Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2021 6 16 /10 /octobre /2021 07:56

 

LA FOLIE DE LA NORME

 

La vie en communauté humaine impose la construction physique et mentale de normes correspondant au moment historique, économique, au moment historico-social.

Au fur et à mesure du processus de l’humanité, du processus humain, les normes se transforment, se défont, se reconstituent à un  niveau supérieur d’organisation de la société.

Mais lorsque la société est bloquée, lorsque le niveau de développement scientifique, technique, au niveau de développement des forces productives, physiques et mentales, et le niveau d’organisation sociale entrent en conflit (lorsque mode de production et d’échange et niveau des forces productives entrent en contradiction), la vie devient impossible : une transformation-évolution-complexification du processus social doit accomplir un saut de transformation qualitative et pas simplement un ajustement structurel.

Il n’y a pas d’ajustement structurel possible lorsque la structure est obsolète, il faut la révolutionner ; la révolutionner en santé, et non en régression.

Santé/régression est le conflit existant entre communisme et fascisme. Malheureusement les tentatives de communisme volontariste et grossier (le terme « grossier » est de Marx lui-même, à son époque) ont induit l’imposition de normes rigides, l’imposition de normes n’obéissant pas aux besoins de transformations à la fois continues et discrètes, transformations microS et macro.

En pleine crise de Covid et Economique se nourrissant l'une-l ‘autre, où l’emploi, le revenu, la formation sont en crises consécutives, et en rapport entre elles, Draghi, issu de la principale banque US, libéral rigide et à tout crin, ex-président d’une BCE ultralibérale, nouveau président du conseil italien, vient avec son gouvernement d’alliance de la social-démocratie à l’extrême gauche, d'imposer le vaccin sous peine de perdre tout moyen de vivre ; de fait, Salaire et Travail.

La rigidité du système et la rigidité des normes sanitaires et de toute norme vont de pair avec l’obsolescence du système social et le frein que le système obsolescent met à une transformation systémique en santé sociale.

La crainte naturelle d’effets secondaires médicamenteux va de pair avec les menaces sur la vie quotidienne induites par la crise du système et ses conséquences pratiques dans tous les secteurs d’activité humaine.

Il est tout aussi légitime et nécessaire de rechercher les remèdes médicamenteux à une crise épidémique que rechercher les remèdes sociaux à une crise de société.

Et il est contreproductif d’imposer des normes d’une façon rigide et autoritaire au point de priver de moyens essentiels une part des ceux qui assurent la survie de la société : les salariés, producteurs des biens et des services.

Priver de moyen de vivre pour imposer une norme au moment où le pouvoir les détruit et déstructure les bases de la société, sans permettre à la société de les remplacer par de nouvelles normes en santé sociale, est un crime : c’est la crise du capital qui cherche par tous les moyens de faire perdurer la production sur la base de l’accumulation du capital dans le cycle Argent-Marchandise-Argent’ qui a conduit à sa suraccumulation-dévalorisation et à la politique austéritaire comme remède palliatif à sa maladie économique, sociale, sanitaire, qu’il entretient.

On sait que dans le passé toute crise sanitaire avait un lien avec les conditions sociales de son existence. Il en est de même aujourd’hui. Ce n’est pas extrapoler ou faire de la démagogie que l’affirmer. La démagogie et la crise est du côté des normes du capital contre le travail et les salariés au même titre et en concomitance, que la démagogie sur l'immigration.

La norme à transformer et dépasser, progressivement, générationnellement, est celle de l’achat de la force de travail comme norme de reproduction et de développement des richesses. L’achat de la force de travail pour  extorquer la plus-value sociale pour accumuler profits et capitaux,  c’est l’aliénation du producteur de ses gestes physiques, mentaux et moraux, dans l’aliénation du produit de son activité au profit d’un autre qui en dispose d’une façon ou d’une autre, à « l’ancienne » ou « à la moderne ».

La classe exploiteuse se réduit de plus en plus aux grands groupes disposant du pouvoir sur le capital mondialisé, à l'instar d'une sorte de nouveau "mode de production asiatique" mondialisé. Sa chute entraînera la chute des dominations  de classe et de sexe : elle mettra en adéquation obligatoire mode de production et mode de gestion sociale. En fonction d’une telle transformation ou de l’absence de transformation, la société humaine sera ou ne sera pas.

Pierre Assante.  16/10/2021 07:24:58.

 

Voir aussi, 3 RECUEILS :

http://pierre-assante.over-blog.com/2021/10/3-recueils-an-2034-l-humanite-entre-dans-son-adolescence-et-mode-de-production-et-mode-de-pensee.html

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche