Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 23:36

2 question

 

CROISSANCE, ENERGIE, PIB et LANGAGE, FECONDITE.

 

Pour reprendre le dernier article, outre une liste de mots touchant à « abstrait » et « concret », voici une autre liste dont il faudra « trier » le sens en économie d’échange de capital et en économie d’échange à partir des besoins « matériels et moraux » du processus humain ; la transformation qualitative du mot, de la parole, à travers la transformation des conditions matérielles de vie, entre autre de : fécond, fertile, stérile, handicapé, mutilé, croissance,  PIB, masse de la valeur ajoutée, valeur, critères d’échanges, gésine, fœtus, prémisses, prémices, productif, investir, énergie, particules, composants, volume, rapports, production, produit…..

 

Le PIB, en tant que masse de la valeur ajoutée n’est « peut-être pas » un critère pertinent concernant la qualité de la vie humaine. Mais il ne s’agit pas de le remplacer par un critère « psychologisant ».

Tout critère remplaçant une mesure de la valeur marchande par une référence à la décroissance sans préciser en quoi tient cette proposition, est une aide aux politiques d’austérité.

 

Les politiques d’austérité sont incapables de créer autrement que dans le système économique actuel obsolète. Elles sont égoïstes au sens propre et pas seulement au sens moral, mais ce qui va avec, elles sont dépourvues de l’imagination qui permet la création, la poursuite d’un processus humain « majoritairement » sain. Les articles précédents reviennent abondamment sur la question.

 

Pour reprendre l’exemple trivial : construire une « machine » qui dispose dans un volume infiniment plus petit une masse infiniment plus grande de composants électronique, (aujourd’hui jusqu’à quelques molécules de germanium, et demain…) est-ce de la croissance ou de la décroissance? De la croissance ! Bien sûr si l’on se place non pas sur la valeur ajoutée produite comme mesure de la satisfaction des besoins, mais sur les besoins en tant que créateurs de « machines » les satisfaisant. Bien sûr ! Mais pourtant dès à présent une croissance d’une autre qualité. L’usage de la main-d’œuvre bon marché dite « non qualifiée » face à une production de haute technologie, leur organisation mondiale, et les contradictions dans la cohérence du développement mondial en est une preuve, une illustration, s’il en faut une, et de la réalité, et des possibilités et de la limite du système d’échange A-M-A’…

 

MAIS Evidemment, dans le registre du vocabulaire employé concernant la réalité d’aujourd’hui, l’échange A-M-A’, la croissance est bien celle du PIB, de la valeur ajoutée totale d’une aire de production et de vie ; et qui ne peut aujourd’hui que se considérer qu’à un niveau mondial si l’on veut comprendre « l’état actuel des choses » et même si sa mesure dans une aire donnée, la nation ou la région au sens large ou étroit, est un élément d’action sur la réalité locale et globale.

 

De même que les critères de travail productif et travail improductif qui sont les qualificatifs de réalités nécessaires à l’action de production dans cet échange A-M-A’, et sans lesquels, il n’y a AUJOURD’HUI aucune satisfaction des besoins, biens qu’ils soient aliénés, à travers l’aliénation du producteur de son produit et des gestes de son produit…

 

La valeur d’usage perce dans la valeur marchande, mais la valeur d’usage ne peut être créée aujourd’hui et mise en échange-consommation sans sa valeur marchande, si ce n’est pour l’usage personnel du producteur.

 

Ce qui change, se transforme, c’est la masse du PIB en explosion de croissance, dans laquelle peuvent se « glisser », entre autre par la réduction du temps de travail, les services et leur retour sur la travail productif (au sens du capital) de même que les produits « moraux » ( art, esthétique, éthique, )bien que mutilés, aliénés par leur intrication dans le système, et encore plus la spéculation productive tant qu’elle peut tirer la plus value de la production « matérielle ».

 

Masse du PIB en explosion de croissance, puis en ralentissement (crise jusqu’où ?)

 

Mais la crise exacerbée de suraccumulation-dévalorisation du capital, la baisse tendancielle de son taux de profit liées à son succès historique de croissance, et qui se trouve en obsolescence historique, pose une question de fond, celle de l’ENERGIE.

 

Plus une société s’avance dans une impasse, plus la causalité qui en résulte demande croissance de l’énergie pour modifier les directions, la direction de son processus. Mais comme pour les conditions matérielles dont l’énergie fait partie, et les mots-outils de la conscience de l’état des choses et de leurs conditions de transformation, la question de l’énergie dépend de sa transformation quantitative, sa concentration-simplification.

 

Concentration-simplification qui peut (encore) se résoudre par l’entrée en profondeur au sein de la structure fine du mouvement de la matière, les particules-moment en tant que quantum.

 

Le solaire…, et les énergies renouvelables que l’on met en avant aujourd’hui ? Certes, mais à travers de nouvelles avancées, de nouvelles conquêtes de la connaissance dans la « structure fine » de ce mouvement. Connaissance qui ne peut qu’aller de pair avec une vision fine correspondante à celle de la condition humaine, dans leur unité.

 

La transformation qualitative du processus humain c’est dès aujourd’hui, et elle se poursuivra dans la capacité de distinguer ce qu’il faut favoriser dans le processus pour qu’il soit fécond.

  

 

Pierre Assante, 10 décembre 2013

 

http://pierreassante.fr/dossier/VERSION_augmentee_de_2_QUESTIONS_POUR_PROCEDER_A4.pdf

(AVEC L'ARTICLE CI-DESSUS)

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche