Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 13:04

 

Mode et ModeS de mouvement de la matière.

Philosophie, mouvement social, maladie, santé et solutions. La personne et de la société.

Évidences à rappeler.

 

 

 

Le pouvoir, aveuglé par sa fidélité organique

avec le libéralisme généralisé du capital,

qu’il a imposé à tous comme mode de vie

ne peut pas comprendre qu’un peuple

en cherchant ses moyens de vivre

cherche aussi inconsciemment et consciemment

ses raisons de vivre

dans l’issue à ce qui lui semble encore

mais plus pour longtemps

incontournable.

 

D’abord, mes excuses pour la répétition des mots « organisation », « mouvement », « mode », « processus », etc. je ne trouve pas mieux que cet usage de termes « populaires » plutôt qu’un usage plus diversifié de mots « plus savants », que je ne veux pas rejeter, mais dont il faudrait préciser les multiples sens en fonction des options philosophiques choisies par les uns et les autres. Ce n’est pas le lieu dans un article réduit. Mes excuses aussi pour rassembler en une phrase plusieurs idées afin de rendre une vision synthétique de la réalité, des réalités les unes dans les autres, les unes par rapport aux autres…

Je "profite" aujourd'hui de mon petit moment de maladie pour contribuer autrement mais en fait de la même façon, en philosophie, au beau mouvement social actuel.

 

La matière est un mouvement et le mouvement c’est la matière. Dietzgen, philosophe-ouvrier marxiste du XXème siècle le rappelait au risque de paraître mélanger notion de matière et notion idéaliste philosophique et conservatrice  d’ « esprit sans matière » qui nie de fait un idéal concret, opérationnel.

Il ne s’agit pas d’une matière immatérielle, d’un « esprit » indépendant des composants de la matière et de leur mouvement.

Une entité naturelle est un mode d’organisation de la matière dans le mode global d’organisation de la matière en mouvement.

Le mouvement d’une étoile, d’une galaxie, d’une molécule, d’un atome, des composants d’un atome, de l’univers… sont une, des organisations particulières du mouvement de la matière et des composants particuliers d’une entité de la matière.

Le corps humain avec ses capacités propres en mouvement est une entité de la matière, un mode particulier d’organisation de la matière et son mouvement, apparu dans le processus universel. Le « processus universel » nous tentons de l’imaginer depuis le « big-bang » mais doit ÊTRE avant le big-bang qu’on imagine être une origine absolue.  Le « big-bang » ne doit être qu’un engendrement d’une des formes matérielles parmi d’autres « passées et à venir », dans ce que nous pouvons imaginer de la réalité.  La réalité existe en dehors de notre imagination personnelle et collective du temps et de la matière, de la matière-temps-mouvement-processus, même si cette imagination est un mouvement d’un moment de la matière qui est particulière et nôtre, qui perçoit et interprète le mouvement de la matière et son propre mouvement dans le mouvement global. « Mon » interprétation, qui me permet de répondre au mouvement de « mes » besoins vitaux et ceux de la société dont je dépends meurt avec ma mort, mais peut poursuivre son processus, avec sa trace, dans le processus global de la conscience collective et son mouvement.

La vie est un mode d’organisation de la matière, la pensée est un mode d’organisation de la matière dans le mode d’organisation de la vie.

La matière est un mouvement et le mouvement c’est la matière. La pensée est un mouvement de la matière et une organisation de la matière en mouvement. La mort humaine, de la personne comme d’une espèce pensante, mort en partie ou en totalité, d’une civilisation et-ou une population dans le rapport dialectique, en interaction entité macro-entité micro, c’est la dissolution de ce mode d’organisation dans le mode général d’organisation de la matière et son processus. La mort humaine comporte donc la dissolution du mode d’organisation de la matière qui permet la pensée d’une entité particulière ou d’une entité « globale ».

Mais la vie humaine n’est pas une entité indépendante du mouvement général de la matière. L’individu humain est à la fois particulier et dépendant non seulement de la nature en général, mais de l’organisation sociale qu’il a auto-créée par le travail et le travail est issu du mouvement d’auto- évolution-création de la matière vivante, du mouvement qu’elle constitue. La conscience est pour l’homme un produit du mouvement de la vie qui permet un choix dans le mouvement général de la matière. La religion et la bourgeoisie l’ont qualifié de « libre arbitre ». Mais la notion de libre arbitre l’inclut pas celle de rapport social, même si elle peut le sous-entendre selon de qui elle est employée. Il ne s’agit pas d’une liberté qui ne dérange pas les autres, mais d’actes sociaux en interaction permettant le développement de l’individu dans le développement de la société, qui imposent solidarité et coopération dans les choix micros et macros, c’est-à-dire le contraire de l’organisation et de la conception libérale. Certes la conception libérale et l’organisation libérale concrète n’ont n’a pas éliminé solidarité et coopération, mais a un point de son évolution, le capital en état de suraccumulation-dévalorisation au paroxysme auquel ses lois conduisent in fine, ne permettent plus leur développement. Et ce frein, cet arrêt au développement humain constitue un frein et un arrêt aux rapports fertiles, féconds, en processus de croissance qualitative des humains entre eux et des humains avec l’univers.

Le mouvement cérébral, mouvement chimique et électrique, son organisation, son mode d’organisation est en rapport dialectique, en interaction avec le mode d’organisation de la société et le mode de production et d’échange est un mode économique du mode d’organisation de la matière qu’est la société.

Un mode d’organisation de la matière est constitué d’une infinité de modes d’organisation en auto-formation, en santé ou pas auquel cas le mode d’organisation meurt et en tout cas se transforme en un autre mode d’organisation de la matière. Dans la mort le mode d’organisation se dissout et se transforme en une autre organisation de la matière, et dans le cas d’un mouvement en santé, la quantité de mouvement se transforme en une autre qualité de mouvement et le processus se poursuit en continuité et en sauts micros et macros qui maintient l’entité dans une forme non constante mais dans le paradigme avec son origine et son processus.

Autocréation continue et discontinue vont de pair. A l'echelle de l’univers c’est une continuité formée de quantas : le continu et le discret en unité. Notre capacité de connaissance, malgré ses progrès n’est pas en mesure, au niveau de notre espèce dans son état actuel, et dans les relations actuelles qu’elle peut entretenir avec l’univers, de saisir relativement profondément et absolument, la particularité d’un mouvement, d’un mode d’organisation dans le mode global, universel, d’organisation et du mouvement de cette organisation. Ce qui ne veut pas dire que nos sciences, nos philosophies, nos intuitions, le mouvement empirique de notre « saisissement du réel », ne sont incapables de ne rien saisir (double négation !).

Nous saisissons vaguement la notion d’infini et de fini, la notion de début et de fin. Nous attribuons la notion de début et de fin dans un mouvement et une organisation en mouvement particulier. Nous saisissons la notion de fini et d’infini, dans l’espace comme dans le temps à partir de mouvements restreints, particuliers, dans le mouvement général. A partir de ce saisissement, nous construisons une conscience relative et opérationnelle dans notre mouvement de survie et de développement « matériel et moral ».

Les « mouvements sociaux » découlent de besoins de la matière que nous sommes, et de besoins inconscients et conscients de l’individu dans l‘organisation sociale, son mode d’organisation et son processus.  Tout mouvement recherche la continuité dans le processus des sauts de qualités, macros et micros, et la continuité se traduit pour la réalité et la conscience humaine de la réalité par la notion de santé. Pour l’homme espèce pensante, comme pour toutes les espèces vivantes il s’agit d’instinct de vie… ou pas. Important pour nous !, puisque notre espèce… c’est la nôtre ! Tautologie qu’on a tendance à oublier dans le déroulement de notre vie, en particulier quand le mouvement s’accélère trop par rapport à nos capacités de le suivre et de le devancer par une double anticipation créatrice, d’où le « mot d’ordre » « moins mais mieux ! »

Les grèves et manifestations revendiquant les moyens de poursuivre la vie au-delà de la période d’activité contrainte dans le mode de production et d’échange du capital, ça fait partie de l’autocréation humaine et naturelle en unité.

Le terme « réactionnaire » qualifie la, les forces qui s’opposent à un mouvement en santé, et le terme « progressiste » le mouvement contraire. Un mouvement social est un mouvement complexe contenant des multitudes de forces s’orientant dans des sens opposés, parallèles ou convergents. Orienter une masse importante de forces dans une même direction constitue l’acte révolutionnaire, celui qui ne se limite pas à constituer une fièvre dans la maladie du mouvement, mais qui auto-crée les conditions de la poursuite d’un mode d’organisation de la matière sociale, corporelle en santé, dans le mouvement de l’organisation globale, d’auto-organisation universelle du mouvement de la matière.

Aussi, si je manifeste autant que je peux pour la retraite à soixante ans avec des moyens supérieurs de vivre dans un mode de production et d’échange et un rapport entre les hommes entre eux le permettant, et un rapport entre les hommes et la nature assurant la santé homme-nature, ce n’est pas seulement parce que je souffre comme tout un chacun de la réalité actuelle du mode de production et ses conséquences , sa maladie, mais parce que le matérialisme dialectique est un outil, une façon d’appréhender la réalité, son mouvement naturel, social, physique, psychique, que l’humanité a créé de plus efficace à ce jour.

 

Pierre Assante. Mardi 10 décembre 2019.

 

"LE 5 DÉCEMBRE 2019". RECUEIL. Sur ce lien :

 http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/recueil.le-5-decembre_2019.html

*******

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
REVIVRE : J'AI RECONQUÉRIR MON EX MARI

Bonjour a tous.

Je me nomme Adrianne, suite au problème vue sur le site je viens pour intervenir et faire comprendre a toute personne ayant été déçue comme moi que rien est encore tard . Car quand on veux on peu , après un moment de déception avec mon ex qui est actuellement redevenu l’élu de mon cœur j'ai du faire appelle a une maître marabout vaudou qui a vraiment fait un miracle dans ma vie .Il m'a permis de retrouver la paix du cœur en faisant revenir l'homme que j'ai toujours aimer .Alors ne guise de remerciement je voudrais lui rendre hommage et conseiller a toute personne ayant de problème a bien vouloir faire recours a ce homme car il est vraiment un envoyer pour résoudre tout genre de problème . Je remercie ce PAPA ALI MARABOUT qui a faire de moi la femme la plus heureuse du monde,tout ce qui ont des problème comme moi je vous conseil de contacter ce monsieur qui fera des miracles dans votre vie.

Son mail : ali.marabout@live.fr Ou alimarabout@live.fr

NB : PAPA ALI A AUSSI DES RITUELS POUR GUÉRIR AUSSI UN MALADIE

Merci et bonne chance a vous
Répondre

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche