Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 06:16

le capitalMARCHÉ, MARCHANDISE, PERCEPTIONS.

 

La masse de surproduit par rapport à la période historique décrite PAR Marx dans « Das Kapital » a explosé en quantité, avec la mondialisation informationnalisée, et elle modifie non la base des rapports capitalistes, mais les marges d’ajustements et de fonctionnement. Les accords et luttes de monopoles, l’unification mondiale du marché tout en conservant des caractéristiques locales, les rapports de forces inter-impérialistes et avec les puissances économiques « régionales émergentes » tendent à dissoudre et rigidifier en même temps les lois de l’échange capitaliste. La formation de salaires, prix, profits subissent cette dissolution-rigidification relative des règles de l’échange capitaliste, que permet et exige cette extension du surproduit et du marché. Mais ces règles partent toujours des conditions de production et du système de production dont les lois, malgré cette transformation du marche mondial, restent totalement en vigueur malgré leurs « ajustement mondiaux et locaux »  et les « marges de manœuvre relatives (relativement autonomes) de ces ajustement ». P.A. 25.10.2014

 

Cette observation de Marx sur la perception de la marchandise reste d’une grande actualité. L’ordre des citations est ici inversé par rapport au texte de Marx du « Capital » sur « le caractère fétiche de la marchandise et son secret », Livre I :

 

« … Lorsque les producteurs mettent en présence et en rapport les produits de leur travail à titre de valeurs, ce n'est pas qu'ils voient en eux une simple enveloppe sous laquelle est caché un travail humain identique ; tout au contraire : en réputant égaux dans l'échange leurs produits différents, ils établissent par le fait que leurs différents travaux sont égaux. Ils le font sans le savoir. La valeur ne porte donc pas écrit sur le front ce qu'elle est. Elle fait bien plutôt de chaque produit du travail un hiéroglyphe. Ce n'est qu'avec le temps que l'homme cherche à déchiffrer le sens de l'hiéroglyphe à pénétrer les secrets de l'œuvre sociale à laquelle il contribue, et la transformation des objets utiles en valeurs est un produit de la société, tout aussi bien que le langage.

La découverte scientifique faite plus tard que les produits du travail, en tant que valeurs, sont l'expression pure et simple du travail humain dépensé dans leur production, marque une époque dans l'histoire du développement de l'humanité mais ne dissipe point la fantasmagorie qui fait apparaître le caractère social du travail comme un caractère des choses, des produits eux-mêmes…

 

…Voilà pourquoi ces produits se convertissent en marchandises, c'est-à-dire en choses qui tombent et ne tombent pas sous les sens, ou choses sociales. C'est ainsi que l'impression lumineuse d'un objet sur le nerf optique ne se présente pas comme une excitation subjective du nerf lui-même, mais comme la forme sensible de quelque chose qui existe en dehors de l'œil. Il faut ajouter que dans l'acte de la vision la lumière est réellement projetée d'un objet extérieur sur un autre objet, l'œil ; c'est un rapport physique entre des choses physiques. Mais la forme valeur et le rapport de valeur des produits du travail n'ont absolument rien à faire avec leur nature physique… »

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche