Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2020 6 26 /12 /décembre /2020 09:14
Légende de la Fig 4 en bas de page

 

Ergologie (1), anthroponomie (2), économie, travail,

Reprise d'un article du

24 octobre 2014

synthèse des champs d’activité et de recherche

entre eux.

La difficulté de la pluridisciplinarité

 

 

On n’éclaire pas le chemin du processus humain, pour aller de l’avant, comme on veut mais comme on peut.

Les conditions historiques font partie de la nécessité, de l’Anankè, comme les conditions « naturelles », en unité.

Il est clair que la période actuelle pose la question d’une transformation de la qualité de croissance du mode de production et d’échange. Il ne suffit pas de dire la chose mais il faut de la réaliser. Et de la réaliser pas tout seul, comme y tendent sans résultat les hommes dans une situation d’immaturité sociale, mais en agissant collectivement sur notre propre processus en tant qu’être social dans le processus social général, son unité-multiplicité-diversité.

Constater une situation malsaine et la contester, c’est la négation. Réfléchir à des solutions d’une façon rationnelle en tenant compte de l’humain non en tant qu’objet à manipuler, mais en tant que vivant conscient, être social créateur de lui-même, c’est la négation de la négation, la « positivation » de l’acte humain et du processus social.

 Agir sur la société en tant qu’individu, c’est participer à des activités, à des champs d’activités de l’humanité. C’est aussi être en contact avec les autres activités afin de nourrir ses propres champs d’activité, dans leurs nombres et leurs diversités.

 La difficulté de la pluridisciplinarité au sens « savant » comme au sens « populaire » tient aux conditions individuelles et collectives dans laquelle l’individu exerce une activité.

 L’ergologie, si tant est que l’ergologue soit relativement fidèle à son ascèse ne peut vivre que par la pluridisciplinarité.

 Il en est de même pour l’anthroponomie.

 Cette particularité, avancée dans ces deux domaines (anthroponomie et ergologie), champs, par rapport à tous les autres domaines, champs, complexes de travail et de reproduction, ne découle pas d’un hasard, mais d’un besoin lui-même avancé de synthèse.

De nombreux champs de recherche sont relativement plus handicapés par un structuralisme qui les conduit non à la synthèse mais à une erreur composée, même si les résultats obtenus, aujourd’hui immenses spectaculaires prouvent leur opérationnalité.

 La physique, la biologie, mais pas seulement elles,  et leurs résultats technologiques opérationnels reposent sur la synthèse interdisciplinaire et aussi pluridisciplinaire. Mais il n’en est pas de même dans leurs rapports avec une synthèse, une abstraction du et sur le processus social qui pourrait aboutir à une résolution concrète des contradictions sociales, ce en quoi anthroponomie et ergologie, malgré leur jeunesse contiennent des qualités de synthétisation plus avancées, du moins il me semble.

 Il y a différence entre erreur composée, même opérationnelle, et cela existe souvent, et synthèse.

Le syncrétisme en matière de conscience est une avancée qui peut conduire à la synthèse et à la création nouvelle, mais c’est un chemin plein d’embuches et de voies sans issue.

 Le structuralisme reste dominant.

 La critique de l’économie politique, et la négation de la négation de l’économie politique, c'est-à-dire une méta-économie politique lui permettant de résoudre ses contradictions sont au cœur de la recherche des solutions au travail et à la production.

 Pourtant dans ces deux domaines, anthroponomie et ergologie, hormis dans les recherches théoriques et les propositions pratiques les plus avancées, souffrent, de par les « urgences » et la modicité des moyens d’interdisciplinarité et de synthèse, relativement, des mêmes barrières-frontières relatives entre les champs d’activité.

 Au point que se découvre la difficulté de rencontres pluridisciplinaires entre ergologie et anthroponomie et même entre économie et anthroponomie…….

 Je parle de rencontres dépassant le constat et la négation de l’état existant, c'est-à-dire de rencontre permettant négation de la négation, synthèse débouchant non seulement sur la connaissance mais aussi sur la transformation.

Evidemment ces affirmations caricaturales ne veulent pas cacher les immenses avancées pratiques des forces productives dans le monde et les synthèses, les négations de la négation qui les ont permises.

 Simplement le constat des difficultés, des arrêts relatifs, des blocages relatifs ou absolus peut-être en vue rapprochée, reposent la question de quelle qualité le processus peut être « injecté », comment il peut être relancé au-delà de ces blocages, en particulier par l’injection des constats et recherches économiques et sur le travail conjointes.

Reprenant le titre d’un article de Pierre Ivorra, « AGIR contre la domination de la finance exige de la comprendre » (H.D. 24.10.14), que je partage totalement et auquel j’ajoute, sans prétention de donner de leçon, mais de partager un souci : pour comprendre la finance, c’est avec tout le processus social que l’économie doit se confronter, et en particulier l’analyse et l’organisation du travail sans lesquelles il n’y a pas d’économie, de production et de satisfaction des besoins.

Soucis « idéaliste » ne tenant pas compte des conditions historiques, du moment ? Peut-être ou même surement ! Dans le même temps relisant les philosophes tchèques ayant préparé dans leur champ le printemps de Prague, le vrai, pas celui de l’anticommunisme, ou tout simplement pensant aux encyclopédistes avant la révolution bourgeoise de 1789, je ne peux m’empêcher de faire un lien entre l’entrée en profondeur d’un processus social et celle des synthèses et des négations de la négation qui les ont précédés et qui ont baigné consciemment et inconsciemment l’activité pratique révolutionnaire au moment de son « éclatement », en sauts dans la continuité.

 Pierre Assante, 24 octobre 2014

(1) Très résumé : Analyse pluridisciplinaire des situations de travail.

(2) Très résumé : Analyse pluridisciplinaire économique et sociale des transformations anthropologiques.

 Figure  4. Légende :

A1 Contraintes dues au rapport avec la nature.

A2 Contraintes dues aux rapports sociaux.

B1 Echanges égaux.

B2 Echanges inégaux *, « degré d’inégalité ».

* Où le plus fort impose les conditions de l’échange au plus faible, celui qui a le plus de richesses à celui qui en a le moins, celui dont les lois de l’accumulation capitaliste détermine la domination dans les rapports de production.

 

Voir aussi Recueil "2034" : 

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/09/2034-recueil.html

 

ET TOUS LES ARTICLES PAR SÉRIES : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche