Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2019 4 26 /12 /décembre /2019 08:47

 

NATION, LUTTES SOCIALES ET ÉTAT GLOBAL DES FORCES PRODUCTIVES.

 

Autant le cadre national est incontournable pour développer les luttes sociales, autant, l’État global de l’organisation globale des forces productives exige un Élargissement de la recherche des cohérences entre la personne, l’homme producteur, le vendeur de sa force de travail, et les entités micros et macros de production, économiques, politiques, globalisée.

Il ne s’agit pas de faire du trotskisme, bien qu’il ne s’agisse pas non plus de le noircir, il s’agit d’enregistrer le fait que les droits sociaux conquis dans le cadre des nations et des marchés nationaux qui les ont construites, ne correspondent plus au niveau d’organisation du marché mondial, numérisé, financiarisé, et que le projet économique et politique qui doit s’en suivre pour sortir de la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital et aller vers un système économique et social qui la dépasse, ne peut se cantonner au cadre national.

Les échecs des politiques de développement des pays qui ont tenté des orientations à gauche, malgré des succès limités, montrent que les coopérations n’ont pu atteindre les niveaux nécessaires à ce développement, non seulement du fait des agressions de l’impérialisme contre EUX, mais sur le fond, du fait de leur limitation DE PRINCIPE au cadre des coopérations inter-nations et non d’une recherche théorique et pratique, d’une cohérence, et d’une solidarité internationale globale.

Les pays d’Amérique Latine, dans leur moment de croissance et d’ententes locales, même élargies, avec des Etats progressistes sont un exemple de cette limitation et des conséquences de cette limitation sur la satisfaction des besoins sociaux nationaux et sur les moyens de les satisfaire.

L’exemple de la Grèce pour l’Europe est sous nos yeux. Luttes nationales non relayées au niveau de l’Europe, au niveau des capacités de financement de la BCE et du FMI, sous la dépendance du système financier en cascade, et à aller-retour, mondial, européen, national, local, aux sociétés multinationales et de leur renflouement du taux de profit en crise systémique sans retour possible au passé.

Les luttes française et « l’étape du 5 Décembre » encore en cours, et qui ne s’en arrêtera pas là, le capital entre déjà dans une nouvelle phase de néolibéralisme et de son projet global contre la redistribution des richesses aux besoins sociaux, ce qui au lieu de les développer, les richesses, les limite et les détruit, et, comble de la chose, en prenant argument et appui sur « les pertes causées par les luttes », dans le transport entre autre. Le capital sait depuis longtemps, comme tout système dominant à base d’exploitation de classe, que l’attaque et la contre-attaque sont la meilleure des défenses, surtout quand on est déjà le plus fort.

Le plus fort ? A voir. On peut certes parler de force dominante, en moyen de contrainte, de cantonnement moral des peuples à la domination par l’habitude, mais aussi de fragilité du système. La question n’est pas seulement qu’il menace de s’écrouler rapidement, le système, du moins à l’échelle de l’histoire humaine, mais que les forces sociales qui produisent les richesses, qui procurent la force de travail, y compris dans la production et l’échange numérisés et ses vendeurs de force de travail ultra qualifiée, soient capables de fédérer sur un projet de sortie de crise systémique, une majorité des populations qui en souffrent et-ou qui a conscience d’être emmenée en commun à la catastrophe.

Il n’y a pas de fédération possible de cette majorité sans une organisation pratique ouvrière et populaire de la de cette majorité, et pour les français, au niveau des nations européenne et de l’organisation de L’U.E.

Ce qui veut dire l’organisation des luttes et des projets de satisfaction des motifs des luttes, et la fédération des luttes qui doivent s’organiser au niveau de l’U.E.

Sachant en outre que l’U.E. et donc chacun de ceux qui y vivent, en y passant comme en y demeurant, ont besoin d’une coopération avec les grandes zones de développement mondial. La Chine en particulier devenue une actrice majeure, grâce à ses choix de développement, de la production mondiale, est, malgré ses avancées, victime du contexte global de la crise de suraccumulation dévalorisation du capital, et ses échanges, en particulier avec les pays ayant choisi des orientations progressistes dans les décennies passée,  sont d’ores et déjà impactés. Toute atteinte à un élément du développement impacte le développement global. Et si le mort saisit le vif par la pesanteur du passé sur le développement présent et à venir, c’est par le développement que peut se résoudre cette pesanteur, dans tous les domaines, y compris dans le domaine de la démocratie.

Pierre Assante. 26 décembre 2019.

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche