Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2022 3 21 /09 /septembre /2022 19:17

 

 

Le sentiment de beauté

 

 

Le sentiment de beauté découle du désir de satisfaction des besoins, à travers l'évolution-complexification de l'espèce humaine.

Des plus « élémentaires aux plus complexes » en unité.

Le désir sexuel, issu de la propriété de l’espèce d’instinct de reproduction, si fort, à plus forte raison...

 

Désir sexuel sublimé chez l’espèce pensant et inventant qu’est l’homme, la femme et l’homme comme êtres humains sexués de la même espèce, si tant est qu’on puisse distinguer scientifiquement, oui, une espèce dans un moment donné de l’évolution et de la transformation biologique et pour l’homme : transformation fondamentalement sociale.

 

C’est le sens de la poésie d’Arnaud Daniel (Chansson do-ill mot son plan e prim ! Chanson de mots simples et précieux), ou de Pétrarque dans sa quête de la femme, de la beauté et de l’émotion. Ce qu’on peut généraliser à toute l’espèce, de Sapho à la Comtesse de Die, quelles que soient leurs « orientations » (quel mot peu poétique !).

 

En ce sens, les Trobadors, pointe avancée d’une pré-Renaissance allant vers la démocratie élitiste ouvrant la voie à une future démocratie possible de l’homme producteur-citoyen, car la production est bien la réponse aux besoins vitaux dans leurs complexification-évolution et sublimation, de réponse aux besoins et aux désirs qu’ils engendrent.

 

Les Trobadors avaient découvert la psychanalyse bien avant Freud, façon de dire.

 

Que pensaient les paysans des XIIème XIIIème XIVème siècles de la création trobadoresca. Certainement pas exactement la même chose que les trobadors eux-mêmes. Cependant se préparait dans leurs relations réciproques autre chose que la guerre de Troie ou la guerre de cent ans ou la guerre nazi, et il se prépare toujours quelque chose si la causalité et l’aléatoire ouvrent la voie à une intervention humaine d’une civilisation nouvelle de toute la société et non pas d’une fraction dominante, ce que l’automation et la numérisation (ça c’est poétique, oui) bien employées peuvent permettre.

 

Il y a une vraie, forte et immense poésie dans la science (demandez à Héraclite ou Diderot), pas seulement dans la « connaissance des étoiles ou de la mirocristalographie », mais tant aussi dans toute connaissance et conquête de la connaissance et de son usage dans la libération des contraintes et la satisfaction des besoins les plus subtils, si possible pour tous et autant que possible…

 

 

Je vous propose de faire connaissance justement avec la forme poétique de  la sixtine, entre autres, du Trobar Ric d’Arnaud Daniel et de Pétrarque (Anzi tre creata era alma in parte. 214) en les lisant ; Pétrarque dans sa quête de Laure, certes très aristocratique même s’il n’est pas un aristocrate mais servi par des subalternes, et si humaine en tant qu’humain ; au-delà du Purgatoire, de l’Enfer et du Paradis de son compatriote issu dans le développement des Etats avancés d’Italie, de l’héritage, marque et trace des trobadors jusqu’à aujourd’hui comme toute trace de l’existant passé dans l’existant présent et futur, quoiqu’il arrive.

 

L’héritage des trobadors est celui d’un rapport de force social et culturel provisoire avancé, loin des contraintes papales et loin d’un féodalisme centralisé (Merci Guy Martin et Robert Lafont, fontaines de savoirs d'Òc!)

 

 

 

Voici un extrait de texte de Pétrarque qui n’est pas … mais…

 

…..

 

I’ segui’ tanto avanti il mio desire

ch’un dí cacciando sí com’io solea

mi mossi ; e quella fera  bella e cruda

in un fonte ignuda

si stava, quando ’l sol più forte ardea.

Io perchè l’altra vista non m’appago,

stetti a mirarla : ond’ella ebbe vergogna ;

et per farme vendetta, o per celarse,

l’acqua  nel viso con le man mi sparse.

Vero dirò (forse e’ parrà mensogna)

ch’i’ senti’ trarmi  de la propria imago,

et in un cervo solitario et vago

di selva in selva ratto mi trasformo :

et ancor de’ miei can’ fuggo lo stromo

 

……

 

Pétrarque. Canzoniere. 23. Vers 147-150.

 

Le sentiment de beauté, autonome des conditions qui l’on fait naître, dans les temps « immémoriaux », long et courts, relativement. ( Lire « Epitre aux citoyens », 2001 et « Division existe du travail», 2006  ).

 

Pierre Assante. 21/09/2022 17:41:06.

 

***********

https://pierreassante.fr/dossier/RECUEIL_NOUVEAU_a_partir_de_DEMARXISATION.pdf

Partager cet article

commentaires