Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2022 7 13 /03 /mars /2022 07:37

 

Grenier de la mÉditerranÉe

et grenier de la guerre.

De Troie à l’Ukraine

 

« Mais je souhaite que mon souci ne soit que mensonge et qu’il tombe dans le néant… »

Le Chœur dans Agamemnon d’Eschyle.

L’Orestie fut jouée vers 458 avant notre ère, sous l’archontat de Philoclès.

Eschyle obtint le premier prix.

Eschyle combattit contre l’invasion perse,

 à Marathon et à Salamine.

 

 « Lorsque mon affranchi, Maximus, s’en allait pour acheter du blé, c’est à juste titre que tu lui as donné cette escorte, car il s’acquittait alors d’une mission extraordinaire… » 

Réponse de l’Empereur Trajan à Pline le Jeune, Proconsul et Légat de la province du Pont et de Bithynie, vers 111 de notre ère.

 

 

Il n’y a pas de grande cité qui ne se soit développée sans le commerce, l’échange marchand.

Cela vaut pour Troie de même, nous le disions dans un article précédent :

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/03/guerre-de-troie.html

La région de la Mer Noire de l’actuelle Fédération de Russie, et de l’Ukraine, qui n'est pas hélas une fédération incluant des autonomies régionales en question dans le conflit, était déjà dans l’antiquité un grenier pour Athènes.

Et pour la Méditerranée. Elle le reste et au-delà.

Comment ne pas penser, que bien avant, du temps des cités achéennes, déjà productrices et commerçantes, mais peut-être d’un commerce moins étendu que celui de Troie, la fameuse Hélène n’était pas un fait mais en premier lieu : le blé et sa mythisation symbolique, divine et religieuse, sa culture et son commerce. Au passage notons le sens du mot « blé» par rapport à l’argent, mais cette référence sémantique dans les moments tragiques est sans doute hors de propos, prise au premier degré.

 

La question énergétique, le gaz, le pétrole… dans le conflit déclenché par l’oligarchie russe, crime dont elle porte tout le poids aux yeux de l’opinion ici et maintenant, et dont les causes sont bien antérieures (1), et sur lesquelles s’étendent les médias et les décisions politiques, n’est pas la seule. La question alimentaire, celle du blé entre autre -et pas seulement- en est une autre de la première importance.

Energie et alimentation sont d’ailleurs totalement liées et l’effondrement possible d’une économie mondiale qui a mis des siècles et des millénaires à se construire, et que nous mettons à mal, touche à l’alimentation et à l’énergie, base de la vie de la société humaine (2).

Ce n’est pas la guerre « de Poutine » la seule à détruire la cohérence de l’économie mondiale (3). La destruction de cette cohérence subit depuis des décennies des coups de boutoir dont les lois sociales issues de la victoire sur le nazisme et du développement des mouvements ouvriers nationaux, ont fait les frais et continuerons à faire les frais après ces élections et après la guerre ; si tant est qu’il y ait une pause et une accalmie, c’est à dire si tant est que l’affolement politique connaisse un répit. L’ultralibéralisme du mode d’échange A-M-A’ à son paroxysme actuel est le désorganisateur premier des rapports entre les hommes et les entités locales et mondiale et le la société marchande et de droits en état d’explosion massive : insécurité sociale, insécurité alimentaire et énergétique, angoisse du devenir, déperdition progressive -si tant est qu’on puisse mettre ce qualificatif à la chose- des raisons de vivre et de l’instinct de survie de l’espèce et de la personne.

Le système capitaliste, en promouvant la loi locale et mondiale du profit maximum immédiat dans le cycle de reproduction de la société basé sur le cycle A-M-A’, a séparé comme jamais activité industrieuse et besoins humains. Cette contradiction a permis de développer impétueusement les forces productives mais mené à antagonisme développement des forces productives et besoins sociaux.

Pour moi, et pas seulement pour moi, dénouer cette contradiction antagonique, c’est dénouer les causes de la guerre économique et militaire, quels qu’en aient été les "sentiments" et les déclencheurs principaux dans le présent et le passé. La question des « gentils et des méchants », qui a un sens certes, ne résout en rien les causes des conflits létaux pour des populations et pour l’humanité.

 

Il sied de suivre les voies commerciales des échanges pour comprendre où, quand et comment s’est développée, se développe et se développera possiblement, par hypothèse, la production nécessaire à notre vie ici et partout,

La guerre de Troie a eu lieu. Celle d’Hélène et celle du blé, du pain, chère symboliquement aux chrétiens et chère au double sens du mot, prix et besoin de se nourrir. Chère dans tout ce que ce sentiment contient de vie commune et solidarité et d’organisation sociale y répondant. Chère du prix déterminé par une valeur marchande. La valeur marchande ne nait pas toute seule, mais du mode de production et d’échange et des groupes d’intérêt dont les firmes multinationales, les institutions financières mondiales qui les accompagnent dans la prédation et le parasitisme, dictent les conditions antagoniques à l’intérieur de la société et entre elles. La guerre entre elles est la guerre contre tous, et dans leur loi et leur culture, elles ne peuvent y mettre fin sans intervention « extérieure », celle des salariés et des peuples  dont l’organisation mondiale devient un besoin vital. Vital au sens propre, pas poétique du tout (4).

 

Une sécurité d’emploi et de formation c’est-à-dire une sécurité de production nécessaire à la vie y correspondant, un usage social et non prédateur de la production monétaire et du crédit, des droits unis du citoyen-homme producteur, une autonomie-autogestion de la personne dans l'entité sociale locale étroite et large en relation réciproque, voilà le programme incontournable de notre survie, personnelle et commune, ensemble, au double effet pratique du mot.

 

Pierre Assante. 12/03/2022 19:25:42.

 

(1) Dans un événement majeur, ne pas remonter historiquement et économiquement au processus de longue date dont hérite cet évènement est de la plus grande inconséquence, de la plus grande impertinence. Petits impertinents ! Certes « remonter » demande un effort de savoir et de volonté ! Mais, qu’elles qu’en soient les raisons, le principe d’invasion est condamnable car il n’apporte aucune solution au causes des conflits et au contraire éloigne les solutions, quel que soit le "vainqueur". Enfin il ne faut pas attendre d’une ou l’autre oligarchie, des motivations de fond autre que la guerre de marché auxquels s’ajoutent les "sentiments nationaux" ; sentiments nationaux  qui ne portent eux-mêmes que la guerre, s’il ne tiennent pas aussi à des sentiments et des analyses de classe ; de la classe dominée dans ce cas et tous les cas de domination dans la société de classe, logique « universelle » d’un système de domination. Hormis des groupes humains hérités du paléolithique, nous vivons tous sous le régime de sociétés de classe et d’une société de classe globale dans laquelle les contradictions antagonistes créent des conditions nouvelles de sortie de domination, particulièrement chez les puissances émergentes ex-colonisées, la Chine en particulier et sa vielle culture dont le développement porte à la fois la domination de classe et la libération nationale : dure contradiction dans laquelle évoluent les peuples chinois et les régulations dans la suraccumulation-devalorisation du capital, régulation  porteuse d’issue globale à la crise de la société mondialisée, numérisée, en voie d’automatisation freinée par le système mais porteuse d’une libération du travail contraint et du développement du travail volontaire ; travail volontaire créatif d’un nouveau développement possible, d’un stade supérieur de conscience et des forces productives, dans leur rapport réciproque, leur même mouvement d’appropriation saine de son univers par l’homme producteur, l’humanité entité de développement-évolution-complexification du processus de la nature par elle-même, indépendamment de toute conception d’ordre divin « créant et contrôlant le tout ». Voir les articles "http://pierre-assante.over-blog.com/2022/03/de-soi-a-soi.html" et " http://pierre-assante.over-blog.com/2022/03/autonomie-dependance.html ".

 

(2) Une guerre économique désorganisant d’une façon inconséquente et impertinente comme c'est la cas, parce qu’organisée en fonction d’intérêts -joints mais contradictoires et parcellisés-, du capital coupé d’une organisation de coopération, c’est la loi du système- est pire que le mal de la guerre, ou tout au moins égal en douleurs et en morts. Considérons la multitude des activités de la société dans laquelle nous vivons et consommons -biens et services-, et nous nous rendrons compte à quel point notre vie humaine dépend de la cohérence locale et mondiale, en unité, de l’organisation de toutes les activités et de leurs rapports réciproques, de liens indissolubles entre elles. Faites-en le compte et l’observation non superficielle, ni structuraliste et dichotomisée, mais rationnelle.

 

(3) Il en est question, dans des réflexions plus étendues et approfondies dans d’autres articles de ce blog,  et surtout d’ Evelyne Ternant qui explique bien mieux que moi les tenants et les aboutissants multiples, divers et leur synthèse du moment.

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/03/guerre-et-paix-en-ukraine-ni-pacifisme-beat-ni-union-sacree-atlantiste-par-evelyne-ternant-8-mars-2022.html

 

(4) Si nous en réchappons, il se peut que les questions vitales posées par ce conflit, poussent à un renouveau, une autre organisation des échanges mondiaux, développement-complexification régulée en fonction des capacités historiques du mouvement. C’est une question de survie : la coopération du local au mondial ou la mort. Coopération unissant recherche fondamentale et appliquée, éthique et esthétique, formation, production consommatrice et consommation productrice, l’usage de la force de travail s’auto-développant, dont l’auto développement de la conscience sociale, la conscience tout court fait partie d’un même mouvement d’auto-développement global. Ecologique évidemment, puisqu'il s'agit d'un développment global homme-nature mis à mal par la loi de l'argent.

On peut aussi observer que la question des pénuries des productions venant "de l'Est" touche en premier lieu l'Europe et la Méditerranée

 

LA CRITIQUE DE LA CRITIQUE CRITIQUE :

http://pierre-assante.over-blog.com/2022/01/la-critique-de-la-critique-critique-et-les-entites-abstraites-qui-habitent-notre-cerveau.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche