Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2021 5 09 /07 /juillet /2021 09:21

RAPPEL.

Denis Durand. "Sept leviers pour prendre le pouvoir sur l’argent".

Éditions du croquant. 2017.

 

De nombreux évènements se sont déroulés depuis cette publication. Mais ce livre reste une formation pour toute personne voulant apprendre et agir dans le sens d’une sortie de la crise du système et construire un processus de transformation sociale de progrès (Note du blogueur)

 

On peut imaginer d’utiliser ce qui précède [Ce texte conclut le livre] comme une « boîte à outils  » où puiser des solutions institutionnelles face aux problèmes rencontrés par les syndicalistes, les élus locaux, les coopératives, les petits entrepreneurs… lorsqu’ils cherchent les moyens de financer leurs projets d’investissements, de préserver leurs emplois, de répondre aux attentes des habitants de leur territoire. On peut aussi y reconnaître une visée plus globale : faire émerger, à partir d’enjeux locaux concrets, une cohérence radicalement opposée à la cohérence perverse et contradictoire du capitalisme financiarisé et mondialisé. De multiples mobilisations sociales y trouveraient une efficacité nouvelle. Et l’indignation contre les méfaits de la finance, au lieu de demeurer impuissante ou de s’abandonner à l’exutoire des populismes, pourrait se transformer en engagement révolutionnaire, pour un dépassement du capitalisme jusqu’à son abolition et à la construction d’une civilisation nouvelle. C’est aussi l’une des intentions que nous visons en mettant en circulation ce petit recueil

 

Sommaire

L’argent, une question d’actualité. Page 13.

En finir avec l’évasion fiscale ? 14.

La dette, une malédiction ? 16.

La révolution numérique va-t-elle faire disparaître la monnaie ? 18.

« Sortir du système » avec les monnaies locales ? 21.

Et si on se passait des banques ? 23.

L’argent, un enjeu de pouvoir 27.

L’argent des entreprises, ou le pouvoir du capital 27.

L’argent des banques, enjeu politique par excellence 30.

L’argent public, un moyen de contrôler l’argent privé ! 37.

Sept leviers pour prendre le pouvoir sur l’argent 43.

L’information des citoyens dans les territoires.45

Le pouvoir des salariés dans l’entreprise 51.

Un fonds national et des fonds régionaux pour l’emploi et la formation 58.

La nationalisation des banques privées et la constitution d’un pôle financier public 66.

Le « plan B » : une autre politique monétaire, pour un euro commun de tous les Européens 74.

Un Fonds européen pour le développement des services publics 81.

Une monnaie commune mondiale pour le développement de tous les êtres humains. 93.

 

L’introduction :

L’allégeance aux marchés financiers et à leur obsession de rentabilité du capital présentée comme la seule rationalité économique concevable. De l’autre, la dénonciation de la finance, d’autant plus véhémente qu’elle dissimule le refus de tout projet concret pour que l’utilisation de l’argent devienne l’affaire des citoyens, au point que l’extrême-droite en vient à en faire un aliment de sa démagogie.

Sommes-nous pour toujours condamnés à cette impuissance ? Non, si nous trouvons la force, à gauche, de dépasser l’illusion que l’action de l’État aurait le pouvoir de corriger les méfaits du capitalisme sans qu’il soit besoin de conquérir des pouvoirs démocratiques sur l’argent dans l’entreprise et dans les banques. Nous pouvons trouver cette force car le sujet intéresse nos concitoyens. Depuis la crise de 2007-2008, chacun a pu mesurer l’influence que les banques, les salles de marchés, les banques centrales exercent sur la situation des entreprises, les politiques économiques, et finalement sur l’emploi, les retraites et la situation de chacun. Les révélations sur l’évasion fiscale ont déclenché un vrai phénomène d’opinion. L’exigence d’un autre comportement des banques et d’une autre politique de la Banque centrale européenne en matière de financement des PME ras[1]semble un consensus étonnamment large

Nous partons d’une conviction : la question de l’utilisation de l’argent va demeurer d’actualité dans le monde instable, fragile, traversé de logiques de guerre où le Brexit, l’élection de Trump aux États-Unis, l’approche de nouvelles crises financières, les premiers effets du réchauffement climatique nous ont fait entrer. La résistance aux politiques réactionnaires et néolibérales va nécessairement se heurter au pouvoir des banques et des marchés financiers. Pour faire émerger des alternatives, qu’elles soient globales ou relatives aux enjeux localisés de mobilisations sociales et écologiques concrètes, il faudra que les citoyens et les mouvements sociaux disposent d’une stratégie cohérente pour prendre le pouvoir sur l’argent ou, à tout le moins, pour commencer à prendre du pouvoir sur l’utilisation de l’argent. « Prendre le pouvoir sur l’argent » pour contribuer à sécuriser tous les moments de la vie et jeter les bases d’une nouvelle civilisation, à partir des contradictions du capitalisme financiarisé en crise ? Le but est ambitieux – osons le mot : révolutionnaire. L’objet de ce petit ouvrage est modeste : montrer, par quelques exemples, que le chemin pour y parvenir existe et que nous avons commencé à l’explorer. Ces observations guident la succession des sujets abordés dans les pages qui suivent. Nous proposons au lecteur de partir de quelques questions très présentes dans le débat public : l’évasion fiscale, la malédiction de la « dette », les nouveautés apportées par la révolution numérique en matière de monnaie et de banque, les espoirs mis dans le développement des monnaies locales… Chacune de ces questions ramène à un facteur clé : le rôle des banques et des banques centrales dans la mise en circulation, par le crédit, de l’argent nécessaire à la création de richesses (1). Le chapitre suivant rappelle quelques informations utiles aux citoyens qui considéreront, alors, que l’argent, sa mise en circulation, son utilisation, sont des enjeux de pouvoir, et qui voudront faire valoir leur point de vue sur ces enjeux. Enfin, la plus grande partie de ce petit volume rassemble un ensemble cohérent de propositions montrant comment, dès aujourd’hui, à partir d’enjeux concrets relatifs à l’emploi, à la formation, au développement des territoires, à la préservation de l’environnement, on peut développer des mobilisations sociales et politiques, «  du local au mondial  », pour changer effectivement l’utilisation de l’argent.

1. Ainsi, par exemple, l’avis Les PME/TPE et le financement de leur développement pour l’emploi et l’efficacité présenté au Conseil économique, social et environnemental par Frédéric Boccara a été voté le 15 mars 2017 à une très large majorité incluant les groupes de l’artisanat, de l’agriculture et des professions libérales.

 

 

VOIR AUSSI SUR CE BLOG :

http://pierre-assante.over-blog.com/2021/05/mode-de-production-et-mode-de-pensee.7-articles.par-pierre-assante.18-mai-2021.html

***********

 

VOIR AUSSI sur ce blog : « Crise de la production le recueil augmenté ».

http://pierre-assante.over-blog.com/2021/04/crise-de-la-production-le-recueil.html

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche