Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 00:00

René MerleSuite à l’article Liens, Pierre Assante m’écrit : « […] la forme la plus courante de l'anti-marxisme est l'indifférence, l'incrédulité. L'indifférence est de toute façon la forme de penser et d'être la plus courante de ce que le capital a réussi à développer ces dernières décennies, et par le mode de vie et de travail, ce qui va ensemble, et, en liaison avec le mode de vie,  par sa force de frappe médiatico-financière. »

Tant il est vrai en  effet que, prenant possession des cerveaux et des cœurs, le mode de vie de la société capitaliste, et son idéologie, opposent à ce qui demeure d’engagements collectifs, jugés aliénants, une apologie de l’individualisme et de l’intérêt personnel, présentés en garants de notre liberté alors qu’ils en sont les étrangleurs.

Mais quid alors du puissant, bien qu’inabouti, mouvement de protestation contre la réforme des retraites ? Retour du collectif ?

Fort intéressante à ce sujet est la mini-polémique déclenchée par l’autocollant « Je lutte des classes », produit par le collectif « Ne pas plier », qui fleurissait dans les dernières manifestations.

Dans un article récent (L’Humanité, Libération), la directrice du mensuel Regards, Clémentine Autain, y voit la modernité de l’articulation entre le «je» et le «nous». Alors que le projet d’émancipation collective porté jadis par le mouvement ouvrier a disparu avec l’émiettement de la classe ouvrière, et le déclin des organisations politiques qui s’en réclament, à sa manière, ce message symboliserait un processus de reconstitution d’une unité du «peuple», dans la quête conjointe de l’autonomie individuelle et de l’épanouissement collectif.

À l’inverse, d’autres militants ne voient dans la diffusion de ce badge qu’une affirmation ludique, et gratuite. Affirmation bien éloignée de la dure réalité de la lutte des classes (il n’est que de voir l’extrême difficulté pour des travailleurs mal rémunérés, et menacés dans leur emploi, de faire grève, ne serait-ce qu’un jour… Pour ne pas parler des précaires). Et affirmation bien éloignée également de la réalité de la fameuse « conscience de classe » : le sentiment d’injustice qui a poussé dans la rue des millions de manifestants, aux statuts sociaux fort divers, ne semble pas, pour l’heure à tout le moins, se cristalliser dans le désir d’un changement politique sur des « positions de classes ». En témoigne à l’évidence la prudence du front syndical à ne pas orienter la protestation du fameux et quelque peu indéfinissable « mouvement social » vers une crise politique.

À tout le moins, quelle que soit l’appréciation que l’on peut porter sur le mouvement, il est clair que le mur de l’indifférence s’est fissuré.

http://merle.rene.over-blog.com/article-je-lutte-des-classes-61526334.html

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche