Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 07:55

Pour qu’une transformation sociale en santé ait lieu : interventions au C.N. des 13 et 14 octobre (3)...

Pour qu’une transformation sociale en santé ait lieu, dépassant un état de crise et créant des conditions nouvelles de développement du processus humain en santé, il faut que le réel et l’observation du réel révèlent à la conscience les possibilités de cette transformation.

Dans le cas contraire, c’est un affaissement ou un effondrement de la société qui devient hélas possible, en attendant ou non un lent mûrissement de nouvelles conditions d’une transformation en santé.

Dans la période de mûrissement, les idées rétrogrades dominantes, y compris à l’intérieur des éventuelles forces sociales de transformation, restent dominantes et les concepts de transformation en santé « attendent leur heure », agissent en préparant les conditions sociales et partisanes de cette transformation en santé, radicale et progressive en gésine et en développement dans la société présente.

Les trois interventions de chercheurs-militants (Denis Durand, Jean Marc Durand et Frédéric Boccara) de la Commission Economique lors du Conseil National du PCF des 13 et 14 octobre 2017, donnent une idée de ce qu’est une lutte idéologique interne et externe préparant cette transformation possible :

Jean-Marc Durand

Interventions au CN des 13 et 14 octobre

1ère Intervention 

Macron veut accélérer le remodelage social et politique du pays

Loi XXL contre le droit du travail, projet de budget 2018 sont deux piliers essentiels de l’édifice néolibéral qu’il souhaite construire avec l’objectif d’asseoir durablement une politique de chasse au «coût du travail » assurant au capital, en toutes circonstances, la meilleure rentabilité.

Son choix de bradage de fleurons industriels nationaux comme STX ou Alstom à des grands groupes européens atteste a la fois de son comportement d’affairiste et de son option fédéraliste nous mettant à la remorque de l’Allemagne en comptant être le premier sous le robinet.

Tout cela montre à quel point il y a besoin de propositions différentes, de choix radicalement opposés à cette logique. D’où le rôle déterminant du parti communiste à partir de ses propositions originales. D’où la nécessité qu’il soit porteur d’une nouvelle cohérence autour d’une alternative de contenus pour donner forme et espoir en un autre possible.

Face à un mouvement social qui se développe mais qui se cherche des issues et avec un JL Mélenchon dont la posture tribunicienne et les campagnes sans fond stérilisent la mobilisation et obscurcissent la perspective, face à la crise que traverse le FN et à un PS en grande difficulté, une espace énorme est vacant. Cette vacance offre au Pcf la possibilité d’y tenir une place centrale et d’y jouer un rôle majeur.

Mais encore faut-il que nous soyons audibles et visibles, que nous voulions vraiment jouer notre partition et que nous fassions le nécessaire pour cela ! C’est à dire que nous nous exprimions clairement et  nettement chaque fois que cela est nécessaire et en cette période c’est souvent ! Bien sur au plan médiatique mais là, tout ne dépend pas que de nous, et donc surtout auprès des salariés en lutte, de tous ceux qui sont dans des secteurs menacés avec nos analyses, nos propositions avec l’ambition de nous hausser à chaque fois à la hauteur des enjeux. Nous devons aussi proposer l’action : rassemblement, meeting, manifestation… Nous devons également assurer un vrai suivi de nos actions.

L’appel issu du débat organisé dans les locaux du CESE sur l’emploi, la lettre au Premier Ministre à propos d’Alstom, attestent de vraies possibilités pour un Pcf offensif d’être écouté et reconnu en même temps que de représenter un vecteur crédible du rassemblement.

On ne pourra plus encore longtemps tergiverser au risque de n’être bientôt plus qu’un beau mais oh combien attristant souvenir !

Idem sur les questions européennes. A la faveur du retour de la Grèce sur la scène médiatique, il nous faut dire et redire ce que nous pensons de la dette des Etats, ce que nous proposons pour sortir du cercle vicieux du creusement du déficit et de l’enfoncement dans la dette, pour transformer la BCE et sa politique monétaire. Et aussi ce que nous proposons face au constat d’un PGE pour le moins lui aussi en panne !

C’est tout l’enjeu de notre congrès extraordinaire. Il s’agit de bien autre chose que d’un questionnaire. Il s’agit d’un débat politique à instruire sur le fond à partir d’un bilan des choix et des expériences passés et à partir de l’exigence sociale, écologique, démocratique que portent les luttes. Il nous faut donc rapidement retrouver les voies qui nous mettront en capacité de proposer une démarche cohérente à partir de contenus constituant le projet politique d’un parti communiste révolutionnaire de notre temps. Et alors il s’agira de faire évoluer notre fonctionnement, notre organisation nos directions en fonction de cet objectif politique nouveau.

                                                                       ---------------------

2eme intervention (résumée), dans le débat sur la préparation de l'assemblée nationale des délégués de section du 18/11/2017.

Il s'agit d'abord que notre conseil national donne une idée et une vision assez précises de l'objectif de cette réunion afin que celle-ci  puisse à son tour jouer un véritable rôle et dégager des propositions concrètes et explicites pour la préparation de notre congrès extraordinaire.

De ce fait le questionnaire ne peut constituer un ensemble contraignant pour le débat et les décisions des délégués de section le 18/11. Il demeure donc toujours un problème de cohérence entre ces deux initiatives, d'efficacité et d'utilité respectives.

Quant au questionnaire lui-même 4000 réponses ce n'est pas un résultat terrible malgré ce que je viens d'entendre et surtout cela démontre que ce ne peut être un acte individuel. Il doit s'inscrire dans le cadre d'un débat, d'une réflexion collectifs en réunion de communistes puis à chaque adhérent de le remplir.

Une réflexion sur les propos que je viens d'entendre. Le parti, son organisation, sa structure, ne sont  pas un handicap à l'appréciation du nouveau, à la réactivité face aux événements. Il est au contraire le vecteur, le creuset d'une réflexion collective d'où peuvent émerger les réponses appropriées aux questions d'actualité. Ce n'est pas le parti qui a empêché la rédaction d'un tract immédiat aux entreprises suite à l'annonce des affaires Alstom et STX. C'est une conception de l'activité communiste et de son utilité qui en est la cause profonde.

 

*Essai sur LA PENSEE MARX : ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/02/la-pensee-marx-i-ii-iii-iv.html

*Site de la Revue Economie et Politique : http://www.economie-politique.org/

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche