Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2020 3 18 /11 /novembre /2020 09:28

 

GESTION :

 

A. L’OCDE vient de faire une étude sur la chute d’attractivité de la fonction publique à des niveaux différents en fonction des métiers, des emplois, des salaires, mais globale indépendamment des variations.

Les pays de capitalisme développé « occidentaux », où la bourgeoisie a installé son pouvoir et construit ses nations depuis 2 siècles, ont connu une gestion continue en progrès technique.

La classe bourgeoise a formé sa jeunesse à la gestion dans tous les domaines d’activité.

La crise du capitalisme, c’est-à-dire la contradiction entre forces productives et mode de production et d’échange, s’est aggravée avec la révolution scientifique et technique, l’explosion des capacités productrices.

1968 (des millions de grévistes dans l’industrie et les services, la révolte étudiante et de la jeunesse) a été un premier « grand affrontement » comme disait Benoit Frachon, qui sans doute ne pouvait saisir, « dans le détail du processus »,  dès lors, la portée de sa propre déclaration. « À l’Est » aussi.

Une certaine continuité permettait à la jeunesse des bourgeoisies nationales d’acquérir une formation en adéquation relative avec le besoin de gestion de la société, adéquation qui a explosé en 1968, dans la transformation des moyens de production, son accélération jusqu’à l’entrée dans le monde numérisé du XXIème siècle, aujourd’hui !

À toutes les périodes de transition entre un mode de production et un autre, la question de la gestion de la société a pris une dimension périlleuse. On ne forme pas en un instant à une nouvelle gestion. De plus la fin d’un mode de production voit une dégradation des capacités de gestion que les transformations, les ruptures entre l’ancien et le nouveau, les normes anciennes et le besoin de nouvelles normes, provoquent.

Le « testament de Lénine » portait sur la question de la gestion de la société nouvelle et du besoin d’apprendre, apprendre, apprendre de la part de la classe ouvrière et de son alliée la paysannerie au pouvoir en 1917-1923. La difficulté a été « résolue » (provisoirement puisqu’on sait ce qu’il en a résulté à la longue), par un centralisme policier. Il faut quand même faire une différence, quels qu’aient été les crimes épouvantables, entre un idéal de développement collectif et international et une « idéal » raciste contre les juifs, le monde du travail et la culture avancée. La France et les communistes de la Libération de 1945 ce n’est pas le Goulag mais la Sécurité Sociale, la Fonction Publiques, l’industrie et l’énergie, avec les Comités d’Entreprise, etc. (le tout  mis à mal dans la période suivante) : la culture d'après-guerre dans toutes ses composantes en développement limité par le système mais en marche vers un autre, en santé.

B. La transition entre société esclavagiste et féodalité a pris des siècles. L’Eglise a fourni une transition dans la conservation de certains pouvoirs de gestion et de formation. Mais et il a fallu des siècles  pour qu’une classe féodale nouvelle se forme à un nouveau mode de production et à sa gestion, dans lequel de nouvelles prémisses, celles de la gestion capitaliste et sa classe se sont à formées, pour naître au pouvoir au XVIIIème siècle en industrialisation avancée.

Les prémisses d’une gestion ouvrière que contenait des partis ouvriers et syndicats dans les mouvements de 1936 ou 1947 en France et dans les pays de politisation ouvrière avancée, a été frappé à la fin du siècle par la nouvelle organisation mondiale du travail, la dispersion des forces du salariat dans cette nouvelle organisation mondiale, financiarisée, numérisée, centralisée par le capital dans ses institutions supranationales où dominent le pouvoir des firmes multinationales.

C. C’est certainement là où la classe ouvrière la plus développée, le salariat le  plus qualifié, que résident les forces sociales capables de mettre en adéquation forces productives et mode de production, ancien mode de développement et nouveau mode de développement ayant les qualités pour répondre à la crise économique, la crise du travail, la crise écologique, la crise de civilisation.

C’est aussi là où la résistance de l’ancien mode de production, son état objectif et subjectif, est la plus forte que le changement est le plus difficile. C’est là où le substrat est le moins pesant et où le superstrat se développe que peut se réaliser la transformation.

Dans le premier cas il y a les USA et l’Europe occidentale, dans le second les « émergeants » et particulièrement la Chine. Le rapprochement mondial des forces organisées du salariat et populaires est un objectif incontournable.

La chine est en opposition concurrentielle avec et dans le capital dominant. Elle a accompli en moins d’un siècle un « rattrapage » par rapport à la domination des nations les plus industriellement développées dont les développements économique, militaire et institutionnel avait permis la colonisation du monde C’est de cette colonisation et son sous-développement induit, dont sort la Chine après avoir été des millénaires précédents une force d’innovation. En 1800, compte tenu de son étendue, de sa démographie, la Chine avait le PIB le plus important dans un PIB mondial encore majoritairement agricole.

D. Il ne suffit pas que les forces productives soient développées industriellement, numériquement au sens  technologique. Les forces productives sont constituées 1) des hommes, 2) leurs techniques et 3) leurs cultures.

L’homme est 1) quotidien, 2) mimétique et 3) poïétique (mentalement créatif de nouveau).

La transformation en santé permettant le développement en santé, c’est-à-dire sa continuation, son évolution en complexification, repose sur le développement de ces trois éléments qui le constituent. La « Formation » au sens strict, individuelle, collective et générationnelle, en grave crise actuelle, met en péril la complémentarité, l’unité de ces trois composantes, et l’on sait que « l’avancée de front » des développements comporte des inégalités « naturelles » de développement, à réduire au fur et à meure de leurs développements dans le développement global.

Des partis de la classe ouvrière, du salariat, composantes avancées des forces productives dans l’avancée des populations, s’ils ne constituent pas une « formation avancée » de la conscience humaine du processus inconscient de la société humaine, ne peuvent qu’handicaper, dans la globalité de la société et  dans la durée, à l’instar de la composition de classe de l’Empire romain, et dans des conditions différentes, les conditions de transformation nécessaires en santé.

Lorsque la classe dominante obsolète réussit à museler les besoins de transformation, la société humaine est en grand danger.

Pierre Assante. 18/11/2020 09:07:27.

P.S. P.S. 10 ans de secrétaire de section PCF, au Comité de ville le temps de sa durée, 30 ans au CA d’un lycée, à peu près 2 ans dans une commission TQM dissoute et au Secrétariat Général au Plan (dissous par Villepin-Chirac en Cd'AS), 10 ans au CDFN de la FSU et au secrétariat de l’UNATOS (dissous après 20 ans d'expériences), n’est-ce pas un peu de gestion ?

Voir aussi Recueil "2034" : 

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/09/2034-recueil.html

ET

TOUS LES ARTICLES PAR SÉRIES : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche