Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2022 5 25 /11 /novembre /2022 11:48

 

 

 

DISSERTER EN omettant la réalité du système et ses effets ou en y répondant en santé ?

CRITERES DE DEVELOPPEMENT ET AUTOGESTION.

 

Disserter de sujets les plus divers et tous importants et essentiels évidemment sans les mettre en rapport avec la loi de l’argent, en particulier son critère mondialisé et financiarisé P/C, ne peut répondre à leurs crises réciproques dans la crise systémique globale.

 

Il y a même danger de détourner les actes qui se veulent réparateurs des objectifs réparateurs affirmés.

 

Aujourd’hui, dans cet article particulier, deux points dans l’océan des douleurs, des crimes et des menaces vitales.

 

1) Si Poutine, son pouvoir et l’oligarchie qu’il représente, à son corps défendant ou en pleine responsabilité est bien l’auteur concret de la « guerre d’Ukraine » concrète et des exactions réciproques inhérentes à une guerre, la volonté concrète du capital US de la faire entrer dans l’OTAN, et de l’UE, complémentaire, de la faire entrer dans l’UE et donc dans l’aire économique US, a été une réelle et concrète déclaration de guerre.

 

Non pas une déclaration de guerre morale, mais une déclaration entrainant des ruptures de relations vitales réciproques entre deux pays frères, nations sœurs culturelles, et deux Etats,  dépendants mutuellement et matériellement l’un de l’autre, économiquement, énergétiquement, etc.

 

L’escalade qui s’en est suivie en matière d’équipement militaire technique et mondialisé rendant la guerre stricto sensu globale, et de montée des mentalités guerrières, avec le rôle propre de Zelenski soufflant sur les braises et ses retombées sur « son » peuple, et de l’extrême droite fascisante locale, et ses milices n’était que prévisible et prévue par les acteurs du conflit, acteur externes et internes en rapport concrets réciproques.

 

C’est donc une volonté de désescalade et de contrats nationaux, internationaux et mondiaux liant les intérêts des « deux parties » qui peut donc prévaloir à une désescalade et à la menace de mondialisation et de nucléarisation du conflit dit local mais global.

 

2) Un effondrement de la Chine, c’est-à-dire de la cohérence relative mais réelle qui lie ses populations et ses habitants aurait des conséquences incalculables dans l’état d’échange vital dans l’état historique et en mouvement fragile, donc de survie du monde humain.

Aussi bien son développement que le rapport de force qu’il a créé, relatif, mais toujours aux mains du capital US est le fruit d’une NEP usant et utilisant les ressorts systémiques concrets du capitalisme mondial, en tentant de le réguler justement en faveur de ce développement.

Mais le capital, où qu’il soit en mouvement, ne peut échapper à la baisse tendancielle du taux de profit et à la suraccumulation dévalorisation. En outre, bien que deuxième puissance industrielle, la Chine est encore loin d’un développement qui la ferait deuxième puissance économique par tête d’habitant. Le développement économique et le développement démocratique dépendent l’un de l’autre, non d’une façon automatique, mais de façon causale et aléatoire, dans lequel entre l’état de conscience d’une société et des ses individus sur eux-mêmes. D’où le rôle de la formation « militante ».

Il n’y a pas lieu de se taire sur tout problème en Chine et sur la Chine comme ailleurs. Se taire ce n’est qu’aggraver les difficultés et n’aider en rien leurs résolutions. Mais on ne peut le faire que dans la conscience de l’état du rapport de forces et des capacités de résistance à l’agresseur principal, le capital dominant monopoliste et impérialiste.

 

Lire « Le ciel divisé », Christa Wolf, 1963, édité en RDA en 1964 et en France aux Editeurs Français Réunis et chez Stock 2011, ou « Une semaine en Juin. Berlin 1953», Stefan Heym, Lattès 1990, nous pose ces questions, relativement sans « réponses », et qui restent des questions « absolues »

 

Drôle de quadrature du cercle ! Et pourtant à résoudre…

 

 

Ce n’est pas une conclusion mais une visée abandonnée dans la tempête pour s’abriter au plus vite qui laisse le processus vital de l’humanité en suspend et en recul : l’homme est un existant social à la fois autonome et dépendant de l’entité, des entités locales et globale auquel il appartient.

L’idée de liberté basée sur « l’individualisme total » est héritée de l’idéologie bourgeoises liée aux intérêts financiers propres de classe qui pense ne devoir sa prospérité qu’à elle-même et non à toute la société humaine.

La réponse à la propriété contradictoire fertile et féconde individu/espèce pensante « autonomie/dépendance » est bien l’autogestion de la personne dans l’autogestion des entités dans la dépendance globale.

Y penser et y repenser dans l’action quotidienne et d’avenir ! : l’autogestion est la forme nouvelle, révolutionnaire de la croissance, s’opposant à la croissance de l’accumulation-suraccumulation capitaliste.

 

Partout et en Chine de même.

 

Entre autre grosse parenthèse, la résolution encore possible de la crise climatique et ses dangers mortels pour l’humain dépend aussi de la résolution de la contradiction contenue dans le critère vicié de développement vicié P/C. Son glissement vers un critère VA/CMF est une proposition transitoire processuelle vitale vers un autre type de développement que celui basé sur le cycle d’accumulation A-M-A’ et l’achat de la force de travail qui l’alimente.

 

Mais il faut COM-PRENDRE que l’autogestion, nouvelle croissance matérielle et morale de l’humanité,  est partie, en unité et organiquement, elle-même, d’une croissance en santé suffisante, matérielle et morale, de la conscience relative historique de l’homme, en tant que processus de conscience de la nature sur elle-même, dans et à l’inconscience historique du moment.

 

DANS LES MOMENTS HISTORIQUES TRES GRAVES, les hommes ont su, de façon provisoire et anticipée dépasser les despotismes et faire preuve et appel à l’autogestion, qui les a maintes fois et provisoirement sauvés. Il s’agit d’e faire un « principe » permanent, c’est-à-dire entretenu objectivement et subjectivement.

 

 

Le cycle A-M-A’ du renouvellement social par accumulation du capital et la société hyper libérale et hyper délégataire, hyper-présidentialiste qui en est issue, pose la question de l’opposition de l’homme producteur avec l’homme échangeur et consommateur alors que seul leur unité contradictoire mais non antagonique, féconde et fertile est en mesure d’assurer ce renouvellement en santé ; progrès social qui a développé les forces productives et les luttes internes au système, populaires ouvrières et salariés  pour le dépasser, et vicié dès la naissance du système, est devenu aujourd’hui totalement obsolète, ce dont témoigne la crise systémique de suraccumulation-devalorisation du capital à laquelle répondent les propositions de processus transitoire de l’école économique néomarxiste de la régulation systémique, vers son abolition dépassement.

 

Révolution progressive et radicale, SEF et organisation du travail, autogestion de la personne et de l’entité d’activité dans la cohérence relative globale , Fonds et crédits, DTS, etc… Voir la revue Economie & Politique

 

Pierre Assante. 25/11/2022 08:04:31.

 

 

VOIR AUSSI :

 

Partager cet article

commentaires

B
En vue du 39ème Congrès du PCF , lire ou relire dans Economie et Politique Nos 800-801 de 2021 l'article de Paul Boccara : " Théorie marxiste et voies autogestionnaires de la révolution en France " . Ou bien lire la revue La Pensée de janvier 1986 .
Répondre

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche