Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2019 5 30 /08 /août /2019 08:55

 

La désaffection des Partis, le salariÉ expulsÉ par la machine… etc.

 

La désaffection des Partis, droite et gauche confondus, avec « des hauts et des bas », est évidente, au profit du « dégagisme », du populisme et des dernières créations à la mode des « réseaux sociaux », soutenues par le capital et ces, ses , réseaux sociaux qui font l’opinion et l’organisation de la société et du travail dans la société. La droite particulièrement frappée dans les dernières élections s’en désespère ou se bouche les yeux et le social-libéralisme perd toute notion de réalité dans ses échafaudages de ravalement de façade. Il n’est pas jusqu’au MEDEF qui dans un triomphalisme ne rie jaune en se posant la question de l’avenir et de l’issue de la crise, à travers la question du crédit des banques centrales et entre autre et surtout du financement de la modernisation numérique et le l’intelligence artificielle (1). Quel bonheur le salarié expulsé par la machine ! Mais ALORS comment développer la consommation et le consommateur pour assurer le marché sans lesquels la plus-value et le profit ne peuvent  se réaliser ?

Une des raisons certainement des plus importantes de cette désaffection (2), est la direction économique et politique de plus en plus assumée directement par le Marché et dans le marché par les firmes multinationales et leurs ramification par-dessus les Etats. Ce phénomène accéléré dans la création du pouvoir personnel gaulliste nationaliste social en 1958,  dépassé par l’entrée en scène de Pompidou en 1969 et sa « représentance » du milieu des grandes banques dans le Capitalisme Monopoliste D’Etat Social (3) , arrive à la fois à maturité et à obsolescence.

De ce mouvement « naturel » on connait les prémisses : « …Le père Mathias de Saint-Jean… affirmait (1646) ʺque le commerce des marchandises étrangères est toujours le meilleur et le plus grand profit ʺ…Au XVIIème siècle, on lui reconnait  un autre avantage, ʺrendre la bourgeoisie commerçante indépendante du Roiʺ » (cité par Braudel dans l’identité de la France, les hommes et les choses II, page 358.

Quant aux partis communistes, outre leurs succès et leurs échecs et leur travail sur les questions sociales au quotidien, ils ont le handicap de travailler sur un futur en santé nécessaire à la survie de la société humaine dans son milieu vital, à un moment où le néolibéralisme s’affirme chaque jour sans impression ou aspect  de retour ni de sortie possibles dans le processus humain. Et où l’organisation syndicale et politique du salariat est toujours et essentiellement limitée à l’espace national : grave handicap face à un capital extrêmement organisé mondialement !

De plus, plus un organisme est éloigné par le processus social de la gestion politique et sociale, plus les hommes qui l’incarnent perdent les capacités économiques et culturelles de la gestion politique et sociale.

Cependant la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital (4) et son « drainage de renflouement » aura des limites qui peuvent engendrer ou pas une renaissance progressiste, c’est-à-dire sur d’autres bases que ce capitalisme et ce néolibéralisme à leur paroxysme final.

Pierre Assante. 30 août 2019

(1) Voir la revue « Economie et Politique » et l’ouvrage de Paul Boccara sur les « théories sur la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital I et II ».

(2) Encore relative, mais la transformation libérale extrême avance en grand pas, et qu’on peut inclure dans le mouvement du capitalisme mondialisé, financiarisé, numérisé, sa crise systémique de suraccumulation-dévalorisation du capital.

(3) Le CME analysé par Paul Boccara dans les années 1960-1970.

(4) Schéma de la suraccumulation-dévalorisation du capital. Voir l'article spécifique sur ce blog.

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0

commentaires

BESSE Daniel 02/09/2019 15:43

Si les salariés sont éjectés par les machines , qui va acheter les produits ? Contradiction de la logique du capital .

Pierre 02/09/2019 16:03

Exact !

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche