Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2021 6 06 /02 /février /2021 20:31
Voir lien sur ce recueil en bas de page

 

Voilà de quoi s'imprégner dans toutes les situations d'analyse et de jugement, au quotidien et dans nos projets individuels-collectifs :

 

Le concret est concret parce qu'il…

 

"…Le concret est concret parce qu'il est la synthèse de multiples déterminations, donc unité de la diversité.

Par exemple, la catégorie économique la plus simple, mettons la valeur d'échange, suppose la population, une population produisant dans des conditions déterminées; elle suppose aussi un certain genre de famille, ou de commune, ou d'État, etc. Elle ne peut jamais exister autrement que sous forme de relation unilatérale et abstraite d'un tout concret, vivant, déjà donné. Comme catégorie, par contre, la valeur d'échange mène une existence antédiluvienne.

Pour la conscience  – et la conscience philosophique est ainsi faite que pour elle la pensée qui conçoit constitue l'homme réel et, par suite, le monde n'apparaît comme réel qu'une fois conçu  –  pour la conscience, donc, le mouvement des catégories apparaît comme l'acte de production réel –  qui reçoit une simple impulsion du dehors et on le regrette  –  dont le résultat est le monde; et ceci (mais c'est encore là une tautologie) est exact dans la mesure où la totalité concrète en tant que totalité pensée, en tant que représentation mentale du concret, est en fait un produit de la pensée, de la conception; il n'est par contre nullement le produit du concept qui s'engendrerait lui-même (1), qui penserait en dehors et au-dessus de la vue immédiate et de la représentation, mais un produit de l'élaboration de concepts à partir de la vue immédiate et de la représentation. Le tout, tel qu'il apparaît dans l'esprit comme une totalité pensée, est un produit du cerveau pensant, qui s'approprie le monde de la seule façon qu'il lui soit possible, d'une façon qui diffère de l'appropriation de ce monde par l'art, la religion, l'esprit pratique. Après comme avant, le sujet réel subsiste dans son indépendance en dehors de l'esprit; et cela aussi longtemps que l'esprit a une activité purement spéculative, purement théorique. Par conséquent, dans l'emploi de la méthode théorique aussi, il faut que le sujet, la société, reste constamment présent à l'esprit comme donnée première (2)…"

« Introduction à la critique de l’économie politique ». Marx. 1857. Extrait.

(1) Note du blogueur : Il n’y a pas là « incompatibilité » mais relation dialectique avec le concept schwartzien de « déadhérence conceptuelle », capacité sociale du cerveau de "fonctionner" un temps "sur lui-même" à partir de son expérience-accumulation-perception de la plus "élémentaire" à la plus "complexe", en unité, et dans la durée de vie. Note à développer ultérieurement. La  déadhérence conceptuelle c’est l’invention humaine dans son processus et les moments de son processus. Voir les articles de ce blog sur la question.

(2) Même remarque, paradoxale seulement en apparence.

P.A. 06/02/2021 22:56:40

VOIR lien sur TEKHNE ET ANANKE :

http://pierreassante.fr/dossier/RECUEIL_N_5-2018%20(1).pdf

 

Voir aussi Recueil "2034" : 

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/09/2034-recueil.html

 

ET TOUS LES ARTICLES PAR SÉRIES : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

Partager cet article

commentaires