Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2021 4 01 /07 /juillet /2021 18:17

IDÉE. FORCE MATERIELLE. ÉLECTION.

Ce ne sont pas les élections qui font avancer la force d’idées de transformation, même s’il y a retour, rapport dialectique entre causes et effets, mais ce sont les idées qui font avancer les résultats électoraux et leurs effets.

 

Une idée devient une force puissante quand elle s’empare des masses. Marx disait « Quand les idées s’emparent des masses elles deviennent une force matérielle ». Vu l’avancée du matérialisme, même d’un matérialisme naturaliste (et non d’un matérialisme dialectique) … il n’est plus la peine de préciser « force matérielle ». Quant à devenir une force qualitativement agissante  il faut qu’elle ait assez de puissance pour agir sur l’état présent, pour agir sur les forces installées du présent.

La diffusion des idées, des concepts abstraits (tautologie!), la formation des militants et leur capacité d’explication, d’échange, de communication mutuellement enrichissante entre le militant et le non militant (distinction finalement peu pertinente dans un échange socratique), prime donc sur les élections alors que les échanges hors élection sont quantitativement moins présents dans les medias et même dans les partis, associations, rencontres de toutes sortes, y compris celles des organisation dites de transformation sociale où domine le sociétal sur le social.

En ce sens, ce ne sont pas les élections qui font avancer la force d’idées de transformation, même s’il y a retour, rapport dialectique entre causes et effets, mais ce sont les idées qui font avancer les effets des résultats électoraux dans ce sens. LES ÉLECTIONS NE PEUVENT ÊTRE ENVISAGÉES SÉPAREMMENT DE TOUTES FORME D’ACTION DÉMOCRATIQUE. Le travail est par excellence l’activité centrale de ressource des subsistances sans lesquelles l’unité des activités humaines ne peut exister, c’est à dire s’unifier, dans leur diversité, certes.

Si le capital financiarisé, mondialisé (et le l’hyperlibéralisme, son idéologie de marché capitaliste généralisée, son hyper-présidentialisme, et son chef de clan mondial escorté de ses chefs de clan locaux), réussit son maintien, par-delà sa crise systémique et les reculs relatifs de production, en qualité et en qualité, de formation et de transmission, de culture et de civilisation, c’est qu’il réussit à faire prévaloir physiquement et moralement le consommateur sur le producteur ; péril imminent sur les subsistances !

Il n’y a pas de production sans consommation et vice-versa. Dans son introduction de 1859, Marx parle de production consommatrice et de consommation productrice. Et bien sûr de distribution. Il en distingue à la fois les moments et leur unité.

Il distingue aussi les forces contradictoires ; leur identité et leur unité ; et leur antagonisme dans le mouvement-développement-évolution-complexification du capital, la socialisation continue qu’il induit et l’individualisation de pair dans la parcellisation de l‘acte producteur et de la conscience de l’acte producteur-consommateur.

Rassembler ces parcelles de conscience c’est créer les conditions pour développer une force matérielle agissant pour la transformation du système ancien dépassé et la naissance dans l’ancien d’un nouveau système dont les contradictions ne seront pas antagonique, c’est-à-dire, dont les contradictions et l'action humaine sur ces contradictions, en matière d’économie pourront  transformer qualitativement les rapports sociaux en cycle spirale de systèmes de production pouvant résoudre les contradictions de l’humanité elle-même avec la nature, l’univers. Son appropriation-appréhesion réciproque, infinie.

Certes toute transformation de la nature et toute transformation de la nature par l’homme, à double sens est fait de contradictions-antagoniques-temporellement-dissymétriques et symétriques-non-antagoniques.  Le mouvement d’appropriation en santé de l’univers par l’homme est le processus infini de la matière pensante en rapport avec elle-même et l’univers dont elle fait partie, et que nous commençons à distinguer vaguement comme une conscience de la nature sur elle-même qu’elle est certainement (Manuscrits de 1844).

Prière : ne pas séparer économie, politique et philosophie non spéculative, expérience et connaissance du travail… ! Pierre Assante. 01/07/2021 17:40:33.

………..SUITE sur le lien :

https://pierreassante.fr/dossier/MODE_DE_PRODUCTION_ET_MODE_DE_PENSEE._Par_Pierre_Assante._18_mai_2021..pdf

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche