Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 08:35

 

Biographie d’Henri Barbusse. Un écrivain dans la guerre de 14-18.

 

Né le 17 mai 1873 à Asnières, dans une famille protestante, Adrien Gustave Henri Barbusse se tourne rapidement vers la poésie, avec un recueil intitulé Les Pleureuses (1895), mais aussi l’écriture néo-naturaliste, avec le roman L’Enfer (1908). En dépit de ses convictions humanistes, athées, anti-militaristes et résolument pacifistes, il combat au front lors de la Première Guerre Mondiale ; une expérience horrifiante qui lui inspirera son roman réaliste Le Feu (1916), lauréat du Prix Goncourt. Au sortir de la guerre, il prend position pour la révolution bolchevique et adhère au Parti Communiste Français en 1932. Ses œuvres – Clarté (1919), Le Couteau entre les dents (1921), Le Judas de Jésus (1927) – prennent alors une tournure plus politique. Il meurt à Moscou le 30 août 1935.

Henri Barbusse est un journaliste et écrivain français du début du XXème siècle. Profondément humaniste, soutien de l’espéranto et affilié au Parti Communiste, il a mis sa plume au service des peuples. Il fut également un témoin majeur de la Grande Guerre : il raconta son engagement au front dans le roman Le Feu, prix Goncourt 1916.

Henri Barbusse, un écrivain formé à bonne école

Issu d’une famille protestante, Henri Barbusse est né le 17 mai 1873 à Asnières-sur-Seine. Son père, d’une famille originaire d’Alès, était journaliste et critique littéraire au journal Le Siècle. Henri Barbusse reçut une formation exceptionnelle : il compta parmi ses professeurs Stéphane Mallarmé (anglais) et Henri Bergson (philosophie).

Une reconnaissance précoce

Dès l’âge de 19 ans, le jeune Henri Barbusse se fait remarquer : ses œuvres font bonne figure au concours de poésie du journal l’Écho de Paris. Il commence bientôt une carrière littéraire. Son premier recueil de poèmes, Les pleureuses, est publié en 1895.

Henri Barbusse prend notamment part aux rédactions de Fémina et de Je sais tout. En 1908, c’est la consécration : L’Enfer, son premier roman, connaît un succès retentissant. Cette charge naturaliste contre la société et ses obligations lui permet déjà de se faire un nom dans la société littéraire de Paris.

Henri Barbusse : un écrivain dans la guerre de 14-18

Henri Barbusse sera surtout un témoin majeur de la première guerre mondiale. À 41 ans, fervent républicain, l’écrivain part s’abîmer dans le tumulte de la Grande Guerre. Chose rare, il quitte les salons littéraires parisiens pour l’horreur des tranchées, engagé volontaire dès la mobilisation de 1914. Malgré son pacifisme, l’écrivain croit en une guerre juste, une guerre sociale, nécessaire au bien de la République.

Son idéalisme va rapidement vaciller devant la misère des poilus et la violence des combats. Hospitalisé pour dysenterie alors que le conflit s’est enlisé, Henri Barbusse reviendra du front meurtri mais convaincu que la paix est un bien inestimable pour l’humanité.

Le Feu, des tranchées au Prix Goncourt

De son expérience de 11 mois au front, l’écrivain nous livrera un témoignage unique : Le Feu, écrit depuis son lit d’hôpital et couronné du Prix Goncourt en 1916.

Sous-titré « journal d’une escouade », Henri Barbusse y met des mots sur l’horreur des tranchées avec un réalisme minutieux. Au plus près des combats, il y décrit le quotidien des soldats français, entre misère et souffrance. Derrière l’horreur de la condition des poilus, il parvient tout de même à faire affleurer l’espoir, tel une éclaircie au cœur de cet « orage continuel » qu’est la guerre.

Très bien reçu par les poilus et les tenants du « plus jamais ça », Le Feu lui vaudra à la fois une reconnaissance nationale et un surnom, le « Zola des tranchées ».

Engagement dans le communisme et le pacifisme

Après la première guerre mondiale, Henri Barbusse s’affirme comme un chantre du pacifisme et de l’amitié entre les peuples. Il s’engage en faveur de la paix au sein de plusieurs organisations : l’Association Républicaine des Anciens Combattants (Arac), la revue Clarté, et surtout, le mouvement antifasciste Amsterdam-Pleyel. Fondé en 1933 en réaction à la prise de pouvoir d’Adolf Hitler, il y fait la promotion de la paix jusqu’à ses derniers jours, aux côtés de Romain Rolland et d’Albert Camus.

 

Henri Barbusse, le premier des grands intellectuels communistes français

Fervent défenseur du peuple, l’écrivain va tracer le sillon des grands intellectuels affiliés au Parti Communiste, avant Louis Aragon. Dès 1921, il dresse le portrait de la Révolution d’Octobre dans Le couteau entre les dents. Républicain de toujours, athée autoproclamé, Henri Barbusse rejoint le PCF en 1923. Il rédigera à L’Humanité et participera à la réflexion autour d’une littérature prolétarienne.

 

Extrait du site Cimetière du Père Lachaise

 

VOIR AUSSI :

 

 

 Recueil "2034" : 

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/09/2034-recueil.html

 

ET

 

ECRITS Novembre 2019-Août 2020

Cliquer :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/09/ecrits-novembre-2019-aout-2020.html

138 pages. 115 articles. 550.000 caractères

 

 et Tous les articles du blog (3000 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0

commentaires

Besse Daniel 11/11/2020 15:24

POUR INFO sur l'entrée en guerre du PCF(2eme guerre mondiale) Voir dans "Le chiffon rouge de Morlaix" la réponse de Léon Landini a Michel Onfray .

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche