conscience de l’état des choses et de leurs conditions de transformation, la question de l’énergie dépend de sa transformation quantitative, sa concentration-simplification.

 

Concentration-simplification qui peut (encore) se résoudre par l’entrée en profondeur au sein de la structure fine du mouvement de la matière, les particules-moment en tant que quantum.

 

Le solaire…, et les énergies renouvelables que l’on met en avant aujourd’hui ? Certes, mais à travers de nouvelles avancées, de nouvelles conquêtes de la connaissance dans la « structure fine » de ce mouvement. Connaissance qui ne peut qu’aller de pair avec une vision fine correspondante à celle de la condition humaine, dans leur unité.

 

La transformation qualitative du processus humain c’est dès aujourd’hui, et elle se poursuivra dans la capacité de distinguer ce qu’il faut favoriser dans le processus pour qu’il soit fécond.

  

 

Pierre Assante, 10 décembre 2013

 

http://pierreassante.fr/dossier/VERSION_augmentee_de_2_QUESTIONS_POUR_PROCEDER_A4.pdf

(AVEC L'ARTICLE CI-DESSUS)

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

 

 

Partager cet article
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 09:18

14mai10 003

Je suis en train d'écouter Gattaz sur Inter.

C'est incroyable à quel point il reprend formellement nos propositions économiques (1) pour les détourner vers ses objectifs...

Certes, s'en étonner serait naïf, mais quand même, à ce point de calme audace, c’est à noter.

Un contre exemple à réfléchir pour nous, en matière de calme et d’audace ! C'est vrai que le risque n'est pas le même...

C'est un signe de nos avancées idéologiques mais aussi des capacités du capital de se relancer.

Jusqu'à quel point de l'accumulation-dévalorisation du capital et de spéculation financière...???

Le "rassemblement" de Johannesburg est aussi significatif de cette période de crise mondiale, avec les avancées et les pièges, les récupérations et les ouvertures, les désespoirs et les espoirs, espoirs légitimes et fondés...

Pierrot, 10 décembre 2013

 

(1)Coméco-PCF (Sécurité emploi-formation, pôle financier démocratique de réorientation du crédit, de la Région à la Nation, à l'Europe et au monde, etc.), pour orienter progressivement l’usage de « l’échange-capital », sortir de la crise et relancer en France, Europe et Monde la production des biens « matériels et moraux » nécessaires au processus humain. 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 16:40

Lire l'ensemble des articles de" 2 questions pour procéder" mis à jour,

par le lien en bas de page

 

2012 02 25Suite de "2 questions pour procéder"

 

LANGAGE

 

La nécessité de la simplification en tant que concentration et multiplication de la puissance en santé.

La croissance de l’abstraction en tant que moteur de cette puissance, en santé.

Et sans dominations.

La musique et la traduction en tant que « modèles ».

 

Notre langue se heurte, comme le système économique à ses limites. Elle ne peut se libérer que dans la libération des limites du système.

 

La langue a besoin d’un vocabulaire correspondant aux avancées de la conscience humaine, ses avancées scientifiques en corrélation avec les interrogations et les réponses (relatives) qu’elles fournissent au processus d’humanisation.

 

Cette corrélation c’est la philosophie, sa recherche « spécialisée » dans son mouvement général, populaire et savant. La philosophie non seulement spéculative (elle est nécessaire mais partielle, structuraliste, donc limitée et insuffisante, historiquement), mais aussi philosophie pour « comprendre le monde et aussi le changer », selon l’expression de Marx, et selon le qualificatif de « métaphilosophie » de H.Lefebvre.

 

Sachant que toute connaissance de la nature, de la notre comprise, société et corps-soi, et usage « pratique » de la connaissance et des intuitions, de la double anticipation qu’elle induit, et  des seules représentations cérébrales de la réalité qu’elles sont, que peut-on nommer « abstrait » dans le langage ?

 

Tout !

 

Mais quelle est la qualité de cette abstraction ? Pour qu’il y ait perception de la qualité de l’abstraction, il faut :

 *pouvoir l’examiner en la décortiquant, en la disséquant en une multitude d’abstractions correspondant à la multitude de situations d’activité et entre autre de travail marchand qui est la base de la production humaine en système capitaliste « généralisé »,

*c'est-à-dire s’étant emparé de l’activité mondiale :

-y compris dans les « secteurs » non directement capitalistes qui lui sont soumis;

-de l'usage de l'organisation de l'activité dans la révolution scientifique et technique;

-de la "pensée artificielle", informationnalisation généralisée, sa concentration technique et politique qui  illustre la croissance de la puissance dominée par l'échange capitaliste et ses limites.

 

L’autonomie des activités par rapport au système ne peut les en émanciper. La domination est telle, mais il en est toujours ainsi des bases matérielles de la reproduction sociale, avec leurs différences historiques bien sûr, que tout champ en est prisonnier, ce qui ne donne que plus de valeur à la lutte d’émancipation de la mesure de la valeur marchande, de l’usage marchand du temps.

 

Ajoutant que l’usage marchand du temps n’est arrivé à maturité qu’avec la maturité de l’échange de capital, sa domination sur l’échange humain, le plus large qu’il soit, que la domination comme l’autonomie relative de cet échange concerne les « biens matériels », les idées, les sentiments, dans l’unité entre structures sociales et superstructures sociales, et dans l’environnement général qui en est marqué.

 

Dans ces conditions, « le matériel », « l’idéel », « l’abstrait », « le concret », « le subjectif », « l’objectifs », etc. voilà des mots et leurs infinis « agencements » qui demanderaient chacun d’avoir une multitude de nuances, à l’instar du blanc chez les esquimaux….

 

Mais est-ce là la solution, cette multitude de mots-nuances. Mots-nuance sans doute s’il s’agit d’une croissance quantitative de la parole humaine nécessaire. Mais il s’agit aussi alors d’une croissance qualitative de la parole, c'est-à-dire d’une parole qui corresponde à une « révolution » de la conscience, en rapport dialectique, du processus humain et de ses transformations qualitatives générales, dans sa continuité.

 

Les deux croissances vont de pair, même si la croissance qualitative « occupe moins d’espace » (pour employer une métaphore tout à fait précise dans ce cas), c'est-à-dire que ses moyens se concentrent et décuplent leur puissance dans cette « concentration ».

 

Je ne peux, je crois, mieux illustrer cette croissance de l’abstraction liée à celle de la représentation que par cet exemple d’activité : il s’agit de l’exemple de la traduction et de la musique. La musique dans laquelle la traduction atteint son « niveau » le plus élevé, renouvelé à chaque normalisation-dénormalisation qu’est son écriture, son interprétation, comme le mot l’indique si bien, que se soit dans le sens parole-écriture-musique (dans les deux sens et leurs différents rapports), que dans cette extraordinaire abstraction humaine en mouvement qu’est son imagination, sa construction cérébrale dans un échange de sens qui n’a d’autre support que dans l’abstraction la plus « pure », sans « sens rationnel » comme nous dirions à tort...

 

La simplification n’est pas régression de l’abstraction, malgré les efforts de notre période historique pour le faire croire, répondant en cela à la parcellisation-éclatement du savoir « conjointement » à celle de l’activité, parcellisation au service du travail-échange de capital pour sa croissance-profit quantitative sans issue. La simplification implique croissance qualitative, c'est-à-dire transformation au-delà de cette quantité  réelle ET d’apparence, quantité mutilée d’un manque abstraction liée à des besoins humains imaginés mais réels s’ils répondent à la santé du processus, s’ils répondent au besoin de guérison quand la santé est menacée « en bloc » et « en détail », dans chaque personne et son environnement.

 

La simplification c’est cette concentration qui multiplie la puissance. Elle peut tenir au contraire de l’apparence malade, quand l’apparence voile le besoin.

 

Pierre Assante, 9 décembre 2013

 

Voir tous les articles précédents de "2 questions pour procéder"

ici

http://pierreassante.fr/dossier/

VERSION_augmentee_de_2_QUESTIONS_POUR_PROCEDER_A4.pdf

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 17:24

 

 

Abou-Ammar.jpg

 

Il faut qu'un souvenir change le cours du temps

Que le temps change le cours du souvenir

Que le temps oublie le processus

Que le processus se concentre en un point du temps

 

Que ce point du temps soit ce moment de Frantz

Où c'est la vie en un infime moment

Où les douleurs les joies les calmes et les infinis 

sont ce temps unique de la note tenue

 

arafat

Que la note tenue soit un bing bang silencieux

Furtif et présent immensément

 

et ce vide mouvant

 

Il faut qu'un souvenir se rappelle de cette immobilité mouvante

parce que tout est là

dans cette musique infinie et sans longueur

 

MARX PORTRAITFrantz

Tu es nous

Nous après les meurtres  Après les sangs qui ne battent plus

après le cœur qui ne se serre plus

Avec ce cœur en expansion sidérante sidérée d'elle-même

 

Frantz et Karl plus de sauvetage mais votre timbre 

calorant colorant calmant calmé

 

La sureté est là 

SCHUBERTplus besoin de sureté mais du chant

 

 

Pierre Assante, 8 décembre 2013

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 11:05

christine_mendelsohn.jpgChristine Mendelshon. « Dire non à l’austérité et oui à la solidarité entre les peuples »

 

Chargée des questions européennes au PCF, elle reçoit [a reçu NDLR du blog] une dirigeante progressiste grecque Samedi 7 décembre 2013.

Militante marseillaise, Christine Mendelsohn représente le PCF au sein du Parti de la Gauche Européenne (PGE), association de partis communistes, progressistes et rouges-verts du continent. Elle reçoit une dirigeante progressiste grecque ce samedi à 15h à l’occasion de la 6e librairie de Noël organisée par la librairie Diderot et l’association FTP.

La Marseillaises. Vous organisez une rencontre publique avec Natasa Theodorakapoulou. De qui s’agit-il ?

Christine Mendelshon. C’est une responsable de Syriza, une force politique comparable au Front de gauche, également chargée du lien avec les mouvements sociaux au sein du PGE.

La Marseillaises. Quelle est la situation de la Grèce actuellement ?

2013 12 07 008Christine Mendelshon. L’austérité continue ses ravages. On a beaucoup parlé de la fermeture de la télévision publique car elle interpellait les journalistes mais tous les secteurs, particulièrement les services publics, ont subi le même traitement. Les dettes publiques ont en réalité été transférées chez les individus occasionnant des drames humains. Le taux de suicides est très haut et des parents désormais incapables de payer une protection sociale ne font plus vacciner leurs enfants. 30% des enfants des écoles ne sont plus vaccinés et certains sont atteints de maladies qui avaient été éradiquées d’Europe il y a très longtemps.

La Marseillaises. Dans ce contexte, les partis membres du PGE ont choisi un grec pour candidat à la présidence de la commission européenne.

Christine Mendelshon. Nous souhaiterions que les européennes de mai soit uniquement l'occasion d'élire des parlementaires. Mais puisque c'est désormais la règle, nous avons choisi Alexis Tsipras, chef de Syriza comme candidat à la Présidence de la Commission pour dire à la fois non aux politiques d’austérité et oui à la solidarité entre les peuples européens.

2013 12 07 015La Marseillaises. Vous passerez la main au prochain congrès du PGE, quels en sont les enjeux ?

Christine Mendelshon. Je suis pour le roulement des mandats, il faut passer la main à la génération suivante. J’ai appris avec cette responsabilité comment d’autres personnes d’autres pays, avec une autre subjectivité, voient le monde et comment il est possible de bâtir des convergences avec elles. Depuis plusieurs années, le PCF a un rôle tout à fait reconnu dans le PGE. Pierre Laurent est devenu son président et l’ensemble des autres partis membres lui ont demandé de poursuivre ce travail par un nouveau mandat, ce qui sera officialisé à l’issue du congrès du PGE à Madrid les 13, 14 et 15 décembre.

Propos recueillis par La Marseillaise, le 5 décembre 2013

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 07:04

Cet article écrit en juin 2006 a été publié une première fois sur ce blog le 16/01/2011 


 

weil2La jeune fille

et la mort


Simone, mon Amie,

 

 « On libère en soi de l’énergie. Mais sans cesse elle s’attache de nouveau. Comment la libérer toute ? Il faut désirer que cela soit fait en nous. Le désirer vraiment. Simplement le désirer, non pas tenter de l’accomplir. Car toute tentative en ce sens est vaine et se paie cher. » disais-tu. Et tu choisissais finalement d’accomplir. Et tu l’as payé cher.

 

Tu l’as payé cher, malgré cette immense lucidité des aveugles et des enfants qui leur fait juger par le besoin de faire. « Ce qui est réel dans la perception et la distingue du rêve, ce n’est pas les sensations, c’est la nécessité enveloppée des sensations». Vouloir être utile et ne pas vouloir d’horizon. Vouloir être dans le mouvement et l’éternité du moment. Sans moment. Refuser l’engagement taureau aveugle et refuser l’indifférence animal égoïste : « D’autres efforts… sont toujours utiles…sont accompagnés de l’attention continuellement concentrée sur la distance entre ce qu’on est et ce qu’on aime »

 

« L’attention extrême est ce qui constitue dans l’homme la faculté créatrice ». Comme ta petite soeur Camille Claudel, et ta grande sœur Eloïse et toute tes sœurs inconnues à qui l’on a fait croire que ce n’était pas à elles de dire, tu partages avec elle cette attention que le silence offre. Alain oui, mais le silence en plus et la parole issue du silence, à distance de la reconnaissance.

 

« Le christianisme a voulu chercher une harmonie dans l’histoire. C’est le germe de Hegel et de Marx. La notion d’histoire comme continuité dirigée est chrétienne.

Il me semble qu’il y a peu d’idées plus complètement fausses. Chercher l’harmonie dans le devenir, dans ce qui est le contraire de l’éternité. Mauvaise union de contraires ». Même dans ton amour, à ton amour tu refuses l’autorité. Pour lui donner tout sans qu’il ne te prenne rien. Pour t’offrir dans l’acceptation absolue.  Pour que ton don sache ses limites et sache son infini: « Pourquoi la volonté de combattre un préjugé est-elle le signe certain qu’on en est imprégné »

 

« Le poète produit le beau par l’attention fixée sur le réel. ». L’objet tourné cent fois entre tes mains. Tu l’as vu avec tes yeux. Tu l’as vu avec les yeux des autres. C’est parce que tu a voulu voir la multitude des visions que tu as choisi la tienne, allant sans cesse du dehors au dedans de ta vision et du dedans au dehors de ton amour. De ta vision-amour. J’entends en pensant à toi ce quatuor de Frantz. Être capable de vivre avec les barbares, leur culture, sans rejeter la tienne dans ce qu’elle a de non dominant, de ce à laquelle elle a accédé de plus complexe, d’encore plus humain.

 

« Dans le domaine de l’intelligence, la vertu d’humilité n’est pas autre chose que le pouvoir d’attention ». Tu as appelé l’humilité Weil. Sachant que tout est aussi posture et que la posture devient nature et que nature est infiniment attaquée par elle-même. Et qu’il y a tant de mouvement dans l’immobilité : « Le rapport entre le corps et l’outil change dans l’apprentissage. Il faut changer le rapport entre le corps et le monde ».

 

« A travers chaque sensation, sentir l’univers ». C’est ça ton amour. Ta volonté a été de le sentir, qu’il te pénètre totalement, et qu’il te pénètre totalement. Cette fusion impossible c’est ton possible, ton choix. Un avenir dans le présent, TON présent, parce que tu refuses l’avenir en tant que refus vulgaire d’un présent mutilé d’avenir présent. Refuser d’accomplir pour accomplir. Ton cerveau et ton corps, l’un inséparable de l’autre, parce qu’ils ne sont pas l’un sans l’autre, parce qu’ils sont un tout inséparable, parce que les imaginer autrement que ce tout, c’est les imaginer en dehors de leur lente croissance, de leur lent mûrissement, de leur lent processus de transformation permanente en quelque chose d’autre. Comme l’espèce qui est sans cesse autre chose d’autre.

 

Ce que donne ta disparition c’est une présence infinie, une trace qui voudrait grandir et qui peut grandir. Qui est immense et désespérée. Minuscule et envahissante comme l’espoir, le désespoir, l’angoisse, la sérénité. Finalement le souffle, le respirer, l’espace devant soi et l’attention dans l’espace. « On libère en soi de l’énergie. Mais sans cesse elle s’attache de nouveau. Comment la libérer toute ? Il faut désirer que cela soit fait en nous. Le désirer vraiment. Simplement le désirer, non pas tenter de l’accomplir. Car toute tentative en ce sens est vaine et se paie cher. »… dis-tu……

 

Pierre Assante, juin 2006

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 07:16
Cet article est extrait du N° spécial de l'Humanité que vous trouverez en kiosque aujourd'hui Samedi 7 décembre 2013, ou à acheter sur internet à partir de : http://www.humanite.fr/

Publication L'Humanité du 7 décembre 2013

Analyse. Pour éviter la "michaeljacksonisation" de Mandela

Aussitôt décédé, aussitôt ressuscité. Nelson Mandela, l’homme d’Etat, n’est plus depuis jeudi soir. Il est aussitôt réapparu, sur nos écrans télés et dans les tombereaux de communiqués, comme une « icône pop ». Quelle œuvre ! Quel talent ! Et quelle simplicité, en plus ! Toute l’Afrique du Sud ne devait qu’à cet homme, lui seul, quasi-béni des Dieux, en mission sur Terre pour le Bien. 

On caricature un peu, car toutes les interventions ne furent pas de cette acabit mais la tonalité générale relevait presque de la béatification en mondiovision. Ce ne serait finalement pas gênant si le fond du « bruit médiatique » n’était grandement construit sur de dangereuses approximations. Il en va des idées comme des fusées : un défaut de trajectoire d’un millimètre se solde à l’arrivée par un écart abyssal. Voici donc quelques phrases entendues, à contester en toutes occasions. 
« Nelson Mandela, le premier président noir de l’Afrique du Sud ».

Personne ne peut contester que Mandela soit un homme noir. Pourtant, lorsqu’il prête serment le 10 mai 1994, ce n’est pas sa « qualité » première. Il est, ce jour-là, le premier président démocratiquement élu. Les autres présidents étaient blancs mais ce n’était, en définitive, qu’un élément accessoire : le principal problème était qu’ils furent élus par un corps électoral exclusivement blanc dans un pays où les Noirs, Métis et Indiens représentaient 90% de la population. La nature du système prime sur la couleur de la peau de son représentant.
En revanche, on peut parler de Barack Obama comme du premier président noir de l’Histoire des Etats-Unis puisque le système politique repose sur le suffrage universel (même s’il n’a été réellement universel qu’à partir de la loi sur les droits civiques de 1964-65) depuis des décennies, voire des siècles.

« Mandela a été élu suite aux premières élections multiraciales de l’Histoire du pays ».

Si l’on prenait pour argent comptant cette assertion, cela signifierait : soit que des hommes, des légumes et bœufs ont voté le 27 avril 1994, soit, encore plus stupide, que l’on considère que, parmi les Hommes, il y a plusieurs races. Pour nous, l’unicité de la race humaine est un principe inattaquable et incontournable. Ces élections furent démocratiques et, selon l’expression désormais retenue, « non-raciales », dans le sens où elles ne reposaient pas sur le principe erroné d’une appartenance à la catégorie fantasmée des « races ». On vous l’assure, pour l’avoir vu de nos propres yeux : ce jour-là, seuls des citoyens de la race humaine ont voté.

« Nelson Mandela a libéré les Noirs ».

Voici maintenant Mandela en Moïse des temps modernes. La reconnaissance du rôle de « Madiba » dans le statut d’égalité et de liberté devant la loi dont jouissent aujourd’hui tous les habitants du pays ne peut nous exonérer de deux remarques :

Les  Noirs se sont libérés eux-mêmes. Par leur lutte. Par leur résistance. Avec les organisations politiques (ANC, parti communiste) et syndicales (COSATU) dont ils se sont dotés et avec les dirigeants, dont Mandela, que celles-ci ont désigné.

Comme le faisait remarquer Mandela lui-même le soir de l’annonce de la victoire de l’ANC, la fin de l’apartheid et l’avènement d’une démocratie ont libéré « les blancs du poids de leur oppression ». Cette réflexion sur la double libération est essentielle dans la « pensée Mandela » : celui qui oppresse n’est pas libre. Ce qui signifie aussi : si nous oppressons ceux qui nous ont oppressés, nous ne serons pas libres. On ne peut comprendre la stratégie de l’ANC pendant la transition si l’on n’a pas à l’esprit

« Mandela dirigeait l’ANC, le parti des Noirs ».

L’ANC était le parti de la libération… Il était donc le mouvement dans lequel se reconnaissaient, en effet, l’écrasante majorité des Noirs mais également des Indiens et des Métis ainsi que des Blancs. Dès les années 50, responsables politiques, syndicaux ou religeux, Noirs, Indiens, Blancs, Métis élaborent la Charte de la Liberté qui proclame que « l’Afrique du Sud appartient à tous ceux qui y vivent ». Préfiguration d’un pays où la couleur de peau n’est pas un statut juridique.

« Mandela, un adepte de la non-violence »

Drôle d’affirmation concernant celui qui fut en charge de la mise en place de la branche armée de l’ANC, Umkhonto we Sizwe (la lance de la Nation). Mandela n’était pas un adepte en soi de la violence mais il a estimé, avec les autres membres du noyau dirigeant de mouvement anti-apartheid, que l’attitude du régime d’apartheid ne laissait d’autres solutions que le passage à la lutte armée devant prendre pour cible les attributs du pouvoir non des personnes civiles. Au moment de la transition entre la fin juridique de l’apartheid, en 1990, et le début de la démocratie, en 1993, la direction collective du mouvement, Mandela en premier lieu, ont estimé qu’une tactique de violence s’avérerait contre-productive.

 

Christophe Deroubaix

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

      Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 13:00

      2 question    

 

VERSION augmentée de

2 QUESTIONS POUR PROCÉDER

et

 ethique ET

Processus des systèmes de concepts


 

sur ce lien (3,77MO) : 

ici

 

http://pierreassante.fr/dossier/VERSION_augmentee_de_2_QUESTIONS_POUR_PROCEDER_A4.pdf

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:27
Partager cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:26

cn mandelaDès l'annonce de sa disparition, Pierre Laurent a salué, au nom du Parti communiste français, la mémoire de Nelson Mandela.

Le PCF appelle, aujourd'hui, les communistes, à un week-end de recueillement et de mobilisation dans tout le pays, pour lui rendre hommage.

Sous toutes les formes possibles, saluons l'homme de paix et de combat qu'il fut sans relâche, avec à ses côtés dans la lutte contre l'apartheid et la construction d'une nouvelle Afrique du Sud, l'ANC, le Parti communiste sud-africain et la COSATU.

Un immense portrait de Mandela a été déployé dès ce matin sur la façade du siège du PCF.

Un badge d'hommage est édité. Un registre de condoléances est ouvert au siège du Parti communiste français.

Demain samedi, un numéro spécial de l'Humanité paraîtra exceptionnellement, dans les kiosques et les marchands de journaux. Le PCF invite ses militants à diffuser largement ce numéro durant le week-end.

Il appelle tous les militants de la paix, de la liberté et de l'égalité à participer (1)

lundi 9 décembre, à 18 heures 30 au siège du Parti communiste français à une grande soirée d'hommage à Nelson Mandela.

(1) A Marseille : vendredi 6 décembre à 17H30 au Vieux-Port

 Parti communiste français.

Paris le 6 décembre 2013

A retrouver ce samedi,

numéro exceptionnel de l'Humanité.

Le portrait de Mandela et le récit d'une vie pour l'émancipation humaine

Un reportage au bagne de Robben Island

Les portraits de ses compagnons de lutte

Les Une de l'Humanité pour la libération de Nelson Mandela

Le texte de son message aux participants à la Fêtede l'Humanité en 1996

Les entretiens avec Nadine Gordimer, prix Nobel de littérature et avec le philosophe Jacques Derrida...

Dès maintenant retenez  des numéros  chez votre marchand de journaux  pour le diffuser largement autour de vous

 

sur ce lien : http://www.humanite.fr/monde/lhumanite-rend-hommage-mandela-554764


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:25

Article déjà publié sur ce blog le 29/11/2012 


Leila_SHAHID.jpgLeïla SHAHID, "le Courrier de l'Atlas" (citations)

 

Sur ce lien : ici

http://pierreassante.fr/dossier/LEILA_CHAHID.pdf


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Partager cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 18:47

RAUCHEcoPo

Bonjour à tous,

En primeur, vous trouverez en pièce jointe le sommaire détaillé du dernier numéro d’Économie et Politique, dont le dossier central traite des lois de finance et de financement de la sécurité sociale pour 2014 au prisme de la bataille nationale contre le coût du capital et pour le progrès social.

Au cas où vous ne seriez pas encore abonné, le bulletin d'adhésion est intégré dans la pièce jointe, et si vous souhaitez recevoir ce numéro en particulier, faites-le moi savoir par retour de mail en me précisant votre nom et votre adresse courrier.

Fraternellement,

Frédéric Rauch
Rédacteur en chef d'EcoPo

 Lire ici

http://pierreassante.fr/dossier/PRESENTATION_ECOPO_SEPTEMBRE_OCTOBRE%20_2013%20_3_-1.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

 

 


Partager cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 18:46

DURAND DENISDenis Durand

En finir avec le tabou monétaire.

 

Le débat sur l’euro dure depuis 25 ans.

A l’époque, la critique de gauche contre ce traité n’avait pas été particulièrement centrée sur les inconvénients monétaires de cette nouvelle étape de la construction européenne. La critique du projet d’Union économique et monétaire d’un point de vue de classe était restée au second plan.

Vingt-cinq ans après, l’enchaînement des événements depuis l’effondrement du marché des subprimes a non seulement mis en évidence les méfaits de la régulation de l’économie mondiale par les marchés financiers, il a aussi démontré combien cette domination est fragile : les banques centrales, aux États-Unis, en Grande-Bretagne et dans la zone euro, sont devenues le dernier rempart protégeant le système financier occidental d’un effondrement complet.

Nous sommes donc dans une phase où la domination des marchés financiers s’est montrée vulnérable et où la conscience qu’il faudrait mettre fin à cette domination a progressé. La crise a eu ainsi pour effet de favoriser une plus large prise de conscience des enjeux monétaires et financiers dans la bataille pour une alternative radicale au capitalisme......

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

      Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Partager cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 18:19
AJZENBERG3 0001BONJOUR,

Dernier numéro de l’année 2013, presque entièrement consacré aux « Chroniques politiquement incorrectes » tournant autour de « L’abandon à la mort … de 76 000 fous par le régime de Vichy ». Je ne crois pas que le résistant Henri Lefebvre eut désavoué ce combat pour la vérité. L’ami de Lucien Bonnafé était partie prenante de ce combat, alors qu’Henri et Lucien étaient en vie.
 
Cela peut se vérifier à la lecture de la revue « M », en 1987 ou 1988 notamment, quand Lefebvre co-dirigeait cette revue avec Gilbert Wasserman. « Des points où enfoncer le clou à grands coups de marteau et d’autres où passer énergiquement la faucille » avions-nous, avec Lucien Bonnafé et René Lourau, intitulé un article dans le numéro spécial de « M » consacré à la mémoire d’Henri Lefebvre en décembre 1991 après sa disparition. C’est de ça qu’il s’agit toujours et aussi avec les chroniques.
 
Henri Lefebvre n’est pourtant pas absent de celle-ci. Notamment dans celles portant les numéros 14 et 15 où il est question du Mode de Production Étatique......
 Bonne lecture donc.
ARMAND AJZENBERG

Lire  ici

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 08:48
Décor de fêteBonjour à toutes et tous, mes ami-e-s; cette simple Pièce Jointe ( d’origine + inversée)
Décor de fête - Invers pour contribuer à nous-vous mettre dans l’ambiance de fin d’année...
Et aussi –surtout- pour l’amitié...et pour nos efforts afin qu’adviennent des temps meilleurs pour le monde et pour nous...!
Affirmons-le avec persévérance et courage...et aussi avec des fleurs...
Meilleures amitiés!
À bientôt !
Roger Frosini
                                                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici        

Partager cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 07:08

ECOLE-ET-NAT-jpg  

 

Alors que le ministre ouvre des discussions sur le métier d'enseignant et fait de premières propositions de réformes, il est utile de (re)lire le rapport rendu par la sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Morin sur la crise du métier d'enseignant. Il y a là une série de propositions dont le gouvernement pourrait s'inspirer.

 

 

Cliquer sur ce lien :

http://www.senat.fr/rap/r11-601/r11-6011.pdf

 

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 08:14

Article publié une première fois sur ce blog en Septembre 2011.

Courbes remises à jour et % coût capital (Revue ECO&PO) et fiscalité (L'Humanité) ajoutés.

 

CAC 40, sur 10 ans

CAC-40-DEC.-2013-copie-1.jpg

 

Le taux du rapport Production/Spéculation serait-il arrivé à une masse critique pour empêcher tout remède capitaliste de renflouement du taux de profit,  donc d’impossibilité nouvelle générale de l’économie capitaliste de « vivre à crédit », et donc de blocage rapide de la circulation du sang (le capital) du système, et donc de circulation des biens nécessaires à la vie humaine.    

 

Seraient et sont alors urgentes les mesures à court, moyen et long terme de sortie du mode de production actuel, d’entrée dans un système d’échange basé sur les besoins, une sortie de la mesure quantitative de la valeur (d’échange marchand).

 coutcap 0

Je sais qu’il est très aléatoire de tenter des prévisions sur cette chose complexe qu’est la société humaine, ses activités dont les mouvements économiques et encore plus les mouvements de bourses qui ont leur complexe propre.

Aussi    il ne s’agit pas de prévisions ici mais de suivi des évènements en tentant d’y trouver des indices. 

  

Cependant, plus la crise s’accentuera, plus l’évènement l’illustrera. 

A suivre ce soir et les jours, les semaines…. qui viennent.

 

Le croisement théorique   des cycles courts, moyens et long de crise de suraccumulation se trouve aujourd'hui et dans les années qui viennent. Mais il faut compter aussi  dans ce processus constaté sur les effets imprévus à venir des décisions humaines positives et négatives (et sur toutes interactions, causalités, téléologie de l'activité, mouvements aléatoires de toutes sortes) à court, moyen et long terme qui influencent de multiples et diverses façons le processus humain dans son contenu multiple et divers, ses "complexes en complexification" continue, imbrications, autonomies et fusions relatives  et unité sur lesquels l'économie "intervient en dernière instance".

 

HUMA 28 NOV. 2013 FISCALITE

La démocratie de l'homme producteur, du "que et comment produire",  la restitution à la personne humaine de la cohérence générale de son l'activité dans la cohérence de "l'activité générale", la libération des capacités de travail humain de sa stérilisation relative par sa transformation en capital, le "rapprochement" et fusion de l'éthique et de la politique partant de l'ontologie de l'être social,  sont devenus des objectifs éminemment indispensables et urgents.

 

L'ensemble des questions de civilisation en dépend

 

Pierre Assante, 12 septembre 2011

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Partager cet article

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche