Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2021 5 05 /03 /mars /2021 19:13

 

La chronique économique de Pierre IVORRA.

Le bitcoin n’est pas l’ami des peuples

Mercredi 3 Mars 2021

 

 

Le bitcoin, vous connaissez ? C’est une nouvelle monnaie, mais elle est très différente du dollar, de l’euro ou du yen, elle n’est pas émise par une banque centrale, elle est virtuelle, ou plutôt numérique.

Elle n’a d’existence qu’au travers de la chaîne formée par les ordinateurs connectés d’entreprises et de particuliers. Elle est souvent présentée comme une monnaie « libre », car contrairement aux autres devises, elle n’est pas rattachée à un État ou à une fédération d’États (l’euro), elle est « privée ». À quoi sert-elle ? Créée en 2008, elle n’est pas, à vrai dire, une véritable monnaie. Comme le relevaient les spécialistes de la Banque de France, il y a quelques mois, elle ne remplit pas vraiment les trois fonctions d’une devise digne de ce nom. Elle n’est pas une réserve de valeur car son instabilité fait que ses détenteurs n’ont aucune garantie quant à la permanence de la richesse qu’elle incarne. Elle sert fort peu à des transactions. N’ayant pas de cours légal elle est fort peu acceptée comme moyen de paiement. Du fait de sa très grande volatilité, elle ne peut pas servir à exprimer et à comparer de façon fiable la valeur de biens et de services courants. Elle ne saurait être une unité de compte, son cours étant trop changeant.

Pourtant, en dépit de ces critiques, le bitcoin ne cesse de prospérer. À la date du vendredi 26 février 2021, il valait 38 874,60 euros. On peut mesurer toute sa dimension spéculative quand on sait qu’il y a une dizaine d’années, le 2 juin 2011, par exemple, son cours était de 0,07920 dollar. Quelques mois plus tard, il valait plus de 100 fois ce montant : 10,60 dollars et, le 18 novembre 2011, sa valeur était retombée à 2,05 dollars. Le bitcoin joue au yoyo, mais avec une forte tendance à la hausse.

À quoi sert-il alors ? Il est utilisé lors d’opérations de règlements entre sociétés, parfois sous pseudonyme. On estime qu’environ un quart du volume des transactions en bitcoins et près de la moitié de leur montant seraient associés à des activités illégales : blanchiment d’argent de la drogue et de la prostitution. Il est enfin utilisé pour spéculer. Aussi, l’essentiel de son envolée est dû à l’intervention de grands groupes et de banques qui peuvent ainsi se livrer à des opérations souvent ni vues, ni connues.

Cette monnaie numérique (il en est d’autres) n’est ainsi pas vraiment l’amie des peuples. Ces derniers, c’est le cas en Europe, ont pourtant besoin d’une monnaie qui les protège, qui serve à la création de bons emplois, d’activités utiles, permettant de promouvoir les salaires et les salariés. Autrement dit, d’une monnaie qui ait quasiment le statut d’un service public.

 

et Tous les articles du blog (3400 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche