Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2022 2 05 /04 /avril /2022 07:07

 

RÉVOLUTION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE, PHILOSOPHIE ET PROGRÈS…

 

Pas de doute, La révolution scientifique copernicienne est bien une révolution scientifique. Elle consiste à passer du « modèle » du géocentrisme à celui de l’héliocentrisme.

Ce n’est pas qu’une vue de l’esprit. Elle correspond à une révolution des moyens de production, certes pas encore du mode de production, mais cela est lié historiquement.

Pas de doute, La révolution scientifique quantique est une révolution scientifique comme et avec la révolution relativiste.

La révolution copernicienne comme la révolution quantique a des résultats concrets dans la transformation des moyens de production, et dans la transformation de la vie humaine et les progrès de la vie humaine, médecine, agriculture, industries, enseignement, consommation, culture et savoirs… ; certes avec des inégalités sociales et des inégalités de développements distincts et l’insuffisance qualitative des choix et des pratiques, mais progrès tout de même, relatif, comme tout progrès.

Inégalités, insuffisance qualitative dans un processus progressiste trouvent une explication dans les limites de l’adéquation du mode de production et d’échange, d'avec le développement des forces productives.

Certes l’adéquation ne peut être « parfaite », historiquement, dans l’histoire de notre encore préhistoire de l’organisation sociale. Une organisation de la société  est un processus d’évolution-complexification, non-linéaire et aléatoire, avec des régressions, des progressions et quelquefois des accidents qui peuvent être plus ou moins graves, et peut-être mortels.

Il ne s’agit pas ici de redévelopper les  arguments sur les contradictions antagoniques entre le système et les forces productives, qui ne vivent d’ailleurs pas leur vie indépendamment, mais forment au contraire une unité de fonctions avec leurs mouvements particuliers et leur inégalités de développement.

La révolution copernicienne, comme la révolution quantique, sont opérationnelles, elles ont un effet concret sur le processus « matériel » de l’humanité, ses progrès et ses dangers ; effet technique et ses développements sociaux, économiques et culturels conduisant non automatiquement à une transformation qualitative "globalisée", mais en ouvrant les possibilités.

Dans le même temps que la révolution copernicienne, se développait une révolution philosophique, héritée des philosophies du devenir, de la philosophie atomiste antique jusqu'à celle de la Renaissance.

Au moment où était encore enseigné le géocentrisme, Giordano Bruno parlait du système solaire et d’une multiplicité de systèmes solaire ! Philosophe d’ampleur, mais que serait sa philosophie sans les transformations techniques résultantes de la révolution scientifique copernicienne et les recherches scientifiques particulières et pluridisciplinaires en unité, qui l'ont permise? Question mal posée puisque le mouvement de la société, c’est le mouvement technique comme le mouvement des idées, en unité.

Galilée fut condamné à l’abjuration, mais Bruno mourut sur le bucher…

La théorie de Copernic était juste, relativement, comme toute chose. La théorie quantique de même, comme toute chose. Copernic devait corriger l’erreur inconsciente des révolutions célestes circulaires, alors quelle sont elliptique, par des formules mathématiques appropriées et « bricolées » pour la cause. Peut-être les équations Heisenbergiennes sont-elles la même fonction dans une théorie quantique « incomplète » ?

Très peu scientifique, hélas, mais grand admirateur des scientifiques, je pose la question philosophique à l’instar du grand Giordano Bruno, qui lui méprisait un peu la science, en en faisant une opposition avec la philosophie, peut-être un retour de mépris entre les deux ?

Dans la controverse entre Lénine et Bogdanov, je choisis Lénine, quels que soient les retards des uns et des autres dans une controverse par rapport aux données historiques, les découvertes obtenues après le moment de la controverse.

La philosophie du devenir, en dernière instance a toujours raison dans et pour la poursuite du processus, quelles que soient ses limites historiques par rapport à celles la philosophie éléate, toujours plus conservatrice. Le conservatisme de cette dernière pèse sans cesse sur le processus d’évolution-complexification de l’humanité, dont le maintien des exploitations de la société marchande, de l’esclavage jusqu’à l’achat de la force de travail est un corollaire, d’avec la philosophie éléate.

Les douleurs et les crimes humains ne tiennent pas qu’à la nécessité, même si elle intervient fondamentalement, bien sûr. Les crimes de la philosophie du devenir ne sont pas les crimes de la philosophie du devenir, et le conservatisme de la philosophie éléate est directement lié aux retards du processus de la philosophie du devenir.

La théorie de la transformation qualitative du mode de production et d’échange, le dépassement du capitalisme et la philosophie du  devenir ont partie liée.

La philosophie éléate qui se manifeste dans les retours du bogdanovisme sous diverses formes et appellations, chez les physiciens des particules, entre autres, et les « retards » relatifs de développements « accompli» de la théorie quantique, ont partie liée avec les retards de transformation du mode de production, la contradiction du mode de production d’avec le processus des forces productives.

Le retard scientifique, à l’instar des limites du progrès d'alors de la théorie des orbites célestes, et les régressions philosophique vont de pair. Ces retards engendrent le contraire des progrès en cours, cohabitent avec les progrès en cours, et sont le témoignage paradoxal de l’approche des changements qualitatifs possibles de l’organisation sociale et de ce qu’elle

Critique de la critique critique

contient de supérieur d’économique, social et culturel, dans le mouvement de transformation humain, sa continuité, ses sauts de qualité en unité de fonction, et non en dichotomie de fonctions imaginée mentalement et irrationnellement dans tout matérialisme dogmatique, issu des dogmes idéalistes eux-mêmes.

Pierre Assante. 05/04/2022 06:43:40.

 

 

 

CET ARTICLE POURSUIT CET ESSAI, "LA CRITIQUE DE LA CRITIQUE CRITIQUE" : 

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/01/la-critique-de-la-critique-critique-et-les-entites-abstraites-qui-habitent-notre-cerveau.html

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche