Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2022 6 06 /08 /août /2022 18:30

 

LE CYCLE  DE LA SOCIETE HUMAINE.

De la monnaie à la conscience collective en processus

 

Le cycle A-M-A’, qu’il s’agisse de celui d’une personne humaine, d’une entité locale de production et d’échange (1), de celui de l’ensemble de la société humaine (2), ce cycle englobe l’ensemble du cycle de la production, de la distribution, de la consommation des valeurs d’usage et les subsume.

En tant qu'entité se rapprochant d'une "globalité mondiale centralisée", tout en conservant son caractère de capital, d'accumulation antagonique, antagonisme transmis à toute la société, la personne et les entités humaines, que le capital s'approche des conditions objectives et subjectives de son abolition-dépassement dans un autre type de système économique et social, de contradiction non antagonique, de santé suffisante et de qualité nouvelle, en unité.  De la monnaie-argent-logique de l'esprit à l'échange sans restriction et sans dimension; de la logique de non contradiction à la dialectique du mouvement des forces contraires, leur unité et leur identité dans le processus de conscience qui l'organise et s'auto-organise concrètement.

C’est l’état présent dans notre moment historique à partir duquel transformer en santé suffisante la réalité sociale malade.

Notre réalité, ici et maintenant découle des bifurcations de 30 siècles, issues alors du développement du surproduit issu lui-même de la révolution agricole et pastorale et des cités en conséquence, de la bifurcation de l’accumulation et du caractère pris par l’accumulation dans cette unique/multi-bifurcation.

L’accumulation capitaliste du capitalisme monopoliste mondialisé numériquement informationnalisé globalement financiarisé et ses résultats à la fois causaux et aléatoires est l’héritière de ces bifurcations, et en a changé le mouvement mais pas de façon qualitative, pas leur qualité. La bifurcation de l’accumulation garde ses caractéristiques originales : les échanges dans les marchés et les échanges entre marchés, la division de classe du travail et la division sexiste du travail  et les incohérences-inégalités attachées à cette division vont de pair. Il n’y a pas plus grande évidence de cette incohérence-inégalité contrainte de développement que le propre comportement des couches moyennes hautes et la diffusion de leur comportement, de notre comportement, à toutes les couches et alliances de mode de production aliénant. La croissance des couches moyennes, contradictoirement est révélatrices de la réalité contradictoire de la décroissance numérique et anthropologique de la classe possédant le capital et le pouvoir sur le capital, de la concentration du capital et de la contradiction entre ce pouvoir et un besoin d’une autre production et répartition de l’accumulation, c'est-à-dire d’un autre type d’accumulation dont-donc de mode de production et d’échange.

De la guerre de Troie, « guerrier » contre « marchand-échangeur » dominant, entre autre, un détroit, pour ce qui est de notre « sphère » mondiale parmi les autres en rapports dialectiques, réciproque, à « l’accident logique » démocratique de la société esclavagiste de Grèce ou des sociétés bourgeoises modernes, en passant par les empires, de l’antiquité à aujourd’hui, la conscience humaine est à se forger dans cette expérience de bifurcation et à rechercher une bifurcation dans laquelle accumulation et besoins sociaux et croissance de la conscience elle-même dans une, d’autres formes d’accumulation.

Un communisme démocratique des forces productives humaines développées est cette nouvelle forme d’accumulation. Une nouvelle forme pouvant revêtir causalement une infinité de formes, une infinité de bifurcations en santé suffisante (3) pour vivre et se développer ou pas ; transformation-évolution-complexification-condensification (4) réussie ou pas dans le mouvement universel de transformation-évolution-complexification-condensification.

Une vision de la description du « Capital » de Marx réduisant même relativement le cycle du capital à un concept isolant le cycle de la plus-value comme le cycle du travail du mouvement, du cycle global du capital, est une vison abstraite du mouvement concret niant ce mouvement concret ; visions simplificatrices très pratiquée, pente facile universelle, forçant inefficacement le mouvement de la société au lieu de le susciter par des coups d’épaule nécessaires en fonction de la réalité du mouvement. On ne change que l’existant : inventer mentalement un existant qui n’existe pas nie la possibilité d’inventer une transformation concrète de l’existant qui n’existe pas seulement dans les têtes. La conscience fait partie du réel, mais ne constitue pas le réel. Les idées ne changent pas de façon miraculeuse le réel. Socialement elles influent collectivement sur le réel et sur elles-mêmes évidemment. Le capital a inventé une représentation mentale, une symbolique et des outils monétaires concrets et abstraits de son mouvement, à partir d’équivalents de temps de travail, une abstraction mentale de son mouvement, de sa mise en valeur dans les rapports et échanges sociaux qui dichotomise la réalité de ces rapports et échanges en fonction  des besoins d’accumulation confisquée. Je sais à quel point notre vocabulaire est déficient pour exprimer le « réel physique » et le « réel idéel » et leur unité qui ne sont que réel tout court et constitués comme l’exprime la philosophie matérialiste des particules depuis l’antiquité, de façon grossière et empirique et aujourd’hui de façon plus scientifique mise à mal dans la crise du capital et ses effets matériels et moraux.

Il n’y a pas il me semble, pire atteinte à l’espoir que le gauchisme,  que l’opportunisme, de droite et de gauche, leur concept d’identité contradictoire en surface dans un mouvement non-contradictoire de la pensée en profondeur (5).

Une vision abstraite du mouvement concret du capital, le capital réalité et forme abstraite-représentation globale de la marchandise et la mesure de ses valeurs d’échange, passe par la description de la marchandise, et de son mouvement. Sauter par dessus ce mouvement pour en arriver à isoler le concept de plus-value de ce mouvement global, c’est réduire la vision du monde humain à un moment de son mouvement et de son évolution caractérisé conjointement par la formation des nations, leur marchés nationaux et nier la réalité du marché mondial des échanges, des coopérations et des cohérences à rechercher. Cette vision souverainiste est inséparable d’une vision nationaliste et d’une vision impérialiste conduisant et accompagnant le fascisme ancien come son renouveau, que l’impérialisme soit dominant ou dominé, sous-dominant et vassal. Cette négation a été pratiquée par le « socialisme réel » mais bien plus encore par le capital et son enfermement-conquête géopolitique correspondant à son besoin de domination agressive dans le partage du monde pour l’accumulation capitaliste, les dominations et crises de marché, crises générales du capital et crise systémique finale du capital dont la crise de suraccumulation-dévalorisation cycliques généralisée et aujourd’hui durable du capital et de ses palliatifs, des remèdes provisoires l’aggravant.

Bifurcation nouvelle en santé suffisante de l’accumulation pour une poursuite en santé suffisante du processus humain et communisme sont une seule et même chose, un seul et même mouvement dans la diversité de composantes et résultantes de mouvement.

Une bifurcation possible en santé suffisante commence par l’effort de régulations particulière et globale. C’est ce que tentent, entre autres entités plus ou moins vastes, avec difficulté et drames sous des formes très différentes les entités nationales issue de la décolonisation de l’Asie, de l’Afrique, de l’Amérique latine,  et des « petites entités dispersées »…., avec toute les difficultés de transition d’un niveau de développement des forces productives à un autre, expérience déjà connue par les pays capitalistes avancés qu’il nient avec frénésie pour maintenir les inégalités contraintes et non naturelles de développement nécessaire à la survie et domination du système obsolète et malade.

 

Pierre Assante. 06/08/2022 12:25:12.

 

(1) Cycle Argent-Marchandise-Argent plus du capital, d’une une entreprise PME-PMI-ETM jusqu’à la firme multinationale et la collectivité humaine mondiale, qui passe par le cycle du travail, de renouvellement de la force de travail qui est autant mentale que « physique » en unité.

(2) en régime politique de despotisme démocratique avancé et en régression historique, ou de résistance sœur ennemie à la mondialisation capitaliste financiarisée sous une forme de centralisation autoritaire  en voie de mondialisation démocratique non encore atteinte.

(3) Le qualificatif de « suffisant » est nécessaire pour indiquer que la santé n’est ni un équilibre, ni un absolu, mais une qualité de mouvement.

(4) Idem pour le terme « condensification » indiquant une forme de croissance non linéaire dans laquelle se reforme les mouvements et entités en unité sous des formes, des volumes et des temps (d’espace temps) de qualités nouvelles. Il est question de « condensification » et de sa « définition-développement » dans d’autres articles.

(5) « Le réel existe indépendamment de la conscience », « les conditions matérielles de vie ‘déterminent’ les mentalités, la conscience », « les idées perdurent au-delà des conditions matérielles qui les ont fait naître », « idem pour le sentiments », « le mort saisit le vif, mais le vif transforme le mort », « le travail cristallisé dans le capital fixe et le capital constant est mis en mouvement par le capital variable et son support concret, la force de travail et la capacité de travail », « la valeur marchande de la force de travail a un caractère historique en fonction du niveau de développement du capitalisme et de forces productives humaines dans le capitalisme », « il n’y a pas d’automaticité entre forces productives et type d’organisation sociale mais crise lorsqu’elles ne sont pas en correspondance historique, crise qui peut déboucher sur l’action humaine de transformation qualitative de la société et des ses constituants humains », « l’homme et les formes futures possibles issue de humanité sont une forme de la conscience en processus de la nature sur elle-même et d’appropriation mutuelle infinie dans le mouvement de complexification-condensification des entités naturelles », etc…

 

 

VOIR AUSSI, du blogueur :  

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/02/lien-sur-le-recueil-20-theses.html

ET :

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/05/retour-a-la-theorie-5.html

ET

https://pierreassante.fr/dossier/CE_QUE_J_AIME_Recueil_de_Poemes.pdf

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche