Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 08:19

 

Publié une première fois le 21/02/2021, 09:26.

TOUT SIMPLE TESTAMENT MORAL.

NON, le communisme n’est pas le fascisme. Et la double contradiction du militant.

 

Il y a les grandes avancées de la conscience et leurs conjonctions et traductions dans des grands mouvements d’idées et de grands mouvements sociaux, qui vont de pair, en unité.

Entre deux « sauts macros de conscience », en « attendant » que les conditions économiques et sociales et culturelles mûrissent pour un nouveau saut, il y a ce que les hommes en font pour survivre au quotidien et dans les contradictions entre l’individu, son espèce et l’organisation sociale d’un moment en mouvement qu’il s’est donnée.

Le grand mouvement de conscience et le grand mouvement social qu’a constitué le christianisme à l’origine dans l’Empire et son mode de production esclavagiste et colonial, ce n’est pas l'Inquisition, pas plus que le communisme n’est le fascisme, même si le stalinisme et ses prémices ont créé in fine des goulags et la lutte des classes des atrocités de part et d’autre. Il n’y a qu’à penser aussi aux guerres de religions dans la Renaissance, sa révolution scientifique et technique avant la nôtre, l’expansion du nouveau mode de production et ses destructions de la nature et de peuples.

Si l’on connait un minimum « Mein Kampf » d’Hitler, on ne peut ignorer que son raisonnement est basé sur une théorie d’inégalité et de domination « nécessaire et éternelle » entre les hommes, entre les groupes humains constitués et imaginés figés dans des propriétés éternelles contenant ces inégalités. La Shoa, comme l’extermination du mouvement ouvrier, est basée sur ces théories et est aussi une opération politique de « guerre des pauvre entre eux » et de « darwinisme social » justifiée par le capital et les konzerns et évidemment en général toutes les firmes multinationales mondialisées qui se sont développés sur cette idéologie et qui, la guerre de 1939-40 finie, ont continué sur la même base et sous des formes compatibles avec le marché : la domination de la puissance financière, en contradiction avec le développement harmonieux des hommes et avec la réponse aux besoins sociaux et leur développement, sur toutes les activités humaine.

Certes la démocratie bourgeoise du XVIIIème et ses suites a été un progrès humain comme la démocratie athénienne esclavagiste dans l’antiquité : parce que tout mouvement contient son contraire et que la démocratie bourgeoise contient les prémisses de la démocratie élargie à tous qui peut s’y développer. Mais il ne peut y avoir de démocratie sans une démocratie élargie du « que, quoi, comment et pour qui produire ». La démocratie limitée, dans la crise d’un système social sans démocratie du producteur, conduit au fascisme sous ses formes anciennes et nouvelles. « L’establishment », lorsqu’il s’en défend en termes idéaux, trompe l’humanité et se trompe lui-même. Il ne peut s’interdire ce glissement létal et c’est la mise en commun des effort productifs, de l’effort du producteur salarié vers le dépassement de la vente de sa force de travail sous toutes ses formes anciennes et nouvelles, qui répond à la complexification matérielle et morale, objective et subjective en unité, qui relèvera le règne  de tous les establishments, en santé sociale et culturelle, en unité de même.

Non, le communisme ce n’est pas le fascisme. Le communisme propose le développement de la personne humaine dans le développement de la société humaine. L'ontogénèse et la phylogénèse ne constituent pas deux propriétés séparées du et dans le développement-complexification de l'homme: c'est un même mouvement global.

Il n’y a pas de communisme sans une conscience la plus avancée du moment des rapports sociaux et il n’y pas de parti communiste sans cette conscience la plus avancée du moment de ces rapports sociaux : des rapports entre les hommes pour que l’homme poursuive son processus infini d’humanisation, en tant que part de la nature en unité, et part de l’évolution-complexification de la nature, de la corpuscule à la vie pensante, au-delà de la complexification actuelle connue dont nous ne pouvons, en tant qu’espèce, et dans son état actuel, imaginer la complexité infinie à venir.

Si vous mettez en face « Mein Kampf » d’Hitler et « l’Introduction à la critique de l’économie politique » de Marx et ses développement actuels, peu connus parce que censurés non par loi mais de fait, vous constaterez l’immensité de la contradiction entre les deux, de l’inhumanité de l’un et de l’humanité de l’autre.

Ce qui n’empêche les contradictions de l’autre qu’il travaille progressivement par contre à dépasser et non à cultiver. Il y a une double contradiction dans la vie d’un militant communiste, avec ou sans « carte ». Si le communisme c’est une conscience la plus avancée du moment des rapports sociaux et s’il n’y pas de parti communiste sans cette conscience la plus avancée du moment de ces rapports sociaux, comment faire vivre une telle « identité » à la fois dans la société et dans le regroupement humain que constitue l’institution d’un effort particulier de groupe humain interprète conscient du processus inconscient que constitue le mouvement humain de la société humaine ?

Il y toujours quelque chose d'un "nationalisme", dans l’internationalisme et d’égoïsme dans la générosité et le partage. Parce que le mouvement social, comme tout objet dans l’univers, dans la société et dans chaque tête est fait de mouvements de forces contraires.

Les conditions matérielles de vie engendrent des mentalités qui pèsent sur le mouvement de transformation, sur le besoin de sauts de qualité de l’évolution-complexification.

Si la « particularité » de groupe humain interprète conscient du processus inconscient prend le dessus cela s’appelle le sectarisme qui a traversé tous les mouvement de progrès, et tous les "protestantismes" quels qu'ils soient, religieux ou laïques, religieux et laïque étant traversé des mêmes mouvements de forces contradictoires.

La première contradiction est entre l’appartenance à une particularité, le parti, et une appartenance globale, la société humaine. Entre ces deux appartenances, il y une contradiction seconde dans la contradiction première, celle de l’appartenance à l’intérieur de cette première qui est à l’origine de « l’hérésie » quelle qu’elle soit. Evidemment, l’hérésie elle-même contient les mêmes mouvements contradictoires qui lui font reconstituer les contradictions qu’elle voudrait dépasser… Pas simple mon cher Watson !

Que dire ceci n’empêche pas, ne paralyse pas le mouvement intérieur et extérieur de progrès. Il ne s’agit pas de rechercher la perfection de nos actes individuels et collectifs, en unité, il s’agit d’agir sans cultiver le passé mais en s’en instruisant en le comparant au présent.

Pierre Assante. 02/2021 08:14:26.

Post Scriptum : L’idéologie dominante et les cours d'histoire des collèges par la même occasion (constatation tirée en faisant réviser mes petits-enfants depuis 10 ans sur ce sujet) assimilent l'Allemagne nazi au fascisme, ce qui me semble une évidence, mais la Russie stalinienne au communisme en général et classe d'une et l'autre sans distinction dans les régimes autoritaires tout court. Tour de passe-passe dédouanant par la même opération de capitalisme et le colonialisme. C'est une des raisons, mais loin d'être la seule, de l'article ci-dessus. En caricaturant ainsi l'histoire humaine on est loin du besoin de saisir le processus d'humanisation continue de notre espèce; et ce faisant on crée un immense handicap pour la jeunesse sur laquelle repose les futurs savoirs scientifiques et techniques mais aussi leur lien nécessaire avec un développement humain en santé.

Quant aux répressions qu’ont subies la classe ouvrière et le peuple de la part du capital et de la bourgeoisie, l'histoire officielle en parle peu, et "Dieu sait" si elles n'ont pas manqué tout au long de l'histoire réelle. Rappelons celle des massacres des Communards (10.000 fusillés sans jugement) de la Commune de Paris de la part de Thiers et des Versaillais.

 

Voir aussi Recueil "2034" : 

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/09/2034-recueil.html

 

ET TOUS LES ARTICLES PAR SÉRIES : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

Partager cet article
Repost0

commentaires

Besse Daniel 24/02/2021 07:50

Le christianisme d'origine a été dévoyé par les églises et le communisme a été dévoyé par le stalinisme . Jésus partageait et voulait chasser les marchands du temple tout comme nous . Et c'est toujours d'actualité .

Besse Daniel 24/02/2021 07:50

Le christianisme d'origine a été dévoyé par les églises et le communisme a été dévoyé par le stalinisme . Jésus partageait et voulait chasser les marchands du temple tout comme nous . Et c'est toujours d'actualité .

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche