Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2021 6 11 /09 /septembre /2021 07:36

PENSÉE ET MATIÈRE. ENCORE. ET CAPITAL et ALIÉNATION.

 

Alors que la connaissance de l’univers, de l’infiniment petit à l’infiniment grand et le lien et l’unité entre ces deux « dimensions » ont progressé sur un plan strictement scientifique, la pensée matérialiste a dramatiquement reculé.

Ce recul va de pair avec le caractère grossier du matérialisme diffusé institutionnellement. Le caractère avancé d’un matérialisme intégrant le rôle des idées, de la pensée dans le processus matériel de l‘humanité est à « relancer ».

La pointe avancée d’un matérialisme intégrant le rôle de la pensée se trouve abordé dans les manuscrits de 1848 dans la formule résumant une longue observation et réflexion anthropologique et philosophique « de jeunesse » de Marx qui a permis et abouti à son analyse et critique de l’économie politique dominante encore aujourd’hui, celle de la société de production et d’échange dont le développement est basé sur le cycle d’accumulation Argent-Marchandise-Argent. Cycle aboutissant à la suraccumulation-dévalorisation du capital, son blocage social de la satisfaction des besoins humains et de leur processus, la crise structurelle et systémique « matérielle et morale », ses effets au quotidien et au futur.

La formule en question est celle-ci : « l’homme est la conscience de la nature sur elle-même ». Evidemment il s’agit là d’un processus examiné sur le plan historique, Marx résonnant à l’aide de la « méthode dialectique matérialiste » basé sur l’opposition des forces contraires, leur identité et leur unité, les transformations qualitatives qui en résultent ou pas, leur non-linéarité processuelle et leur réalité aléatoire, mais aussi leur causalité.

En travaillant sur cette notion de conscience de la nature sur elle-même, j’ai essayé de la relier avec le processus de complexification-transformation continu et discret (par bonds micros et macros) en unité. Ce n’est qu’une prolongation d’exposé de ce qui habitait Marx  génialement et avec anticipation sur la conscience humaine historique, dans son dépassement de la tradition religieuse et l’aliénation qu’elle contient et qui cloue l’homme au sol et au pouvoir extérieur au lieu de le libérer dans l’espace universel. Aliénation  -à l’instar et produit par-  de la vente de la force de travail, aliénation du corps et de la pensée, de ses actes et produits « finaux » des actes, du mouvement du corps en unité –le « corps-soi » selon la formule d’Yves  Schwartz –, la pensée étant un mouvement du corps et de la société dont le corps est partie organique.

C’est la raison pour laquelle dans les 3 recueils des années précédentes, j’ai mêlé actualité militante à réflexion anthropologique et philosophique (1). Il ne s’agit pas de complément d’âme à l'envers, mais d’unité propre des travaux humains, travaux au sens large d’activité, au sens des recherches d’Yves Schwartz, et dans laquelle le travail productif, industrieux au sens strict est aussi partie organique.

Concevoir la pensée comme un «esprit » agissant indépendamment de la matière est une tare de la pensée aliénant les capacités de développement de l’homme et de la société humaine et issu de la domination marchande. Ce qui pose cette tare à son paroxysme dans le capitalisme monopoliste mondialisé numériquement informationnalisé globalement financiarisé, son mouvement, ses institutions, ses destructions systémiques déstructurantes : de domination de la société humaine. Mais ne pas relier la matérialité de la pensée à son effet sur la matière c’est nier son rôle dans le processus de transformation-complexification de l’humanité et de la nature sur elle-même.

Aucun phénomène matériel n’est isolé ni par la distance ni par le temps, mais il n’y a pas d’effet non matériel de la pensée - qui est matérielle - sur la matière.

La connaissance procède de l’expérience et de l’expérimentation, accumulée et remise en service en permanence dans l’accumulation continue et discrète en unité.

Dixi et salvavi animam meam.

Pierre Assante. 11/09/2021 07:01:13.

(1) Pour moi, je place en lien direct cette réflexion et, par exemple mon intervention dans l’AG de section du PCF du 10.09.21. sur la « Campagne sur la Sécurité-Emploi-Formation-Revenu » et les « Conférences régionales pour l’Emploi, la Formation, et la transformation Productive ».

 

VOIR AUSSI SUR CE BLOG :

http://pierre-assante.over-blog.com/2021/05/mode-de-production-et-mode-de-pensee.7-articles.par-pierre-assante.18-mai-2021.html

Partager cet article
Repost0

commentaires

besse daniel 13/09/2021 11:11

La plupart des citoyens raisonnent par vue de l'esprit .C'est de là que viennent les religions . Entre la pensée et la matière il faut chercher ce qui est premier . Si on pense c'est parce que on a d'abord un cerveau qui est de la matière .

Pierre Assante 13/09/2021 17:17

Juste et clair complément. Amitiés. Pierre.

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche