Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 06:57

J'ai bien conscience de la confusion qui règne dans ces textes "condensés" de 2003, ou plutôt de la difficulté de déployer ces éléments rassemblés....

Pourtant je crois que l'aspiration qu'ils expriment est à l'ordre du jour dans le mouvement actuel montant : la démocratie partout ! Pas la démocratie formelle et pourrissante mondiale d'aujourd'hui, mais celle qui de l'activité de la personne, celle du travail, à celle du groupe humain, à l'activité générale, crée la cohérence de l'individu et celle de l'humanité. Cohérence dans la diversité créatrice et libre. "Des Conseils partout", c'est ce qui devrait se dire même si l'expérience des conseils a eu une autre "fin" provisoire. Ce qui germait en leurs prémices, comme dans la Commune de Paris de 1871, c'est  sans doute un dépassement des antagonismes du développement humain.

 

Lettres sur

Le Microcentrisme

Suite de « construction du devenir »

 

mencherini.jpgI. MICROCENTRISME

 

Les causes de l’échec des expériences communistes sont diverses.

Les bases matérielles du communisme mondialisées se construisent dans le capitalisme mondialisé.

 

ET

 

Les différentes causes des échecs ont abouti à LA CAUSE de l’échec, lequel est conséquent au niveau social d’organisation des échanges au moment de l’échec :

LA CAUSE est que le communisme ne peut se construire que sur 2 conditions CONTRADICTOIRES.

1 l’abondance des échanges de biens matériels, de biens de services, de biens culturels (de pensée).

2 et la régulation de la distribution et de la consommation de ces biens. LA CAUSE est que cette régulation, imaginée dans les communautés dites utopiques comme dans les communautés dites socialistes dirigées par des communistes, cette régulation a été faite par une forme d’état restreint ou national, mais de toute façon tentaculaire.

ET le communisme ne peut exister que par cette 2° condition : la régulation ne peut être que l’effet d’une autorégulation exercée par l’individu lui-même sur la base de la conscience des besoins universels de la communauté.

Cette AUTO-REGULATION rejoint l’effort social du christianisme original, et confirme la nécessité du dépassement et du christianisme et du marxisme institutionnels, héritage culturel de nos sociétés les plus « avancées ».

Cette autorégulation implique non pas un polycentrisme, mais une fédération mondiale de micro centres. Cela implique la conscience de chaque micro centre à son appartenance à l’ensemble.

7 juin 03

 

II. SOURCE DE LA REFONDATION COMMUNISTE

 

1 opposition :  gestion du système/contestation du système

2 opposition :  contradiction antagonique motrice du système ou antagonisme moteur destructeur du système ?

3 le système marchand est-il le seul à permettre les échanges ? Revenir aux sources :

accumulation, confiscation de l’accumulation par une [(classe + un pouvoir) unifiés], moteur du système d’échange ou du système d’échange marchand ?

4 la  question de l’échange devient donc la question première lorsqu’on pose la question des contradiction du système marchand.

5 la régulation de l’échange induit la question du pouvoir : absence (de pouvoir) impossible = impossibilité du dépassement du système marchand ?

absence (de pouvoir) possible = possibilité du dépassement du système marchand ?

absence de pouvoir, échange non marchand, échange égalitaire = communisme ?

6 absence de pouvoir = [(multi microcentrisme + la conscience d’appartenance à un ensemble multidiversifié) unifié]

7 abandonner l’analyse temporelle partielle découpant la civilisation marchande en tranche = unifier son essence pour en saisir les parts.

8 la succession de protestantismes dans la société marchande

judaïsme originel ? (c’est bien loin !) = protestantisme à la loi marchande patriarcale ou 1ere loi patriarcale ?

christianisme originel = protestantisme à la loi marchande juive

protestantisme = protestantisme à la loi marchande chrétienne institutionnelle (dite occidentale)

communisme = protestantisme à la loi marchande mondialisé (capitaliste)

9 ou (ou bien) communisme = 6

et idem pour les aspirationS de base au dépassement de la société marchande, dans tous les systèmes idéologiques naissant avant leur institutionnalisation (pouvoir)

10 la question seconde, après la question de l’échange est bien celle du pouvoir et de son abolition (6) ?

11 ci-dessus faisons-en les devoirs de vacances des communistes avec les autres ! ! ! !

12 le patriarcat est donc bien la base de l’échange non égalitaire, donc marchand ! il traverse donc toutes les sociétés marchandes et si elles peuvent être dépassées, le dépassement est avant tout celui du patriarcat

4 août 03

 

III. Révolution religieuse.

 

1 La complexité de la société est l’illustration de l’entrée dans l’ère de l’auto-conscience du rapport moi-nous de l’individu, le communisme.

2 Cette complexité ne permet pas de repartir de zéro (Khmers Rouges mais aussi extrême gauche contestataire non constructive, toutes proportions gardées) ni de maintenir l’autodestruction par le pouvoir (gouvernement des Etats Unis etc.…).

3 Toucher à son organisation sans le développement de cette auto-conscience/régulation, c’est l’échec, que ce soit en politique, en économie.

4 La pensée est l’essence de l’homme, l’essence de l’homme c’est l’ensemble des rapports sociaux, sujet et objet se confondent. La négation de la négation de la pensée spéculative, c’est l’abstraction mise au service des besoins humains, des besoins de penser entre autre.

5 La révolution politique, économique, sociale c’est la négation de la négation de cette révolution, c’est une révolution de la pensée au service du dépassement de l’économie, du politique, du culturel abstrait (spéculatif sans pratique), de la démocratie en tant que démocratie restreinte.

6 C’est donc une révolution religieuse qui abolit la religion en tant qu’abstraction et la rétablit en tant que pensée concrète.

7 L’illustration de ces possibilités est que malgré l’étouffement de la solidarité ouvrière par sa dispersion en particulier, par le mode d’organisation du travail, les contradictions passent par tous les interstices en particulier par la « révolution des couches moyennes » qui se prolétarisent elles-mêmes. L’alliance est nécessaire et cette révolution est une étape vers la prise en compte, la parole, la pensée des plus défavorisés (ouvriers et population pauvre des pays riches et pauvres) à condition que ceux-ci établissent le « contrat de l’alliance » et non « l’alliance suivisme » qui ressuscite les inégalités combattues. Refuser cette étape au nom des plus défavorisés, c’est vouloir arrêter l’histoire, la « bloquer » dans un certain sens et la faire dériver vers des bifurcations où l’essence humaine s’appauvrit. La classe ouvrière, à travers les évolutions sociales garde son rôle de producteur des biens matériels et témoigne de la nécessité de son abolition, comme la femme témoigne de son aliénation et de son besoin de parole diverse et propre afin que homme et femme soient humains.

8 Le symbole/mythe libérateur d’aujourd’hui c’est bien [la/une] femme(s) et [un/les] homme(s) peu(ven)t bien être [son/leur] apôtre(s) !

9 septembre 2003

 

UN MANIFESTE A LA SUITE DE CES REFLEXIONS "CONDENSEES" BROUILLONNES :

http://www.espaces-marx.eu.org/IMG/pdf/S_R-6.pdf

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche