Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 17:39

aragon les poètesAragon, aujourd'hui - Inauguration - Discours de Pierre Laurent

ici

Cette couverture de livre, c'est celle des "Poètes", que j'ai acheté en 1961, alors que je venais d'être salarié depuis peu.

J'avais 17 ans, coursier d’une entreprise du port, puis ouvrier vers Saint Lazare. Quelle découverte !

Mais aussi quelle difficulté insurmontable pour l'époque, de faire admettre sa "conclusion", "l'épilogue" (1), à mes camarades ouvriers, pourtant merveilleux militants, courageux, dévoués et tout à fait inventifs et créatifs dans leur lutte pour la défense des intérêts des salariés et de la population.

Contradictions !!!

Depuis les choses ont changé : des difficultés supplémentaires, mais aussi de nouvelles espérances basées sur la réalité des nouvelles forces productives, et sur les cultures nouvelles qui leur répondent,  correspondent.

Poésie et réalité des temps !!!

 

Pierre Assante, 25 novembre 2012

 

1 Mis en musique bien des années plus tard par Jean FERRAT

http://13.pcf.fr/31477

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 13:42

 

Retrouvez la Cie Rassegna à Marseille en Octobre :  

Cie Rassegna [en résidence > Buena Sombra] - 01 au 09 OCTOBRE
- MARSEILLE
(13)
Cie Rassegna [Buena Sombra]- 09 OCTOBRE - MARSEILLE (13)
...

La Cie Rassegna peaufine sa création "Buena Sombra" en résidence à la Cité de la Musique de Marseille. Un spectacle à la scénographie renouvellée, rythmée des poèmes de Pierre Assante, à découvrir en concert le Mardi 09 Octobre sur son lieu de résidence !
[Infos & réservations auprès de la Cité de la Musique de Marseille : 04.91.39.28.28].

 
 

 

images-copie-1.jpg

Cie Rassegna : Bruno Allary [guitare, direction artistique] Carine Lotta [chant sicilien] Sylvie Paz [chant hispanique] Carmin Belgodère [cetera, chant corse] Fouad Didi [violon, oud, chant arabo-andalou] Marc Filograsso [chant napolitain et d’Italie du Sud] Julian Babou [percussions] Philippe Guiraud [basse, clavier] Luca Scalambrino [batterie]

La Cie Rassegna réveille les chansons des grandes villes de Méditerranée des années 1950 et 1960 avec ses voix puissantes et à l’ombre bienveillante d’instruments traditionnels colorés de sonorités électriques.

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS


Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 07:26

image4-0001-copie-2.jpg

image4-0002-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 05:53

ACTION POETIQUE 57ACTION POETIQUE 57 P.A.

 

 

 

 

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

Lien :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 05:39

Action Poétique N°23 couv.Ce texte de 2003 ne dit pas assez l'affection, la douleur, la précarité, les doutes, les erreurs, la volonté que je partage avec les humaines, les humains, et en particulier avec mes camarades. Parce qu'il est difficile dans une dissolution de société, qui va au bout de son incohérence et de ses violences, de tenter la cohérence malgré tout. Et l'espoir agissant.

 

retour

 

En 1964, Henri « me » publiait dans Action Poétique 3 petits poèmes.

J’avais passé, pendant un an, toutes les semaines, des soirées avec « les (aquelei)» de l’Action Poétique à barutlar avec ma Marseille et lieux et gens et poètes.

Et le jour de la parution de ce cher N°23 j’étais élu secrétaire de section du PCF et ma poésie devenant cette réponse permanente aux morsures cramoiso-patronales, ma contribution aux solidarités vraies des boites en lutte mais aussi de la religiosité oeillèrante, de la solidarité restreinte et dévoyée.

J’ai réagi contre cela, en 71 je me faisais siffler à la conférence de ville, en 75 mettre sur la touche des responsabilités, en 89 me faire condamner syndicalement.
Et pourtant, se retirer sur la montagne ?, hurler avec les gavés ?. Rester fidèle non aux erreurs mais au non à l’inhumain oui. L’institution du non est moins inhumaine que l’institution de l’institution, celle qui fait, c’est bien, marcher la marchandise comme elle marche, Qui bloque et bloque  et bloque le sentiment humain. Mais il ne s’agit pas du plus et du moins il s’agit de préserver le non qui construit l’humain. Pas le non à la con. La construction.

Comment rester humain sans la prégnance de l’amour comment parler de poésie sans expirer l’amour,

40 ans de « militantisme » m’ont mis la poésie hors jeu ?, oui et non, elle est là dans cet amour militant. Autrement aussi bien sûr.

ça, qui vous prend aux tripes, c’est le contraire du cerveau électronique qu’on veut vous mettre dans la boite crânienne pour acheter et vendre et acheter. Le « On » parle des « choses de la vie », surtout pas de théâtre, surtout pas d’excès surtout pas de sentiment extériorisé. Clean, soft.

Ma poésie est, revient, en force dans mes réflexions politiques, en force dans LES décklarations de société sur internet et l’imprimé, sur l’HUMA,

J’ai relu conjointement ce N° 23 et le dernier 172.

Ce 23, rudimentaire ! mais il fallait bien le faire et c’était pas facile, et Garaudy et Raisons pour Artaud et «  la poésie demeure le meilleur des langages et le langage est le fait social par lequel l’homme s’est crée en le créant, développé en le développant -Deluy », sans tomber et retomber dans la religion de l’isme », chute vertigineuse du même N°.

Ces 3 poèmes, c’était,

 

1 je ne peux chanter

que ce sang

enflant mon corps

 

la plus belle des fleurs

                                                               tomberait

flétrie par les mots

si la morsure de son arôme                              

                                                                              ne lacérait

nos poitrines

nos côtes tendues par l’air brûlant.

 

2 il faut des heures et des heures

tourner

désespérément l’angoisse

                                                                              dans ses mains

pour que naisse peu à peu le sanglot

et le calme

 

 

3 l’ironie sur tes lèvres

est un cristal

trop dur pour mon chant

 

que vienne la peur et l’angoisse

la trahison ou la mort

mais que jamais ne s’efface ton sourire.

 

P.A.1963

 

je garde en mémoire :

 

« La vie est un grand poème, et plus l’expérience humaine s’enrichit, plus le poème est beau.

G.N. 1952 »

 

Pierrot Assante, le 17 juil. 03
 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

Lien :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 05:51

« Ce qui est réel dans la perception et la distingue du rêve, c’est la nécessité enveloppée des sensations….L’attention extrême est ce qui constitue dans l’homme la faculté créatrice »

Simone Weil

 

***   

Pierre Assante

 

DE LA DOUCEUR ET DE LA PRECARITE

  

1

Avec le galet aménagé

l’humain s’est approprié l’objet

 

Ce n’est pas une proie qu’on  dévore

et que l’on abandonne

 

2

Avec le feu

l’humain s’est approprié une énergie

 

3

En s’appropriant son espèce

l’humain s’approprie la pensée

 

Il ne l’a pas faite, il s’en sert

 

Il faut encore du temps pour cela

 

4

On a cru les neurones limités

Puis on a su qu’il s’en formait encore

Puis on a vu les liaisons qui se formaient

Puis on a vu les synapses disparaître

 

On verra que les liens

se transforment

mais qu’ils ne naissent ni ne meurent

sans laisser de trace indestructible

 

5

Quelle trace laissera

la mort glacée de l’humanité

 

6

Je ne dis pas cela pour décourager

Il est beau de savoir pour vivre

 

Borner les frontières du savoir

c’est sombrer dans un sommeil

peuplé de cauchemars

 

7

Notre mythologie à nous

est plus vaste

 

8

à René Char

 

Ce que tu as fait par prétention

t’a fait comprendre la modestie

 

9

La futilité

est plus difficile à saisir

que la profondeur

car elle fuit entre les doigts

 

10

Si tu es avec quelqu’un

qui ne comprend pas ce que tu dis

dis le moins possible

et fais

 

Ainsi vous vous comprendrez mieux

 

11

Ce qui prolonge notre corps

est une illusion de puissance

 

PARTAGER LA PRECARITE

C’EST ALLEGER LA PRECARITE

LE CONTRAIRE

C’EST L’ASSERVIR

 

12

Il n’est de puissance

que dans la conscience

de ce que nous avons accumulé ensemble

 

Faiblesse et précarité

 

13

Il n’y a pas de plus grande sagesse

que la connaissance

de la douceur et de la précarité

 

14

Mère, descend de ton piédestal

 

Impose toi dans la maison

Sur l’horizon

 

15

Oubli, mort de soi et des autres

 

Oubli, bateau sans gouvernail

Sur une mer de fureur

 

 

 

Pierre Assante, octobre 2006

 

Marseille

La Madrague de Mont Redon

 

 20100916 010

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 19:15

ACTION-POETIQUE-210.jpgCe numéro 210 de la revue ACTION POETIQUE, fondée par Gérald NEUVEU,  est le dernier à paraître, après 62 ans d'existence et une "aventure poétique" hors du commun, par sa taille, sa qualité littéraire et historique, le rôle qu'elle a joué.

Le poète HENRI DELUY qui en a assumé la direction pendant l'essentiel du temps de sa parution, à travers les réponses données sur cette fin, nous explique en faits cette imposante histoire.

Ce dernier numéro contient dans un DVD l'ensemble des numéros parus ainsi qu'un index des auteurs publiés.

 

Questions pour Henri Deluy 

Sandra Raguenet : Ceci est donc le dernier numéro d’AP. Y a-t-il une raison

particulière pour cette « fin de partie » ?

 

Henri Deluy, Auteur des éditions P.O.LHenri Deluy : Non, pas de raison particulière,

- ni financière, notre trésorerie est saine, avec un excédent. La revue se porte bien,

les abonnements se maintiennent, y compris ceux, nombreux, que nous avons d’universités

et de bibliothèques à l’étranger, notamment aux USA, les ventes en

librairie, faibles, il est vrai, ont tendance à progresser,

- ni idéologique (pas de conflit sur l’orientation de la revue),

- ni personnelle (pas de conflit dans le Comité de Rédaction).

Tout simplement, il me semble, et justement dans ces conditions, que le temps est

venu d’arrêter, après plus de soixante ans de publications et d’activités. Par ailleurs,

une revue trimestrielle, avec parfois une pagination au-delà des 200 pages, c’est

beaucoup de travail matériel, et qui me revient, dans la mesure où j’en assume une

bonne part (dossiers à préparer, commissions à contacter, rapports avec le

maquettiste, l’imprimerie, le transporteur, réception des exemplaires, préparation

des envois, mises sous enveloppes, expédition, réponses aux poèmes reçus ou aux

questions posées par les lecteurs, courrier général..), et c’est un travail que je fais

depuis soixante ans (je sais, je suis sans aucun doute responsable de ne pas avoir été

capable de partager cette masse de travail !).

Autre chose encore, les conditions de fabrication, de diffusion, de collecte des textes,

ont tendance à se compliquer, et, à vrai dire, je les supporte de moins en moins bien.

- Est-ce une décision prise par le Comité de Rédaction ?......

......Suite sur ce lien :

http://www.pierreassante.fr/dossier/DELUY_Action_Poetique_210.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 06:00

SAM_0222.JPG

STRATES CULTURELLES

 

points à développer

 

1.      structuralisme et/ou prise en compte des structures ?

2.      prises de décisions conscientes et influence de structures biologiques cérébrales humaines sur les formes de la construction.

3.      les formes de constructions

4.      constructions mythiques

5.      construction architecturales. De la forêt à la case, de la grotte au temple

6.      construction du mode de production, techniques, savoirs, organisation sociale

7.      le paysage après le mode de production

8.      la voix comme distance

9.      musique sensuelle de la voix féminine

10.  désir de posséder et désir d’être possédé

11.  unité de l’héritage biologique et de l’héritage culturel

12.  dissymétrie de l’héritage ?GRUNDISSE MARX

13.  antagonisme de l’héritage ?

14.  formation cérébrale et strates culturelles

15.  liaisons entre les strates anciennes et les strates en formation

16.  quelle qualité nouvelle des liaisons entre strates anciennes et nouvelles

17.  quelle qualité nouvelle du désir de possession ?

18.  intériorisation des règles sociales et liberté

19.  liberté et solidarité

20.  la question de l’unité et la question de l’aller-retour. Solution provisoire ou solution permanente vis-à-vis d’un vécu contradictoire ?

21.  hérésie et progrès

22.  peur de l’hérésie et régression

23.  de l’hérésie intellectuelle à l’hérésie expérimentale

24.  de l’hérésie à l’utopie, de l’utopie à la modernité vécue socialement

25.  les garde fous : le respect de la vie

26.  se voir de l’extérieur pour être. La voiX/voiE. S’entendre.

 

Pierrot Août 2003

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 06:00

SAM_0309.JPGAvril 2004 

..........................

Le « cycle en spirale » le plus connu des humains est celui de la naissance à la mort d’un individu. Celui d’une espèce nous demande plus d’effort de conceptualisation, et l’échelle « supérieure » nous semble de l’ordre des « concepts inutiles ».

 

Naissance et mort nous obligent à un conflit interne entre instinct biologique de survie de l’individu et de l’espèce. Mettre en complémentarité les deux est propre aux grands courants de pensée philosophiques et religieux, aux individus qui les ont « incarnés », « représentés », « exprimés » et reconnus  du moins comme tels.

 

..............................

Quelquefois, les instruments psychologiques ont eu des résultats sur le savoir supérieurs à ceux obtenus par la technique. Dans ce cas, la technique était en contradiction antagonique avec la complémentarité individu-espèce. Ce doit être le cas lorsque la technique échappe à l’espèce pour devenir  privilège individuel. Est-ce le cas dès l’origine du travail ? Ou dès l’origine du travail spécialisé ?

 

La vision qui est à notre portée dans un moment historique précis et qui détermine notre rapport à l’univers nous permet ou pas de construire un usage. Cet usage peut être sain ou malsain, c'est-à-dire qu’il peut conserver ou détruire, développer  ou réduire.

 

L’usage est constitué de la multitude et de la diversité des usages. Cette multitude employée constitue l’activité humaine. L’essentiel de l’activité humaine répond à produire ce dont l’espèce, donc l’individu a besoin pour vivre et se développer..............

  

........LA TRACE texte complet SUR CE LIEN :

http://www.pierreassante.fr/dossier/LA%20TRACE%20M.E.P..pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 06:00

SAM_0186.JPGLa chose

Qui échappe à la réification

C’est la chose

 

C’est la chose

Qui échappe à la réification

La chose

  

Qu’as-tu fais du poème que je t’avais donné

Tu as sauté sur un mot

Qui n’a plus été un mot

Mais une chose

Cette chose tu t’en es servi comme d’une pierre

Pour sauter de mot en mot

En en sautant beaucoup

 

D’un bond

Tu as sauté  de la première à la dernière parole

Ainsi tu as refermé le poème devenu

Chose

   SAM 0176

Ce n’est pas de la chute de F. dont je parlais

Il faut un an pour se remettre d’une chute

 

Je suis tombé du dixième étage

À Firenze

Ce poème il avait mûri longuement

Des dizaines d’années pour venir jusqu’à elle

 

Est beau ce que tu possèdes penses –tu

 

Et reconnu par l’argent

 

La confiance  revient et s’en re-va

Il faut un an pour se remettre d’une chute

 

Pierre Assante, août 2004

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 10:43

L_oiseau_e.breton_huma.jpg

ET,   L-Oiseau.jpg 

 

 

 

 

Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 13:06

Le Guépard

Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger

Un jour tu passes la frontière
D'où viens-tu mais où vas-tu donc
Demain qu'importe et qu'importe hier
Le cœur change avec le chardon
Tout est sans rime ni pardon

Passe ton doigt là sur ta tempe
Touche l'enfance de tes yeux
Mieux vaut laisser basses les lampes
La nuit plus longtemps nous va mieux
C'est le grand jour qui se fait vieux

Les arbres sont beaux en automne
Mais l'enfant qu'est-il devenu
Je me regarde et je m'étonne
De ce voyageur inconnu
De son visage et ses pieds nus

Peu a peu tu te fais silence
Copie-de-2011-08-27-001-copie-1.jpgMais pas assez vite pourtant
Pour ne sentir ta dissemblance
Et sur le toi-même d'antan
Tomber la poussière du temps

C'est long vieillir au bout du compte
Le sable en fuit entre nos doigts
C'est comme une eau froide qui monte
C'est comme une honte qui croît
Un cuir à crier qu'on corroie

C'est long d'être un homme une chose
C'est long de renoncer à tout
Et sens-tu les métamorphoses
Qui se font au-dedans de nous
Lentement plier nos genoux

O mer amère ô mer profonde
Quelle est l'heure de tes marées
Combien faut-il d'années-secondes
A l'homme pour l'homme abjurer
Pourquoi pourquoi ces simagrées

Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
Travail....C'est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger

LOUIS ARAGON

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 18:15

Anti-légendes, poèmes, 1969.

Le texte entier : ici  (560KB)

http://www.pierreassante.fr/dossier/anti_legendes_poemes_p.assante_1969.pdf Aime-Assante-1.jpg

 

mes parents-copie-1

 Maman-23-ans.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

Poèmes dédiés à ma mère qui s'en est allée le 2 février 2011

et à mon père qui nous a quittés le 29 janvier 2000.

 

 

Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 05:30

FROSINI2.jpg

 

Roger m'a fait ce plaisir de m'offrir quelques dessins parmi les milliers qu'il a accumulés pendant des années.

Dessins d'imagination, de rêves et de luttes, de fantaisies au jour le jour.

Je n'ai pu convertir que ces deux dessins en PDF.

Peut-être pourrai-je vous en présenter encore deux ou trois de mille couleurs.

15 octobre 2011

 

TUEURS D'UTOPIE

http://www.pierreassante.fr/dossier/FROSINI_2.pdf

une Chose. fleur. animal. objet.

http://www.pierreassante.fr/dossier/FROSINI1.pdf  

 

ET VOILA LA COULEUR ! :

20 octobre 2011

 

Hommage à MIRO

http://www.pierreassante.fr/dossier/HOMMAGE_A_MIRO.pdf

Sous le SOLEIL

http://www.pierreassante.fr/dossier/SOUS_%20LE_SOLEIL.pdf

Trouvailles dans mon GRENIER (1MB)

http://www.pierreassante.fr/dossier/TROUVAILLES%20DANS%20MON%20GRENIER.png

une Chose. Fleur. Animal. objet

http://www.pierreassante.fr/dossier/UNE_CHOSE_._FLEUR_._ANIMAL_._OBJET.pdf 

Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 05:42

Remacle.Le-trace-bleu.jpgLa graine

               n'a jamais

la forme

               de la fleur.

 

André Remacle, "Le tracé Bleu"

 

 

"Morale au Soleil", extrait de

"Le tracé bleu" : iciRemacle-dedic-jpg

 

http://www.pierreassante.fr/dossier/Remacle_Le_trace_bleu_extrait.pdf

 

Tous les articles de ce blog en cliquant   :  ici

Partager cet article
Repost0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 15:17

2011 03 21 003Encore au banc de "la Comtesse" , Campagne Pàstre.

Difficile arrivée. Mal aux genoux, au dos. Suant, soufflant...

 

Lecture de l'Huma et La Marseillaise le matin après le premier tour des cantonales.

 

Malgré les douleurs et les horreurs (Japon, Libye, libéralisme-capitalisme de "gauche", et le comble : le nationalisme haineux FN, etc...), j'exprime mon optimisme dans les temps moyens et longs, contenus dans le présent, dans les capacités des luttes populaires, la claivoyance et l'initiative du monde du travail. "les temps moyens et longs, contenus dans le présent" : cette 2011 03 21 009phrase est-elle sibylline ? Solidarité. Action. Réflexion.

 

Goûter ce qui se peut.

 

Premiers arbres de Judée en fleurs, qui les montrent si bien avant leurs feuilles. Dans le bassin légué par la Comtesse, aménagé en minuscule lac alimenté par le canal, les poissons et tortues d'eau qui grandissent, grandissent...

 

Ce qu'on voit de là-haut, comme la bataille sur la plage vue de la montagne, vision de Lucrèce, mais sans se retirer de la bataille et en s'y mêlant, à la différence de cet auteur. C'est à croire que ce banc est là pour ça....

 

.....Je vais tirer quelques "brochures élémentaires d'économie politique pour débats", il y en a besoin, dans les programmes partagés, dans les élections 2011 03 21 018aussi

 

Bises.

Pierrot, 21 mars 2011BROCHURE ECO ET PO perso

Partager cet article
Repost0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 07:00

  2011 01 02 002

 

      Vòli abalir lo sentir totjorn novèu

  Je veux élever, éduquer, le sentir toujours nouveau

 

Je ne vous parlerai pas de la pénétration

Ni de ces mouvements imperceptibles

Que l’on suspend

Lorsque la tension prend le dessus

Et que l’on reprend

Quand l’on sent que  la jouissance peut s’apaiser

En la portant ainsi à un point plus élevé

 

Je veux vous parler

De ce qui attire moins d’importance

Contenant toutes les évidences

L’arrondi d’une épaule

L’inflexion de la voix ou de regard

Le pli du corps

Le déséquilibre d’un geste et d’une forme

Qui indiquent un retour

Le rapprochement et l’éloignement

De la vision du désir

 

Je ne vous parlerai pas de pénétration

Et ainsi je ne vous parlerai que d’elle

 

Délicate cuisine interpénétrée

Seule à absorber qui l’introduit

A se déguster et boire d’un trait

Vin fin que l’on hume à petite gorgée

Et eau fraîche débordante

A laquelle on s’abreuve à grands traits

 

Je ne vous parlerai pas des longues solitudes

Où ce souvenir

Est encore une joie

 

Je ne vous parlerai de la vieillesse qui arrive

Où ce souvenir ne sera plus ravivé

Mai totjorn meravilhós

 

7 août. 05

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 08:32

armanac 1997

Armanac_de_Mesclum_Ferrat_1997_0001.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Mon pays était beau", 

une chanson de

Jean FERRAT,

traduction parue dans l'

"ARMANAC DE MESCLUM",

ANNADA 1997,

illustration d'Enric DAMOFLI.

 

Mon pays était beau
D'une beauté sauvage
Et l'homme le cheval et le bois et l'outil
Vivaient en harmonie
Jusqu'à ce grand saccage
Personne ne peut plus simplement vivre ici

Il pleut sur ce village
Aux ruelles obscures
Et rien d'autre ne bouge
Le silence s'installe au pied de notre lit
O silence
Tendre et déchirant violon
Gaie fanfare
Recouvre-nous
Du grand manteau de nuit
De tes ailes géantes

Mon pays était beau
D'une beauté sauvage
Et l'homme le cheval et le bois et l'outil
Vivaient en harmonie
Jusqu'à ce grand saccage
Personne ne peut plus simplement vivre ici

Partager cet article
Repost0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 13:04

Albert à Karl, Karl à Albert :

 

---------------------------------

Albert, M.E.Oeuvres Philo.

 

Sisyphe s’épuise.

Il ne part pas du  même point pour rouler sa pierre :

tu sais, mon histoire de spirale et pas de cercle.

Mais il s’épuise quand même. Je vais te dire pourquoi.

 

Karl.

----------------------------------

 

Karl,

 

Très beau ton passage sur le langage.

 

Je croyais que le langage était un messager.

Tu m’as convaincu.

Le langage est avant tout et par essence TRAVAIL.

 

Travail comme activité.

En unité indissoluble de l’activité humaine.

De production de son quotidien comme de son avenir.

 

Langage et travail

Comme espace et temps.

Une seule et même chose.

Espace-temps.

Activité-langageCamus 1

 

Albert.

-------------------------------------

 

Albert,

 

Ton principe d’espoir,

C’est ce qui m’a échappé.

 

Il fallait que j’aie

Et beaucoup de lucidité

Et beaucoup d’ambition

 

Qui m’aurait poussé, sinon ?

 

Cette unité de temps

Que j’avais en moi

La misère me l’a volée.

 

Tu me l’as rendue

 

Karl.

------------------------------------

 

Karl,

 

Mon principe d’espoir

 

C’est le tien

 

Albert.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 04:15

Anti-légendes, poèmes, 1969.

Le texte entier : ici  (560KB)

http://www.pierreassante.fr/dossier/anti_legendes_poemes_p.assante_1969.pdf

 

mes parents-copie-1

 Maman-23-ans.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aime-Assante-1.jpg

 

 

Poèmes dédiés à ma mère qui s'en est allée le 2 février 2011

et à mon père qui nous a quittés le 29 janvier 2000.

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 19:58

Hugo.Orientales.jpgPréface de « feuilles d’automne », Victor Hugo :

une vie qui reconnaît son évolution et continue par la suite de la reconnaître dans la poursuite de son oeuvre. (lien sur le texte d'Hugo en bas de page)

  

Une vie humaine est une part de la nature qui contribue avec son espèce au processus de la conscience de la nature sur elle-même. Considérer autrement la personne humaine est un aveuglement sur soi-même qui généralisé conduit à un aveuglement de l’espèce et de son devenir possible. Les conséquences d'un tel aveuglement sur la brève vie d’une personne (mais trace indélibile) en sont immenses et négatives (dès ici et maintenant) pour sa santé « matérielle et morale » qui est une, la santé de tous et de la nature qui environne l’humain elle-même.

 

Les classes dirigeantes actuelles sont aux antipodes de cette conception.

 

Une conception philosophique est totalement liée à une conception sociale. C’est dans cette globalité de la pensée d’une classe que réside une idéologie. Seule une libération des antagonismes de classe par l'extinction des classes sociales plus ou moins rapide, et donc celle des dominations de classe et les modes de production et d’échange qui les induisent peuvent conduire de l’idéologie à la conscience humaniste collective.

 

Pierre Assante, 17 janvier 2011

 

Pour lire la préface de Victor HUGO,

 

cliquer :  ici

 

http://www.pierreassante.fr/dossier/Feuilles_d_automne_preface.pdf

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 19:44

Roqueta.Poemas-de-prosa-jpg

 

Es envirotat de milenaris

E estrenhe lei milenaris

Mai luench que l’orizont

Tau era Max Roqueta. Cresi. 

 

 Pèiron, 8 de Genoier 2011

  

 

Il est environné de millénaires

Et cerne les millénaires

Au-delà de leur horizon

Tel était Max Rouquette, je crois. 

 

 

Pierrot, 8 janvier 2011

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 08:08

trobairitz Ac.Poet.Bien que les ancêtres soient toujours nombreux, la Princesse de Clèves, descend évidemment beaucoup des Troubadours.

Et bien d’autres œuvres encore.

Alors à quoi bon lire et aimer les TROBADORS et les TROBAIRITZ ? Trobadors J.Roubaud

 

N’ont-ils pas fait perdre la guerre à Pierre d’Aragon et à Raymond de Toulouse et aux bourgeois artisans de Marseille un moment victorieux qui comme leurs descendants Sans Culotte de 1793 ont remonté le Rhône, et à cette troubadorscivilisation, ce peuple d’agriculteurs, d’artisans, de commerçants et de seigneurs qui avaient deux siècles d’avance sur la renaissance ?

 

Voilà l’effet de la culture !....

 

Pour gagner la guerre nous sommes donc aujourd’hui sur la bonne voie.....

Fini la Princesse de Clèves, fini les trobadors !

Après la guerre nous verrons….ou nous ne verrons plus rien ! 

 

Ainsi finit tout aveuglement.

 

Jaufre Rudel : ici

 

http://www.pierreassante.fr/dossier/Trobadors_Roubaud.pdf

Extraits de "Les Troubadours", Jacques Roubaud, Seghers.

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 20:56

nelli.jpgtrobadors, pétrarque, matriarcat

 

dans le rapport à la femme, les trobadors ont exprimé bien plus que ce qui s’entend.

les conditions dans laquelle les trobadors ont créé sont sans doute une des situations les plus exceptionnelles que l’humanité ait connu dans son histoire.

l’équilibre des pouvoirs dû à leur multiplicité, à l’éloignement des centres de répression et de normalisation, l’héritage tel qu’il s’est développé et est reçu au moment et au lieu des trobadors, son autonomie relative mais bien plus grande qu’ailleurs, sont sans doute la raison de cette exceptionnalité

pétrarque, lui-même, aussi loin qu’il ait mûri la forme et l’expression de l’amour est beaucoup plus marqué par une re-normalisation ; ce qui rend sa pensée si créative c’est qu’il crée lui même sa propre normalisation à laquelle  tant de créateurs vont se conformer par la suite, perdant certainement une partie de l’expression au profit d’un raffinement-complexification de cette normalisation : on ajoute de la décoration, puis on en retranche, on élague pour plus d’harmonie, on fait du rococo et on le fignole

 

le rapport trobadoresque à la femme, complexe et fort varié, n’est pas normalisé malgré une apparente uniformité, inclut à la fois le rapport à la mère et un  rapport messianique dépassé qui n’a pas peur des contradictions de la réalité

 

dans notre norme, le sentiment de fusion maternelle perdu est recherché dans l’exposé au père et le compte-rendu au modèle paternel. ce que l’on a appris et conquis dans la séparation, on l’échange dans la poursuite du  rapport « paternel », dans le rapport social. c’est très clair dans la culture provençale récente ou dans la kabile vue par Bourdieu et dans tant d’autres, même dans celle de nos cadres de direction modernes malgré les apparences. contradictoirement,  la mère est en partie exclue de cet échange du fait du patriarcat.

 

cette mutilation maternelle devient une mutilation féminine et cette mutilation féminine devient une mutilation sociale.

le rapport trobadoresque à la femme, s’il n’échappe pas à cette mutilation, la conteste fortement jusqu’à en effacer l’essentiel : ce que nous ressentons dans une séparation associale, une séparation qui se prétend sans retour parce qu’elle place l’individu dans une situation de conflit symboliquement « à sens unique ». La douleur du trobador est bien réelle mais elle ne clôt ni l’attente ni la communion

 

pour pétrarque et les trobadors, le bonheur c’est

 

transformer l’absence en présence

la douleur en richesse humaine

pour rendre fécond le moment où l’on  croise

cet autre croisement des choses qui fait

le simple évènement

 

trobairitz-Ac.Poet-jpgla mort de la mère que pétrarque jeune exprime à la façon d’un veuf, sa fusion de l’érotisme et du « divin » de son age adulte, ont bien un fort appel au résidu matriarcal

ce n’est pas seulement être femme qui rend mère

ce n’est pas seulement être mère qui rend mère

il y a aussi des conditions sociales nécessaires

 

toutes proportions gardées et comparaison relativisée, le rapport de pétrarque à la « langue et expression vulgaire » pourrait devenir celui de Pagnol à son père qui fait d’une moquerie gentille du vulgaire à la fois une critique méprisante et un portrait intéressant et prenant. mais ce qui est fondamentalement opposé à cela chez pétrarque c’est que sa jouïssance n’est attaquée que par une dichotomie qu’il maîtrise : il aime cette culture vulgaire qui est une avec son amour féminin et son mépris n’en est pas un ; c’est une façade par rapport à l’ordre établi qui le nourrit et qu’il domine par sa capacité de séparation ; un exemple de dichotomie à effet inverse instructif vis-à-vis des dogmatismes

 

la recherche du profit privé généralisée, c'est-à-dire l’éloignement maximun de la fusion humaine

s’oppose à la fonction maternelle dans la société

elle crée les conditions de l’oubli de la fusion maternelle

et des sentiments humains qui en sont issus

 

et bien sûr s’oppose aussi à la séparation nécessaire à la création

à la poïésis sur laquelle repose l’activité humaine

 

le refoulement de la fonction maternelle est la cause essentielle

de la barbarie au sens négatif

 

les trobadors dé-normalisent, mais dans leur re-normalisation, s’appuyant sur les résidus et une renaissance du matriarcat, n’atteignent pas le stade institutionnel. qui peut donner un exemple équivalent ? il y en a certainement peu

 

pierrot assante jeudi 5 août 2004

 

les trobadors c’est une pré-renaissance, le mariage chevaleresque féminin et masculin avec la montée de la liberté bourgeoise dans un mode de production en pré-transformation et dans des conditions précoces, marginales, furtives, dans un substrat exceptionnellement riche . Quel mariage, quelle progéniture et quelle descendance ! Bèutat e Paratge.

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 08:17

Action Poétique N°23 couv.Qu’aimes-tu le plus ?

 

La production et la conscience.

 

Pourquoi ?

 

Parce qu’elles vont ensemble,  permettent de construire un sentiment de beauté dans nos rapports.

 

Qu’aimes-tu le moins ?

 

La production et la conscience. Quand elles s’éloignent l’une de l’autre, elle me procurent un sentiment de terreur.

 

Par exemple dans le cas de la douleur consciente, dans le cas de l’impossibilité d’avoir une activité et en en ayant la conscience.

 

Pour moi-même comme pour l'humanité.

 

Evidemment, il y ce que j'aime le plus :  construire un sentiment de beauté dans nos rapports.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche