Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 11:25

Matérialisme-et-Empiriocriticisme-Lénine-1909Conscience et croyance.

 

Cette réflexion, qui part des travaux d'ergologie, pour flâner dans des champs divers en les traversant et en mettant en mémoire ces traversées, n'engage que l'auteur de ce blog.

 

Le « mouvement-matière » a plus de finesse et plus cohérence, qui nous sont insaisissables,  que ce qui nous apparaît dans l’observation « corpusculaire-ondulatoire », « ondulatoire-quantique », l’infiniment petit, l’infiniment grand (1), la génétique la plus fine à notre portée actuelle.

 

La science nous dit aujourd'hui qu'il y aurait auto-création-transformation génétique dans l'acte tout au long de la vie et non seulement dans la transmission générationnelle. Cela confirmerait, sans nier la génétique évidemment, ce qui fut un drame de la science et du despotisme et du détournement du marxisme,  l'intuition tirée de la philosophie du rapport de l'activité avec l'auto création humaine.

 

Sur un autre "plan" de la réflexion, le concept de dieu ne peut exprimer la finesse et la cohérence du « mouvement-matière ». Il contient une dichotomie esprit/matière, il est figé dans sa représentation et sa finalité, il est lié à une domination-concept personnifiée, il inverse le rapport d'antériorité réalité indépendante de la pensée-pensée et par conséquent le rapport entre création, auto-création, acte humain de transformation de la nature et de lui-même."

 

"L'idéalisme intelligent est plus proche du matérialisme intelligent que ne l'est le matérialisme stupide" nous rappelle Ernst Bloch en citant Lénine.

 

Copie de 20100825 003"On verra que le monde nourrit depuis longtemps le rêve d'une chose dont il lui suffit maintenant de prendre conscience pour la posséder réellement". Karl Marx, Lettre à Ruge, 1843, citée encore par Ernst Bloch dans "L'Athéisme dans le christianisme", 1968.

 

Il est, paradoxalement, pour moi en tout cas, des humains capables de penser avec la possession de ces deux registres,  « mouvement-matière » et "Dieu" comme avec et dans deux tiroirs qu’on ouvre en fonction du besoin particulier à résoudre. Ce qui importe, c’est le besoin particulier à résoudre, et chaque humain, partant de ces besoins, et tentant de les résoudre sainement pour soi et pour l’espèce a droit au respect comme tout humain et toute "nature" (2).

 

Lorsque l’on pense, l’on parle de conscience comme système de concepts organique découlant de la perception et de sa mise en cohérence en mouvement, on considère mécaniquement « soi » d’une part, le « milieu extérieur » d’autre part. Mais dans la pratique, il ne s’agit pas de soi et du milieu extérieur. Il s’agit d’un ensemble dans lequel sont inclus des « objets extérieurs à soi » et soi même comme « objet extérieur », comme si l’esprit était séparé du corps et considérait, du « dessus de la réalité », cet « extérieur » dans lequel serait compris le corps.

 

L’on voit donc que même dans une conception matérialiste et dialectique de l’activité, il est difficile d’échapper à une dichotomie de l’activité, parce que le « poste d’observation » humain est tel que dans son moment historique passé et actuel à très long terme, la conscience échappe difficilement à ce « poste d’observation ».

 

2011 05 06 002C’est exactement le problème que j’ai posé lors de mon envoi et ma réflexion sur les épistémicités (3), voir l’article de ce blog sur cette question.

 

Cette réflexion est un petit pas dans cette entrée de plus en plus en profondeur que nous tentons sur l’essence de l’humain, les rapports sociaux qui la « condensent », l’activité micro et macro dans ce qui nous est perceptible et ce qui doit se mesurer  dans le tangible et s’exprimer dans l’intangible, qui font l’étude ergologique et les développements humains qu’elle veut défendre.

 

Pierre Assante, 16 juin 2011

 

Notes :

(1) Des essais personnels publiés sur ce blog traitent en partie de ces questions.

(2) Dans notre société, les alliances qui se veulent de progrès social sont saines et fertiles lorqu'elles ont un contenu idéologique fort. Dans le cas contraire c'est une fusion-régression qui se produit.

(3)Sur les épistémicités :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-epistemicite-reflexion-sur-les-travaux-d-yves-schwartz-73735796.html

Tous les articles de ce blog en cliquant   :  ici

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche