Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 08:49

60 000 postes

Copie de 2011 03 17 004la France a-t-elle les moyens d’une politique éducative de progrès ?

 

François Hollande, alors qu’il n’était encore que candidat aux primaires socialistes, avait affirmé sa volonté de recréer, en 5 ans, les 60 000 postes supprimés par la droite dans l’éducation nationale. La proposition avait aussitôt suscité un véritable tollé, aussi bien au Ps qu’à droite : comment trouver l’argent nécessaire, alors que l’Europe est en crise ? Comment concilier une telle mesure avec la soumission aux politiques d’austérité européennes ? Cela paraissait tout bonnement impossible, et François Hollande devait être un doux rêveur ou un dangereux démagogue. Les primaires passées, celui qui est maintenant le candidat à la présidence de la république présenté par la principale force de gauche peut rassurer les partisans de la rigueur et de l’austérité : tout cela ne coûtera rien, ou presque rien. Il ne s’agit pas vraiment de créer des postes, mais d’en « redéployer », c’est-à-dire de financer les créations de postes dans l’éducation nationale en supprimant d’autres postes de fonctionnaires ailleurs. Ouf. Le capital et l’union européenne peuvent respirer : le candidat socialiste est un bon gestionnaire.

Pendant ce temps, personne ne parle plus d’école, d’éducation, d’instruction. Personne ne se préoccupe du contenu de l’enseignement ou des manières de lutter contre les inégalités à l’école. Personne ne pose plus la question du sens du métier d’enseignant et des conditions de son exercice. Grâce aux mirobolantes propositions de François Hollande, le débat public sur l’éducation s’est une fois de plus concentré sur la question des moyens. La question des fins, des objectifs, du projet éducatif, elle, est laissée aux états-majors des formations politiques. Le dangereux consensus réunissant le PS et la droite autour de l’idée qu’il est impossible ou peu souhaitable de donner à tous un accès égal à une culture commune ambitieuse peut ainsi s’établir dans la plus parfaite indifférence.

Le Parti socialiste aurait tort de croire que ce silence lui est profitable. Dans ce débat, il a donné la navrante image d’une gauche prisonnière des diktats des marchés financiers, soumise à une union européenne qui méprise les peuples et sert aveuglément les intérêts du capital. À l’heure où partout en Europe (mais aussi en Amérique latine et en Afrique du nord) les peuples se révoltent et affirment leur volonté de reprendre le pouvoir sur leur avenir, le Ps démontre qu’il est incapable d’offrir le moindre débouché à ces aspirations.

Le projet du PCF pour l’école et pour la société est tout autre. L’école n’est pas d’abord pour nous une affaire de moyens. Nous portons l’ambition d’une école émancipatrice, capable d’assurer la réussite de tous, donnant à chacun les moyens de maîtriser sa vie et les choix qui engagent la collectivité. Nous pensons que cela exige une transformation profonde de l’école, des contenus d’enseignement et des manières d’enseigner, du regard porté sur les élèves et les familles… mais nous savons aussi que cela nécessite des moyens. Le programme partagé du Front de Gauche indique ainsi que nous voulons non seulement recréer d’urgence les postes supprimés dans l’éducation nationale, mais aussi créer de nouveaux postes pour répondre aux besoins : 150 000 postes d’enseignants et 45 000 postes de personnels d’accompagnement sur 5 ans, sous statut de la fonction publique d’état.

Cela implique une dépense élevée : plus de 8 milliards d’euros par an pendant 5 ans, soit une augmentation de la dépense d’éducation de l’état d’environ 10%. cette dépense permettrait de faire repasser la part de l’état dans la Dépense intérieure d’éducation au-dessus de la moitié (64,8% au lieu de 58,6%) et donc de donner un coup d’arrêt au transfert des dépenses vers les familles et les collectivités locales. elle porterait la part de l’état dans la DIE à 4,4% du PIB. reste alors la question cruciale : la France a-t-elle encore les moyens d’une telle politique éducative ? La crise financière et les politiques d’austérité imposées par l’Europe doivent-elles nous conduire à renoncer à cette politique de progrès ? Pour mettre en œuvre la politique éducative dont notre pays a besoin, et qui l’aidera à sortir de la crise, il est temps de reprendre le pouvoir sur notre argent. Il faut inverser la logique ! Plutôt que de mettre les politiques au service de la finance, mettons la finance au service des besoins humains et sociaux. cela ne sera pas possible sans mettre en cause le dogme de la stabilité des dépenses publiques, le pacte « euro + » et les diktats de l’union européenne.

chaque année, l’état donne 41 milliards aux banques, simplement pour payer les intérêts de sa dette. c’est presque autant que le budget de l’éducation nationale. c’est absurde ! La création d’un pôle public bancaire, proposée par le PCF et par le Front de Gauche, permettrait de contrôler le crédit et de dégager les moyens dont nous avons besoin. elle rendrait au peuple le pouvoir sur l’argent, et donc sur les politiques menées dans le pays. nous ne pouvons plus supporter que la démocratie soit tous les jours bafouée au nom des intérêts des marchés financiers !

L’union européenne, au lieu de jouer les chiens de garde du capital, pourrait promouvoir les services publics et aider à mettre l’argent au service des besoins sociaux. La France, si elle en avait la volonté politique, pourrait développer avec d’autres pays européens intéressés un fonds de développement social et solidaire, comme le proposent le PCF et le PGE……

....Suite de cet edito dans la "Lettre du réseau" sur ce lien :

http://reseau-ecole.pcf.fr/sites/default/files/ecole-la_lettre_novembre_2011.pdf

 

Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

et

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche