Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2022 6 02 /07 /juillet /2022 06:04

 

EFFONDREMENT. L'effondrement est une dissolution.

1. L’effondrement moral -en cours- de la société humaine libérale est la conséquence et va de pair avec l’effondrement productif. Un « moralisme » paralysant et puant se substituant à la recherche et à la mise en œuvre d’une coopération et d’une cohérence productive, de l’entité locale d’activité à l’entité globale qu’est la mondialisation humaine, dans les deux sens, fait partie de l’effondrement moral de la personne humaine dans l’effondrement social général.

Combien de temps ce processus peut se produire et s’aggraver, quel est son aboutissement et quel dépassement possible dans un nouveau mode de production et d’échange en santé suffisante pour renouveler et relancer le processus d’humanisation, voilà un sujet d’angoisse pour tout être suffisamment conscient, une angoisse motrice d’engagement actif ou de désespoir démobilisateur.

L’angoisse comme l’égoïsme sont des productions hormonales différentes et l’accumulation culturelle humaine tend à les réguler, à sublimer la pensée, les sentiments, la construction -continue et discrète- du mouvement de systèmes mentaux de concepts, la conscience et les savoirs, sur et sous le substrat animal.

2. Le choix et l’acte sont soumis à l’angoisse et l’égoïsme de l’individu de l’espèce humaine dans ses relations avec son espèce et en l’occurrence, les relations et les rapports sociaux.

Dans le capitalisme, la subsomption de l’organisation productive , de l’homme producteur individu à la production mondialisée, et la production mondialisée au critère du profit capitaliste maximum immédiat détruit le rapport aux besoins, la réalisation et la satisfaction des besoins vitaux, sociaux de l’individu et de l’espèce, leur évolution et complexification et réduit la condensification nécessaire à la croissance.

3. L’effondrement dans l’appareil productif au sens strict n’est pas visible alors qu’il devrait crever les yeux. La raison est la « normalité » que l’organisation capitaliste vécue au quotidien revêt dans notre conscience, dans la configuration de notre conscience subsumée dans et sous l’achat de la force de travail et le critère de profit capitaliste. En revanche il apparait plus visible dans l’effondrement de l’organisation de la santé et de l’hôpital ou des urgences, éléments des conditions de la production au sens strict et de la reproduction sociale, non que l’urgence médicale soit plus urgente que l’exigence de la production des biens nécessaires à la vie humaine, mais parce que la socialisation de la santé -son financement paritaire capital-travail par exemple- est devenue un élément de conscience avancée issue de la libération du nazisme.

4. La libération du nazisme est une libération de la pointe avancée au paroxysme du moment d’une organisation antisociale de la société et de la production capitaliste, de la subsomption du travail sous les critères d’organisation capitaliste se confrontant et se confondant à ses propres contradictions ; ce qui a valu une réaction du capitalisme lui-même et une « révision » keynésienne, remède palliatif à un système en pré-effondrement.

La révision keynésienne a fait long feu.

Pour la suite je vous renvoie à l’introduction, dans les luttes protestataires salariales et populaires, des propositions des économistes communistes (1) et à la critique de la crise du travail par les ergologues de progrès.

5. L'effondrement est une dissolution. De l’unité de production agricole familiale du petit paysan libre de l’antiquité à nos jours et son extinction progressive, au travailleur libre vendant sa force de travail subsumée sous le capital et sa mondialisation, il y a une multitude d’évolutions-transformations anthroponomiques faisant partie d’un processus inconscient de la société qui demande volonté de conscience. La dissolution c'est celle du rapport entre le travail transformateur des richesses naturelle et le besoin, le processus productif réalisant ces besoins. Il n’y a pas de transformation en santé suffisante sans une organisation collective de l’étude des conditions de cette transformation. C’est le rôle et la tâche de tout être humain dans le collectif, l’intellectuel collectif de survie et de développement de l’humanité. A chaque entité humaine de poser la question et de la résoudre dans l’ensemble humain.

 

Pierre Assante. 02/07/2022 05:43:25.

(1) https://www.economie-et-politique.org/

 

LIRE :

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/05/retour-a-la-theorie-5.html

 

Partager cet article

commentaires

B
Selon Marx et Engels , le communisme n'est ni un état de choses qui doit être créé , ni un idéal sur lequel la réalité devra se régler . Ils appellent communisme le mouvement réel qui dépasse l'état de chose actuel . Les conditions de ce mouvement résultent de la présupposition actuellement existante ." Il n'y a pas si longtemps on parlait de socialisme qui remettait à plus tard le communisme . Aujourd'hui certains font référence à visée , voire perspective communiste . Mais est ce que cela ne ressemble pas encore à un horizon toujours lointain ? Ne devrait-on pas faire référence à : mouvement communiste , ici et maintenant ? Les conditions du changement se trouvent dans les présuppositions actuellement existantes en pratiquant la dialectique : évolution révolutionnaire . Ne pas compter seulement sur les élections et l' Etat , mais surtout sur les luttes immédiates . Il me semble que c'est la position des économistes du PCF .
Répondre

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche