Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2017 1 20 /11 /novembre /2017 06:59

Cet article, daté mais non faux, répond à des questions venant à terme près de 10 ans PLUS TARD.

Ecrit en 2009 il posait tout simplement la relation entre argent, capital d'une part et activité, utilité sociale d'autre part, dans leur unité et dans la compétition individuelle.

Il renverse la proposition de l'introduction de l'intéressement en ex-systèmes du "socialisme réel" face à la contradiction explosive du rapport entre activité et échange "Argent-Marchandise-Argent' plus" à son paroxysme.

Comment ce paroxysme de la contradiction entre argent et activité ne pourrait-il pas avoir de graves conséquences sur la santé de l'activité de l'individu et sur l'individu dans sa survie sociale et d'espèce ? Et sur le "militantisme" et le "rassemblement" qui se voudrait transformateur de cet état de fait lui-même ?

 

construire et comprendre les alliances.

etre solidaires des revoltes ouvrieres.

agir pour aller au-delà des revoltes.

 

Pierre Assante, 13 avril 2009,

 

L’injustice dans la répartition des richesses, les difficultés de vivre par le travail, l’exigence de dignité humaine sont au cœur des révoltes. Comment construire une alternative sur ces réalités, comment agir sur les évènements ?

 

Le texte ci-dessous aborde :

 

I   Jaurès, Marx, les alliances, courants chaud et froid.

II  La valeur d’échange « explose ».

III La bataille des communistes, le travail, l’ergologie.

 

*

 

I   Jaurès, Marx, les alliances, courants chaud et froid.

 

Jaurès employait quasi indifféremment les termes socialisme et communisme.

L’envol sur liberté et socialisme, c'est ça l'envol jaurésien tel que je le comprends.

Jaurès c'est le courant chaud du communisme. Peut-être lui manque-t-il un peu le courant froid, celui des sciences exactes qui par exemple chez Marx va plus loin que l'empirisme politique et philosophique de Jaurès (bien qu'il soit son aîné). Marx va jusqu'aux découvertes (pas seulement les constats et les données) formulées mathématiquement, ce dont on a AUSSI besoin, comme un ingénieur a besoin des savoirs accumulés et de leurs synthèses pour construire son pont ou son bâtiment. Ces découvertes sont le fruit d’un long processus et ont été formulées avant lui, partiellement, avec d’être « unifiées » et former une vision nouvelle, capable de transformer une réalité pour que le mouvement humain se poursuive. La critique de l’économie politique formulée avant Jaurès par Marx et Engels contient aussi ce « courant froid », ce qui ne veut pas dire que Marx et les fondateurs de cette critique ne possédaient qu’un courant froid.

 

On a comme une amnésie qui nous empêche de voir dans les objets qui nous entourent (l'avion qui nous transporte, le pain et le vin de notre table, notre table elle-même, comment et par quel travail ils sont parvenus à notre usage. Chaque objet contient toute l'histoire humaine et aucun n'est produit en repartant de zéro, que ce soit dans les techniques comme dans les idées, qui sont contenues les unes dans les autres.

 

« L'anticommunisme » honnête et même généreux (oxymore vrai, juste et opérationnel), repose aussi sur des réalités atroces et incontestables. En même temps il masque l'essence du communisme qui n'est pas ces réalités incontestables. Mais il repose aussi sur un ostracisme et un combat mené contre le communisme par des moyens énormes qui font que souvent les jeunes intellectuels ont dû reconstituer par eux-mêmes cette pensée communiste faute de pouvoir puiser dans un corpus discrédité et surtout censuré.

Ne pas aller jusqu'à ce communisme "froid" de la critique de l'économie politique (pas seulement les constats et les données), c'est chez les sympathisants communistes (aussi appartenant à d'autres organisations ou sans "étiquette") dont font partie les sociaux démocrates anti-capitalistes, quelque chose d'un résidu de cette censure qui repose en plus sur la difficulté d'un sujet ardu. Qui commence le Capital de Marx par son début, la marchandise, se rend compte qu'il rentre dans une description de la réalité extrêmement lucide et présente d'autant qu'elle est profondément poétique. Qui va par exemple jusqu'à "le caractère fétiche de la marchandise et son secret" ne peut en être qu'éclairé. Y compris sur la question de la religion, même s'il est religieux et fait la différence et-ou la complémentarité entre science et foi.

 

Comprendre les lois-tendance du capital n’est pas un « plus » pour transformer le monde, mais une condition sine qua non sur laquelle s’appuient les conquêtes scientifiques et sociales à venir.

 

Un socialisme «anti-communiste » démocrate peut être intelligent et savant, sans avoir pour autant une culture historique collective et individuelle qui permet d'aller au bout de la démarche de transformation sociale. Mais il peut en ce moment même, au moins en partie, être en train d'y aller s’il suit la voie anti-capitaliste qu’il a déjà empruntée, et par là même perdre tout «anti-communisme ».

 

Le courant chaud Et le courant froid sont nécessaires, unis, imbriqués, en rapport dialectique. Peut-être ce courant chaud, empirique, de pensée, qui renaît sous l’effet du processus de crise et les questions qu’elle pose, régénèrera le courant froid, riche mais en difficulté essentiellement de par les entraves sociale qu’il subit !

 

II  La valeur d’échange explose.

 

EXERCICE DE RESUME d'hypothèse.......

 

Quand à nos cris ils ressemblent un peu à ceux de (Saint) Salvien de Marseille (vers 439-451après J.C.) sur les prélèvements sur le travail dans l’Empire, qui bloquaient la production, poussaient les citoyens romains à chercher chez les Barbares l’humanité qu’ils ne trouvaient plus chez les romains (De Gubernatione Dei, Livre V)

 

On n'échange pas une boite de sucre contre une voiture.

La mesure de quantité de valeur d'échange est absolument nécessaire au marché.

 

Mais elle est en train de se rigidifier, d'exploser, et finalement de s'effondrer.

 

Trente ans de suraccumulation qui se gonfle en fin de course par la mondialisation des techniques informatisées de production et d'échange qui décuplent cette suraccumulation, c'est mortel pour le marché.

 

Sans plaisanter, ni faire de littérature, le modèle d'échange qui fonctionne c'est le restau du cœur et autres mesures sociales de pénurie.....

La distribution directe de la production.

C'est à dire un échange qui échappe à la mesure de la valeur.

Sauf qu'il touche à la distribution mais non à la production, encore qu'il n'y a pas de frontière étanche à l'activité humaine, qui à ses fonctions diverses et unifiées.

 

Quand on sait l'ignorance de notre société sur cette question, au moment même ou la vie quotidienne la met en avant, en vue évidente, comment ne pas être pris par moment par l'angoisse si ce n'est le désespoir ? Ce qui ne veut pas dire qu'on soit paralysé politiquement !

Quelle réponse à donner à l'effondrement de la mesure de quantité de valeur sinon une révolution ?

Mais quelle révolution ?

Une révolution, ce n’est pas une simple prise de pouvoir, mais une organisation nouvelle de la production par les producteurs eux-mêmes.

Quelle force sociale et quelle conscience sociale du processus inconscient peut répondre à cet impératif ?

 

Tout cela n'est-il qu'élucubration ?

 

La déconnection de la mesure de la valeur d’échange marchand de la marchandise universelle qu’était l’or et l’argent, dont la connexion n’était déjà pas mécanique comme toute loi sociale, faite pour « pallier » à une suraccumulation qui avait effrayé la bourgeoisie en corrélation avec la révolution d’Octobre Russe de 1917, la crise de 1929 et les Fronts Populaires, cette déconnection c’est reculer pour mieux sauter. Elle ne fait qu’amplifier la contradiction entre le besoin du capital d’exprimer une valeur d’échange marchand du travail et l’évolution des forces productives qui à un niveau de rapport entre le travail et sa productivité, demande une connexion de plus en plus grande avec les besoins sociaux, tangibles ou abstraits. Et donc demande une transformation qualitative de la mesure des échanges. Transformation d’ailleurs en train de se réaliser par cette dissolution-rigidification-effondrement de la mesure quantitative de la valeur d’échange marchand. Mais cette réalisation a besoin de s’accomplir dans un autre mode de production, une nouvelle organisation de la cohérence sociale. Sous peine d’effondrement social total parce que la production des subsistances de tous ordres, donc la société, ne peut vivre sans échange

« La valeur d‘usage contre laquelle l’argent, capital virtuel, peut s’échanger ne peut être que celle, de laquelle naît la valeur d’échange elle-même, à partir de laquelle elle s’engendre et s’accroît » (Marx).

 

III La bataille des communistes, le travail, l’ergologie.

 

La belle bataille menée par les communistes pendant des décennies pour le pouvoir d'achat, conjointement à la peur de la révolution russe qui taraudait la bourgeoisie , n'a pas transformé le mode de production, mais a développé le marché et les forces productives, en fournissant des consommateurs au système.

 

Les bases d'un autre mode de production se sont développées sans que nous soyons capables de le faire naître.

 

Ainsi le système s'écroule de lui-même sous l'effet de sa contradiction première, la suraccumulation, la baisse tendancielle du taux de profit, poussée à son paroxysme par la révolution scientifique et technique, l'informatisation mondialisée de la production et de l'échange, dominante, entre les mains de la classe dominante.

 

L'agitation sarkoziste n'est que l'agitation des héritiers de la bourgeoisie qui a fait la révolution française, devant l'écroulement du système, en s'attaquant à ses victimes de façon de plus en plus radicale.

 

Il lui est impossible d'imaginer que la mesure de quantité de valeur d'échange marchand soit devenue obsolète, et cette incapacité le pousse lui et sa classe à une réaction extrême.

Cette classe n’a pas médité cette critique de la pensée unique, fusse-t-elle savante et qui fait la différence entre le communisme grossier et le marxisme en mouvement et en recherche continue. « On voit à ce point, de façon précise, combien la forme dialectique de l’exposé n’est juste que lorsqu’elle connaît ses limites. De l’étude de la circulation simple résulte pour nous la notion générale de capital, parce que, dans le cadre du mode de production bourgeois, la circulation simple n’existe que comme condition préalable du capital et qu’elle le suppose. Ce qui ne conduit pas à faire du capital l’incarnation d’une idée éternelle, mais le montre tel qu’il est en réalité, simplement forme nécessaire, à laquelle doit nécessairement aboutir le travail créateur de valeur d’échange, la production fondée sur la valeur d’échange» (Marx).

 

La question des possibilités de transformation sociale se posera de façon ultime lorsque le capitalisme dominant, celui des États Unis se heurtera à la conscience de sa crise parce que ses « solutions » montreront au peuple états-unien leur inefficacité, au terme d'un espoir obamien, et ouvriront la possibilité d'une transformation conjointe des pays les plus développés entraînant le reste de la planète.

 

S'ouvrira en même temps une période de grand danger.

Comme à tous les moments de bouleversement social, sauf que celui-là aura une dimension nouvelle.

 

Le principe espérance de Bloch reste un moteur essentiel !

 

Une militante, un militant, doit être AUSSI un ingénieur de la transformation sociale. Donc d’une nouvelle organisation du travail. L’ergologie et les travaux d’Yves Schwartz et cette mouvance en donnent des clefs importantes.

 

Pierre Assante, 13 avril 2009,

 

 

Un essai, METAMORPHOSE DU TRAVAIL 4

http://www.emigrazione-notizie.org/download.asp?dl=198

 

Présentation du dernier ouvrage collectif sur l’ergologie dirigé par Yves Schwartz et Louis Durrive

http://www.emigrazione-notizie.org/articles.asp?id=338

 

Un MANIFESTE publié en Janvier 2006 qui revient à « l’ordre du jour »

http://www.espaces-marx.eu.org/IMG/pdf/S_R-6.pdf

 

__________________________________________________________________________

 

QUELQUES RECUEILS ET LIENS :

 

« PHILO », Le corps, Choix de 7 articles philosophiques  extraits du blog avec dates : ici

http://pierreassante.fr/dossier/LE_CORPS_Receuil.pdf____________________________________________________________________________________________

JOURNAL juillet-août 2017  : ici

http://pierreassante.fr/dossier/JOURNAL_juillet_aout_2017.pdf

___________________________________________________________________________________

*Essai sur LA PENSEE MARX : ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/02/la-pensee-marx-i-ii-iii-iv.html

_________________________________________________________________________________________

*Site de la Revue Economie et Politique : http://www.economie-politique.org/

_____________________________________________________________________________________

 

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

____________________________________________________________________________________

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche