Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 02:56

GELU.jpgHonte, rage ou dégoût...

 

            La semaine dernière, ici même, dans mon billet, je m’inquiétais de ne pas avoir entendu le nouveau Président de la République  tenir l'une de ses promesses de campagne, la mort de milliers d’algériens qui manifestaient à Paris le 17 octobre 1961. J'ai eu tort et m'excuse : aprés l'envoi de mon papier au journal, un communiqué de l'Elysée indiquait : "Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ont été tués lors d'une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes." Dont acte. Mais, autant vous l'avouer, ce texte m'a déçue. La tournure passive de la première phrase permet d’évacuer le sujet de l'action, c'est à dire, n'en déplaise à M. Jacob, la police de la république, le préfet de police et le gouvernement de l’époque. La périphrase pour le droit à l’indépendance passe sous silence le couvre feu discriminatoire et raciste imposé aux seuls Français musulmans d’Algérie, raison véritable de la manifestation pacifique à laquelle participaient femmes et enfants . On ne saurait se contenter d'un simple hommage à la mémoire des victimes : il faut favoriser les travaux d'historiens pour faire tomber le voile qui a tenté de masquer ce mensonge d'état pendant plus de cinquante ans. Pas question de créer une vérité officielle, mais donner à chacun la possibilité de comprendre ce qui s'est réellement passé et d'en tirer les forces nécessaires pour éviter que la bête immonde ne resurgisse. Alerta! Mefi !

         Oserais-je écrire que les protestations de ceux qui s'opposent à cette reconnaissance me semblent obéir à des motivations électoralistes aussi indécentes que les lois d'amnistie de juillet 68 ou de réhabilitation d'octobre 82 ?  A Nice, nous avions déjà le monument à Degueldre, symbole de l’Algérie Française, le motodidacte vient de nous imposer «le monument qui fait de Nice la capitale de l’Algérie Française» (Nice matin du 1er juillet 2012). J'ai mal à ma petite patrie, et je ne parlerai pas des déclarations tonitruantes sur les prières de rue, les mosquées qui seront interdites, les colloques ou les spectacles qui ne sont pas souhaitables, ni du pain au chocolat, «droit inaliénable de tous les enfants de France». Heureusement que les identitaires niçois inventeurs de la soupe au porc, qui ont occupé la mosquée de Poitiers n'ont pas rappelé que lors de la bataille de Lépante, le Comté de Nice  était allié aux Rois Catholiques contre les Français alliés aux mécréants Turcs. Pris dans la surenchère, Bac moins cinq aurait demandé l'interdiction du croissant sur tout le territoire. Ieu, nissarda, bessai ! Rebela ? Segur!  Identitaria, jamai...

         Cette façon de draguer un électorat d’extrême droite en cautionnant des valeurs qui n'ont rien à voir avec la république mi fa raca. Et en la matière, faut reconnaître que certains commencent à avoir de l’expérience : voyez ces gens qui se proposent de transférer les restes du tortionnaire Bigeard aux Invalides puis à Fréjus. Comme l’écrivent les signataires de la pétition contre tout hommage à ce Général : « Bigeard a été un acteur de premier plan des guerres coloniales, un « baroudeur » sans principes, utilisant des méthodes souvent ignobles. En Indochine et en Algérie, il a laissé aux peuples, aux patriotes qu’il a combattus, aux prisonniers qu’il a « interrogés », de douloureux souvenirs. Aujourd’hui encore [...] le nom de Bigeard sonne comme synonyme des pratiques les plus détestables de l’armée française. ». Ma France, ce n'est pas celle-là, c'est celle des gueux, des sans-culottes de 93, des communards, des mutins de la mer noire, des résistants.... Zo, bolegam! Viva lo cambiament vertadier !

 

L'ILLUSTRATION : Victor GELU, un copain, je crois, de Marie DALENGA. Oeuvres complètes publiées par Laffitte Reprints

 

 ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

29 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 06:11

 

TRANSFORMATION SOCIALE "EN SANTÉ". PROBLÈMES "D'ORGANISATION". ECONOMIE ET PHILO. UNITÉ DES CHAMPS D'ACTION ENTRE EUX EN FONCTION DE L'ÉCONOMIE "EN DERNIÈRE INSTANCE", SANS "ÉCONOMICISME" PAR PIERRE ASSANTE

Transformation sociale  

Cliquer sur ce lien:  http://congres.pcf.fr/30152

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

29 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 08:43

JAURESUne forte envie de bousculer, sur ce lien :

http://pierreassante.fr/dossier/CONGRES_PCF_fevrier2012.pdf

      ****


COMMUNISTES, lien d'échanges et de communication sur ce lien :

http://www.pcf.fr/18265

      ****

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

29 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 06:00
L’art et le capital, l'éditorial de Claude Cabanes

17 Octobre 2012

 

«Qui a porté sa propre peau au marché ne peut s’attendre qu’à une chose: être tanné!»

L’impôt sur la fortune appliqué aux œuvres affecterait le mouvement lui-même de l’art.

Pendant que le capital marque des points.

 

WALTER JENJAMINC’est un tableau du peintre américain Edward Hopper: la scène représente un groupe de cinq personnages, installés sur des fauteuils de bois, muets, en pleine lumière, face au ciel au-dessus d’un désert, qui attendent… Nous attendons tous… Cette toile présentée au Grand Palais à Paris m’a bouleversé, mais je sais qu’il n’y aura jamais d’Hopper sur les murs de ma maison. Alors, on pourrait considérer que le débat autour des œuvres d’art et l’ISF (l’impôt sur la fortune) ne me concerne pas, ne nous concerne pas… On se tromperait lourdement. Parce qu’il vit sur le champ de bataille féroce dont le budget de la nation en préparation est l’enjeu…

On pourrait spontanément penser que l’inclusion des œuvres d’art dans le calcul de l’impôt sur la fortune est affaire de justice. En effet. Mais en s’efforçant de voir plus loin que le bout de son nez, on constate aussitôt que ce dispositif pourrait avoir des effets désastreux sur le mouvement de l’art lui-même et son marché dans notre pays. Depuis les premiers temps, les communistes français ont bataillé ferme pour l’alliance des forces du travail et des forces de la création. C’est au cœur de notre histoire: les artistes, les écrivains, les cinéastes, les musiciens et tant d’autres n’ont, presque jamais, figuré dans notre imaginaire, dans le camp des «ennemis de classe», comme on disait, et comme on dit… Le gouvernement a donc jugé, avec pertinence, contre certains de ses amis, que l’ISF ignorerait les œuvres d’art, comme c’est le cas depuis 1981. Par contre il serait bienvenu de distinguer les collectionneurs et les galeristes des spéculateurs, qui enferment dans la nuit des coffres-forts le travail de grands artistes, comme on stocke des lingots. Un dispositif particulier pourrait être rapidement élaboré…

Une bataille féroce autour du nouveau budget; cela s’appelle la lutte des classes. Elle fait rage chaque jour. Et on a le sentiment que l’équipe au pouvoir agite d’autant plus le chiffon rouge des «riches» qu’elle cède en douce le terrain devant le capital. Car il s’agit bien de cela: qui va payer? Le capital ou le peuple? On est par exemple extrêmement étonné d’apprendre que l’imposition des 75% au-delà de 1million d’euros de revenus ne va concerner que 1500 personnes… Les hyperfortunés ne seraient donc qu’une poignée? Allons donc! C’est que les plus malins – avec leurs armées d’experts – ont déjà pris leurs précautions: ils vont se payer en dividendes, qui échappent à ce système fiscal, dont la substance s’évapore au fil des semaines.

La générale en chef de l’offensive, madame Laurence Parisot, et ses bataillons du Medef, ne dort plus dans son lit: elle est sur le front jour et nuit. Hier attaque frontale, pour définir le fameux «choc de compétitivité» qu’elle appelle de ses vœux: il s’agit de libérer des dizaines de milliards des colonnes comptables des entreprises vers les budgets de la population française en général, et des salariés en particulier. On ne saurait être plus clair. Monsieur Ayrault, avec sa «trajectoire de compétitivité» (en somme la même chose, mais étalée dans le temps…), peut aller se rhabiller… Comme écrivait Karl Marx: «Qui a porté sa propre peau au marché ne peut s’attendre qu’à une chose: être tanné!»

 

Par Claude Cabanes, "L'HUMANITE", le 17 Octobre 2012


 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

29 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 06:27

RENÉ MERLE - VISIONS DE L'IDIOME NATAL. ENQUÊTE DE 1807 - I

 

Merle RenéRené MERLE publie sur son blog une série d’articles reprenant le texte de cet ouvrage.

En voici le premier, à suivre dans les articles suivants déjà publiés.

 

René Merle, Visions de « l’idiome natal » à travers l’enquête impériale sur les patois (1807-1812) (langue d’Oc, catalan, francoprovençal). France, Suisse, Italie .

Canet, Trabucaire, 2010. 223 p. , 15 €


PRÉSENTATION DE L'ENQUÊTE DITE DE 1807

Chronologie

À l’automne 1807, le Bureau de la Statistique du Ministère de l’Intérieur  sollicite tous les préfets pour une enquête sur les patois, dans la foulée d’une première enquête officielle sur les limites de la langue française (1806).

L’érudit Champollion-Figeac, chargé de l’enquête pour le département de l’Isère, présente bien la demande :

« J'avais réuni quelques matériaux sur cet objet [les patois de l’Isère] , lorsque son Ex. le Ministre de l'Intérieur, par sa lettre du 13 novembre 1807, demanda à M. le Préfet du département de l'Isère des renseignemens sur les patois usités dans cette partie de l'Empire, et des échantillons en vers ou en prose où ces patois fussent employés. Son Ex. demandait en même temps une traduction littérale en langage populaire de la parabole de l'Enfant Prodigue, ce morceau de la Bible, qui ne contient que des idées familières, étant très propre à servir d'exemple. Le Ministre ajoutait que s'il existait dans le département de l'Isère des diversités de dialectes assez notables pour devenir sensibles dans la traduction de cette parabole, il désirait qu'on les lui fît connaître, et qu'on indiquât approximativement les limites du territoire où chacun de ces dialectes serait en usage ».

Ainsi, en ce temps de pacification religieuse, la traduction de la rassurante parabole allait dérouler une fabuleuse fresque des idiomes pratiqués dans l’Empire hypertrophié.

En septembre 1812, sans que l’enquête soit achevée, le Ministre Montalivet met fin brutalement aux activités du Bureau de la Statistique, dont les résultats sont fortement controversées. Dorénavant, l’Empire qui s’enfonce dans les déboires militaires aura d’autres soucis que l’inventaire de la diversité linguistique, inventaire dorénavant pris en compte par les seuls érudits, en particulier par l’Académie Celtique, laquelle, étroitement mêlée à l’enquête, n’avait pas été étrangère au choix de la traduction de la parabole.

À la disparition du Bureau de la Statistique, la correspondance linguistique du Ministre a été dispersée. En demeure un impressionnant dossier, éclaté entre la Bibliothèque Nationale, les Archives Nationales, la Bibliothèque Municipale de Rouen, et des archives départementales. Dossier incomplet cependant : les réponses de quelques départements sont absentes (envoi non effectué, ou envoi perdu). Certains départements ne sont représentés que par une partie de leurs arrondissements.....

 

TABLE DES MATIERES

I - Présentation de l’enquête dite de 1807

[René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - I]

II - Qui sont les enquêteurs ?

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - II ]

III - La demande ministérielle

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - III ]

IV - Florilège de l’éclatement ?

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - IV ]

V - Nommer l’idiome - Le grand Sud-Est

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - V -1 ]

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - V -2 ]

VI - Nommer l’idiome - Ouest et Nord

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - VI - 1 ]

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - VI - 2 ]

VII - Jugements sur les origines de l’idiome

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - VII ]

VIII - Langue d’Oc et langue « romance » ?

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - VIII ]

IX - Rapports de l’idiome avec les langues autres que le français

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - IX ]

X - Noter la traduction de la parabole

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - X ]

XI - Textes dans l’idiome accompagnant la traduction

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - XI ]

XII - Jugements sur l’idiome - Francisation et « pureté »

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - XII ]

XIII - Valorisation de l’idiome

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - XIII ]

XIV - Retombées immédiates de l’enquête

René Merle - Visions de l'idiome natal. Enquête de 1807 - XIV ]

 

http://rene.merle.charles.antonin.over-blog.com/article-rene-merle---visions-de-l-idiome-natal-enquete-de-1807---table-des-matieres-111086384.html

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

29 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 05:53

barsotti-capitani.jpgVous avez déjà lu sur
ce blog l'annonce de la parution de ce beau roman. En vo
ici la critique littéraire par Joseta DÀVID, sur MESCLUM-LA MARSEILLAISE.

 


BARSOTTI LO CAPITANI DE LA REPUBLICA 0001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 06:08

Article publié sur ce blog une première fois le 6 septembre 2012

 

Buena Sombra


    CITÉ DE LA MUSIQUE

  Mardi 9 octobre 2012, 20h30

RASSEGNA

L'AUDITORIUM 

DISTRIBUTION

images-copie-1.jpg

Cie Rassegna : Bruno Allary [guitare, direction artistique] Carine Lotta [chant sicilien] Sylvie Paz [chant hispanique] Carmin Belgodère [cetera, chant corse] Fouad Didi [violon, oud, chant arabo-andalou] Marc Filograsso [chant napolitain et d’Italie du Sud] Julian Babou [percussions] Philippe Guiraud [basse, clavier] Luca Scalambrino [batterie]

La Cie Rassegna réveille les chansons des grandes villes de Méditerranée des années 1950 et 1960 avec ses voix puissantes et à l’ombre bienveillante d’instruments traditionnels colorés de sonorités électriques.

http://www.ensemble-multitudes.com/

Tarifs : 16€ – 12€

Réservation : 04 91 39 28 28

Organisation : MCE Productions en collaboration avec la Cité de la Musique de Marseille. 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 06:31

 

escalier contesse 2juin10 002Les islamistes cherchent à étendre leur emprise sur le pays mais rencontrent des résistances. Après avoir conquis des libertés nouvelles, journalistes et artistes refusent de se laisser museler. Les féministes ne lâchent rien.

l'édito de Jean-Paul Piérot, 12 septembre 2012

Le plus beau des printemps peut parfois déboucher sur un été pourri, mais d’autres printemps viendront, annonciateurs, peut-être, de jours meilleurs. En Tunisie même et ailleurs, parmi les amis des démocrates tunisiens, il serait faux de juger injustifié le climat d’inquiétude qui entoure ce pays depuis que le parti Ennahdha, islamiste prétendument «modéré», est arrivé au pouvoir à l’issue des élections de l’automne 2011. Des attaques ciblant une chaîne de télévision qui avait programmé Persepolis, de Marjane Satrapi, aux opérations violemment antiféministes perpétrées par l’obscurantisme salafiste, jusqu’aux thèses imbéciles soutenant que la femme serait «complémentaire» à l’homme et non point son égale, le jasmin de la révolution de janvier2011, qui mit fin à la dictature du clan Ben Ali, semble tristement fané. Et pourtant le soulèvement populaire parti de Sidi Bouzid après le suicide d’un jeune chômeur, en décembre 2010, avait été accueilli avec un enthousiasme débordant les frontières tunisiennes par toute la jeunesse de la rive méridionale de la Méditerranée jusqu’au golfe Arabo-Persique.

Sans doute le président Moncef Marzouki, qui fut un opposant résolu à la dictature déchue et un combattant des droits de l’homme quand la Tunisie n’était qu’un immense commissariat de police, a-t-il quelques raisons de relativiser dans une interview au Figaro la situation qui prévaut aujourd’hui, toute dangereuse qu’elle soit, en comparaison avec le passé benaliste. Pour autant, les informations qui parviennent à intervalles réguliers de Tunisie sont loin de relever d’un «fantasme français»; celles-ci tourmentent avant tout les démocrates, les syndicalistes, les femmes, la gauche, bref tous ceux et toutes celles qui, à l’instar de l’avocate Radhia Nashraoui, partagèrent le combat et les espoirs de Marzouki pendant un quart de siècle de tyrannie.

Ce qui est vrai, c’est que le Figaro, et il ne fut pas le seul dans le monde médiatico-politique 
de l’Hexagone, a longtemps fermé les yeux sur les crimes d’un régime liberticide qui faisait l’objet des compliments les plus élogieux et les plus convergents de l’ancien président Nicolas Sarkozy et de l’ex-directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn. Un régime honni auquel la ministre des Affaires étrangères de l’époque, Michèle Alliot-Marie, voulait livrer des moyens de répression alors que les Tunisiens envahissaient l’avenue Bourghiba à Tunis, opposant la force du nombre à la violence de la dictature.

Pour sa part, l’Humanité, qui fut souvent bien seule à dénoncer la dictature benaliste, à relayer les informations transmises clandestinement par les démocrates tunisiens, dont Moncef Marzouki lui-même, poursuit le même combat pour la liberté, en solidarité avec les défenseurs d’une presse indépendante des pouvoirs politiques et religieux. Faudrait-il désespérer de la capacité des démocrates à extirper leur pays de la fausse alternative: la dictature des flics ou celle des «barbus»? En écrasant l’opposition démocratique, en muselant le mouvement syndical, les despotes en Tunisie comme dans les autres pays de la région, en Égypte et en Syrie notamment, ont créé les conditions d’un duel qu’ils espéraient facilement remporter, avec les islamistes, fortement épaulés par les monarchies du Golfe. Cette configuration retarde le processus démocratique enclenché par le printemps des peuples qu’a annoncé la révolution de jasmin. Retardé mais non anéanti.

Jean-Paul Piérot, L'humanité, 12 septembre 2012

 ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 07:00

MARXCher Pierrot,


J’ai eu connaissance de ta correspondance avec Augustin.

Ce n’est pas l’effet d’une indiscrétion mais de l’amitié que nous te portons.

 

Apprendre, comprendre, c’est « se dire que…». Ce que tu te dis par rapports à mesécrits montre que tu commences à comprendre ce que je voulais dire.

Mais méfie-toi ; temps de travail moyen socialement nécessaire, baisse tendancielle du taux de profit, c’est une étude de ma part du capitalisme anglais du XIX°. Ensuite, l’organisation de ton cerveau, ses processus et ceux qui étaient les miens, est différente et donc tes capacités aussi. Ce n’est pas offensant que de dire cela. Cela est vrai pour toi en tant qu’individu mais aussi c’est vrai pour la capacité de perception du moment, de votre moment historique, ce qui ajoute à ta propre difficulté : l’apparence des choses voile encore plus la réalité, à la mesure de la puissance des moyens techniques employés. La réalité elle-même est plus touffue, plus complexe, son unité moins évidente, votre intégration au système plus prégnante.

 

Tu as vu, je crois, que malgré la spécificité de mon étude, les prévisions concernant le développement du capitalisme, la poursuite de sa mondialisation et ses effets sur les salaires, la survaleur, la surpopulation relative se sont confirmées ; spécificité concernant les différences relatives de situations sociale, économique, politique, idéelle ; malgré les différences « tout court ».

 

Tu crains d’être quelquefois une « mouche du coche » par rapport à tes commentaires sur mon travail et celui d’Yves S. Pour éviter cela, il te faut plus de sens de la mesure, plus de patience, sans perdre ta spontanéité. D’ailleurs il faut que tu considères que mes écrits sont une « réflexion à haute voix ». C’est pour cela que je n’ai pas corrigé mes textes précédents au fur et à mesure, à l’exception du livre I du capital pour l’édition française en particulier. Je n’avais pas le temps de le faire et ce n’est pas mon caractère de refaire sans cesse exactement le même chemin, cela me provoque un ennui profond, du moins au départ et dans l’idée de le faire. Mais il est vrai qu’une fois commencé un travail de correction, on peut créer aussi du nouveau. Cette réflexion « à haute voix » par l’écriture « à plume déliée », me permettait de reprendre un raisonnement dans sa totalité afin de ne pas reproduire les mêmes insuffisances, ou plus, les mêmes erreurs, le dé-normaliser, le re-normaliser, à chaque nouvelle rédaction. Mais finalement, sur l’essentiel, je me suis retrouvé avec moi-même et avec une poursuite des concepts au point où je les avais ébauchés ou laissé à l’étape précédente, et des généralisations abstraites à reformuler.

 

Cher Pierrot, ne te prends pas au sérieux mais travaille sérieusement. Mets un peu d’humour dans ta cuisine intellectuelle, et tout ira bien, ou du moins le mieux possible, pour toi et pour les autres. N’oublie pas que toi-même, comme Augustin et moi-même, nous ne sommes que les héritiers de ce que nous avons à transformer et que nous devons prendre soin de ne pas nous approprier un héritage qui appartient à tous, ni de le gaspiller au détriment des générations futures. Transformer n’est pas détruire. Le mal n’existe pas en soi, la tendance à le croire est notre plus grande difficulté et notre plus grand ennemi pour survivre aux nécessités.

 

SCHUBERT.jpgTon idée de m’associer à Schubert me plait. Pour faire une caricature à la Daumier, Beethoven ce serait la violence et la tendresse, Schubert la puissance et la douceur. Je crois que tout ça m’a manqué un peu aussi, bien que je ne puisse pas dire que j’aie manqué ni de puissance ni de tendresse. Ton aspiration au « Schubertisme », c’est une demande de plus grande maîtrise de soi-même, essaie d’y répondre.

 

J’étais bien un produit de la révolution bourgeoise, française en particulier ; ceci dans une Allemagne en retard sur ce mouvement et qui puisait dans la recherche l’énergie qu’elle ne pouvait pas mettre dans la « transformation immédiate ». Cette forme de pensée, j’en ai trouvé avec Friedrich un champ d’application idéal en Angleterre avec le capitalisme et le développement des forces productives les plus avancées en quantité. Mais mon intuition me disait, nous disait, que le champ « vierge » de la population immigrée de l’Amérique du Nord allait donner des possibilités incroyablement plus vastes, ce qui s’est produit

 

. Cependant, plus le capital se développe rapidement, plus il développe ses contradictions et les met en œuvre dans l’ensemble du globe et de l’humanité.

 

Cher Pierrot, je te souhaite d’être entendu, modestement, sans orgueil ni médiatisation à la mode. C’est ainsi que tu seras le plus heureux et le plus utile, dans ton petit travail et le déroulement de tes jours.

 

Je t’adresse mes amitiés et mes encouragements. Embrasse Chiara et tes enfants de notre part.

 

Karl, Londres, le 5 février 2008

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 07:07


C'est un chiffre modeste, mais c'est un échange à dimensions humaines, qu'on peut suivre à proximité...

Pierrot, le 1° septembre 2012

 

Statistiques du mois d'août (Du 2 août 2012 au 31 août 2012) :

L'évolution du nombre de visiteurs uniques consultant votre blog, (nombre de personnes différentes ayant visité votre blog durant une journée) : Total du mois d’ août : 720

L'évolution du nombre de pages vues sur votre blog : Total du mois d’août : 1787 


Copie de JAN10 010

Provenances directes : 38% (386)

Communaute plateforme : 1% (15)

Provenances externes : 30% (307)

Moteurs de recherche : 28% (287)

 

Statistiques générales :

Date de création :

14/05/2010

Pages vues :

39 625 (total)

Visites totales :

14 940

Journée record :

23/06/2010 (232 Pages vues)

Mois record :

11/2011 (2 501 Pages vues)

 

A ces chiffres s'ajoutent les fichiers PDF joints, de ma base de données, qui ne sont pas comptabilisés, par exemple celui-ci :

http://www.pierreassante.fr/dossier/BLOG_LA_METAMORPHOSE_DU_TRAVAIL_5.pdf

Le plus souvent les textes sont en fichiers joints PDF, l'article du blog n'étant qu'une présentation. 

 

Le blog de Pierre : http://pierre.assante.over-blog.com/

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 06:34

BOURDIEU-MED-PASC.jpg

 

 

Sur ce lien, 8 pages et couverture :

http://pierreassante.fr/dossier/BOURDIEU_MED_PASCAL.pdf

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 06:02

LE-HYARIC-3.jpg2012-04-01-002.jpg

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 06:07

2012 02 25L’UNATOS, qu’est-ce que c’était. Réponse à de jeunes amis et à des amis moins jeunes

 

L’Union Nationale des Personnels Technique, Ouvriers et de Service, dans les lycées et collèges essentiellement et autres services d’éducation et de formation, à été admise dans la FSU en 1993 puis affiliée en 1994.

 

Il s’agissait, au-delà des évènements anecdotiques et superficiels du moment, de rassembler tous les personnels de « l’école », enseignants et « non-enseignants » (pardon pour ce dernier qualificatif en creux, mais c’est le plus immédiatement compréhensible), dans la principale organisation syndicale de l’école, la FSU et sur les positions de lutte qui ont présidé à sa formation, après l’exclusion de plusieurs syndicats de la FEN, le SNES entre autre.

 

Le transfert des TOS dans les collectivités territoriales a posé et pose syndicalement des problèmes non seulement administratifs mais aussi d’orientation syndicale.

 

Que faire en tant que personnel de service retraité de l’Education Nationale, Personnel technique de laboratoire de 68 ans ? Observer les évènements en silence ? Imposer un point de vue aux jeunes militants se retrouvant dans des conditions et des expériences fondamentalement diverses et des points de vue et des inexpériences en découlant ? Suivre une bifurcation ne correspondant plus à l’expérience initiale sans intervenir compte tenu de la situation personnelle, c'est-à-dire cautionner sans réserve une expérience sans alerter sur les problèmes qu’elle peut induire ?

 

Il est un moment ou l’on ne peut plus être et avoir été, c’est une loi de la vie.

 

Voici la lettre que j’ai remise à un camarade et ami alors co-secrétaire général à destination du bureau national qui en a reçu copie. J’en fais part aujourd’hui plus largement afin de répondre à des questions que me posent à la fois des camarades de la FSU acteurs des constructions dont celle de l’UNATOS, ou jeunes militants qui veulent savoir ou en est un vieux qui a marqué un moment de cette histoire.

 

Dimanche 26 août 2012

 

Vous pourrez trouver le texte de cette lettre sur ce lien :

http://pierreassante.fr/dossier/lettre_au_secretariat_de_l_UNATOS_FSU.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 00:53

Alerte aux génériques.

Depuis quelques semaines fleurit sur les comptoirs des pharmacies un avertissement comminatoire : si vous n'aceptez pas les génériques, vous devez avancer le prix des médicaments, en attendant d'être…

Pour lire la suite cliquez ici

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 08:46

14mai10 003L’humain a atterri une nouvelle fois sur la planète Mars.

Avec des moyens encore plus développés et une coopération internationale de même.

 

Il faut se rappeler que cette « ère » de « conquête de l’espace » a débuté dans une société oh ! combien critiquable, mais capable « d’investir » sans courir après un taux de profit. Spoutnik, Gagarine « le rayonnant », Valentina Terechkova, l’atterrissage sur la Lune dont le module ressemblait fort à celui d’aujourd’hui, beaucoup d’informatique en moins, ce qui était un point essentiel dans le retard des pays en voie de développement tentant de se libérer de l’impérialisme et du capitalisme…

 

Ce saut de puce merveilleux dans notre cosmos aujourd’hui nous donne l’image de nos capacités, de notre petitesse et de nos conquêtes, qui entre autre se sont suivies à la fois par d’énormes et relatifs progrès humains, de et pour toutes l’humanité, mais aussi de nouvelles dominations, toujours plus puissantes et généralisées (l’aventure des Caravelles de Colomb et ses suites).

 

Ces nouvelles dominations, toujours plus puissantes et généralisées ont les résultats que nous connaissons aujourd’hui : elles minent le développement de nos capacités de consommation « matérielle et morale », qui sont « critiquées » par ceux qui possèdent le plus et en profitent le plus, et qui pourtant fait partie des progrès humains, d’une part, et d'autre part abaissent relativement la qualité -et la quantité- de cette consommation, ce qui met en danger le développement de la conscience humaine au moment ou elle devrait « exploser » proportionnellement au développement des forces productives.

 

Les guerres, les "désorganisations" générales du monde "à la demande"  (suraccumulation-dévaloriasation du capital l'exigeant) qui nous menacent profondément sont la conséquence de ces dominations et de l’étouffement des mouvements communistes et démocratiques dans les pays développés comme dans tout le monde.

 

Il faut en sortir. Ici avec les Communistes français et un Front de gauche puisant ses ressources à la fois dans les sentiments de colère du peuple et aussi dans la recherche pratique (voir les analyses économiques de la coméco et ergologique sur ce blog) et théorique nécessaire à toute transformation.

 

Ici en Europe dans le rassemblement pour une autre politique économique transformant les moyens de la production et de l’échange, une autre utilisation et maitrise des banques, entre autre, aux niveaux régionaux, nationaux ou reste encore le principal lieu d’intervention, et européen.

 

Ici sur la planète Terre avec les mêmes perspectives transposées à la coopération de tous les peuples du monde.

 

Ce saut de puce merveilleux dans notre cosmos aujourd’hui nous donne l’image de nos capacités, de notre petitesse et de nos conquêtes, qui entre autre se sont suivies à la fois par d’énormes et relatifs progrès humains. Mais sachons que toutes les intuitions, religieuses et philosophiques, et que le matérialisme dialectique et les progrès de la science nous montrent chaque jour plus : notre totale interaction entre nous et l’univers, nous qui développons une conscience de nous même et du cosmos à notre portée, conscience que Marx, dans les manuscrits de 1844 qualifie de développement de la conscience de la nature sur elle-même. Et qui nous donne les clefs dans « Le Capital » pour comprendre notre mode de production et d’échange et le transformer pour répondre aux besoins humains, et non aux besoins du capital.

 

Pierre Assante, 7 août 2012

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 11:16
Notre lutte pour sauver PSA-Aulnay L'événement
On est prêt à se battre contre tout le monde
Ahmed, samir, Agathe et Geng, salariés de PSA Aulnay sont mobilisés... témoignages. Lire aussi notre enquête dans les coulisses du clan familial qui contrôle PSA.
Souscription  
Nous proposons à celles et ceux qui peuvent le faire de participer à une souscription «spécial déménagement» afin de couvrir une partie des frais engendrés et nous donner les moyens de développer l’Humanité, l’Humanité Dimanche et la plate-forme numérique. Télécharger le bon de souscription

 

Pétition : Exigeons un référendum sur le pacte budgétaire européen!
Signer la pétition et participer à la campagne pour exiger un référendum sur le traité budgétaire européen. Signez en ligne et lire tous nos articles.
En savoir plus >>

 

 

Fête de l'Humanité  
À l’espace théâtre, on sonne 
trois coups bien frappés

 

Entre l’hommage rendu à Aragon et la fin de la guerre d’Algérie, les aficionados de la scène pourront découvrir, au hasard des surprises, des spectacles des plus classiques aux plus iconoclastes. Le chapiteau de l’espace théâtre est devenu l’un des lieux incontournables de la Fête. Chaleureux, convivial, il est un endroit au calme, comme on dirait au frais, où il fait bon se retrouver pour partager des instants d’intimité bienvenus, loin de la cohue joyeuse et bruyante qui fait, aussi, le charme de la Fête. Lire la suite

 

 

Participer à la préparation de la Fête de l'Humanité, acheter son entrée, découvrir et partager sa programmation... sur le web, les réseaux sociaux (twitter, facebook), recevoir la newsletter, c'est par ici > La Fête de l'Humanité

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 21:16

Si certains des liens du type http://www.pierreassante.fr/dossier/nom du dossier.pdf (ce lien n'existe Travail....pas, c'est un exemple) n'étaient plus accessibles à certains moments. veuillez m'en excuser.

 

Et si vous avez besoin d'un de ces textes, d'essai, etc., d'un des ouvrages de l'auteur du blog mis en ligne par ces liens, je peux vous les envoyer directement à votre adresse électronique.

 

La mienne, Pierre Assante : 

p.assante@wanadoo.fr

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

27 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 21:35

PETRARQUE-IGNORANCE.jpgLa modestie et la prétention

Voir aussi "La division sexiste du travail" sur ce blog

 

 Aucune vertu ne peut s’apprécier d’une façon abstraite.

 

Voici un auteur et homme politique que l’on peut considérer à juste titre comme conservateur sous pas mal d'aspects de ses oeuvres.

 

Mais qui a produit la première poésie moderne, post latine et post moyenâgeuse, post troubadouresque, pré renaissantesque et en même temps parfaitement liée à la poésie occitane dei trobadors.

Et quelle poésie !

Jusqu’à ce que la reprise de ses thèmes, par la force de d’usage, en retour des choses, fasse sembler que lui, a copié la poésie moderne écrite pendant des siècles…d’après la sienne.

 

Voici un petit livre, non en langue moderne mais en latin, apparemment le dernier à son retour de Venise par le Pô, au soir de sa vie, vers sa retraite chez sa fille. Il s’y affronte avec des opinions et des personnes, des intellectuels (quatre, un médecin, un aristocrate de Venise, un marchand, un homme d'armes.…) plus en phase avec l’évolution de la société et ses actualités, du mode de production, qui sans doute tentent de dépasser le conservatisme philosophique et pratique du XIV° siècle.

 

Pourtant la vision de l’humain qu’il défend ne perd pas plus d’actualité et de vérité que n’en perdaient en son temps le socratisme et sa vision sur le long terme de l’humanité, malgré son (relatif ?) attachement politique au conservatisme du moment et aux poids persistant de la classe aristocrate rurale ex-dominante, battue par les mouvements qui engendrent les constitutions de Solon et Clisthène, classe aristocrate un temps dépassée par les négociants et artisans qui commercent et échangent les idées dans toute le monde méditerranéen et au-delà….

 

Contradictions ! Contradiction fertile…

 

La modestie ni la prétention de Pétrarque ne s’apprécieront comme toutes modesties et  prétentions, qu’à l’aune de leur « opérationnalité » : ce que l’on fait parce qu’on pense devoir le faire, avec ce que cela apporte de confort et de drame à la personne qui le fait, dans son espèce (humaine) et son temps.

 

Ce qui est valable pour Pétrarque l’est pour chacun de nous, et n’objectons aucun argument «hiérarchique», d’un exemple humain à l’autre, qui ne serait que plus conservateur et réactionnaire que tout autre argument ayant justement pour but de« changer le monde et pas seulement le comprendre ».

 

Pour changer le monde dans la nécessité de le changer pour poursuivre le mouvement de vie, et dans la nécessité de le faire sans démarche mécaniste, sans dogmatisme, mais dans une téléologie expérimentale, démocratique, consciente le plus possible des causalité héritées.

 

Un petit rappel historique final sur le terme « démocratie » et les limites de ses vertus qu’il sous entend sémantiquement, si on ne le conçoit dans le mouvement, le processus : il apparaît issu d’un terme de l’époque « grecque » mycénienne, donc bien avant la démocratie restreinte mais révolutionnaire d’Athènes et dérive de « damo », la terre commune distribuée périodiquement par l’administration royale entre chefs de famille. Donc dans la période de patriarcat triomphant et de constitution des classes sociales et des dominations affirmées.

 

De même l’enseignement « fort » des classiques et leur connaissance est conservateur s’il fige la pensée et progressiste s’il donne les outils pour apprécier le processus humain sur une « longue distance » pour un usage « au futur ». Il est prétentieux ou modeste selon l’un ou l’autre de ces cas, qui toutefois ne se produisent jamais unilatéralement, particulièrement dans une « statistique » de groupe suffisamment nombreux d’êtres humains….

 

Pierre Assante, 9 juillet 2012

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 08:41

Una selezione di articoli da Cambiailmondo di marzo e aprile 2012 da stampare e da diffondere. 

Continua l’attraversamento della crisi sistemica da prospettive no mainstream. Parlano italiani che vivono all’estero e altri che dall’estero ci osservano. Parlano amici e colleghi fuori da eccessivi condizionamenti. Non è un esercizio di verità, è una prova di libertà del pensiero e dell’analisi dalle strettoie della stabilizzazione neoliberista. Tentar non nuoce.

Ed è certamente utile saper cosa accade fuori dai nostri miseri confini, come altre realtà gestiscono la prova epocale, come la vedono quelli che non sono stati allevati alle corti tecno-politiche o che da esse si sono emancipati.

D’altra parte è fuori da ogni probabilità scientifico-matematica che in un mondo ampio e globale, debba darsi solo la banale ed elementare (anche un pò sciocca e un pò terroristica allo stesso tempo) dogmatica di Mario Monti e di chi opportunisticamente o per pavidità o per condivisione di obiettivi e di potere, continua amabilmente a sostenerlo.

Viva il cambiamento !

Buona lettura: QUI

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 08:27

Graphique salaires financiarisationTERRA NOVA

 

On nous a fait tout un plat avec le rapport de la cour des comptes  qui  constaterait ceci, dénoncerait cela, et en fin de comptes obligerait le nouveau gouvernement à mener une politique de rigueur qui ressemblerait fort à celle qui était suivie par le gouvernement précédent. Que vouliez vous d'autres de la part de cette docte assemblée ? Ce qui m’inquiète, c'est un autre rapport, à qui le journal quasi officiel des patrons, "les échos" consacre sa une et toute une page ce lundi 2 juillet. Ce rapport cosigné par le député PS Olivier Ferrand et l'ancien patron de Renault Louis Schweitzer est le fruit des cogitations de la boite à idée Terra Nova. Attention, c'est pas de la bibine...Tanben !

Vous ne connaissez pas Terra Nova ? Voila comment elle est présentée dans l'antimanuel de guérilla politique. « Recyclage des idées de la gauche libérale des années 1990 dans un think tank installé avenue des Champs-Élysées et financé à 80 % par des mécènes désintéressés comme Total, Cap Gemini, Louis Dreyfus, Euro RSCG et SAP, ainsi que par un emploi fictif garanti à son président. Ce recyclage des idées s'effectue dans ce pôle emploi de Gracques et autres énarques sociaux-démocrates ou d'extrême centre pour lesquels faire de la politique revient à rédiger des fiches au centre du « cercle de la raison » afin de continuellement préparer l'élection présidentielle suivante. Terra Nova est également un instrument de promotion de la gauche qui échoue partout en Europe depuis trente ans : [...] il conclut des partenariats privilégiés avec des intellectuels, hommes politiques et journalistes qui promeuvent les idées des défaites successives. Le cadre de la politique économique actuelle, dans la mondialisation et dans l'Europe, est ainsi la grande modernité que la gauche française n'aurait que trop tardé à épouser. Ce courant de pensée va de défaite électorale en défaite électorale, l'acmé de cette impéritie étant le référendum sur la Constitution Européenne de 2005.

A l'époque, Terra Nova n'était pas né, mais tous ses futurs animateurs menaient une campagne agressive pour le « oui » et, à l'image de nos tribuns actuels, n'avaient que des arguments d'autorité à faire valoir. Un échec dont Terra Nova a su tirer les conclusions. Ainsi, le think tank des Champs-Élysées propose comme horizon à la gauche de se détourner des ouvriers et des pauvres (qu'elle pense capables de ne voter que pour le FN et qui ont eu l'outrecuidance de voter « non » à la Constitution européenne malgré les imprécations d'Alain Duhamel et de ses collègues éditorialistes)  en vue de construire une nouvelle majorité progressiste composée de jeunes diplômés et de ceux qui, ouverts vers l'extérieur, pourraient encore voter socialiste (enfin, pour les barons locaux qui composent le Parti socialiste actuel).

Mais Terra Nova ne s'arrête pas seulement à la promotion d'un marketing politique découpant la population par tranches ; il propose également l'ouverture du capital de la Poste, la multiplication des frais d'inscription par cinq à l'entrée à l'université et l''alliance avec le Modem. Bref, cette réécriture navrante et gestionnaire des idées dominantes correspond bien aux intérêts des mandants du « think tank progressiste ». Ils ne sont, d'ailleurs, pas des ingrats : l'Assemblée des chambres françaises de commerce et d'industrie, reconnaissant les siens, l'a ainsi proclamé think tank français de l'année 2011. » Vergonha !Basta !

Vous ne serez pas étonnés que les échos apprécient les mesures préconisées par le rapport de cette boite à idées : « Compétitivité : Terra Nova plaide pour un pacte entre la gauche et le patronat », « le rapport préconise la baisse du coût du travail». Celui-la de changement ! Zo, bolegam! Viva lo cambiament vertadier !

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 09:17

 BARSOTTI LO CAPITANI DE LA REPUBLICA 0002

 BARSOTTI LO CAPITANI DE LA REPUBLICA 0001

 

   

Roman, 204 pages

Edition Lo Gai Saber  

Revue trimestrielle

N° spécial 2012

Supplément juin 2012 

   

BARSOTTI.CAPITANI--jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 04:24
   Mis en ligne sur ce blog une première fois le 25/11/2010
J'entends, j'entends
   20mai10 037 Poème

d’Aragon

Mis en musique et interprété par

Jean Ferrat

 

J'en ai tant vu qui s'en allèrent
Ils ne demandaient que du feu
Ils se contentaient de si peu
Ils avaient si peu de colère

J'entends leurs pas j'entends leurs voix
Qui disent des choses banales
Comme on en lit sur le journal
Comme on en dit le soir chez soi

Ce qu'on fait de vous hommes femmes
O pierre tendre tôt usée
Et vos apparences brisées
Vous regarder m'arrache l'âme

Les choses vont comme elles vont     
De temps en temps la terre tremble
Le malheur au malheur ressemble
Il est profond profond profond

J'y crois parfois je vous l'avoue
A n'en pas croire mes oreilles
Ah je suis bien votre pareil
Ah je suis bien pareil à vous

A vous comme les grains de sable
Comme le sang toujours versé
Comme les doigts toujours blessés
Ah je suis bien votre semblable

J'aurais tant voulu vous aider
Vous qui semblez autres moi-même
Mais les mots qu'au vent noir je sème
Qui sait si vous les entendez

Tout se perd et rien ne vous touche
Ni mes paroles ni mes mains
Et vous passez votre chemin
Sans savoir que ce que dit ma bouche

Votre enfer est pourtant le mien
Nous vivons sous le même règne
Et lorsque vous saignez je saigne
Et je meurs dans vos mêmes liens

Quelle heure est-il quel temps fait-il
J'aurais tant aimé cependant
Gagner pour vous pour moi perdant
Avoir été peut-être utile

C'est un rêve modeste et fou
Il aurait mieux valu le taire
Vous me mettrez avec en terre
Comme une étoile au fond d'un trou

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 07:00
CAC-40.jpgA la lumière de ces graphiques, qui ne donnent qu'une faible partie de la réalité financière du monde, et qui n'ont pas pour but d'être une image d'une réalité économique globale, mais qui en sont peut-être un reflet partiel, ...
 
....1) peut-on considérer que l'on retourne à peu près à la période 91-95 ? Ce qui pourrait faire penser que des solutions passées peuvent être renouvelées.
 
2) ou au contraire, qu'il y a grippage des échanges en capital donc des échanges tout court de l'humanité pour sa survie et son développement,  compte tenu :
 
- de la nouvelle répartition mondiale de la production, des conséquences économiques, politiques et culturelles qui en découlent, dans leur unité,
 
-de l'explosion des techniques et forces productives mondialisées, dans les pays développés en difficulté et dans les émergents, en développement, mais en difficulté dans la crise générale.
 
L'usage de ces graphiques est loin d'être le seul élément à notre disposition, il y a des données bien plus précises.
Mais quelquefois ce type d'information donne à prêter plus l'oreille que les analyses économiques sérieuses qui malheureusement ne retiennent que peu notre attention, et surtout pas celle des médias au service d'un endormissement général qu'ils peuvent de moins en moins maintenir, actualité oblige....
 
Mon avis est que nous ne pouvons trouver d'explication sérieuses que dans un retour à l'étude de la suraccumulation-dévalorisation du capital, sa manifestation dans les conditions d'aujourd'hui et les solutions à y apporter, qui nous ramènent politiquement à La Commune de 1871, et économiquement à ce qu'elle n'a pas fait concernant les banques, le tout en étant schématique, certes, car on ne reproduit pas l'histoire, surtout après quasiment 150 ans de développement capitaliste, mais en mettant les points sur les i de ce qu'un réformisme d'accompagnement croit pouvoir renouveler.....
 
L'idée de cette comparaison "métaphysique" m'est venu en lisant les commentaires farfelus qui se veulent et sont considérés comme sérieux, sur les évènements boursiers et financiers en général. Pour plus de sérieux voir l'article "Une crise de production et rien d'autre !" 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 14:24

JAURESQuelques explications de plus sur les évènements politiques, et quelque explications de plus sur les analyses, l'essence, à l'intérieur des apparences.

 

Explications ou du moins commentaires sur ce que j’ai cru comprendre  des impératifs politiques actuels.

 

1) Ce n'est pas Mélenchon tout seul qui éventuellement refuse ou pas la participation au gouvernement, c'est le Front de Gauche et le PCF, lequel a déclaré lors de son conseil national du 25 avril 2012 :

 

« Quant au fond de la discussion, permettez-moi de citer et de compléter ce que j'écrivais dans l'adresse aux communistes que j'ai publiée au lendemain de la Bastille. A ceux qui s'interrogent, où s'arrête notre combat ? Je m'interrogeais : « Jusqu'où porter nos objectifs ? » Et je répondais : « Jusqu'à leur mise en œuvre effective ». La création continue de rapports de forces nécessaires est et restera notre feuille de route fondamentale. Je poursuivais le raisonnement : « Jusqu'au gouvernement ? » « Notre objectif est clair. Modifier suffisamment la situation (et j'ajoute aujourd'hui : le plus vite possible) pour rendre un vrai changement possible. Pas question d'aller gouverner si la rupture avec les politiques d'austérité n'est pas au rendez-vous. » Autrement dit, pas question si François Hollande continue de dire « mon projet présidentiel ou rien ». Je concluais : « Aurons-nous la force et le temps d'imposer de tels changements à gauche d'ici fin juin ? Nous aurons à apprécier ensemble ce que nous avons pu, ou pas, faire bouger et comment continuer. Nous aurons à en décider collectivement et souverainement ».

Je crois que nous devrions rester fidèles à cette ligne de conduite. La situation bouge. Elle est instable et contradictoire. Les possibilités sont là. Les dangers aussi. Notre ligne de conduite est claire, transparente, sans compromission. Nous avons aussi de grandes responsabilités. Personne ne sait où en sera le pays fin juin. Et les attendus de notre décision, le sens qu'ils donneront à notre décision, compteront dans le pays. C'est en responsabilité qu'il nous faudra agir.

 Je vous propose donc que notre décision définitive, prise de manière éclairée et appuyée sur la réalité de la situation politique à l'issue de la séquence électorale soit prise lors d'un Conseil national élargi ou d'une Conférence nationale extraordinaire, qui se tiendrait dans la semaine suivant le second tour des législatives. Si nous retenons aujourd'hui ce principe, nous pourrions décider le 11 mai prochain du format et de la date précise de cette conférence, ainsi que des modalités de la consultation des communistes qui la précèdera »

Pierre Laurent, Secrétaire Général du PCF, Conseil national, 25 avril 2012

  

Depuis décision a été prise de consulter l’ensemble des adhérents du PCF la semaine après les élections législatives des 10 et 17 juin.

 

2) Sur le fond, on ne peut considérer qu’il y aura issue à la crise par des mesures sociales très partielles, la crise économique de fond rendant ces  mesures sociales très partielles capables de reculer un temps l’effondrement économico social français, européen, mondial, mais pour le rendre encore plus brutal. Je ne reviens pas ici sur la suraccumulation du capital, la baisse tendancielle du taux de profit, l’accumulation-dévalorisation portée au paroxysme par la mondialisation informationnelle et le développement immense des forces productives qu’elle a entrainé dans les pays développés et les pays émergents, et les contradictions économiques et politiques et culturelles qui en résultent.

 

De plus, le refus d’un accord électoral avec le Front de Gauche, opposé par le PS et LVEE, suivi des RdG, pour les législatives n’arrange pas le rapport de force nécessaire pour imposer des mesures efficaces de lutte contre la crise.

 

Il ne s’agit pas de minimiser ou de dénigrer toute mesure de progrès prise par le gouvernement Hollande, ni de s’isoler de ce gouvernement, il s’agit de porter auprès des salariés et de la population les propositions aptes au sortir de la crise et au développement productif et culturel.

 

Les solutions, proposées par le PCF entre autre pour la sortie de crise, les 2 articles économiques de Paul Boccara et Denis Durand mis en ligne sur ce blog, en sont je crois le fond, même s’il s’agit aussi de les adapter aux propositions des autres et vice versa, le tout AVEC LA PARTICIPATION de l’action et l’opinion populaire.

 

Par exemple, voici des éléments de réponse que j’ai donnés à des syndicalistes, donnant ainsi ma position sur plusieurs sujets :

 

…On peut cependant dès à présent souligner l’ambigüité [que le nouveau gouvernement] entretient entre une nécessité de réduire la dette et l’équilibre entre cette nécessité et la satisfaction des revendications. Ce jeu d’équilibriste est plus que dangereux. Seule une croissance de la production des richesses industrielles d’abord par une relance de l’économie, peut résoudre cette équation. Richesses industrielles d’abord, et des services qu’elles peuvent engendrer, services dont nous faisons partie….

 

Des services publics tels que la santé ou l’éducation, ce sont des entreprises gigantesques. Les entreprises industrielle employant autant de personnels, par millions, dans notre pays, combien sont-elles en comparaison. Pourtant sans les richesses produites dans l’industrie, ici et dans le monde, pourrions-nous financer ces services publics ? Cela révèle à quel point le niveau de production s’est élevé et à quel point sa crise et la crise économique et financière qui en découle est une menace des plus graves et des plus imminentes pour nos services, nos emplois, la vie du pays. Cette crise c’est la crise du profit immédiat qui prime sur les besoins humains. …

 

…..Et si Merkel refuse les Eurobonds, c’est que dans son refus de la solidarité elle refuse que les difficultés financières soient réparties sur toute l’Europe, car elle souhaite écarter de cette obligation le capital à base allemande et ses alliés. Elle souhaite écarter de cette obligation le capital à base allemande et ses alliés dont elle sous-estime par ailleurs la propre crise. Elle sous estime la propre crise du capital allemand car le monde de l’argent, qu’il soit allemand ou autre refuse toujours de se sacrifier, même si son refus conduit à la catastrophe générale. Pour notre part, nous ne concevons pas non plus la solidarité par l’adoption des Eurobonds, car nous refusons le partage de la misère par le partage de la dette, ce qui est tout le contraire des motivations de Merkel.

 

….Une dette n’est pas mauvaise en soi si l’argent de la dette est utilisé pour le développement qui va d’autre part la résoudre. Les eurobonds sont une façon de répartir entre tous une mauvaise dette qui n’a pas été utilisée pour le développement mais pour le profit des banques et des grands fortunés qu’elles servent. La dette a servi à leur sauvetage après l’usage par les banques d’un argent investi dans la spéculation qui a appauvri l’appareil productif et nous-mêmes, les salariés, par la même occasion….

 

…. Les objectifs de la Confédération Européenne des Syndicats doivent évoluer pour rejoindre pleinement une politique de développement seule capable de répondre aux revendications des salariés et aux besoins des populations. Une politique de crédit à l’investissement productif et social doit être soutenue dans les régions, les nations et toute l’Europe par la banque centrale européenne, les banques centrales nationales, des fonds régionaux pour l’emploi et la formation et un contrôle démocratique, entre autre par les élus et les syndicats et la population pour un emploi de ces crédits.....

 

.....Depuis le gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing, s’est développé l’interdiction aux banques centrales de prêter aux Etats, jusqu’au traité de Maastricht qui l’a interdit totalement. Seules les banques privées peuvent prêter aux Etats de par ces traités, au grand profit de ces dernières. Va-t-on faire cesser cette aberration ?....

 

….. Assurer une fonction dans la société, par notre profession et nos missions, faire reconnaître cette fonction et s’appuyer sur cette reconnaissance pour pousser nos revendications est la base notre existence et de notre action, sans quoi nous ne représenterions rien ou un simple organisme bureaucratique sans pouvoir ni efficacité à long terme….

 

Tout ça est long, mais je ne sais comment expliquer autrement

 

Pierre Assante, 5 juin 2012

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 18:57

Concert-Theatre-de-l-Archeveche--Aix-en-Prov.-27-copie-1.jpgConcert Théatre de l'Archevéche, Aix-en-Prov. 27 mai 2012

SAM_0552.JPG

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copie-de-SAM_0536.JPGCopie de SAM 0544ET,Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche