Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 10:49

 

Transformation

qualitative lente.

« Soulever une plume » ou les conditions

de survie À créer.

….

 

Certes il y a des transformations qualitatives lentes ou rapides, à l’instar de l’eau qui bout ou de l’eau qui s’évapore lentement.

A la différence de l’eau, dans la transformation qualitative lente ou rapide de la société, il y a l’intervention de la conscience et donc des choix, des jugements de valeur.

Plus la société se complexifie, à l’instar du mouvement universel connu, en évoluant et en se développant, plus la conscience des besoins de transformations se complexifie de même.

Dans cette complexification le débat de norme et le débat de valeur est lui-même complexe.

Le mouvement des forces contradictoires, les idées, les hommes qui les produisent et les forces productives dans leur ensemble humain-technique-culturel qu’ils constituent en unité, en diversité et particularité,  et en identité, se produit dans une-cette complexité croissante exponentiellement.

Transformer la société n’est dont plus « soulever une plume » comme remarquait Lénine en comparant la Russie et une société développée démocratiquement, industriellement, dans ses infrastructures et superstructures et leurs « fonction » unique, mutuelle, leurs rapports dialectiques.

Imaginer pour mettre en œuvre pas à pas, avec des "retours" et des avancées, une transformation qualitative sociale « lente » ce n’est pas laisser l’eau s’évaporer d’elle-même : c’est contribuer par des choix à l’infinité des transformations qualitatives micro passées et passées-présentes dans une transformation qualitative macro, dans le réel vécu par la personne et la société en rapports dialectiques, interactifs, conjoints, objectivement solidaire, solidaires vers une solidarité subjective créatrice de santé. C’est orienter les possibles et les bifurcations, les bifurcations possibles infinies, et parmi elle les proches et repérables, identifiables par nous en possibilités objectives et subjectives. Et leur donner parfois le « coup d’épaule » nécessaire.

Et ce n’est pas en imaginant ces bifurcations et ces choix indépendamment du mouvement réel de la société (ou dépendant d’un déterminisme irréel doublement abstrait), MAIS dépendant des causalités liées au développement-complexification des forces productives, et relativement et possiblement autonome de l’anankè -la nécessité- historique), que la conscience peut agir sur le choix des orientations. Mais en même temps le choix des orientations est lui-même aléatoire, comme toute action des forces réciproques, contradictoires, tout mouvement tout court.

L’identité et l’unité n’est pas égalité mathématique, mais élément commun d’un ensemble dans l’infinité de ses composantes et des résultantes des mouvements de ses composantes, l’unité du mouvement des composantes dans le mouvement global. Ceci n’est pas qu’une formule. C’en est une qui tente de refléter une réalité du mouvement. C’est cela le mouvement de la conscience de la personne dans la conscience collective du mouvement global de la société humaine. L’égalité mathématique reste encore une énigme utile et opérationnelle à nos savoirs de survie et de développement ; de même l’infinité du grand et du petit.

Partir de la réalité du mouvement de la société c’est partir de ses capacités de production des biens nécessaires à la vie humaine non dans une vision figée héritée du passé lointain ou immédiat, lointain-immédiat en unité et dans les formes individuelles et collectives de la mémoire volontaire et involontaire.

Il est donc évident que la connaissance du travail, de son apparition qui a daté la naissance de l’espèce humaine jusqu’à une reproduction des moyens de production organisée mondialement est essentielle à la satisfaction des besoins humains, de leur complexation et de leur santé, qui n’est pas un état de perfection atteignable pas plus que l’équilibre qui est la mort, l’inexistant, mais une tendance au viable, et au viable. Ce n’est pas faire ici de l’anthropocentrisme « sectaire ». C’est rechercher pour ce qui est de notre espèce et de sa capacité de constituer une conscience de la nature sur elle-même, parmi d’autres possiblement existantes dans l’univers, ses moyens de survie-développement, sa santé de développement pour ne pas disparaitre prématurément, avant de constituer un futur « plus universel » de cette conscience de la nature sur elle-même.

Dans le mouvement social, il y a toujours, universellement et intemporellement, toujours, contradiction des forces qui animent le mouvement. Lorsqu’il y a dissymétrie temporelle les forces ne sont pas seulement contraires mais antagonistes : Il n’y a pas dans ce cas de transformation conjointe, mais élimination de la contradiction dans une nouvelle contradiction abolissant les forces immobilisantes. Certes il y a toujours abolition du réel, du mouvement dans sa transformation, mais on peut retrouver deux forces contraires transformées et non éliminées dans la transformation. L’abolition-transformation est de fait un saut qualitatif dans une situation d’antagonisme. C’est le cas du mode de production qui est le nôtre, l’échange A-M-A’ au paroxysme de son évolution-complexification, la suraccumulation-dévalorisation du capital à laquelle il conduit, et l’hypothèse d’un nouveau mode de production en santé à élaborer pas à pas et à mettre en œuvre conjointement à ce pas à pas : la transformation lente, mais saut quand même de qualité et certainement pas sans convulsions. La transformation ne peut être que son abolition ou l’arrêt progressif ou rapide du mouvement faute d’une transformation qualitative lente ou rapide. Plus une contradiction antagonique résiste, plus sa résolution est explosive.

Il ne s’agit pas d’être englouti dans un sentiment d’impuissance, mais de constater et de comprendre dans une réflexion tout ce qui n’a pu survivre dans la nature et les conditions de survie à créer.

Pierre Assante. 17/05/2021 08:01:56.

 

 

VOIR AUSSI SUR CE BLOG, Vidéo d'Yves DIMICOLI :

http://pierre-assante.over-blog.com/2021/05/cliquer-ci-dessus-l-intervention-d-yves-dimicoli-reunion-de-la-commission-economique-27-avril-2021-le-lien-voir-aussi.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche