Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2019 7 20 /01 /janvier /2019 17:23

 Les états du moment personnel, et du moment social actuels. SYNTHESE DE L'ETAT DU MOMENT

 

Les états du moment personnel, et du moment social, dépendants et liés mais relativement autonomes, c’est la résultante en mouvement d’une infinité et d’une diversité de mouvements de l’humanité dans la nature. Cette résultante n’est saisissable, relativement et qu’après coup, la conscience retardant sur la réalité puisqu’elle n’observe que les événements déjà accomplis dans leur détails et leur totalité. Il existe cependant une intuition dans le rapport général de l’entité existante, l’individu humain, et la totalité existante dans les rapports généraux de la nature avec elle-même.

Caractériser un des mouvements, un élément de cette infinie diversité, est nécessaire à la compréhension du mouvement général, à condition de ne pas le résumer à cet élément, même si cet élément peut prendre une dimension très importante dans la résultante générale, l’état des choses du moment, le processus social, de son passé à ses avenirs possibles.

Ces réflexions constituant une mise en garde par rapport à toute vision dogmatique non combattue, j’en viens à des éléments de la réalité passé qui peuvent éclairer la réalité actuelle.

D’abord, pour comprendre la réalité, compréhension toujours relative, nous avons besoins de repères pratiques, théoriques, historiques. Sans cela la réalité du moment, aussi bien détrites soit-elle en tant qu’instantané photographique a peu de chance de donner une vision opérationnelle, c’est-à-dire une vision aidant à agir sur la réalité dans un sens correspondant aux besoins humains du moment et à venir, car l’humanité n’a survécu qu’en prévoyant son avenir, non comme une partition de musique pré-écrite, mais comme une pratique tenant compte des possibles, ce qu’on appelle trivialement des prévisions. C’est ainsi qu’elle a planté des oliviers donnant des fruits que bien des années après et la Sécurité Sociale protégeant des maladies à venir, mise à mal par la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital dont il faut sortir par une transformation qualitative d’un système social de production et d’échange obsolète. ...suite au-dessous de la pub...

Si des lecteurs de ces réflexions se posent la question de « que vont devenir les mouvements de protestation actuelle » succédant à bien d’autres, dans l’histoire locale, nationale, européenne, mondiale du capitalisme, mais avec des caractéristiques relativement nouvelles, besoin est de lier les débouchés possibles de ces mouvements dans une organisation sociale de progrès, à toutes les tentatives réussies ou échouées ou dévoyées du passé. D’où les éléments isolés que je vous propose, sachant, redisons-le que des éléments isolés ne font pas une réalité générale, mais peuvent constituer des moments importants et peut-être essentiels :

-Connaissant l’histoire du mouvement ouvrier allemand dans le mouvement ouvrier mondial, de la répression de 1918, et de la répression nazi, la RDA (Allemagne de l’Est constituée après de refus de « l’occident » d’une réunification non-libérale) n’a-t-elle pas été, entre autre caractéristique, un régime d’aristocratie ouvrière, au sens donné par Marx ? Auquel cas quels éléments historiques ont conduit à un pouvoir de l’aristocratie ouvrière ?

-Toute comparaison relativisée, si la révolution française qui est un des éléments majeurs de l’état du monde capitaliste et entre autre des droits de l’homme, c’est-à-dire de sociétés marchandes et de droit, quelle est la classe sociale pouvant jouer aujourd’hui le rôle « équivalent » au rôle de la bourgeoisie révolutionnaire dans le dépassement de l’état actuel et la maladie actuelle de la société ?

-Peut-on imaginer une intervention populaire de transformation sociale progressiste assurant l’avenir du processus humain sans une organisation partisane imaginant, représentant et impulsant un projet constructif de cette transformation ?

- Une bourgeoisie monopoliste mondialisée, s’appuyant sur des couches dites moyennes de revenus moyens hauts,  ayant récupéré pour elle seule les grandes aspirations humaines qu’elle prônait jadis face à une aristocratie dominante, bourgeoisie monopoliste mondialisée réduite de plus en plus à des entités humaines actuelles dominant une concentration financière mondiale de plus en plus détachée du travail concret de production des biens nécessaires à l’humanité, un pouvoir vertical s’appuyant sur une activité horizontale n’est-il pas nécessaire face à l’horizontalité de celui de ces entités dominantes. Et un parti pluriel des dominés correspondant et répondant à cette domination verticale n’est-il pas incontournable, dans la visée future de l’abandon de la domination verticale ?

-Le PCF n’est-il qu’une pesanteur historique utile de l’organisation politique et idéologique des grandes concentrations ouvrières de main-d’œuvre de la première moitié du XX° et de ses alliés, intellectuels de création et de recherche compris, dont la grande œuvre est constituée par les lois sociales de la Libération de l’après nazisme ?  Ou peut-il contribuer à la possibilité d’une résurgence d’un mouvement de transformation en santé des victimes de l’obsolescence du capitalisme, humains producteurs vendeurs de leur force de travail sous les formes anciennes ou nouvelles, dans le monde moderne des moyens techniques de production réduisant la masse du travail physique mais contradictoirement pas le temps de travail du salarié correspondant aux possibilités, demandant une organisation du travail répondant aux besoins de toute l’humanité ? Rien n’est décidé d’avance, ne se joue contre la réalité et sa connaissance, et dépend de se saisir des capacités de sa transformation en santé ou pas.

Finalement, l’organisation du travail ne reste-t-elle pas le cœur du processus de production et donc le cœur de la transformation en santé ou pas de la production nécessaire à la société et à l’individu, à la nature et à sa conscience en mouvement qu’ils constituent.

-Dissolutions ou dérives des partis communistes et prises de pouvoir des EGOS ne sont-elles pas liées, dès l'origine, à une insuffisance de com-préhension de la réalité du processus social ?

-Tout cela n’ayant pas pour but d’en rester à l’interrogation, mais de répondre en santé aux mouvements réels de gestion, d’économie et de politiques dépassés, de protestation induite et de construction du devenir.

Pierre Assante, 20 janvier 2019.

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 101 102 103 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche