Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2021 2 02 /02 /février /2021 08:27

 

DIALECTIQUE.

PARTIS et RUPTURE CONTINUE et DEVELOPPEMENT-COMPLEXIFICATION DE MAINTIEN EN VIE.

 

Un parti qui ne développe pas une pensée sur le mouvement dialectique de la nature, de la société, de la représentation mentale du réel, qui ne développe pas en son sein une pensée dialectique ne peut être un parti communiste ni au présent ni en devenir.

Développer, ce n’est pas acquérir une conception finie du mouvement, c’est desceller dans le mouvement la rupture permanente qui constitue la continuité du mouvement. Un mouvement qui se développe est un mouvement qui se complexifie à l’infini, c’est le mouvement de la nature dans laquelle le mouvement de la société et ses infiniment petites ruptures dans les infiniment grandes ruptures forment cette continuité de développement.

La mort, les morts de toutes les sortes et formes du mouvement de la matière, c’est le moment micro et macro historique de non dépassement des contradictions qui ont formé le mouvement particulier « fini », dans le mouvement infini général, sans fin des unes et de l’autre et dans lequel tout est conséquemment et aléatoirement conséquent de l’histoire du mouvement particulier ET (et non OU) global.

Le capitalisme a réussi cette double performance, étouffer la contradiction antagonique de son propre mouvement au fur et à mesure qu’elle se développe et grandit : c’est cela le mouvement possible vers la mort de la société humaine, son arrêt de rupture et de complexification.

Cette performance est permise par l’étouffement de la pensée dialectique et donc de la pensée marxiste, non au sens de la pensée institutionnelle de parti, mais du mouvement de rupture-continuité du marxisme qui représente et EST la pointe-naissance avancée de la conscience du mouvement de la société sur elle-même et de la nature sur elle-même.

Cet étouffement est aussi et dans un même temps l’étouffement de l’œuvre de Marx et de « l’école marxienne de pensée ». Les hommes qui animent cet étouffement comme ceux qui le combattent sont habités des mêmes contradictions (lire le bref "jugement" de Marx de la condition de l’exploité et de l’exploiteur dans les Manuscrits de 1844)

Les « Bons et les Méchants », vision développée par le capital dans tous les domaines de jugement social et individuel en unité, constitue la négation d’une vision et d’une visée dialectique au service du développement-complexification de la société, dans tous les domaines, rapports entre personnes, entre institutions et entités, entre capital et travail ; ET dans les arts et le « spectacle et l’art » qui de libérateur, d’Eschyle à Shakespeare, de Bach à Beethoven et Chostakovitch etc., devient à l’instar de la religion, l’opium du peuple. A fois libérateur et opium dans le mouvement contradictoire de développement-complexification. Sachant que toute forme de mouvement, y compris dans la religion datée et dépassée, contient son contraire, ce que « démontre » Ernst Bloch par exemple dans son « Müntzer » et son histoire de la guerre des paysans allemands du XVIème.

Si vous voulez avoir une vision de la rupture dans la continuité, écoutez et analysez la musique dite classique, et celle du XIX-début du XXème. A l’opposé de la répétitivité-réduction de celle du spectacle d’aujourd’hui, reflet de l’étouffement de la pensée dialectique. Mais étouffement non accompli évidemment, donc encore développement contradictoire : « tant qu’il y a de la vie… ». Dans cette musique développée « classique », la rupture-continuité est à mon sens l’est, particulièrement développée. Ce qui lui donne  étonnement, attractivité et possible liberté permanents.

En formation-développement sociale, en économie politique et en politique tout court, comme en art ou en philo, ce n’est pas en « suivant le peuple » pour s’assurer des majorités politiques, que peut se rendre utile et sainement efficace, un parti. Ce suivisme, est un blanc sein aux forces conservatrices de l’état présent de la société sensées être combattues. La conception d’un parti interprète conscient du processus social sur lui-même n’est en rien conservatrice et ne remet pas en cause la vision et l’action la plus large possible du mouvement contradictoire et de l’infinité des contradictions qui animent un mouvement-complexification de vie sociale, un peuple, les peuples, et l’appropriation saine de l’univers par une espèce pensante constituant le mouvement de conscience de la nature sur elle-même. N’en déplaise au marxiste estampillé de l’histoire passée et présente des conservatismes et de la réaction au progrès.

Comprendre le développement-complexification du travail dans le capitalisme monopoliste mondialisé, numériquement informationnalisé, globalement financiarisé, et celui de l’activité de la personne humaine dans ce développement complexification est une condition unie aux autres conditions, la condition du développement complexification de la production économique entre autre.

Qu’on soit chercheur, économiste ou philosophe, ouvrier, employé, artiste etc. la condition du développement social en nous-même et en soi-même, de la pensée dialectique est une condition première de la poursuite du processus d’humanisation continue, donc de ses ruptures micro et macro en unité.

Pierre Assante. 02/02/2021 07:35:39.

Cet article fait suite à :

http://pierre-assante.over-blog.com/2021/01/remarque-6.html

 

 

Voir aussi Recueil "2034" : 

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/09/2034-recueil.html

 

ET TOUS LES ARTICLES PAR SÉRIES : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche