Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 09:55

BOURDIEU LES REGLES..."Le communisme a échoué". Quel communisme ? Article du 5 octobre 2007. Depuis les choses, sans etre resolues, ont evolue.

 

 Si les communistes ont refusé, particulièrement les 30 dernières années, à voir les transformations du monde, il faut y mettre une nuance : ils ont refusé relativement. Mais les non-communistes n'ont pas fait mieux, même s'ils ont apporté leurs contributions aux réflexions et aux savoirs nouveaux.

 

La question des alliances entre couches sociales exploitées, sa "découverte" par le mouvement anti-capitaliste et altermondialiste est amusante car ce n'est pas une découverte mais une donnée permanente du marxisme. Cela va avec le rôle global du prolétariat, la place du salariat, et à l'autre bout, l'absence de démocratie pour les producteurs, producteurs au sens large de toute production dite "matérielle" et "culturelle". Sans oublier de faire quand même la différence entre ce qui crée la plus value et ce qui ne la crée pas directement, c'est à dire ce qui détermine les profits et "l'échange" inversé A-M-A', le marché capitaliste. Tant mieux si certains redécouvrent le chemin que les marxistes non dogmatiques ont fait, mais il y a encore du chemin à faire !..

 

L'inquiétant, c'est que la "découverte par le PCF" des transformations du monde, dans ces conditions,  peut remettre en cause les découvertes essentielles que contient le CAPITAL de Marx et les travaux qui l'ont poursuivi. Comme si, découvrant de nouvelles connaissances scientifiques, on remettait en cause les bases élémentaires de la science au point de jeter l'enfant avec l'eau sale.

 

Longtemps les communistes ont négligé la question de la subjectivité au profit d'un économisme dogmatique. Aujourd'hui certains semblent se rallier à l'air du temps en faisant comme si la subjectivité ne possédait pas un support "physique", en "oubliant" ce support. La critique de l'économie politique est la base de notre connaissance du réel et des projets de construction d'un devenir.

 

« ….Jamais le moyen ne se rapporte seulement à lui-même, sinon on ne pourrait même pas en parler. Ce vers quoi il est tourné agit avec lui, même si cela se fait ou semble se faire sans intention expresse, ou si l’on ne découvre cette intention que plus tard. Aussi le moyen et la fin sont-ils non seulement  des concepts interdépendants mais la relation qui existe entre eux est à ce point finalisée que le moyen et la médiation se recouvrent largement. Dans d’autres cas, là ou la médiation fait défaut –et notamment la médiation économique au sein de la société- les fins manquent leur destin et demeurent abstraites. Le moulin à bras a engendré la société féodale, la machine à vapeur la société capitaliste : c’est toujours l’état de développement des forces productives qui détermine une société donnée et ses possibilité de transformation révolutionnaire. Que cette médiation vienne à manquer, ou que l’on en tienne pas compte, alors se produit, au lieu d’un bouleversement qui semble après coup avoir été un bond, un simple putsch, un vain et bref embrasement….

….Le putsch anarchiste néglige les buts immédiats, il les survole avec le dilettantisme de l’impatience ; le réformisme, lui, nie et même trahit à force d’être conscient des buts à court terme, ce que ces derniers recèlent de fins lointaines. L’étude théorique de la base doit donc se mettre au service de l’état major de la révolution au lieu de glisser dans l’économisme des buts immédiats. Ce qui veut dire que les horizons et les étincelles de leur pré-apparaître doivent être visibles dans tout but immédiat…..

…..La théorie révolutionnaire ne mérite donc ce titre que lorsqu’elle se consacre à cette médiation des buts immédiats et du but ultime, et son manuel se nomme alors Le Capital – avec tous les horizons de l’humanisation. Le but lointain est ici la construction d’une société sans classe. Son but ultime, transgressant toutes les limites, est cependant le visage dévoilé d’un monde dans lequel le sujet n’est plus aux prises avec un objet qui lui est étranger. ….

……la médiation économique et sociale des tendances agissantes, le mouvement lui-même…..se dirigent vers ce but au prix de bien des détours et de bien des erreurs, mais au bout du compte, ainsi que le montre dans la médiation le bond dialectique, en obéissant à l’invariance d’une orientation….. »

Extrait de « Experimentum mundi (Expérimentation du monde), question, catégories de l’élaboration, praxis », Ernst Bloch, Payot, Traduction de Gérard Raulet.

 

Pierre Assante 5 oct. 07

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche