Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2022 7 11 /09 /septembre /2022 09:29

 

7. L’ANARCHIE DU PROFIT et LA DEMOCRATIE

 

Le cycle d’accumulation A-M-A’ ne peut assurer la cohérence de la production de la société nécessaire à la vie humaine.

Il existe une dépendance des activité humaines entre elles, à commencer par la dépendance des activités de production des « biens matériels » dont dépendent à leur tour tous les biens « matériels et moraux » nécessaires au maintien et au développement de la vie humaine.

A commencer par la dépendance de l’activité humaine aux conditions naturelles qui les permettent, dans leurs interactions mutuelles, leur transformation mutuelle qui demande un état de santé suffisant pour se poursuivre, pour procéder ; le mot processus est la qualité du mouvement, l’immobilité et la mort étant synonymes dans la réalité.

 

Voilà des choses bien élémentaires mais si éloignées de la pratique quotidienne et à long terme de notre système économique et social et culturel, dans leur unité, et dans lequel nous vivons et subissons, à notre corps défendant ou pas, l’idéologie ; unité bien menacée dans la dissociation qu’entraine la double propriété antagonique entre valeur d’usage et valeur marchande.

Valeur d’usage et valeur marchande, c’est le B-A-BA initial de « Le Capital » de Marx dans lequel il propose de com-prendre le « fonctionnement de notre système », et encore aujourd’hui dans ses transformations quantitatives, mais dans les mêmes lois-tendance d’alors inductrices d’incohérence sociale, jusqu’aux pénuries actuelles en développement dans un monde humain ayant pourtant acquis des possibilités productrices et créatrices immenses…

 

La démocratie est à juste titre une aspiration universelle de la personne humaine dans la société humaine. La démocratie libérale a tendance despotique dans sa dictature financière est pourtant indissoluble des lois qui régissent le capital. En cela un processus de transition entre notre démocratie libérale, propre aux société dominantes initialement développées et industrialisées dans l’histoire du capitalisme, ET une démocratie de l’homme producteur-consommateur et de l’homme citoyen dans leur unité sociale assurant un développement cohérent, c’est-à-dire des relations en santé suffisante, est un processus très complexe qui demande recherches, formations, transmissions et implications de toutes les populations et non pas d’une élite dirigeante ;  même si « les plus formés » ont un rôle éminent à jouer, comme dans toute révolution passée ; dans toute révolution passée de transformation d’une domination de classe vers une autre domination de classe, qui a constitué l’histoire de l’humanité après les « 1 million et demi » d’humanisation initiale et depuis les « 5 millénaires » de société marchande en constitution et en développement qui ont abouti au CMMnIgF (Capitalisme Monopoliste Mondialisé, numériquement Informationnalisé, globalement Financiarisé) qui est le notre.

 

Des peuples en développement ne sont pas passé « tels quels » par la formation de l’impérialisme mondial car ils se sont développés sous les conditions économiques, militaires et culturelle (objectives et subjectives) de cet impérialisme et son accumulation, pour procéder à leur accumulation propre (c’est là le génie de Deng Xiaoping, -après celui de la NEP abandonnée de Lénine-, dans celui des peuples chinois), ce qui donne à la fois une tendance à la libération de cet impérialisme et la tendance à un nouvel impérialisme constitué à partir des rapports de forces mondiaux. En même temps la capacité issue de la résistance à l’impérialisme contient aussi la tendance à la régulation de la société capitaliste, régulation qui est aussi un anti-impérialisme, parce que ce nouveau développement à besoin de cohérence, contre l’incohérence capitaliste dépendante de la « cohérence » du profit. C’est le cas de la Chine et de sa dictature populaire, qu’il est inconcevable de vilipender de façon simpliste, qui a hérité de la formation marxiste sur les lois de la Marchandise et du cycle de reproduction du capital. C’est un élément pour à la fois développer progressivement et radicalement une démocratie de la production et de la citoyenneté unies, et sortir du besoin de dictature issue de la guerre du capital dominant contre les développements concurrentiels, et le développement mondial de rapports sociaux différents, nouveaux et en santé suffisante qui sont en gésine dans le mouvement présent de la société capitaliste.

Le nouveau nait de et dans l’ancien, c’est l’histoire de l’image dialectique de la pomme issue de l’arbre ancien qui pourrit et produit un arbre nouveau, pas tout à fait génétiquement le même…. Mais l’évolution de la société humaine n’est pas une question d’ordre biologique et génétique, même si elle en dépend, mais social, ce que Lapalisse aurait dit lui-même ! : Relations entre évolution conjointe mais en développements inégaux et « décalés » temporellement à la fois en avant et en arrière, des consciences et des techniques ; et esthétiques et étiques, dans la production des biens matériels et l’implication organique des propriété pensantes de notre espèce.

 

Sachant aussi qu’une transformation sociale qualitative n’est pas l’histoire d’une vie mais l’histoire de générations, même si des transformations radicales peuvent naître dans l’affaire d’une génération, ce qui incite à la dois à la patience révolutionnaire et la motivation à l’action, le « Principe Espérance » disait Ernst Bloch, toutes choses opposées à la limite contenue dans l’insuffisance de vision scientifique synthétique des Insoumis et de leur générosité mal employée ; vision scientifique synthétique qui n’exclue pas, à l’encontre de déclarations intempestives et mal intentionnées, la réalité de l’unité de l’homme de raison et de sentiment.

 

Pierre Assante. 11/09/2022 09:17:20.

 

EXTRAIT DE :

https://pierreassante.fr/dossier/RECUEIL_NOUVEAU_a_partir_de_DEMARXISATION.pdf

Partager cet article

commentaires