Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2022 5 29 /07 /juillet /2022 07:25

Besoin est de se rappeler de ce qui a été fait par tous et de ce qu’on a fait soi-même. En se retournant sur le passé, proche et lointain, on peut apercevoir le chemin parcouru ou pas, corriger si possible les analyses et les actes d’alors. Ce texte de congrès me permet de rectifier ce que je n’avais pas saisi et de confirmer ce qui me semble encore relativement juste.

 

 

Nous avons besoin de l'internationalisme et de la pluridisciplinarité !

Pierre Assante – 13, pour le congrès du PCF du 2 au 5 Juin 2016.

http://congres.pcf.fr/83407

 

La mondialisation de l’économie n’est pas une apparition soudaine. Elle s’est construite à travers les millénaires de la société marchande.
- La révolution scientifique et technique a permis la généralisation de la gestion économique de la production au niveau mondial.
- Cependant cette généralisation se trouve en contradiction avec l’indépendance ou la trop puissante autonomie des grands groupes industrialo-financiers et leur organisation plus puissante que les
Etats nationaux.
- Le capitalisme monopoliste d’Etat mondialisé, informationnalisé ne repose pas sur une cohérence
générale partant des besoins locaux vers les besoins généraux de l’humanité ni sur la cohérence locale du travail de la personne, des entités de production locales, vers une cohérence de l’activité
humaine mondialisée, mais sur la recherche du taux de profit par ces groupes, ces groupes géants, incontrôlés, incontrôlable dans l’état du système économique et social.
- Le capitalisme en a hâté la construction. Le capitalisme monopoliste d’Etat National (social dans un moment du rapport de force du mouvement ouvrier qui l’a permis et combattu à la fois) n’a été formé que d’étapes nationales dans cette construction, étapes nationales dans lesquelles s’est dissous le poids des décisions nationales dans la cohérence (cohérence capitaliste) des décisions
globales de l’économie globale.
- L’économie dépendait d’un polycentrisme dont les nations étaient les constituants principaux.
- Ce polycentrisme est l’effet d’une longue construction historique et il a cédé a un monocentrisme en construction, qui correspond à une multiple nécessité contradictoire dont l’essentiel dépend du niveau mondial des forces productives, sur tous les plans, scientifique, technique, institutionnel et militaire et policier.
- Ce monocentrisme est donc en double contradiction avec les pouvoirs des grands groupes financiers non internationaux mais mondiaux. Cette double contradiction, nécessaire à tout geste social, correspond à son auto-observation et sa correction progressive et simultanée. La question de fond de résolution de la crise entre polycentrisme et monocentrisme est que le système A-M-A’ (1) n’est pas en capacité d’autocorrection et ne le sera jamais, sinon par son dépassement s’appuyant sur les actes de l’homme producteur, la classe ouvrière mondiale et le salariat et ses alliés en général.
- Les solutions économiques de la ComEco (2), justes et essentielles se trouvent ainsi limitées par une situation historique qui maintien provisoirement une incohérence de lieux de décision et d’une absence totale et évidente de démocratie mondiale dans la mondialisation.
- La ComEco souffre de plus d’une insuffisance dont elle n’est pas responsable, car non en capacité organique d’y répondre, c’est une insuffisance de pluridisciplinarité.
Cette insuffisance de pluridisciplinaroté a deux raisons essentielle :
1) l’absence de vision globale de l’organisation politique à laquelle elle appartient, insuffisance de vision globale généralisée du champ politique national et mondial.
2) Cette absence correspondant à une organisation historique du mouvement ouvrier nationalonationale qui a obtenu d’immense succès dans le siècle passé, mais qui n’a pas pu répondre à la transformation du monde globalisé, réduisant ainsi les solidarités internationales, et favorisant des « retours au passé heureux » impossibles sur lequel s’appuient les populismes et les néofascismes en Europe et ailleurs, non qu’un « retour aux jours heureux » soit impossible, mais parce les conditions des jours heureux sont aujourd’hui celles du processus mondial remis en santé.
- La commission économique, même dans ses limites actuelles, un des points forts de ses travaux, me semble-t-il, réside dans un effort de toujours, à l’exemple de Paul Boccara, pour traiter les questions économiques en liaison avec une connaissance rigoureuse de l’histoire (une des grandes lacunes des économistes académiques) et en liaison étroite avec les luttes sociales et politiques. Cela est bien mis en lumière par l’effort engagé par Paul pour développer une recherche sur l’« anthroponomie » symétriquement à ses travaux sur l’économie, et en liaison avec eux.
- Le magnifique mais inquiétant tableau fait sur la situation économique mondiale et ses solutions par Yves Dimicoli Mercredi passé, entre autre, ne peut s’appuyer sur une vision historique que si une interdisciplinarité est organisée par l’organisation politique et si l’organisation politique en a cette volonté.
- A l’incohérence globale sur laquelle s’appuie le capital ici et partout doit répondre une volonté de cohérence que seule une organisation politique d’internationalisme de classe peut posséder, ce qui n’est pas encore le cas.
- Certes, il est difficile de construire un internationalisme dans les conditions du poids des moyens techniques et médiatiques du capital contre cette construction. Mais la volonté existe-t-elle, et à quel
point de maturité ?
- Pour le moment, nous assistons chez les intellectuels communistes (comme chez les autres) de métier ou « de mentalité de recherche » dans la majorité des militants, à un éparpillement des actes constructeurs, à une construction plus centrée sur le soi-même que sur la coopération. En somme, la personne chez nous aussi est en état d’incohérence reflétant celui de la société à la fois globalisée et dissoute, et moi-même comme tout un chacun.
- Les guerres locales (qui menacent de s’étendre à un conflit général usant de toutes les techniques de destruction) correspondent à un état des forces productives qui ne peuvent assurer une cohérence de leur développement ni une organisation des lieux de décision leur correspondant, ce qui va de pair, et la personne humaine se trouve insérée dans cet état des choses, cette réalité en mouvement de construction inachevé, en difficulté et en danger.
- Cette nouvelle « guerre de cent ans » mondialisée (En comparaison à ce moment de fin du Moyen Age des forces productives) peut durer longtemps et mal se finir, car elle ne supportera pas une durée de cent ans dans les conditions d’accélération de la globalisation.
- La ComEco ne devrait pas craindre de se pluridisciplinariser à l’histoire, à la philosophie, à l’anthropologie…
- Elle n’a rien à y perdre, tout en sachant qu’elle ne pourra assumer seule cette pluridisciplinarité

(1) Echange basé sur la circulation du capital Agent-Marchandide-Argent plus.
(2) Commission Economique du PCF qui depuis des décennies assure presque seule un magnifique travail de recherche et de solutions au développement de la crise économique, et aujourd’hui au paroxysme de la baisse tendancielle du taux de profit dans la masse du profit, de la suraccumulation-dévalorisation du capital dans la révolution scientifique et technique, la crise de croissance de l’humanité et la crise de civilisation concomitante.

 

Pierre Assante, 22 février 2016

 

VOIR AUSSI, du blogueur :  

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/02/lien-sur-le-recueil-20-theses.html

ET :

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/05/retour-a-la-theorie-5.html

ET

https://pierreassante.fr/dossier/CE_QUE_J_AIME_Recueil_de_Poemes.pdf

Partager cet article

commentaires

B
Oui , face à la mondialisation capitaliste en crise , on a besoin d'un nouvel internationalisme de classe , mais non inféodé .De plus on doit s'adresser impérativement à la jeunesse .
Répondre

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche