Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2021 3 23 /06 /juin /2021 18:38

Cet article a été publié un première fois le 08/06/2021, 08:50, sans l'illustration présente.

RAPPEL historique : L'Humanité. 10 août 1946. Besoin de la suite aujourd'hui !

 

du « contre le RN »

au pour

le communisme. 

France, Europe, Italie, Monde.

RETRAITES, CHÔMAGE…. De la Démocratie Chrétienne (1) au macronisme et au Bidenisme, de la pandémie à la relance, de la crise systémique à son dépassement dans la sécurité d’emploi et de formation, vers l’abolition progressive de la vente de la force de travail, du « contre le RN » au pour le communisme.

 

Le  Macronisme organique, familial et social, en tant que porte-parole des milieux financiers a porté plus avant au paroxysme le « dégagisme », c’est-à-dire ce qu’il reste des institutions de la démocratie bourgeoise et de sa représentation dans son autodestruction dans la crise systémique et les palliatifs adoptés et en mouvement qui ne peuvent que résoudre partiellement et provisoirement la contradiction du cycle du capital comme moyen de reproduction, de cycle élargi de la société humaine.

Cette dissolution de la démocratie bourgeoise et sa rigidification dans un système autoritaire centralisé, reposant sur une sorte de bonapartisme descendant (à la différence du bonapartiste de la bourgeoisie ascendante) va de pair avec la dissolution des règles du marché capitaliste porté lui  aussi à extrémité dans la mondialisation et la révolution scientifique et technique numérisée, la dissolution des marchés nationaux et la dissolution-rigidification-paralysie des institutions nationales.

Son milieu idéologique d’origine, une démocratie chrétienne de droite, à la fois libérale et critique du conservatisme d’une démocratie chrétienne traditionnelle de marché national, de grandes familles, et porté à cette dissolution qui s’imagine moderne, se « croyant » ( la mot est juste, à double sens) correspondre aux transformation du monde, mais qui n’en a saisi que la superficie, les rapports financiers étroits, même si mondiaux : ignorant du mouvement profond du processus de l’humanité dans cette période historique et de son développement-complexification des besoins humains dans le développement-complexification de l’humanité, de la société humaine élargie à la planète et ses début de conquête de l’univers, scientifique, technique et physique à son état d’embryon.

La relance de la réforme des retraites et du chômage donne le signal des limites des mesures financières destinées à la protection de la main d’œuvre pour protéger le marché et les profits, le critère Profit/Capital.

Mais lorsque le capital sonne aujourd’hui le glas de ces mesures, il nous faut sonner le tocsin de la mobilisation de la classe ouvrière, du salariat et de peuples. Les mesures de Schroeder-Hart de 2000, allemandes (tentantes pour le capital aujourd'hui plus qu'hier dans l'aggravation de la crise systémique et pandémique) qui ont réduit drastiquement les lois et droits sociaux et qui ont couté la non réélection de ce dernier ont été suivies de 5 ans de croissance à 0%. Si Macron-Lemaire comptent relancer l’économie "d’après-Covid" comme cela, ils vont se trouver devant une énorme contradiction antagonique insurmontable : la crise systémique c’est la crise de la suraccumulation-dévalorisation du capital, la baisse tendancielle du taux de profit, la croissance du Capital Constant en contradiction avec le taux de profit qui détermine la guerre économique et la guerre militaire conjointe.

La volonté de retour aux critères de Maastricht « pour 2027 » et le plan de réduction des retraites par augmentation de l’âge de départ (2), et celle de réduction des indemnités chômages,  va à l’encontre de la seule issue pour la relance et la production des moyens pour créer les richesses nécessaires au développement (et non la répartition de la pénurie qui ne répond en aucun cas ni aux besoins du marché, ni aux besoins de relance, donc ni au besoin de renflouement du taux de profit). L'issue pour la relance, c'est la création d’emplois et la formation pour leur efficacité sociale, la sécurité de formation et d’emploi et de revenu évidemment : extension de la Sécurité Sociale à la démocratie du "que, quoi et comment produire", démocratie du producteur assurant la production des biens en fonction des besoins humains en qualité nouvelle, vers l'abolition de l'achat-vente de la force de travail, l'autonomie et la cohérence de la personne humaine, de son activité.

Penser qu’un « duel Macron-RN » est destiné à combattre le RN est une illusion de première  qualité. Les mesures antisociales prévues n’excluent pas le recours au RN, au contraire,  comme solution politique pour imposer les « reformes » antisociales en cas de faillite d’un macronisme encore non installé et déjà bien épuisé ; bien que les ressorts qui résident et dans les moyens matériels et dans les moyens idéels en unité ne peuvent être connus que par expérience des résultats concrets : c’est ce que se dire le pouvoir actuel dans sa course au précipice. Et ce que nous pouvons nous dire dans la construction d’un nouveau système économique et social sain répondant aux besoins de développement humain.

Le capital se débat entre toutes ces hypothèses et leur pratique :

-Inflation,

-Hausses d’impôts,

-Reprise de l’emploi des hauts revenus et baisse d’emploi des bas revenus et chômages, qui menacent les moyens humains dont le capital a besoin et qu’il détruit systémiquement, au sens propre de cet adverbe.

-Réserves de l’armée du salariat qui « coûte »,

-61 milliard d’€ d’économie sociale à économiser, selon lui, sur le budget d’ici 2027 pour renflouer le taux de profit,

-Guerre technologique industrielle-financière USA-Chine et comment s’y situer mais en restant dans l’empire US. Perte de coopération si peu qu’elle ait été promue, mais tout autant que l’imbrication économique oblige à une coopération forcée dans les rapports capitalistes eux-mêmes, et destruction des moyens de coopération,

-Marché financier et économie réelle,

-Fumisterie de la taxe du G7 de 15%,

-Les banques centrales « non outillées », c’est à dire pour le capital ne pouvant et ne devant pas dépasser selon lui,  les limites que le capital leur a fixées économiquement politiquement institutionnellement, les taux de renflouement du profit par production monétaire et fluctuation choisie, illustrant ces limites.

-La domination du dollar et l’illusion de l’indépendance.

Mettre tout ça en accord est la quadrature du cercle pour le capital et ses institutions d’Etat et internationales. Il y a prise de conscience de ces impossibilités chez le personnel du capital lui-même, mais évidemment un système ne peut s’auto-dissoudre, il poursuit sur les rails dont il  s’est doté pour survivre, se développer, même lorsqu’il ne peut plus se développer.

Il faut en revenir à la vieille et vivante hypothèse de la classe qui est le fossoyeur du système dont elle souffre et qui par sa libération libère la société entière : celle qui vend sa force de travail pour vivre   et dont la vente est en contradiction antagonique avec la force de travail elle-même. La classe qui vend sa force de travail et tous les intermédiaires soumis à la possession au niveau mondial du capital, de son mouvement et de son usage pour l’accumulation et contre les besoins sociaux.

Pierre Assante. 07/06/2021 11:46:37.

(1) De la Dissolution du PCI à la prise de pouvoir des ex de la DC dans le PD, l’irrésistible ascension de la mondialisation libérale, du capitalisme financiarisé numérisé, faute de résistance, l’Italie est gouvernée aujourd’hui par l’ex-président de la BCE, issu de la banque américaine-mondiale Goldman Sachs, comme tant d’hommes politiques du « monde nouveau », dans une « alliance » allant de l’extrême droite au « Centre gauche » improbable né de la dissolution « recomposition » ultra libérale du PCI et de la DC. L’unité de la gauche des partis communistes et sociaux-démocrates issus du marxisme du XIXème siècle est autre chose qu’une unité néolibérale, de l’ex DC et de l’ex PS devenus « socio-libéraux » et ne correspondant plus ni à la réalité économique ni à la réalité politique. La reconstruction de l’organisation sociale de lutte de classe et pas de collaboration de classe, s’attaquant à la vente de la force de travail, à travers une sécurité d’emploi et de formation et d’une révolution du système financer pour un pouvoir sur l’argent au profit des besoins sociaux, c’est cela l’avenir de l’humanité. Prendre le pouvoir sur l’argent ce n’est pas la guerre civile, mais c’est « un sport de combat » comme dirait Bourdieu qui avait entamé une réflexion et un rapprochement inachevé avec la classe ouvrière et le salariat de 1995.

(2) Par obligation ou par incitation économique, ce qui va de pair, et qui est la seule mesure que le capital juge en ce moment politiquement possible, la retraite à points ayant fait notoirement et publiquement la preuve évidente de fourberie et rendu le capital méfiant par rapport à l’ampleur des luttes suscitées par ces mesures)

MODE_DE_PRODUCTION_ET_MODE_DE_PENSEE sur le lien :

https://pierreassante.fr/dossier/MODE_DE_PRODUCTION_ET_MODE_DE_PENSEE._Par_Pierre_Assante._18_mai_2021..pdf

VOIR AUSSI : « Crise de la production le recueil augmenté ».

http://pierre-assante.over-blog.com/2021/04/crise-de-la-production-le-recueil.html

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Besse Daniel 09/06/2021 07:50

Oui ! Mettre en avant le POUR plutôt que le contre . Mettre en avant la visée et les luttes immédiates .

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche